Alan Wake : Le Signal sur Xbox 360, le test de marko

Publiez votre test
Signaler
marko
8
marko X360

Previously On

Vendredi dernier, j’ai eu la chance de recevoir, de la part de Microsoft, un code me permettant de télécharger avec quelques jours d’avance le premier DLCd’Alan Wake. Sobrement baptisé « The Signal », ce premier DLC reprend directement la suite des aventures de l’écrivain. Dans un désarroi total. Si vous n’avez pas encore joué à Alan Wake ou si vous n’avez pas encore atteint  le générique final, je vous déconseille vivement de lire les lignes qui suivent. Et si tel est le cas, je vous déconseille même de jouer à ce premier DLC. Vous en perdrez l’intérêt.

Libre à soit de trouver une interprétation aux événements dépeints dans la première partie du jeu. Est-ce qu’Alan subit réellement les fougues d’une force obscure, simple cauchemar ou est-il simplement devenu dément et qu’il ne fait que subir les aléas de sa folie dévastatrice ? Quitte à en noyer sa femme ? C’est l’une des forces du scénario d’Alan Wake. Nous compter une histoire sombre et ô combien haletante tout en laissant un soupçon d’inconnu afin que l’on puisse combler soit même les brèches. The Signal commence de cette façon : Aux prises de cette force machiavélique, Alan est plongé en plein cœur de Bright Falls en proie à des scènes de déjà vue. Dès le départ, on est plongé, de nouveau, dans le bar-restaurant de début de jeu. Là où l’on devait récupérer les clefs du chalet. Sauf qu’ici, tout est différent. Les personnages ne sont que des spectres, les portes mènent à d’autres endroits et l’on est sans cesse attaqué par les serviteurs de l’ombre, armés de leurs habituelles armes blanches. De manière limite frénétique. Mais dans cette obscurité, une lueur d’espoir existe. Thomas Zane, l’une des premières victimes de la force obscure, tente de sauver Alan des ténèbres en lui faisant suivre un signal. A nous d’avancer et tenté de sortir de ce merdier. Même si, à la manière de LOST, on ne trouve aucune réponse à nos questions, Remedy nous donne de nouvelles pistes pour tenter de construire notre propre interprétation. A nous de construire et faire vivre la mythologie d’Alan Wake.

 

Si la réalisation graphique n’a pas changée d’un yota, en même temps cela aurait été réellement surprenant, le gameplay connait quelques petits réaménagements assez sympathiques. Comme le fait de devoir pointer avec sa torche des textes incrustés à l’écran pour  faire apparaitre l’objet nommé. Un peu comme ce que l’on peut apercevoir à la toute fin du jeu. Sauf qu’ici, le concept va plus loin, car il est possible d’actionner des pièges contre l’ennemi (Fumigènes, explosions) et même faire apparaitre des possédés ou une nuée de corbeaux (garantie sans fromage). Attention donc où l’on pointe sa torche. Sans quoi l’on peut devenir responsable de sa propre mort. Surtout que ce DLC se veut plus difficile et frénétique que le jeu complet. Les munitions sont rares et les ennemis sont plus nombreux que jamais. A côté de ça, on retrouve les mêmes mécaniques de jeu. Il est nécessaire d’affaiblir l’ennemi à l’aide de lumière avant de les faire exploser sous une gerbe d’étincelle à coup de fusil à pompe bien placé, on se régénère toujours à l’ombre d’un lampadaire et quelques phases d’énigmes et de plateformes sont de la partie. Pour en venir à bout, comptez bien deux petites heures de jeu. Peut-être même plus si vous souhaitez dénicher tous les objets bonus. (Réveil et personnages en carton). On est sur terrain connu certes, mais l’ambiance est si travaillée et si prenante que l’on dévore ce DLC d’un seul trait.

Pour un premier DLC,  on ne va pas faire la fine bouche. Bien qu’un poil trop court à mon goût, ce nouvel épisode d’Alan Wake, le septième pour être précis, nous replonge dans les méandres hallucinatoires et sataniques de notre cher écrivain. Plus frénétique et anxiogène que le jeu complet, l’ambiance se veut toujours aussi oppressante et passionnante. Malgré la petite variation du gameplay, on peu pointer du doigt son manque d’originalité. Mais Remedy a tellement soigné l’atmosphère de cet épisode que ce défaut en devient limite anecdotique. Surtout que ce premier DLC est offert à tous les acquéreurs d’Alan Wake. Du moins, s’ils ont bien conservé le coupon délivré avec le jeu. Pour les autres, il faudra débourser 560 MS Points (Environ 7 euro). Ce qui n’est pas excessif face à la qualité du contenu.

 

Source : Supa-Games

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Alan Wake : Le Signal

tous les tests