James Bond 007 : Blood Stone sur PlayStation 3, le test de Cinemax

Publiez votre test
Signaler
Cinemax
6
Cinemax PS3

Bond ne suffit pas...

“My name is Bond…James Bond. “

Et oui, revoilà le célèbre agent secret Britannique pour notre plus grand plaisir…sauf que cette fois il vient nous rendre visite sur consoles HD et PC mais pas au cinéma…Etrange ? Pas tant que ça, puisque ça avait déjà été fait avec Quitte ou Double ou NightFire.

Cependant c’est la deuxième fois sur consoles next gen que l’on a la possibilité d’incarner 007, on avait déjà eu droit au jeu « Quantum of Solace » qui reprenait les grandes lignes des deux films avec Daniel Craig et le résultat était assez moyen. C’est donc avec un peu de recul qu’on s’approche de ce Blood Stone…

 

L’histoire commence en Grèce où un attentat est sur le point d’être commis et bien évidemment M fait appel à son meilleur agent pour le déjouer : Bond.

On commence par la discrétion pour arrêter le vilain puis très vite ça dégénère, les balles volent de partout, on poursuit les ennemis en hors-bord, une tour s’effondre et manque de peu de nous écraser puis enfin on rattrape le méchant à travers une course poursuite en voiture dans les rues de Grèce…Tout ceci fini par une explosion.

Pas mal pour une première mission…Surtout qu’elle représente bien le fait que l’histoire ne sert que de prétexte tout au long du jeu pour les innombrables gunfights et courses-poursuites.

Sans être terrible donc, le scénario a au moins le mérite d’être présent…Il est loin d’être aussi bon que ceux des derniers films mais il s’en inspire légèrement tout de même.

 

Vous l’aurez compris, la première mission du jeu est tout simplement impressionnante et grâce à elle on se dit que l’on ne risque pas d’être déçu par la suite du jeu. Malheureusement on se trompe.

En effet il y a six environnements différents et à part le premier donc, ils se ressemblent tous cruellement. On commence souvent par des phases d’infiltration, suivis de gunfight et on termine le tout par une course poursuite en voiture.

Ces dernières ne sont pas très nombreuses, 5 ou 6 mais elles sont vraiment impressionnantes. Surement le point fort du jeu d’ailleurs. La mise en scène est géniale, la prise en main est très simple et surtout ces phases font penser à du Split Second (si si) dans le sens où tout les décors autour de nous ne cessent de s’effondrer, le chemin change tout le temps,…De plus ne tenter pas de freiner ou même de vous arrêter pour regarder dans quelle direction il faut aller car la plupart du temps, l’ennemi en profitera pour s’échapper ou pire un hélicoptère s’amusera à vous tirer dessus jusqu’au game over.

Heureusement les points de contrôles sont nombreux et jamais vous ne prendrez trop de temps à finir ces phases.

Les autres phases du jeu sont à pied et peuvent se couper en deux : l’infiltration et les gunfights.

Commençons par l’infiltration. Tout d’abord on sent dès le commencement une grosse influence du jeu Splinter Cell Conviction avec ce qui est appelé les éliminations. Elles consistent à éliminer l’ennemi avec une prise furtivement ou non et vous rapporte un tir ajusté, système permettant en, appuyant sur un bouton, d’éliminer en un coup un ennemi ou plusieurs (selon le nombre de tirs ajustés que vous pouvez utiliser).

Pour en revenir aux phases d’infiltration pures et dures, et bien elles sont plutôt moyennes…La plupart du temps vous avez quelques ennemis dans une pièce, ennemi qui ne réfléchissent pas et qui font toujours les mêmes actions. Du coup il suffit d’étudier, pendant peu de temps, ce que font les adversaires puis de les éliminer silencieusement dans l’ordre le plus judicieux.

Pour ces phases vous utiliserez souvent le seul gadget du jeu : le smartphone. Téléphone ayant plusieurs utilités comme de scanner des objets ou mieux de voir combien d’ennemis il y a dans une pièce et quel est leur état de nervosité (ne se doute de rien, suspicieux ou près à vous canarder).

C’est le seul gadget, donc, mais ce n’est pas un mal puisque c’est justement fidèle aux derniers films avec Daniel Craig qui n’en a quasiment jamais. Ce téléphone vous sera aussi utile dans les fusillades.

Et hop transition sur les gunfights, justement ! Bon sachez qu’ils sont agréables mais finalement très classiques, en général on reste à couvert tandis que des hordes d’ennemis nous tire dessus…Cependant c’est beaucoup trop facile, quand vous êtes à couvert il suffit de centrer la caméra sur l’ennemi puis de viser et de tirer pour le tuer…A la limite, les tirs ajustés ne servent à rien.

De plus les adversaires font parfois preuves d’une grande stupidité comme par exemple quand ils s’approchent de nous comme ça sans raisons, bon quand ils sont assez proches il nous suffit de lui faire une élimination en appuyant sur le bouton approprié.

 

Bon enfin petit détour sur les graphismes…Certains seront déçu de voir qu’ils sont loin d’être parfaits, quelques légers bugs graphique et surtout les personnages ne sont pas très biens modélisés.

En plein jeu on n’y fait pas attention mais lors des cinématiques c’est juste affreux ! Les personnages n’ont aucunes expressions sur leurs visages !

Par contre il y a quand même un gros point positif ce sont les décors ! Ca ne vient pas du fait qu’ils soient représentés à la perfection, non, eux aussi souffre de quelques défauts mais ils sont vraiment très variés ! La, pour le coup dans le jeu, on peut dire qu’on voit du pays : on va sous le soleil de Grèce, sous la neige de Russie, dans les forêts de Bangkok,…

 

Graphismes : 13/20 Honnêtes sans plus, les personnages lors des cinématiques sont extrêmement mal modélisés. Les décors sont heureusement très variés et agréables à observer.

 

Jouabilité : 14/20 La jouabilité de Blood Stone nous fait jouer dans divers genre : course, infiltration, action…Pourtant aucune n’est réellement approfondie. C’est dommage.

 

Durée de vie : 10/20 L’aventure se finit une première fois en cinq à sept heures, c’est peu mais ça reste meilleurs que certains jeux récents…On a aussi la possibilité de rejouer les missions, histoire d’obtenir tous les succès du jeu mais c’est sans grand intérêt.

 

Bande-son : 10/20 Les doublages sont calamiteux, les voix ne collent pas avec les personnages, elles sont décalés,…Les musiques collent bien à l’ambiance du jeu mais on n’en retiendra aucune, omis le thème de 007 que l’on entend dans le générique de fin.

 

Scénario : 12/20 Pas très original mais ce n’est pas trop grave, on ne se sent pas frustré et le jeu dispose de quelques rebondissements intéressants tout de même.

 

Note Générale : 14/20 James Bon : Blood Stone dispose de pas mal de gros défauts, jouabilité pas assez approfondie, graphismes justes passables, doublages ratés, durée de vie faible…Mais malgré tout le jeu reste très agréable à jouer et finalement l’agent 007 s’en sort mieux cette fois ci que dans sa précédente aventure sur consoles HD et PC…

Ajouter à mes favoris Commenter (0)