Kingdom Hearts Re:coded sur DS, le test de TyTanne

Publiez votre test
Signaler
TyTanne
6
TyTanne DS

C'est dans les vieux pots...

Si Kingdom Hearts Birth By Sleep se concentre sur le passé, Re:Coded, lui, se concentre sur des événements juste après Kingdom Hearts II. Tous deux (ainsi que probablement le futur opus sur 3DS) nous préparent à l'arrivée d'un éventuel Kingdom Hearts III. Après un premier titre sur DS décevant et un autre sur PSP haut en couleur, ce Kingdom Hearts Re:Coded aura-t-il appris des erreurs de son ainé ? Pour la plupart, oui.

Test réalisé à partir d'une version import JAP

Kingdom Hearts Re:play  

Ca y est, Sora et ses amis ont battu les méchants dans Kingdom Hearts II, le monde est en paix, tout le monde est content. Sauf Jiminy Cricket qui remarque une note mystérieuse dans son journal qu'il ne se souvient pas avoir écrit. Décidant de consulter le Roi Mickey à ce sujet, ce dernier décide de convoquer Tic et tac pour utiliser une machine permettant d'analyser le journal. Pas de bol, ce dernier semble rempli de bugs qui nuit à la visibilité du contenu. Ne sachant pas comment éliminer soi-même ces bugs, notre souris préféré a l'idée d'invoquer un Sora virtuel dans le journal qui se chargera de faire le ménage de l'intérieur et résoudre ce mystère : que signifie ce fameux message ? A-t-il un lien avec la toute fin de Kingdom Hearts II ?  

L'introduction (avec la chanson Hikari, ou Simple and Clean chez nous occidentaux) donne le ton : à l'instar de Chain of Memories sur GBA, ce opus nous propose re-revisiter les mêmes mondes que dans le tout premier Kingdom Hearts. Et c'est là la première frustration qu'on a durant le jeu : on ne visite rien de nouveau. Si Birth By Sleep introduit de nouveaux mondes, Re:Coded se base sur les mêmes que le premier Kingdom Hearts, avec souvent les mêmes personnages Disney si ce n'est carrément les mêmes événements. Ceux qui veulent de la nouveauté niveau univers risquent d'être déçus. Heureusement, la présence des bugs, leurs corrections et les révélations sur la trame principales permettent d'éviter d'avoir une simple redite. Néanmoins, ces révélations se font réellement au compte-goutte et ne prennent de l'ampleur qu'à la fin. Bref, niveau scénario, c'est plutôt dommage. Ce titre apporte malgré tout un minimum de réponses sur les prochains Kingdom Hearts.  

Si ce n'est pas au niveau de l'histoire qu'on peut espérer de grosses nouveautés, c'est du côté du gameplay que ce Re:Coded trouve son intérêt. Il s'agit effectivement d'un véritable mélange d'idées issus de Kingdom Hearts 358/2 Days, Birth By Sleep et même Final Fantasy X et The World Ends With You. Même s'il n'invente rien en terme de gameplay, celui de Re:Coded mise sur une chose : la variété.  

Kingdom Hearts Maxi:Best-Of  

Commençons par le système de combat. S'il reprend la rigidité du premier Kingdom Hearts ainsi que de 358/2 Days (donc ceux qui n'ont pas aimé ça peuvent s'en aller), il reprend aussi des idées de Birth By Sleep. Lorsque Sora attaque, une jauge (de plusieurs niveaux) se remplit. A chaque niveau, notre héros dispose d'un boost (vitesse d'attaque augmentée par exemple) dépendant de la Keyblade qu'il équipe. Le choix des boosts se fait d'ailleurs via une arborescence affichée sur l'écran tactile de la DS. Une fois atteint le niveau maximal, Sora peut déchaîner un combo final dévastateur. Si ce n'est pas aussi varié et bourrin que dans Birth By Sleep, cela permet tout de même déjà de dynamiser un minimum des combats et de donner un coup de boost au gameplay qui commençait sérieusement à être mou. Toujours issus de Birth By Sleep, on a un système de configuration et de fusion des techniques de combat. On en équipe pour pouvoir les utiliser en combat. En combattant des ennemis, on fait monter le niveau de ces compétences pour ensuite pouvoir les fusionner.

Maintenant, parlons du système d'évolution qui est plutôt sympathique. Grosso-modo, c'est un mélange de ce qu'on trouve dans 358/2 Days et Final Fantasy X. On doit placer des blocs apportant différents bonus (Niveau+1, HP+2....) dans un chemin parsemé de cases vides (qui prend la forme d'un circuit imprimé). En fonction du chemin pris, on peut débloquer de nouvelles compétences (roulade, garde, analyse des ennemis), ainsi que de nouvelles options. A l'instar de The World Ends With You, ces options permettent de s'infliger des handicaps (réduire ses points de vie, les gains en expérience) pour au contraire augmenter les chances de gains. Réglable à tout moment (sauf en combat), cela permet de régler de façon dynamique la difficulté et de récompenser les plus téméraires.  

Enfin, parlons du mode débuggage, car n'oublions pas que le principe de Re:Coded est de nettoyer ce journal des bugs présents. Il ne s'agit pas de juste supprimer tous les blocs rouges et noirs qu'on croise. Par moment, Sora est confronté à certaines incohérences (pont qui disparait, mur infranchissable, ennemis soudainement ultra rapides...). C'est là qu'intervient le mode débuggage. Cela consiste d'abord à trouver une faille dans le décors. Après cela, on enchaine sur un stage spécial consistant en une succession de niveaux consistant à abattre un certain nombre de sans-coeurs spécifiques. En supprimant des ennemis on gagne des points pouvant être converti en expériences où en blocs qu'on pourra utiliser pour le système d'évolution. En remplissant certaines conditions (éviter de sauter plus de 20 fois, en finissant le niveau en moins de 60 secondes), on peut multiplier les points qu'on a misé au départ. Si le système de gain de points permet d'éviter de se contenter bêtement d'attaquer tout ce qui bouge, enchainer les niveaux restent malheureusement aussi lassantes que les missions dans 358/2 Days. Bien que ces stages n'occupent pas la majorité du jeu, les faire permettent d'acquérir des bonus plus que bienvenue. On aurait quand même aimé que ces stages soient plus variés pour nous motiver à les faire.  

Auparavant, j'ai dit que le jeu mise sur la variété. Le mode débuggage ne reflète pas vraiment cette volonté. Mais elle se ressent tout au long de l'exploration du jeu. En effet, en plus de l'exploration et des combats classiques comme on a l'habitude dans les Kingdom Hearts, il n'est pas rare de se retrouver dans des phases de gameplay plutôt originales. Par exemple, dans le monde d'Alice au Pays des Merveilles, on se retrouve dans une phase de jeu de tir à la Space Harrier. Dans le monde d'Hercules, c'est carrément un système de RPG à la Final Fantasy. Le jeu multiplie ces phases de gameplay originales et permet de varier l'exploration dans les modes. Heureusement car cela permet de compenser la lassitude d'explorer les mêmes mondes.  

Enfin, dernier mot sur la gestion de la caméra qui est aussi mal fichue que dans 358/2 Days. On contrôle la caméra soit avec l'écran tactile (donc pas du tout pratique) soit en maintenant la touche R et en utilisant la croix directionnelle (mais on ne peut pas bouger en même temps), soit en centrant la caméra avec le touche R tout-court. Bref, ça reste pas du tout pratique.  

Kingdom Hearts.... Et la réalisation ?  

Finissons ce test par la réalisation globale du titre. Graphiquement, c'est du même niveau que 358/2 Days. Donc c'est pas dégueu pour de la DS, mais quand on vient de sortir d'une session de Birth By Sleep sur PSP, ça fait un peu mal. Au niveau de la musique, on reprend quasiment les mêmes que dans le premier Kingdom hearts (avec quelques nouvelles pour les phases de débuggage). Bref, on n'a jamais eu autant l'impression d'avoir une version DS du premier Kingdom Hearts. Parlons enfin de la durée de vie, qui s'élève à environ 15 heures si on se débrouille bien ce qui est relativement correct.  

Alors, que dire de ce Kingdom Hearts Re:Coded ? Globalement, ce titre a appris en bonne partie des erreurs de 358/2 Days, en rendant la progression dans le jeu nettement moins lassante. Le nouveau système d'évolution et de combat donne un coup de boost appréciable à ce titre DS. Néanmoins, le jeu conserve la plupart des défauts du précédent titre DS, à savoir quelques moments répétitifs (le mode débuggage), une gestion de la caméra ratée, un scénario assez creux et peu de nouveautés dans l'exploration des mondes Disney. Mais ne faisons pas de raccourcis : Re:Coded reste supérieur à 358/2 Days en corrigeant la majorité des erreurs, rendant le jeu nettement plus appréciable et apportant un minimum de réponses (et de questions) servant de liens entre Kingdom Hearts II, Birth By Sleep et probablement l'opus 3DS et le 3eme grand opus. Mais pour cela, il faut aller réellement jusqu'au bout de l'aventure. Et heureusement, le jeu est suffisamment bon pour vouloir voir la fin. 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Kingdom Hearts Re:coded

tous les tests