Super Mario Galaxy 2 sur Wii, le test de Hakayami

Publiez votre test
Signaler
Hakayami
10
Hakayami Wii

Le deuxième tome d'un conte de fée

Bon nombre d'éditeurs auraient profité du moindre succès qu'à l'un de ses titres pour en rajouter des suites en version 1.5 juste parce que cela marche. Mais Nintendo reste sur ses tranchées et privilégie la qualité à la quantité. Il est devenu rare de voir plusieurs vrai jeux Mario au sein d'une même console, d'où la peur de rejouer au même jeu deux fois de suite. Super Mario Galaxy 2 est-il une vraie suite ou un canular? Faut-il parler du renouveau du genre plateformes 3D?

 

Comme beaucoup de joueurs, j'ai eu peur. Peur de voir un SMG 1.5 en voyant les premières images du titre. Je me demandais « Qu'ont-ils bien inventer de plus que le premier? ». J'avais entendu parler de l'absence totale de scénario, et c'est alors que je pensais jouer qu'à une série de niveaux sans transition...

Le jeu est lancé, et l'aventure commence par une phase tutoriel en vue 2D pour permettre à ceux qui n'ont pas expérimenté le premier opus de se débrouiller. Le cadre est tout de suite compris : on croirait que la TV est devenu un livre interactif pour jeune enfant dans lequel une princesse se fait kidnapper par une tortue maléfique gigantesque. On a beau m'avoir fait penser que le scénario est un vide intersidérale, le jeu a réussi à me plonger dans l'ambiance dès l'ouverture. Une ambiance féérique dans lequel le gentil finira toujours par triompher du méchant. Très cliché donc, il n'en faut pas plus pour un joueur pour développer un Mario. Au fur et à mesure de l'avancé du jeu, mes fidèles compagnons Luma m'épaulèrent de plus en plus à l'approche du château de Bowser. J'avoue, on est loin d'une histoire dantesque mais pourquoi en demander plus pour un Mario? Simplet et féérique, on se voit propulser à l'âge d'enfant. Un conte de fée pourtant mieux manié que ne l'était SMG 1.

 

Alors, qu'est-ce que t'as pensé du gameplay?

Évidement, le gros du jeu se situe au niveau de la plateforme. Le gameplay de Mario est exactement le même que SMG 1, simple et pratique. Mais qui dit nouvel opus dit aussi nouveau personnage. Yoshi y fait son retour pour aider Mario. A vrai dire, je trouvais déjà le gameplay bon, mais Yoshi est encore plus maniable que le plombier rouge. Plus rapide et plus « sécurisant » grâce à son double saut, Yoshi est très bien intégré dans ce jeu. Ainsi, notre nouveau compagnon profite plus du pointeur de la Wiimote qu'auparavant. En une demi-seconde, Yoshi avale presque tout et n'importe quoi d'un coup, et ce avec la plus grande précision. Inutile de perdre son temps à écraser un adversaire quand on peut l'avaler! Quelle plaisir de jouer à ce jeu avec ce nouvel ami. Sans Yoshi, le pointeur ne sert qu'à balancer des éclats d'étoiles permettant d'étourdir nos adversaires.

Quant aux pouvoirs que possède Yoshi, celui-ci peut se changer en fonction du fruit qu'il gobe. Un piment rouge lui permettra de foncer à vive allure jusqu'à courir sur les murs tel un Sonic. Alors qu'un fruit doré illuminera Yoshi dévoilant ainsi des plateformes invisible jusque là. Rien que pour cela, on s'éloigne d'une espèce d'un auto-scrolling forcé de SMG 1 dans les niveaux des Boo. Ici, inutile de se frustrer pour rien, on avance par nous même jusqu'au bout du niveau. Évidement, on ne se perd jamais. Quand on voit un fruit que Yoshi peut manger, le joueur sait d'avance qu'il devra obligatoirement l'utiliser, il n'y a aucun piège dans SMG 2.

Quant à Luigi, lui aussi fait son petit retour. Il y était dans SMG 1 mais il fallait finir le jeu à 100% avant de pouvoir l'incarner et... de recommencer à nouveau le jeu. Ici, Luigi peut être disponible pour certains niveaux. Ce qui diffère de son frère ainé, c'est ses sauts qui sont meilleurs. Mais en contre partie, Luigi a tendance à... glisser. Il ne sera pas rare de tomber d'une petite plateforme parce qu'on a mal gérer ses chaussures digne d'un patin à glace. Il faudra alors au joueur de juger si oui ou non, il doit le prendre ou garder Mario.

Quant à ce dernier, il possède de nouveaux pouvoirs l'aidant à parcourir les galaxies. Par exemple, la transformation en nuage lui permettra de marcher sur ceux-ci et même d'en créer par agitation du Wiimote. C'est le pouvoir idéal pour les débutants puisqu'il peut vous sauver de situations in extremis. Le pouvoir du rocher permet à Mario de se transformer en boule écrasant tout ce qui se trouve sur le chemin. Cela rappelle fortement le masque du Goron dans Zelda Majora's Mask. Malheureusement, le grand absent de ces capacités sera le Mario de glace. Enfin, cela reste déjà plus que suffisant.

 

Le deuxième point le plus important de ce jeu est pour le level design. Celui-ci a été très bien pensé. Exit la monotonie et la lassitude. Chaque niveau est différent et ne ressemble en rien à un autre ou presque. En fait, contrairement à SMG 1, je n'ai pas eu ce sentiment spatiale et inter-galactique. Les niveaux ne sont pas tous des planètes plus ou moins loufoque. Non. Je dirais que ce sont des bouts de plateforme placer ici ou là sans connexion logique entre eux. Par exemple, on peut se retrouver à marcher sur un cymbale flottant. Bah! Après tout, on est dans un jeu vidéo, tout est permis. En fait, une idée utilisé dans un niveau ne le sera pas réitérer ou pas complètement. On a par exemple, mon niveau préféré où des scies découpent le décors pendant votre avancé. Cela vous oblige à avancer sous une musique plus que bien choisit. Les bonnes idées sont nombreuses et ne sont pas recycler. Je crois bien qu'il s'agit là d'une force majeur du titre.

Pour continuer à parler des niveaux en eux-même, ceux-ci sont beaucoup plus court qu'auparavant. Peut-être même trop. Il sera alors fréquent de ne passer qu'une petite minute dans un niveau avant de passer au suivant. C'est l'un des rares points qui me chagrine mais rien de grave. Cela permet néanmoins de gardé un bon rythme dans le jeu. On ne se lasse pas en jouant à SMG 2. Le plaisir de collecter ces étoiles brillantes ravira votre côté hardcore. Personnellement, j'ai plus de mérite de gagner ces étoiles pleines d'espoirs que d'avoir des trophées/succès à foison et, dans le fond, inutile. Collecter les 108 étoiles avant d'arriver jusqu'au boss final m'a pris une quinzaine d'heures. Une quinzaine d'heure de plaisir sans lassitude, je n'ai même pas vu le temps passer! J'imagine que le faire en rushant (sans prendre son temps à tout récupérer) devrait prendre une dizaine d'heure. Mais ce serait une erreur de s'arrêter là. Parce que le titre va plus loin. D'autres niveaux sont disponible derrière! J'ai finis le jeu en entier avec toutes les étoiles en un peu moins d'une trentaine d'heures sans s'aider d'internet. Et même maintenant, j'ai encore envie de le recommencer.

 

Pff, moi je veux du défis!

Niveaux difficulté, je peux vous dire qu'il y en a. Même si vous êtes un débutant du genre, n'ayant crainte! Le jeu a été penser pour que vous arriviez au moins jusqu'au boss final.

Il ne sera pas rare de trouver des panneaux indiquant en vidéo comment arriver à bout du niveau. Bien sûr, vous n'êtes pas obligé de les consulter. Pour ma part, je l'ai faite qu'une seule fois : juste pour voir à quoi cela ressembler. Et encore, j'avais déjà finit le niveau à ce moment-là. Et cela n'est pas finit, si vous êtes un adepte de la « grosdoigtitude »Marcus de Nolife), Harmonie peut vous aider en prenant contrôle de votre personnage, et elle ira à bout du niveau sans encombre. Et encore, vous pouvez sortir de l'enchantement à tout moment. Il n'y a pas de raison d'arrêter d'y jouer sous prétexte que c'est trop dur. On vous aide plus qu'un peu! Et cette aide n'est pas obligatoire.

Encore une autre aide : chaque niveau cache une pièce comète et parfois même une étoile caché. Si vous terminez le niveau une fois avec Luigi, vous débloquerez un fantôme des développeurs qui vous montrera le chemin à suivre pour atteindre une étoile supplémentaire. Dois-je encore préciser que l'on peut se passer de cette aide si on est bon?

La difficulté est crescendo en plus d'être presque bien dosée. Plus on avance, plus cela devient dur. Derrière le boss final se cache des défis accordé par les comètes farceuses pour chaque niveau. Bien sûr, avant de pouvoir y avoir droit, il faut avoir trouver une pièce comète dans celui-ci et je peux vous dire que certains d'entre eux sont très bien cachés. Quant à ces défis, ils sont par moment de taille! On aura par exemple finir un boss sans se faire toucher, ou finir un parcours en temps limité.

 

Ce jeu, je l'ai finis assez rapidement et sans trop baver (mais parfois si quand même!). Mais ce que j'ai oublier de vous dire, c'est que je n'étais pas seul. Je l'ai faite avec mon bro (mon frère si vous voulez). Pendant que l'un contrôle Mario, l'autre incarne un Luma rougeâtre suivant le héros partout où il ira, et on alterner les rôle au fil du temps. Ce Luma se joue avec une Wiimote seul, vous pointez votre cible et maintenez A. Et d'un clignement de cils, vous immobilisez votre adversaire (ou le décors) pour faciliter la tâche à Mario. Avec le bouton B, vous pouvez, comme Mario, lancer des éclats d'étoiles pour étourdir plus d'un. Et en pointant, vous ramassez les éclats d'étoiles. C'était ici que s'arrêtait le gameplay à deux joueurs dans SMG 1. Autant dire que le second joueur se faisait chié, sans vouloir être grossier. C'est beaucoup moins le cas dans SMG 2 puisque vous pouvez aussi utiliser la toupie comme Mario. On ne se contente plus que de paralyser certains gomba, on les abats aussi! De plus, vous pouvez aussi ramasser des pièces ou champignons afin de le donner à Mario. Pratique contre les boss! Le second joueur garde une pièce en main et le donne au premier joueur en cas de pépin. Évidemment, vous ne pouvez pas prendre les étoiles pour Mario, ce serait trop facile sinon. Bref, le mode coopération a bien été amélioré rendant le jeu plus facile et plus convivial. Mais dois-je encore dire que si vous êtes amateurs de défi, vous pouvez faire tout l'aventure seul?

 

Est-ce là un jeu parfait? ... de là à l'idéaliser comme étant le best of the best?

Malheureusement, le jeu n'est pas sans défauts. J'ai quand même réussi à être déçu quelques fois en y jouant.

Dans SMG 1, on avait droit à un dernier niveau et un boss final épique avec une superbe musique. Ici, j'ai le sentiment d'un niveau beaucoup moins dense et marquant. Le boss final est lui-même un peu trop facile, on n'a pas tout à fait le mérite que l'on devrait avoir. Et d'ailleurs, la bande son est certes très bon, mais on est loin de l'ambiance galactique de SMG 1. Mise à part à bord du vaisseau Mario, je n'ai pas souvent eut cette impression d'être dans l'espace. Je dirais plutôt que je suis dans un jeu qui enchaine les plateformes sans transitions. On dirait un Super Mario World en 3D...

Quant aux phases 2D, ceux-ci sont nombreuses. Un peu trop à mon goût. La maniabilité n'y est pas tout le temps excellente et on perd un totale contrôle de la caméra. Ce que j'aime bien faire dans un jeu, c'est prendre la vue subjective afin d'observer le décors. Hélas, SMG 2 ne l'autorise pas constamment. Parfois oui, mais en phase 2D : presque jamais.

Souvenez-vous de la mauvaise gestion de caméra et de la maniabilité de SMG 1 sur les petites planètes. Ils n'ont pas changé dans celui-ci (bien que les développeurs ont pris soin d'en prendre beaucoup moins). Il m'est arrivé plus d'une fois de ne pas pouvoir contrôler Mario à la perfection quand celui-ci se met à marcher dans tout les sens. En effet, quand le plombier marche à l'envers ou verticalement, la direction du stick change. Mais pourtant, si l'on maintient la même direction, il continue d'avancer. Faisant croire au joueur qu'il tient là la bonne direction. Et que ce passe-t-il quand une boule de feu apparaît devant soi? On fait demi-tour. Tout humain correctement construit poussera intuitivement le stick dans le sens opposé auquel il poussait jusqu'à ce moment. Mais à cause de ce f**king de gravitation, on n'aura pas la bonne direction. Et Mario restera planté comme un c** face au danger. Rah! Que ça m'a énerver ce genre de chose. Le pire, c'est qu'on retrouve ce problème contre un boss, et qui plus est, a un mode « une seule chance » dans lequel on ne doit pas se faire toucher. Ok, on finit par s'y faire mais c'est difficile la première fois. Voir frustrant.

Le dernier point à signaler, c'est qu'on s'extasie sur des niveaux... Qu'on a déjà vu dans d'autres Mario. On prend plaisir sur ceux-ci mais avec du recul, on ressent légèrement l'idée du recyclage des vieilles idées d'antan. C'est comme si on avait mélangé SMG 1 avec New Super Mario Bros Wii. Ils sont même aller jusqu'à reprendre des remix des musiques à ces endroit précis. On retrouve par exemple le thème du château des Boo de Super Mario World dans un niveau... Faisant fortement penser à celui-ci. C'est sympathique tout ça mais j'aimerai mieux de vrais nouvelles idées. Enfin, cela reste bien sûr très très mineur face au plaisir global du titre.

 

En conclusion, je n'airai pas à aller jusqu'à un renouveau du genre plateforme 3D. Mais il est certain, qu'avec toutes ces bonnes idées de gameplay, Super Mario Galaxy 2 est bien meilleur que son prédécesseur. On n'a pas là une version 1.5 mais bel et bien une suite, un épisode 2! Une vraie nouvelle aventure auquel vous pouvez y jouer sans forcément avoir joué au premier Mario Galaxy. Le tout est bien rythmé sans aucune lassitude à l'horizon. On prend plaisir de collecter toutes ces étoiles jusqu'au dernier. Un coup de maître de la part de Nintendo.

Tout joueur peut y jouer. Les moins doués pourront être aidés pour arriver jusqu'au boss final, et les amateurs de challenge en auront pour leur argent puisque les défis post-boss final sont nombreux... Et dur! Mention spécial pour la toute dernière étoile. Honnêtement, un tel jeu pour 40€ à neuf, ça vaut vraiment le coup!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Super Mario Galaxy 2

tous les tests