Super Mario Galaxy 2 sur Wii, le test de CaliKen

Publiez votre test
Signaler
CaliKen
10
CaliKen Wii

La qualité Mario mais...

Allez, cinq étoile quand même, parce que le plaisir de jeu est énorme. Cependant, quelques petits bémols à émettre...

 

On pourra dire que j'en ai bavé. J'ai attendu le dernier moment pour parler de ce Mario Galaxy... Je suis incapable de "tester" un jeu sans l'avoir fini et, pour moi, un Mario, ça se termine réellement à 100 % (au contraire d'un RPG que j'estime avoir terminé même si j'ai pas toutes les armes de la mort qui tue, par exemple). Et ces dernières étoiles vertes, dont on reparlera et surtout, la toute dernière étoile, la 242, ont failli me rendre fou...

Bon, premier constat : Cela faisait bien longtemps que Mario n'était pas revenu sur la même console, avec le même univers. Ca n'est arrivé qu'au Japon, si j'ai bonne mémoire, avec Mario Bros puis Mario Bros 2, (pas le Mario Bros 2 de l'occident, mais celui qu'on appelait The Lost Levels et qu'on a pu découvrir dans Super Mario All Star, qui regroupait les quatre Mario de l'époque Nes).

Bref, après un premier opus très sympa, mais qui n'a pas foutu la claque monumentale de Mario 64, on pouvait avoir quelques craintes concernant cette suite. N'y allons pas par quatre chemins : ça reste du Mario, et c'est donc un excellent jeu.

Telle est, d'ailleurs, la puissance de Nintendo. Celle de nous faire des jeux qui, malgré le temps et les suites, sont toujours aussi bons, et possèdent un gage de qualité qui nous les font acheter assez facilement. Un gage de qualité qui nous permet de dire qu'un Zelda n'est pas très bon, comme on le dit en règle général en ce qui concerne l'épisode Wii/Gamecube, Twilight Princess, mais qu'il reste un excellent jeu. En gros, un Zelda ou un Mario moyen sans licence, développé par un éditeur moins reconnu, ça fera un excellent soft !

Du coup, on est en droit d'attendre, à chaque fois, cette qualité de la part de Nintendo. Et hormis quelques écarts, souvent lorsqu'ils délèguent le boulot à d'autre boîtes, je ne me souviens pas avoir eu sous le paddle des épisodes ratés.

Super Mario Galaxy 2 est beau (pour de la Wii), est super maniable (avec une caméra plus intelligente que lors du premier épisode), possède des musiques toujours entraînantes, est long, voire même très long si on veut le terminer à 100% (pour un jeu de plate-forme, of course).

Pourtant, un zeste de déception m'a parcouru l'échine lorsque j'y ai joué. J'avais entendu crier partout que c'était une vraie évolution par rapport au 1, que le level design était à tomber par terre, qu'il était devenu super gamer... Bref. Il convient de rétablir une vérité, même si elle pourra peut-être paraître subjective (de toute façon, je le répète à chaque fois, mais je suis pas ici pour exprimer une vision ultra objective et rigide à souhait, qu'on se le dise) :

Le level design est pas mal, certes. Certains niveaux sont bien foutus, on s'amuse aussi à manier parfois ce drôle d'oiseau, Araplane, même si cette foutue wiimote nous fait regretter l'absence d'une véritable manette. Petite parenthèse d'ailleurs, un des gros défauts du jeu c'est d'être sur Wii, excusez-moi du peu... Mais le fait de devoir faire tournoyer sa wiimote ou de viser l'écran me casse complètement le délire. Ca n'apporte rien, RIEN ! Et les phases de gameplay où il faut viser des trucs, comme les passages où on agrippe des étoiles bleus, n'ont rien de folichons non plus.

Parenthèse fermée, scusez-moi. Bref, le level design est sympa, mais je garde le reproche que je faisais au premier Super Mario Galaxy, on reste sur des niveaux ultra dirigistes. Allez, hop, on va d'un point à l'autre. Il suffit d'aller dans le niveau Forteresse Rétro pour se rendre compte que les niveaux de Mario 64 avaient quelque chose en plus. Et puis cette histoire de planète est rigolote, mais ça va cinq minute. Au bout d'un moment, on a envie de vrais niveaux, grands et intéressants. D'ailleurs, en parlant de niveau rétro, je pensais qu'il y allait en avoir plus. Mais non. On tombe sur un niveau 64 et quelques niveaux du premier épisode.

Autre truc, la soit disant difficulté revue à la hausse. Déjà, je ne me rappelle pas avoir trouvé Mario Galaxy 1 très facile. Les étoiles de bases étaient pas trop dures à récupérer, certes, tout comme ici. Mais refaire le jeu avec Luigi était plus complexe, et certaines étoiles bien tendues.

Ici, je regrette surtout l'apparition des étoiles vertes, et même des médailles comètes, qu'il faut récupérer pour faire apparaître des comètes sur certaines galaxies (et débloquer de nouvelles étoiles). On a l'impression que le jeu s'oriente maintenant vers une course à la collecte d'item, ce qui, selon moi, est à des années lumières de l'intérêt principal d'un Mario. Les étoiles vertes n'étaient pas très dures à récupérer, hormis certaines, et c'était surtout long et fastidieux, car elles sont souvent bien cachées. Pour la première fois dans un Mario, j'ai eu l'impression qu'on les mettait là pour rallonger un peu la durée de vie artificiellement. Dommage, parce que ce n'est pas vraiment un soft qui a besoin d'un tel traitement.

Quant à la dernière étoile, la fameuse 242, elle propose enfin un vrai challenge de gamer. Le genre de niveau à l'ancienne que tu ne peux faire que si tu l'as parcouru une vingtaine de fois avant, le truc qui te fait rager contre toi-même, te donne envie de lancer ta wiimote (heureusement que tu as mis ta lanière !). Bref, un pur plaisir-cauchemar-souffrance.


Une petite déception donc, sur cette partie là du jeu. Mais sinon... quel jeu. Quel plaisir. On ne peut pas critiquer un jeu de plateforme si abouti, tellement maîtrisé, ne serait-ce qu'au point de vue de la maniabilité.

J'espère que le prochain nous fera revenir sur terre, ceci dit, dans des univers un peu plus grand, comme dans Mario 64 ou Sunshine, par exemple.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Vos tests de Super Mario Galaxy 2

tous les tests