The Elder Scrolls IV : Oblivion sur Xbox 360, le test de drunckmaster

Publiez votre test
Signaler
drunckmaster
10
drunckmaster X360

devenir héro, se sentir héro

                              The elders scrolls 4 : Oblivion

 

 

 

 

   Première heure d’une longue épopée.

 Je me suis réveillé dans le cachot de la cité impérial de Cyrodiil (province située à l’ouest de Morrowind), j’entends les voix des gardes impériaux qui s’approchent de ma cellule, à mon grand étonnement ces gardes sont les très respectés chevalier de l’ordre des lames, l’empereur fuis la cité par un passage secret dans ma cellule, mais pourquoi ??

Je décide donc de le suivre, je n’ai d’ailleurs pas d’autre issue, puis soudain une bande de mercenaire attaque l’empereur qui subit de graves blessures, avant qu’il ne meurt il me dit qu’il ma vu dans ses rêves et mes confit l’amulette des rois que je dois impérativement donner à Martin, le descendent cacher de l’empereur, sous peine qu’une prophétie se réalise : la destruction de Cyrodiil et l’ouverture des plans d’Oblivion.

J’accepte donc la dernière  requête  d’un mourant… c’est là que commence mon aventure !!!

 

 Premier pas.

 Apres avoir choisit ma race (bréton, Argonien, elfe, Kajhiit etc..) puis ma classe (guerrier, mage, voleur…) je sort du premier donjon et pose les pieds pour la première fois sur la terre de Cyrodiil au bord d’un magnifique lac.

Je ne cesse de regarder les papillons voler, les oiseaux chanter, les daims bondir dans les collines, la vue de la grande tour et des murailles de la cité impériale qui luisent au soleil m’impressionne par leur beauté.

Puis le soleil se couche derrière les montagnes m’éblouissant de ça lumière et je peux regarder les étoiles briller de milles feux dans le ciel, c’est donc dans ce monde merveilleux que va se jouer ma destinée.

 

Le jeu.

 Graphiquement, le jeu est à la hauteur des capacités de la XBOX360, c’est beau, vivant, fluide. Cela dit il y a beaucoup de zone de chargements, certes  très courtes mais occasionnant quelques ralentissements. Le premier point négatif c’est que c’est tellement beau que ça en brille, cela a tendance à faire mal aux yeux. Le deuxième point négatif c’est que malgré la profondeur du champ de vision énorme, le jeu a tendance à charger les décors par paquets de pixels.

 

L’environnement.

 Montagnes enneigées de Bruma, lac de la cité impérial, forêts, plaine, petits villages isolés, fermes, ville portuaires, cité marchande, grottes, ruines, forts… Tout y est, on plonge dans cet univers comme dans un film ou dans un livre, on peut mettre 10 minutes pour traverser la carte d’est en  ouest …c’est grand, très grand !!!

Les villes sont très bien modélisées, on peut entrer dans toutes les battisses par la cave, les souterrains, ou tous simplement par la porte d’entrée !! Dans chaque ville, il y a une chapelle ou une église, un château, des jardins, des cimetières… On arrive vite à s’y retrouver pour réparer une armure, acheter des armes, ou dormir dans une auberge dans les villes grâce a la carte.

 

Gameplay.

 La aussi, le jeu nous propose pas mal de chose .Mis a part la quête principale, il y a une pléthore de quêtes secondaires, on y gagne de l’argent, de l’expérience et des armes. On peut aussi juste visiter les ruines et les grottes pour y trouver des trésors cachés.

C’est un peu long et fatiguant de se balader à pied non ? Alors il suffit d’acheter un cheval, oui, dans cet opus c’est nouveau, c’est tous frais, on peut acheter sont propre cheval dans les écuries (on peut même acheter une maison dans les villes).Malheureusement  le cheval ne sert qu’à aller plus vite car on ne peut pas se battre en galopent. A noter que quelques bugs de collisions avec le décor sont à signaler.

 

Intelligence artificielle.

 Les personnages non joueurs sont très bien modélisés, on prend un malin plaisir à les dévisager et les regarder se balader librement dans la ville, ils vaquent à leurs occupations quotidiennes (pêche, jardinage, tour de garde…) ils discutent entre eux. Cependant, lorsqu’on les entend discuter entre eux, cela arrive parfois que leurs dialogues soient incohérents.

 

Mini jeux.

 En effet un nouveau petit gameplay intégré au jeu, l’ouverture des coffres avec des crochets et une pression sur le joystique et le système de persuasion. Malheureusement le système de persuasion devient très vite lassant au fil du jeu.

 

Note Globale 18 /20

C’est avec un grand plaisir que l’on s’immerge totalement dans cet univers, il faut plus d’une centaine d’heure de jeu pour le terminer. Seul ombre au tableau, des graphismes un peu trop tape à l’œil, quelques bugs, la traduction et les dialogues mal zonés, cela arrive parfois qu’on ne puisse pas lire la fin de la phrase ou que le texte ne veuille rien dire.

C’est cependant un jeu indispensable pour tous fans d’RPG dans l’univers d’héroïque fantaisie.

 

                                                                             Christophe Musil

 

Note : 19/20 graphiquement

C’est irréprochable mis a part l’aspect trop tape a l’œil.

           18/20 gameplay :

 Quelque bug et phase de jeux répétitives.

           18/20 la musique

 Elle nous met dans l’ambiance, on peut gagner quelques thèmes en avançant dans le jeu.

          18/20 jouabilité :

C’est beaux, c’est fluide malgré quelque bug de collision.

          18/20 duré de vie :

 C’est long, très long mais le jeu n’est pas on-line, un blâme a Microsoft qui fait payer aux joueurs 200 Microsoft points une armure pour notre cheval alors que sur pc c'est gratuit!!

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de The Elder Scrolls IV : Oblivion

tous les tests