The Elder Scrolls IV : Oblivion sur PlayStation 3, le test de Broke70

Publiez votre test
Signaler
Broke70
6
Broke70 PS3

Pouvait mieux faire....

Alors, ce n'est que mon troisième test, et je sais que je vais déjà me faire des ennemis, vu que ce jeu est semble t-il très apprécié, mais tant pis, j'assume mes goûts... En guise d'introduction, je vais parler un peu de mon expérience avec les Elders Scrolls. J'ai découvert la série en 2003, avec Morrowind, qui a été mon premier jeu de rôle sur PC. Aujourd'hui encore c'est un de mes jeux préférés, où j'ai passé d'innombrables heures de plaisir. J'ai attendu avec un certain enthousiasme sa suite, Oblivion donc, pour finallement poser les paluches dessus en 2008... et être un peu déçu, sûrement parce que j'en attendais plus. Explications... 

 

PS 1 : je vais faire pas mal de comparaisons avec Morrowind, dans le but d'argumenter et d'expliquer mon point de vue. Aussi je précise que je compare les jeux de base, sans les extensions, et naturellement sans mods. 

PS 2 : attention, erreur de ma part, le test est sur PC, et non sur PS3 !!

---- Alors ça, c'est du scénario de ouf ! ----

Première déception pour moi, le scénario, que je trouve très basique et pas vraiment intéressant. Ceci, comme le reste, est totalement subjectif hein, ne l'oubliez pas. 

Alors on commence en tant que vulgaire prisonnier, dans un cachot de la prison de la cité impériale. Et voilà que l'Empereur en personne débarque dans notre cellule, entouré de gardes du corps, et nous explique qu'il est poursuivit par des assassins, qui s'en sont déjà pris à ses fils. Et donc il essaye de s'échapper par un tunnel secret dont l'entrée, évidemment, se trouve dans votre cellule. Au passage vous trouvez ça logique vous, de construire l'entrée d'un passage secret dans une prison ? Bref, passons. Mais surtout, l'Empereur vous dit qu'il vous a déjà vu dans ses visions, vous parle des étoiles, des dieux et tout le saint frusquin... en clair, vous avez un destin de ouf, et vous allez sauver l'univers. Perso, je déteste ça dans les jeux de rôle, être le centre du monde et arriver comme le messie. Et là, la partie est commencée depuis 30 seconde, qu'on me bassine déjà avec des conneries de destin, sauver le monde etc... Désolé mais pour moi, ça le fait pas. 

Certes, dans Morrowind, c'était aussi un peu le cas, mais je trouve que c'était amené de façon plus subtile et moins directe. Le scénar de Morrowind était aussi plus sombre, plus mystérieux et plus intéressant, enfin c'est mon avis personnel. 

Mais pour revenir à Oblivion, alors l'Empereur et ses gardes s'enfuient en passant par le tunnel. Evidemment vous en profitez pour les suivre et vous échapper. Mais un peu plus loin, l'Empereur se fait tuer et, dans un dernier soupir, vous confie son amulette, ainsi que la mission de retrouver son dernier fils caché. C'est ainsi que commence l'histoire. 

Pour être honnête, je n'ai pas été jusqu'au bout de la quête principale, mais pour Morrowind non plus. Car l'une des grandes forces des Elders Scrolls, c'est de nous proposer un univers vaste et riche, où l'on peux agir à sa guise et s'occuper pendant des heures sans même toucher à la quête principale. 

---- Un univers vaste mais un peu simpliste ----

Ce qui m'amène à évoquer l'univers. Exit l'obscure province lointaine qu'était Morrowind, nous nous trouvons ici au coeur même de l'Empire, dans la province de Cyrodill. La région est assez vaste et comprend 8 villes assez différentes (sans compter les quelques hameaux), avec chacune leur ambiance et leur architecture propre. Ce qui est un bon point, il faut le reconnaître, car dans le précédent épisode, les villes avaient beaux êtres plus nombreuses (une vingtaine), elles étaient aussi plus uniformes, et on ne rencontraît que 4 ou 5 styles diffrérents. Même si certains, ceci dit, étaient carrément plus originaux, je pense par exemple aux maisons-champignons des Telvannis, ou encore les Redorans qui creusaient leurs habitations dans les carapaces d'animaux géants.

En outre la cité impériale est incroyable vide et silencieuse, pour ce qui est censé être la capitale d'un immense empire... 

Les paysages se composent essentiellement de forêts et de collines verdoyantes, avec aussi une montagne enneigée au nord. Tout se ressemble un peu, mais c'était aussi le cas de Morrowind je trouve, où les environnements n'étaient pas non plus d'une diversité incroyable. Même si, là encore, Morrowind était plus original et dépaysant.  A part ça, il y a beaucoup d'endroits à visiter (cavernes, donjons, ruines...) où nous sommes suscptibles de trouver des trésors et des ennemis à occir. 

On retrouve les mêmes races qu'avant, aucun changement à ce niveau. On peux quand même regretter le fait que les races dites "animales" comme les Argoniens ou les Khajiits, "s'humanisent" par rapport à avant, où elles se déplaçaient, sautaient et se battaient de façon plus bestiale. Il y avait même une petite influence sur le gameplay, puisque la forme de leurs pieds les empêchait de mettre des bottes. Ici, les hommes-lézards et les hommes-chats se tiennent droits comme des "i" et sont tout au plus des humains avec des écailles ou de la fourrure, des griffes et une queue. 

Mais ma plus grande déception concernant l'univers, c'est surtout son background. Je m'explique : dans Morrowind, on se trouvait dans une lointaine province, récemment conquise, où l'Empire n'était pas encore complètement accepté. Certains indigènes y étaient ouvertement hostiles, puisqu'ils considéraient que l'Empire venait détruire leur culture et leurs traditions (par exemple en abolissant l'esclavage), et il y avait donc pas mal de racisme envers les étrangers. Souvenez-vous, pour ceux qui l'ont connue, de la scène de la taverne, où deux Dunmers s'en prenait à un Argonien, et où on avait le choix entre l'insulter aussi, ou bien l'aider.

Il y avait aussi des tensions politiques entre les 3 grandes Maisons rivales, qui étaient vraiment différentes, et qui continuaient à s'affronter dans l'ombre, avec des espions, des assassins et des diplomates. Cela donnait lieu à un background assez fouillé, riche en intrigues, où l'on pouvait même prendre parti. 

Ici, rien de tout ça. Plus d'esclavage et quasiment aucune tension raciale (non pas que j'aime ça, au contraire, mais ça faisait plus adulte et plus mature), et tous les seigneurs sont copains. Ok, on est au coeur de l'Empire, mais c'est pas pour autant que tout le monde doit prendre le thé ensemble ! 

On aurait très bien pu imaginer des rivalités entre les seigneurs et les villes, des complots, des coups-bas, des intrigues etc... et qui auraient rendus le background beaucoup plus intéressant. Et même, l'Empereur vient de mourir, ainsi que tous ses fils. On aurait pu avoir un seigneur plus ambitieux que les autres, qui aurait tenté de s'emparer du trône, malgré la menace des portes d'Oblivion etc... on aurait vu au moins deux camps émerger, avec la possibilité de prendre parti, et quelques quêtes autour de ça. Mais nan, il n'y a rien de tout ça. 

Ce ne sont que des idées qui me passent par la tête, mais tout ça pour dire que le background d'Oblivion est trop basique, trop simple et trop plat pour vraiment me passioner. 

Autre point décevant (et oui encore un), le bestaire, qui est d'un classicisme pas possible. Mis à part les obligatoires rats et loups, on trouve des gobelins, des trolls, des ogres, des minotaures... bref, du déjà vu. Morrowind avait au moins le mérite d'avoir un bestaire vraiment original, fait de créatures toutes plus bizarres les unes que les autres. Citons par exemple... les netchs, ces espèces de méduses volantes, ou encore les dreughs, des créatures aquatiques, mélanges d'homme, de crabe et de pieuvre...

Alors certes, je comprend très bien que ce genre de fantaisie ne plaise pas à tout le monde, et que certains préfèrent se retrouver avec des créatures bien connues. Mais pour moi, c'est s'éloigner encore un peu plus de l'originalité, du dépaysement et de l'exotisme qui contribuait au charme de Morrowind. 

Il n'y a plus de créatures volantes, et les pauvres petits poissons carnassiers seront bien les seules bestioles que vous pourrez rencontrer dans l'eau. Dommage.

Il y aussi moins de factions, puisqu'il n'y en a que 5. Enfin je ne suis pas sûr, mais de toutes façons ça ne rattrape pas Morrowind qui comportait au moins 10 factions. Certaines sont quand même assez sympa, je pense surtout à la Confrérie Noire qui est assez originale dans ses méthodes de recrutement. La Guilde des Voleurs est assez chouette aussi, tandis que les autres sont plus classiques je trouve. 

Enfin,on peut dire que les villes sont quand même plus vivantes, avec des PNJ qui ne sont plus statiques, mais qui discutent entre eux ou qui vaquent à leurs occupations, qui dorment, qui mangent etc... L'ennui, c'est qu'on a quasiment aucune interaction avec eux. La plupart n'ont quasiment rien à dire, on peut seulement les questionner sur les dernières rumeurs du coin. Avec les quêtes, quelques dialogues supplémentaires peuvent s'ajouter, mais ça ne va généralement pas bien loin. 

Morrowind proposait quelque chose de plus complet à ce niveau-là. On pouvait discuter avec les PNJ, afin qu'ils nous parlent d'eux, de leur métier, de leurs origines, de leur race, de la région où l'on se trouvait etc... On pouvait vraiment aborder des dizaines de sujets de conversations avec n'importe qui, ce qui dépasse largement Oblivion, où tout au plus 4 ou 5 sujets s'affichent avec un PNJ lambda. Certains diront, sans avoir vraiment tord, que ces dialogues étaient un peu toujours les mêmes, mais au moins, ils avaient le mérite d'exister, et d'être là pour renforcer notre immersion dans l'univers, en nous permettant de vraiment parler avec les gens. 

---- Un gameplay sympa mais... simpliste ----

Autre point qui fache, le gameplay. Comme dit dans mon titre, je le trouve plutôt sympa, mais simplifé. Je ne vais pas y passer trois heures, donc citons en vrac : la magie qui remonte toute seule, la fatigue qui remonte très vite même quand on court (alors qu'elle devrait baisser puisqu'on est en train de faire des efforts !), les marqueurs de quêtes qui nous indiquent en permanence où aller... 

Bon ok, il faut avouer que parfois, dans Morrowind, c'était la galère. Celui qui n'a jamais piqué une crise en tournant en rond pendant 1 heure, pour trouver une saleté de caverne au nom imprononçable... est un menteur.

Mais là, c'est trop pénible d'être assisté en permanence. Dès qu'on prend une quête, on a ce marqueur qui apparaît pour nous dire tout de suite où aller. Ça enlève une bonne partie du plaisir de la recheche.

Et que dire du système de Fast Travel, qui permet de se téléporter instantanément à n'importe point de la carte déjà visité. Et pour les villes c'est encore mieux, vous pouvez y aller comme ça, à l'autre bout du pays, même si vous n'y avais jamais mis les pieds avant. Alors oui, si ça ne me plaît pas, je n'ai qu'à pas l'utiliser, et c'est ce que je fais. Mais le hic dans ce cas, c'est que je suis obligé de tout me farcir uniquement à pied (ou à cheval, puisqu'on a de nouveau des montures, et ça c'est pas mal), car forcément les développeurs n'ont pas prévu de système de déplacement rapide logique, comme dans Morrowind, avec les caravanes reliant les grandes villes, les navires qui faisaient la navette entre les ports etc...  

A part ça, certaines compétences ont disparues (enchantement...) ou ont été regroupées avec d'autres pour plus de simplicité. Exemple : les talents "Lames courtes" et "Lames longues" qui ont été fondues dans un seul talent, "Lames". 

Ceci n'est pas forcément une mauvaise chose, car avoir deux talents, un pour les dagues et un autre pour les épées longues, était un peu pesant je trouve. Donc pas vraiment un défaut même si cela contribue à cette impression générale de simplification du jeu, pour le rendre plus facile, plus accessible et plus grand public que son prédécesseur. 

Certains sorts ont été passés à la trappe, comme la lévitation qui était pourtant très appréciée. Une classe d'armure a sautée (intermédiaire) pour ne laisser que les armures lourdes ou légères. Elles sont aussi moins complexes, car les épaulières ont disparues, et les gantelets et bracelets sont maintenant obligatoirement par paires, alors qu'avant ils étaient bien dissociés, avec un gantelet droit et un gantelet gauche. Tout ceci permettait de se faire vraiment le look de notre choix, en portant par exemple un bon gantelet en acier dans la main droite tenant notre épée, et un simple bracelet en cuir de l'autre côté. Il y a aussi moins d'armes, puisque les lances ont été virées. De même que les arbalètes et les armes de jet. L'arc devient donc l'unique arme à distance du jeu. 

Cependant, il faut bien dire que les combats sont nettement meilleurs. Les mouvements sont plus fluides, les coups sont plus nerveux, la physique est assez convaincante, ce qui permet aux corps de tomber de façon plus réaliste, au lieu de s'écrouler sur place comme un sac à patates.

Dans les donjons on peut désormais tomber sur des pièges à la Indianna Jones, comme des fléchettes qui sortent des murs, des trappes etc... Sans rien révolutionner, je trouve que c'est assez sympa.

J'aime bien aussi la possibilité de pouvoir acheter sa propre maison et de la décorer en achetant des sortes de packs de meubles etc... dommage cependant qu'on ne puisse pas vraiment personnaliser à fond son intérieur, mais c'est déjà pas mal. 

Enfin, pour conclure sur le gameplay, l'un des gros points forts d'Oblivion, c'est bien entendu sa durée de vie. Dans ma dernière partie, j'en suis à presque 70 heures de jeu, et pourtant, je n'ai pas visité toute la carte, et je n'ai même pas touché à la quête principale ! 70 heures, rien qu'a me ballader, explorer des donjons, faires des quêtes secondaires etc... Grandiose. 

---- Une réalisation correcte dans l'ensemble ----

On a beaucou parler d'Oblivion pour ses graphismes. Alors j'ai bien conscience que le jeu est sortit en 2006,  mais déjà en 2008 je les trouvais assez inégaux. Mais avant de me traîter de "kikoolol HD", sachez que moi, les graphismes, je m'en tamponne un peu.

Alors tout ce qui est paysage extérieur, c'est plutôt joli, avec de chouettes effets de lumières au coucher du soleil etc... les arbres et les herbes bougent avec le vent, ce qui donne une impression de fraîcheur je trouve, alors qu'on pouvait se sentir étouffer dans les paysages figés de Morrowind. 

J'ai quand même du mal avec certaines textures, comme par exemple la pierre, qui parfois ressemble plus à du carton ou du plastique. Mais surtout ce sont les visages que je trouve assez moches, sans parler de la peau verte fluo des Orcs ou bleue flashy de certains Elfes Noirs. 

Mais bon dans l'ensemble, je trouve le jeu assez joli et pas désagréable à regarder. Sinon musicallement c'est sympa, et tous les dialogues sont doublés, ce qui est un effort appréciable. 

---- Conclusion ----

Je met un terme à mon récit déjà bien long. J'espère tout de même que vous m'aurez lu jusqu'au bout, que j'écrive pas pour des prunes. Dans l'ensemble, je ne peux pas dire qu'Oblivion est un mauvais jeu. Il a des qualités indéniables, mais aussi des défauts qui sautent aux yeux du vétéran de la licence que je suis. S'il avait été un jeu à part, le verdict aurait été différent, or c'est le 4ème épisode d'une série, et forcément je ne peut pas faire autrement que de le comparer à son  prédécesseur pour voir les améliorations et les pertes. 

Bref, pour moi c'est un jeu correct et relativement agréable, mais hélas trop simplifé pour arriver à me passionner autant que Morrowind. En espérant que Skyrim fasse mieux... 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de The Elder Scrolls IV : Oblivion

tous les tests