Batman : Arkham Asylum sur Xbox 360, le test de Etrigane

Publiez votre test
Signaler
Etrigane
10
Etrigane X360

Et si les jeux à licence avaient de l'avenir, finalement ?

On le sait, Batman est un des personnages de comics les plus populaires. Si on s'interroge sur les raisons d'un tel succès, la raison paraît assez évidente : il s'agit là d'une des séries les plus adultes et les plus matures dans l'univers très bon enfant du comics book.

Après tout, les premières lettres de Gotham City ont une ressemblance troublante avec le mot Gothique. Il s'agit donc de la ville gothique par excellence, avec ses grandes tours surveillées par des gargouilles, ses ruelles sombres et poisseuses, et, bien sûr, son super-héros nocturne et tourmenté, Batman. Du côté des super-vilains, nous avons également une brochette de personnages tous plus torturés les uns que les autres, à commencer par le Joker bien entendu, complètement dérangé et parfois même dérangeant. Je ne peux m'empêcher d'avoir également une pensée pour Harvey 'Double Face' Dent, l'ancien avocat vertueux devenu fou après que la moitié de son visage ait été déformée par de l'acide pur.
Dans le même ordre d'idée, Batman est plus violent, plus radical, que la plupart des autres super-héros et se situe clairement à mi-chemin entre un Daredevil et un Punisher.
Cela explique que ce sont dans les pages de Batman que se sont trouvées des planches qui comptent parmi les plus noires et dérangées de la BD américaine (voir mes articles sur Frank Miller). On pourrait également se référer au dernier Batman sorti au cinéma, sombre, violent, avec notamment un Joker épouvantablement dingue et flippant.

Sans conteste possible, le gros point fort de ce jeu Batman Arkham Asylum, c'est de ne pas avoir hésité à utiliser cette noirceur propre à ce comics pour livrer un jeu parfois brutal et sans concessions. Du coup, le jeu se retrouve déconseillé aux moins de 16 ans, de façon assez logique (même si je suis persuadé qu'une bonne quantité de mes collégiens y ont déjà joué^^).
Il faut dire que le choix de l'asile d'Arkham était très judicieux, ce lieu hostile et terrifiant regroupant les pires meurtriers de Gotham.
Dans ce jeu, la cruauté du Joker s'exercera souvent sur les pauvres gardes encore présents dans l'asile après qu'il s'en soit emparé suite à une fausse arrestation qu'il avait orchestrée de main de maître, ou même parfois sur ses propres hommes, puisqu'il ne faut pas oublier que le Joker est complètement dérangé et que tuer des hommes à lui ne lui pose pas le moindre problème.
Le fait qu'il contrôle l'asile est une idée brillante, puisqu'il apparait constamment sur les écrans de contrôle, faisant le pitre tout en vociférant ou en se mettant en scène, ce qui donne l'impression stressante qu'il est présent partout, tout le temps, sans le moindre répit. J'ai adoré également ces moments où on joue en infiltration et ou il parle à ses hommes, faisant le compte de ceux qu'on a réussi à neutraliser, engueulant ou menaçant de mort ceux qui restent.

D'une manière générale, c'est toute la charte graphique du jeu qui a été conçue pour aller dans le sens du gothique à outrance, mention spéciale pour Harley Quinn, la "copine" du Joker, qui a abandonné ici sa tenue multicolore de bouffon qu'elle porte d'habitude au profit d'une jupette sexy à souhait, avec deux tresses blondes, des habits gothiques à mort, les yeux cernés de noir. Elle est franchement inquiétante, la miss, sous cet aspect...
Batman lui-même a une classe folle. La cape est longue, les muscles proéminents, ce n'est pas du Batman gentillet qu'on nous a servi là. Quand il effectue un "finish move" sur un adversaire à terre, il lui explose littéralement la gueule d'un violent coup contre le sol.

---------------------------------------------------------------------
Tu cognes ou tu te planques ?
---------------------------------------------------------------------
Comme Aurélien l'a justement signalé dans son article, le gameplay de ce Arkham Asylum repose sur un mélange de trois tendances : le beat'em all bourrin dans lequel on tape, cogne, on combote et on finit ce qu'il y a à finir; l'infiltration avec nécessité absolue de se planquer, d'utiliser le décor, l'élimination par derrière et tout ce que s'ensuit, car les ennemis sont parfois armés jusqu'aux dents et vous n'avez pas la moindre chance en frontal; et le jeu de type aventure/exploration qui nécessite de fouiller partout pour trouver moult secrets, obligeant à revenir sur ses pas quand on a débloqué un accessoire qui donne accès à des zones de jeu impossibles à atteindre la première fois qu'on était passé.

Et là, il faut avouer que les développeurs ont fait fort. Pour être honnête, on ne peut pas dire que le jeu soit d'une richesse exceptionnelle dans aucun de ses compartiments. La partie baston pourrait refroidir les amateurs car il n'y a que très peu de combos et on se contente finalement d'appuyer sans grands efforts sur deux boutons pour venir à bout de dix types qui nous encerclent. La partie infiltration se résume à utiliser un peu trop souvent les mêmes méthodes, notamment les gargouilles, point idéal pour s'en prendre aux malfrats.
Mais, malgré cela, ils ont réussi un petit miracle en rendant toutes ces phases de jeu hyper jouissives. Il faut voir Batman se suspendre tête en bas sur une gargouille. On attend alors qu'un méchant passe en dessous et si on a acheté la compétence qui permet de le faire, un appui sur une touche et une animation géniale vous montre en train de descendre à la vitesse de l'éclair pour choper le gars, le remonter, l'assommer un bon coup et le suspendre à la gargouille.
Un bonheur^^.
Et tout est comme ça dans ce jeu. Toutes ces actions contextuelles se déclenchent facilement, et le plaisir que cela procure au joueur ne se perd jamais, tout au long du jeu.

Il faut ajouter à cela que la partie technique du jeu est irréprochable. Les graphismes sont magnifiques, les animations aussi, c'est une vraie claque qu'on se prend en jouant à ce jeu d'un réalisme extrême, aux décors inspirés, fourmillant de détails en tous genres.

Le mode "détection", sorte de super radar très utile au repérage de tout un tas de choses, est une bonne trouvaille, même si le vieux joueur un peu hardcore que je suis déplore un peu la facilité que cela apporte à certaines phases de jeu. Etait-il vraiment besoin d'indiquer les bouches d'aération en orange, ou d'autres choses utiles pour le joueur ? On voit que l'effet de la casualisation est passé par là et que les joueurs sont de plus en plus assistés dans leur progression. Il aurait pu être intéressant et gratifiant de trouver soi-même ses propres points de passage, sans qu'on nous indique tout avec de grosses flèches.
Un autre défaut du jeu, c'est clairement le ratage des combats de boss. Quelques séquences sont fabuleuses, comme celles avec l'épouvantail, mais dans l'ensemble, il n'y a pas vraiment de combats de boss proprement dits, plutôt des phases de jeu mettant en scène un boss.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cesse de grogner, vieux joueur grincheux, tu as une merveille sous les yeux
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'abonde dans le sens de mon sympathique ex-élève et pourquoi pas nouvel ami Aurélien , pour dire que ce jeu mérite largement les éloges qui ont plu sur ses épaules de toutes parts, qu'elles viennent de la critique ou des joueurs, tant il est vrai que ce jeu est réussi.

De la part des développeurs, le respect scrupuleux de la licence est partout présent dans le jeu, et on sent tout leur amour pour ce personnage légendaire. J'en veux pour preuve toutes les choses que l'on débloque au fur et à mesure dans le jeu, tous les secrets de l'homme-mystère qui donnent accès à des biographies, des figurines, des bandes sons...tout un tas de bonus que les passionnés de Batman dévoreront. Les biographies sont très bien faites, et accompagnées du numéro et de la date de première apparition du personnage (certains remontent à 1939, vous ne rêvez pas^^).

Habituellement, les jeux sous licence sont de sombres bouses qui exploitent honteusement un univers connu pour vendre, ici, c'est tout le contraire. Le jeu ne se sert pas d'une licence, il sert la licence. Là est toute la différence..

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Batman : Arkham Asylum

tous les tests