The 3rd Birthday sur PSP, le test de glauktier

Publiez votre test
Signaler
glauktier
4
glauktier PSP

Il est temps que Nomura prenne des vacances

Parasite Eve 3, the Third Birthday, troisième épisode de la saga Parasite Eve qui, 10 ans plus tard, se poursuit sur la PSP de SONY. Non Monsieur, non monsieur, je n'accepte pas ça !

 

Noël 2012, Manhattan est envahi par les Twisteds, des créatures dont le nom est tiré de leurs formes vrillées. Aucune pitié, aucune sommation, les Twisteds font un massacre aussi bien qu'ils débarquent de nulle part. La cellule CTI (Counter Twisted Investigation), montée 1 an plus tard (en 2013 donc), utilise Aya Bréa, une jeune femme amnésique qui possède un pouvoir unique et intimement lié aux Twisteds: "plonger" dans le corps de n'importe qui pour en prendre le contrôle. À l'aide d'une machine douteuse, ils envoient alors son spectre dans le temps afin d'empêcher les débuts d'invasion des Twisted en 2012.

 

 

 

Déjà la première chose qui choque auprès de cette héroine charismatique c'est son PUTAIN de doublage anglais qui ne cesse de la faire expirer comme le ferait un personnage féminin d'animé manga. INSUPPORTABLE. Dès les premières minutes où la belle Aya parle, je la hais. Aya une femme forte pendant 10 ans réduit au statut de fillette éplauré (à chaque ouverture de porte ou geste insignifiant de ses interlocuteurs, hein!). -1

 

Seconde chose qui choque c'est les graphismes. MAGNIFIQUES. Un des plus beaux jeu de la PSP sans contestation possible. Autant les cinématiques (rares) sont belles et rythmées, autant les scènes avec le moteur du jeu améliorées sont bluffantes de fluidité. Les traits sont fin et aucun pixel à l'horizon (à part les doigts mais bon y'a des limites). Non franchement, un très très beau jeu qui, à défaut d'être insupportable à entendre, nous berce très facilement avec ses belles images. +1

 

La troisième chose qui vient à l'esprit c'est le gameplay. Le concept de "plongée" dans les corps de ses coéquipiers qui luttent à vos côtés apporte un dynamisme énorme. Le Third Person Shooter est très bien exploité et les armes, pour une première promenade, sont variés. Le jeu est vraiment nerveux et, pour un gamer, c'est très agréable (même si on fait beaucoup de "Death & Retry" au début). Deplus, les chapitres sont ponctués de défis facultatifs pas faciles qui, une fois réussi, nous abondent de BP ("Battle Points" probablement) +1

 

La quatrième chose, une fois bien entré dans le jeu, c'est l'évolution. Car malgré tout, PE3 est un RPG Shooter. Notre personnage progresse: gain de niveau, gain de niveau de maniement d'arme et en capacités améliorés. Le problème c'est que c'est très mal géré. Par exemple les niveau d'Aya, ça sert à rien. Strictement à rien. Elle ne gagne rien en passant de niveau. Pas de Point de vie ou gain de vitesse… rien ! Ah si, elle regagne toute sa vie si elle se trouve en plein combat. -1

Le maniement des armes, en revanche, est utile car plus on utilise une arme, plus on augmente de niveau. Ça va pas loin très vite parce que vers le niveau 3, ça se tasse et on entend au mieux parler du 4 (sur 10 je crois). Le passage de niveau de maniement d'armes permet de débloquer des améliorations de nos armes débloquées (oui aussi). Ces améliorations d'arme s'achètent avec les BP que l'on obtient en abbatant des ennemis ou en remplissant les défis. 

Le soucis c'est que ces améliorations ne sont pas terribles. Si une arme est puissante, on la rendra au mieux un tout petit plus puissante mais c'est tout. On ne pourra jamais lui retirer ses défauts (peu de munitions par exemple) ou la rendre hyper mortelle. Deplus on ne dispose que de 4 armes lorsqu'on joue: 3 de nos armes et la dernière détenue par la personne dans laquelle on a "plongé", donc autant dire rien parce qu'elles ne sont pas très fortes. Dans nos 3 armes customisables, il y a un notre pistolet dont on ne peut pas se défaire et 2 armes choisies comme on veut. Ce fameux pistolet utile dans les premières missions s'avère particulièrement inutile dés le 3 eme chapitre (sur 6). On a beau essayer de l'améliorer, rien à faire, il reste pourris. Comme il est pourris, on ne l'utilise pas. Et comme on l'utilise pas, on gagne pas en niveau de maniement d'arme. Et comme on gagne pas de niveau de maniement d'arme, on débloque pas les améliorations achetables de l'arme. Donc l'arme reste pourrie. Le cercle vicieux… Donc on se retrouve très vite avec seulement 2 armes utiles sur 4. C'est peu. Je me rappelle encore du premier Parasite Eve ou l'on faisait de son premier pistoler une arme ultime à la fin, tellement on l'avait customisé. -1 donc.

 

On peut améliorer des multiples facettes de la puissance d'Aya en manipulant une grille d'ADN. Ça reste sympa sans plus, même si caractère aléatoire de la chose est parfois un peu usant. On peut y passer 5, 10, 15 min à faire et défaire les même éléments pour que la combinaison ADN soit la plus améliorée possible, au risque d'avoir une proposition meilleure ou hyper nulle juste après. Faut dire aussi que si c'était prévisible à 100%, ça serait peut-être pas non plus très amusant. +/- 0

 

Et puis vient le scénario. Et là, j'ai mal. Pas possible. C'est juste pas possible. Pas qu'il soit mauvais, pas qu'il soit mal conçus, c'est juste qu'il est tellement tiré par les cheveux et incohérent qu'il pulvérise la série des Parasite Eve à lui tout seul. Personnages inventés sans charismes, méchant qui se voit dès la première seconde ou actes insensés de personnages secondaires… Non, on ne peut rien sauver. Le twist scénaristique de la fin ? Risible et tellement niais ! Non vraiment Nomura, (responsable sur ce jeu) à validé un scénario japonais pour les japonais transi qui n'a aucun intéret. Où sont passés les scénaristes de Final Fantasy X ? Où sont passés les scénariste de Final Fantasy Tactics ? Ou de pleins d'autres jeux qui ont fait des histoires mûres et incroyables ? -10

 

Ah, j'ai oublié de préciser que le jeu ne dure, pour une première ballade, qu'entre 7 et 9 heures. Puis le jeu essais de se vendre en proposant des "runs" en difficulté différentes pour débloquer costumes et armes spéciales. -5.

 

 

Une héroine brisée, un scénario qui part en sucette sans baton, une bande-son à la limite de l'écoutable (honnètement, les musiques sont cohérentes par rapport à la série mais c'est tout), un système d'évolution bridé et bridant, et une durée de vie légitime d'une dizaine d'heure, c'est juste la méga honte pour une suite qui avait tout pour plaire. Encore une fois je suis déçu. Pourtant ce jeu possède un gameplay fort sympathique et des graphisme au top du top, mais malheureusement, ce n'est pas assez puisque nous avons un total de -16.

Nomura, il est vraiment temps que tu prennes un bon congé sabbatique et que tu observes l'évolution du jeu vidéo autour de toi. Bientôt, SQUARENIX n'aura plus de vielles licences intéressantes à développer et ça sera la fin des haricôts.


PS: Encore un jeu exporté en France (jaquette et manuel traduits) et qui n'a PAS été traduit !

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Vos tests de The 3rd Birthday

tous les tests