Assassin's Creed II sur Xbox 360, le test de Poups

Publiez votre test
Signaler
Poups
10
Poups X360

Assassin's Creed 2

Assassin's Creed avait su nous impressionner avec une réalisation et une immersion sans faille. Il nous avait aussi déçus du fait d'un gameplay trop répétitif et des possibilités souvent trop peu exploitées. Mais n'ayez crainte chers amis Wootsiens! Ezio est là et qu'on se le dise : il change la donne. Vous allez kiffer la Toscane. 

Assassin's Creed 2 est beau: c'est un fait. Ainsi le jeu impressionne du début à la fin; c'est simple tout est réussi et la maitrise des équipes d'Ubisoft Montréal force le respect. La modélisation générale est criante de vérité (petit bémol cependant sur les visages bizarrement moins réussis que dans le premier opus) tout comme les animations qui restent encore à ce jour parmi les plus belles toutes plates-formes confondues. Il suffit de prendre de la hauteur pour se rendre compte du travail accompli : Florence la nuit, ses éclairages, ses rues grouillante de vie, ses bâtiments à perte de vue : tout respire la démesure, tout est en mouvement perpétuel, pas une seconde sans que l'environnement ne paraisse autonome et régit par des règles logiques: on s'y croit.

Ainsi la foule a une conscience propre et saura aider le joueur si celui-ci sait la manipuler afin de servir ses desseins : retarder une patrouille, couvrir une fuite, etc...Avec un peu d'astuce tout devient possible et vous ne serez limité que par votre imagination.

Un nouvel Animus signe d'un nouveau départ

Nouvel époque, nouveaux moeurs. Ainsi le nouvel Animus vous emmènera cette fois en pleine Renaissance, en Toscane. Qui dit nouvel époque dit nouveau héros: au revoir bel Altaïr et bonjour Sir Ezio. En fait ce nouveau protagoniste est plus qu'un changement de personnage, il marque un nouveau cap. Ainsi sa psychologie est bien plus développée que celle de son prédécesseur, vous le verrez évoluer tout au long d'une quête qui durera plus de 10 ans, un long périple qui vous emmènera de Florence à Venise en passant par San Gimignano, Forli et une plus petite cité : Monteriggioni. Ezio passera donc du statut de jeune-con-fougueux-et-très-tête-à-claque à celui d'assassin de premier ordre animé par une seule idée: venger la mort de son père et découvrir la vérité qui vous mettra bien entendu sur les traces des templiers.

Cette nouvelle orientation ouvre également un nouveau champs des possibles...

Du flouz, de la thune, de l'oseille...Un max d'oseille

Entendez par là que les développeurs ont implémenté un système monétaire au sein de leur jeu : les florins. Si à première vue ce changement peut vous laisser ni chaud ni froid sachez qu'il n'en est rien : une grande partie du gameplay s'en trouve enrichie. Ainsi plus question de vous laisser vagabonder avec 4 armes car il y en a plusieurs dizaines dans ce Assassin's Creed 2 : de l'épée de midinette à la hache en passant par les couteaux et les lances. Toutes ces armes pourront donc être monnayées ou bien subtilisées à vos ennemis : les combats, même s'ils sont calqués sur le premier opus, se retrouvent donc enrichis et un poil plus trippants. Noter aussi que vous pourrez acheter diverses armures et fournitures pour faciliter votre quête et la rendre un brin moins impersonnelle.

En sus des armes les florins vous permettront de demander de l'aide à certains PNJ. De ce fait les brigands pourront vous aider à fuir en éliminant les gardes à votre poursuite, les prostitués distrairont leur attention pour vous laisser passer etc...On dénombre une bonne dizaine d'actions de ce genre qui, même si elles restent anecdotiques, enrichissent encore une fois l'expérience de jeu. Petit plus amusant : vous pourrez, alors que vous êtes poursuivi, jeter quelques pièces au sol afin de créer une cohue et ainsi bloquer, temporairement, le passage des garnisons.

Move your body

Ezio apporte donc un nouveau souffle à cette saga naissante blabla, blabla...Tout ça on l'a dit! En revanche nous avons omis de mentionner les quelques nouveaux mouvements qui seront à votre disposition. Ezio est donc moins con qu'Altaïr et peut désormais nager (si, si!), une capacité bien pratique pour prendre la fuite par les canaux de Venise. Mais Ezio est aussi plus classe qu'Altaïr, en effet il dispose non pas d'une mais de DEUX lames d'assassin hyper secrètes...Malheureusement, comme on pouvait s'y attendre, cette joyeuserie ne sera utile qu'à de trop rares moments et pourtant...quel pied. Enfin notre bel Italien ne se contentera plus d'un cheval comme moyen de locomotion car il pourra désormais conduire des calèches et prendre son envol, le temps d'une mission magnifiquement mise en scène, avec les ailes de Leonard De Vinci (voir démo E3 2009). C'est qu'il est dégourdi le Ezio!

Alors que peut on reprocher à ce Assassin's Creed 2? A vrai dire pas grand chose si ce n'est quelques légers bugs de collision et surtout son insoutenable cliffhanger (pire que celui du premier opus!) qui nous fait trépigner d'impatience devant le désormais non-annoncé-mais-déjà-confirmé Assassin's Creed 3, faites nous de rêver chers amis de Ubisoft: we love you.

Cet Assassin's Creed 2 est donc placé sous le signe de la Renaissance, tant par l'époque choisie pour l'intrigue que pour les nouvelles bases de gameplay qu'il pose. Ainsi on se retrouve avec un jeu toujours aussi beau et immersif et qui, en sus de ces qualités, propose enfin de la variété alliée à une histoire mieux écrite et des personnages attachants. Il ne faut pas oublier le nouveau système de monnaie qui apporte beaucoup de profondeur à un titre qui en manquait cruellement. Alors que dire? Bienvenue en Italie Sir Auditore di Firenze.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Assassin's Creed II

tous les tests