Final Fantasy IX sur PlayStation, le test de Aenoth

Publiez votre test
Signaler
Aenoth
10
Aenoth PS

La 9ème Symphonie

Difficile de parler d'un jeu qu'on affectionne beaucoup sans s'enflammer. Encore plus quand c'est un épisode d'une saga renomée, la grande, la belle  Final Fantasy.  Mais malheureusement pour vous ce ne sera pas l'épisode 7, ni 6 ni 8 ...mais rangez vos katanas voyons !  Cela devient gênant.  Je vais vous parler du plus important - dixit Hironobu Sakaguchi himself ! - Du plus beau, du plus sensible, du plus mieux bien - ça c'est de moi - des épisodes, le grand et tristement oublié :

 

 

Ce qu'il faut savoir.

Le joueur incarne le voleur Tantalas Djidane, chargé d'enlever la princesse Grenat surveillé de près par son bodyguard Steiner sans oublier Bibi un petit mage candide découvrant le monde qui l'entoure. L'enlèvement dégénère et mènent nos compagnons vers de nombreuses péripéties qui annoncent un mal sous-jacent, Leur apportant bon nombre de révelation sur eux-mêmes. Ce petit bout de scénario ma foi fort banal raconte comment des principe fondamentaux que l'on croit inébranlable peuvent s'effondrer et ainsi tout remettre en cause dans une vie.

A-t-on besoin d'une raison pour aider quelqu'un ?

Zeu RPG

Le jeu fonctionne sur le même pincipe que ses deux  ainés , décors en 2D pré-calculé très fin , varié et somptueux, les personnages sont tres bien animé et modélisé  façon Super Deformed, la Playstation donne tout ce qu'elle a dans le ventre et elle nous en a cachée des choses.  Coté narration, voici l'arrivé des Active time Event : d'une simple pression sur Select vous assistez à une scénette d'un des protagonistes qui s'est séparé du groupe lors d'une escapade en ville. Cela apporte énormément au background du personnage et l'histoire n'en est que plus riche. Les scènes cinématique sont sublime du jamais vu pour l'époque , les musiques signé Nobuo Uematsu sont enchantés et éclectiques. Tout les ingrédient sont là pour nous transporter dans une autre monde Amano (et Nomura un peu quand même...), Uematsu et Sakaguchi. le trium vira du JRPG vous offre un monde onirique incluant sont lots de drames et de questionnement le tout accompagné d'une superbe aventure airpégièsque.

 

Le système de combat est somme toute classique mais efficace, le bon vieux tour par tour accompagné de l'Active Time Battle, une jauge de furie se remplie progressivement après chaque coups encaissé, désormais 4 personnages peuvent prendre part au combat . Les compétences sont liés aux armes et équipements,elles s'apprenent grâce au points de compétences aquis en combat. Une fois apprises il est possible d'activé les compétences que l'on souhaite. Elle ne sont pas toutes activable en même temps , il faudra donc faire des choix. Les chimères arrivent au fil de l'histoire, c'est d'ailleurs pour la première fois qu'elle sont inclus dans des scènes cinématiques .Voila la formule magique qui selon moi fait de final fantasy IX Le RPG ultime de ces 10 dernieres années , facile à prendre en mains et pointu pour les mordus du genre, atteints de collectionite, merci les quetes annexe les objet et les cartes à jouer !

Vivre c'est prouver qu'on vit... ?

Cette épisode sortie en fin de vie de la Playstation fut malheureusement éclipsé par la génération de console suivante. Beaucoup le jugèrent trop enfantin, s'arrêtant injustement sur la direction artistique et le coté globalement niais de la chose. Le jeu fut bien accueillis par la critique mais pas n'est pas resté dans les mémoire ( triste ironie du sort quand on connait la thématique principale du jeux ) et là je dis NON ! Pourtant le titre met en avant des thème très lourd à intégrer . La mort, la quête de raison d'être,se savoir oublié par quelqu'un qui nous est cher, l'affirmation de sois même, les réminiscences, la fatalité, c'est digne des plus grande tragédie shakespearienne,  vous ne trouvez pas ? bon ok ça ne finis pas en bain de sang mais  il y a tout de même matiere à relfexion. Je vous épargne les spéculations philosophique rassurez vous. Mais sachez néanmoins que le héros de cette aventure n'est pas forcément celui qu'on croit. Vous en aurez pour une bonne trentaine d'heure en rushant pour en venir a bout, et en comprendre le fin mot.

 

Putain 10 ans !

En 10 ans je n'ai toujours pas oublié, il m'arrive même de relancer le jeu sur ma bécane noire.. pour cette introduction, cette allumette dans le noire, les apartés touchante de Bibi - que je vois personnellement comme le transfert du joueur dans le jeu - et ces inombrable instants d'émotions en tout genres. Ces musiques que je ne me lasse pas d'écouter. Alors que sort aujourd'hui au Japon le très Attendu Final Fantasy XIII j'avais l'espoir de vous donner l'envie de (re) découvrir cet opus incompris. Si j'ai réussi, vous m'envoyez ravi !

 

 


Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Final Fantasy IX

tous les tests