>
>
Japonais à Volonté : 30 ans de Final Fantasy à Roppongi

Japonais à Volonté : 30 ans de Final Fantasy à Roppongi

Par Rudy Jean-François - publié le
Image

Ohayô gozaimasu tout le monde ! Voici votre commande de Japonais à volonté de février ! Après m'être rendu le mois dernier à l'exposition anniversaire de la série Space Invaders organisée par Square Enix à la Roppongi Tower, j'ai décidé de vous proposer un menu complétement différent ce mois-ci. C'est pour cela que je me suis encore une fois rendu à une exposition organisée par Square Enix à la Roppongi Tower, mais cette fois pour célébrer l'anniversaire d'une saga chère à mon coeur et, assurément, à celui de beaucoup d'entre vous : l'anniversaire des 30 ans de Final Fantasy. Bonne lecture à tous, kupo !


Rudy Jean-François est notre spécialiste des jeux japonais, qui alimente régulièrement les pages import de Gameblog avec des tests, news et autres dossiers. Il s'est désormais expatrié au Japon, où il travaille et vit pleinement sa passion pour les okonomiyaki et les jeux vidéo nippons. Quand il ne joue pas à Splatoon 2 sur sa Switch à Tokyo, il danse la salsa, joue de la guitare basse, anime un podcast sur les rencontres à l'ère digitale ou partage quelques bribes de vie japonaise sur son compte Twitter @Rudy_JF. En plus des tests import dont il nous fait toujours profiter, vous pourrez retrouver ici, chaque mois, une chronique sur les nouvelles tendances et toutes les choses intéressantes qui surprendront son quotidien de Français du Japon.

30 ans de Final Fantasy... Autant d'années passées à compléter le sphérier pour chaque personnage de Final Fantasy X, à débloquer toutes les armes ultimes de Final Fantasy VII, à frapper ses coéquipiers pour augmenter leurs statistiques dans Final Fantasy II, ou tout simplement à tenter de comprendre le rôle des Fal'Cie dans Final Fantasy XIII.

La série a eu ses hauts et ses bas et il est vrai que certains choix scénaristiques ou de gameplay n'auront pas toujours fait l'unanimité au sein de la communauté des joueurs. En revanche, s'il y a bien quelque chose que l'on ne peut retirer à la série Final Fantasy, c'est l'universalité des thèmes qu'elle aborde dans ses univers fantastiques, où fiction et réalité se confondent. Amour, amitié ou encore spiritualité sont autant de sujets au coeur des jeux Final Fantasy qui, même s'ils sont parfois traités avec maladresse ou naïveté, ont le mérite d'insuffler à ces expériences vidéoludiques une âme, qui rend chacune de ces expériences mémorables. Ce sont justement ces souvenirs de jeux et de joueurs sur lesquels se focalise l'exposition "Final Fantasy : Memories of You" à Roppongi Hills, Tokyo.

Du jeu originel qui aura posé les codes du J-RPG au clivant Final Fantasy XV, l'exposition Memories of You revient sur chacun des épisodes majeurs de la série au travers d'un parcours certes court, mais qui rappellera de bons souvenirs aux fans de la saga.

Apple Fantasy

La première particularité de cette exposition est que celle-ci se visite écouteurs vissés sur les oreilles et iPhone 7 (fourni lors de la visite) autour du cou. Une dizaine de visiteurs et moi-même étions rassemblés dans une salle sombre. Sur les murs noirs de cette salle, seuls les nombres I à XV étaient inscrits en chiffres romains.

Finalement, une voix provenant du casque m'explique que j'ai été élu pour devenir un Héros de Lumière à qui l'on a attribué le pouvoir de la foudre. Au même instant, un crystal violet apparaît sur l'écran du téléphone que j'ai entre les mains. Je lève les yeux et remarque que les écrans de mes compagnons d'infortune se sont également mis à s'illuminer en violet, en rouge (élément du feu) ou en bleu (élément de la glace), perçant l'obscurité ambiante.

Notre groupe était composé de salarymen, d'un jeun couple, de quelques étudiants ayant apparemment séché leurs cours et de moi-même. Nous avions peut-être l'air d'une équipe de héros au rabais, mais cela importait peu. À l'instar de nos héros favoris, nous étions devenus l'espoir de l'humanité, porteurs de lumière et prêts à embarquer sur le vaisseau Enterprise !

Tidus, qui pleure car il était interdit de prendre des photos de la séquence avec Bahamut...

Quand Bahamut se la joue Pokémon GO

Le pont du vaisseau Enterprise n'était en fait qu'une grande salle vide au centre de laquelle étaient projetés trois faisceaux lumineux de couleurs différentes (un pour chaque élément magique) et se trouvaient deux ventilateurs. La voix nous invite à nous rassembler au centre de la lumière qui nous correspond. Ce faisant, trois projecteurs commencent à diffuser sur les murs face à nous une vidéo du pont de l'Enterprise encore dans son hangar. Le départ est imminent, nous annonce la voix. Les portes s'ouvrent, les hélices s'emballent, notre voyage en tant que Héros de Lumière commence !

À peine le temps de profiter du paysage que Bahamut s'attaque à notre groupe. Afin de nous défendre, la voix nous commande de repousser la bête en utilisant notre magie. Lorsque la voix appelle notre élément, à nous de taper sur l'écran pour charger nos sorts et infliger des dégâts à Bahamut. Touché ! Celui-ci riposte avec un coup de griffes violent. La qualité de l'animation n'est pas extraordinaire, mais suffisamment détaillée pour se laisser porter par cette petite expérience introductive, très proche des combats d'arène de Pokémon GO.

Une fois le Bahamut vaincu, l'exposition Final Fantasy : Memories of You peut enfin débuter.

Final Fantasy : Silent Disco

En termes de scénographie, Memories of You n'est pas une exposition nécessairement impressionnante, bien au contraire. Pour chaque épisode de Final Fantasy sont uniquement exposés un ou plusieurs artworks et un écran diffusant un passage du jeu. En revanche, l'expérience prend tout son sens dès lors que l'on décide d'utiliser l'iPhone et le casque que l'on nous a remis en début de visite.

L'iPhone qui m'a servi à repousser Bahamut est devenu un guide multi-fonctions. Sur la partie inférieure de l'écran, une carte du musée me localise en temps réel, à la manière des mini-maps que l'on retrouve dans les J-RPG. Cela permet au téléphone de jouer automatiquement dans mon casque le thème principale du jeu exposé pendant qu'un guide audio revient sur les moments les plus marquants de chaque titre. Petit plus sympathique : l'iPhone affiche également le titre et la jaquette du thème joué, mais il n'est pas nécessaire de prendre des notes pour retrouver les morceaux écoutés. En fin de visite, la liste complète des titres que j'ai écoutés m'a été remise, accompagnée d'un QR code pour que je puisse réécouter cette playlist en ligne. Bonne idée !

Un (sous) titre qui lui sied bien

Si les sous-titres 358/2 Days, Dissidia Duodecim ou encore Birth by Sleep sont des preuves que Square Enix est leader dans la sélection d'intitulés vides de sens, l'exposition Final Fantasy : Memories of You est l'exception qui confirme la règle.

Memories of You n'est pas une une ode grandiloquente à la saga Final Fantasy, où des centaines d'artworks, de sculptures et autres vidéos se succèdent. Memories of You est beaucoup plus petit, plus simple, plus intimiste que ça. C'est un peu comme un petit journal dans lequel on aurait, sans grande assiduité, noté les passages les plus marquants des jeux auxquels on aurait joué ces 30 dernières années. On ne se souvient pas exactement du nom de tous les protagonistes ou du déroulement précis du scénario, mais il y a toujours eu ce moment, cet instant où tout a basculé et qui aura marqué à jamais nos coeurs de joueurs. Telle est la proposition de Final Fantasy : Memories of You.

Ce n'est pas le plongeon dans la licence Final Fantasy auquel on pourrait s'attendre, plutôt un bain de pied pour connaisseurs avertis. Sachant cela, j'aurais beaucoup de mal à conseiller cette exposition à des personnes n'ayant que peu voire aucun affect pour la saga Final Fantasy. Toutefois, cela reste une agréable sortie pour les fans de la série.

One more (cringy) thing

Avant de partir, j'ai pris de temps de visiter les dispositifs spéciaux mis en place pour Final Fantasy X, XV et VII Remake. Dernier épisode de la série, Final Fantasy XV avait deux zones lui étant consacrées. De nombreux artworks, croquis et quelques statuettes de monstres sont exposés dans la première zone. La seconde met en avant le mariage de Noctis et Lunafreya, à travers des portraits animés façon Harry Potter du Boys Band de Noctis congratulant leur ami. On pouvait également laisser un petit message sur des post-it pour congratuler les deux amants pour leur mariage... Rien de bien excitant.

La zone de Final Fantasy X est la zone qui m'a laissé la meilleure impression. Les murs étaient tapissés de miroirs. Par-dessus ces miroirs étaient accrochés des écrans jouant en même temps les passages les plus dramatiques du titre, de manière aléatoire, alors que les cris de Tidus se font entendre en boucle dans le casque. Il y a quelque chose d'hallucinant, proche du trip amsterdamois, dans cette mise en scène. Les miroirs donnent la sensation que la salle ne se termine pas et que l'on est bloqué à tout jamais dans les souvenirs d'un Tidus à l'agonie, les cris et pleurs de ce dernier s'enchaînant sans interruption. Hérésie ou génie ? Chacun en jugera...

La salle finale était réservée à Final Fantasy VII Remake. Les 4 screenshots inédits étaient bien présents. Il n'était pas possible de les prendre en photo, mais je les ai vus, et effectivement les tuyaux de Midgar sur les nouveaux screenshots ont l'air de vrais tuyaux.

Memories of You n'est pas l'exposition des grandes révélations sur la saga Final Fantasy. C'est une célébration, celle de 30 ans de souvenirs accumulés par des millions de joueurs à travers le monde. Memories of You ne s'adresse pas à nous comme un visiteur, mais comme un ami avec lequel elle partagerait de bonnes expériences de jeu autour d'un bon chocolat chaud. Peut-être trop simpliste pour certains, et à juste titre, je reste tout de même agréablement surpris par cette courte expérience. Joyeux anniversaire Final Fantasy, et au mois prochain pour un nouveau "Japonais à Volonté" !

La rédaction vous recommande

8 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (8)