Tojraf Paddle

Tojraf Paddle

Par tojraf Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 28/10/12 à 14h38

Le blog 100% jeux vidéo, parce qu'il y a toujours un nouveau jeu à découvrir.

Ajouter aux favoris
  
Signaler
[Archives] V1

Quand un studio a des moyens, il produit de gros jeux. Quand il est reconnu, on attend forcemment ses productions, mais sa jeunesse peut engendrer une certaine méfiance. Ninja Theory rentre bel et bien dans ce moule d'acier des développeurs qui ont trop vite grossi, avec des idées novatrices qui dérangent joueurs et presse spécialisée, et qui divise sans trouver grâce aux yeux de la majeure partie du public. Mauvais, les jeux de Ninja Theory, oh que non... Parfait, loin s'en faut. Juste une volonté farouche de faire du jeu un prolongement du cinéma, traduite dans les faits par quelques ratés, mais surtout une vraie personnalité.

2006, la PS3 est dévoilée en grande pompe. Parmi les jeux présentés, un sort clairement du lot : Heavenly Sword. Mise en scène cinématographique, animations en motion capture incroyables, cinématiques bluffantes, casting venu tout droit du cinéma avec notamment Andy Serkis, etc. Bref, un vrai pont entre le septième art et le jeu vidéo. La promesse d'une next gen flamboyante dépassant les frontières du monde vidéoludique pour se propager jusqu'au grand écran, à moins que ce ne soit l'inverse.

Pourtant, lors de la sortie du jeu en 2007, les critiques furent mitigées, les joueurs divisés, et la belle promesse dissoute dans l'oeuf. On a tout entendu sur le jeu : il est répétitif, le gameplay est mou, imprécis, la construction du jeu ne se renouvelle pas... Alors que c'est-il passé ? Pourquoi Ninja Theory, qui tenait là un des plus gros buzz du lancement de la PS3 a-t-il laissé filé tant de défauts, qui ont discrédité un jeu over-hypé ? Je vais passer pour un naïf ecervelé, mais je pense que Ninja Theory place l'histoire, l'univers et l'enrobage au premier plan, quitte à proposer un ressenti bien plus fade manette en main. Après tout, quand l'écran n'était constitué que de quelques pixels, tout le jeu se basait sur le gameplay, mais aujourd'hui, ne pourrait-on pas produire des jeux qui valent pour eux-mêmes, pour le simple divertissement visuel et sonore ?

On le voit bien avec Heavenly Sword : Ninja Theory est allé au bout de ses idées mais en a oublié le reste, qui constitue la nature même d'un jeu vidéo. Pourtant, on note un certain talent au niveau des dialogues, et du scénario, bien souvent absent des grosses productions. Mais pourquoi donc la presse n'a-t-elle pas reconnu ces qualités, pourquoi les joueurs n'ont-ils pas été charmés par les panoramas parfois carte postale proposés au lieu de pester sur l'absence de saut lors des combats ? Peut être parce que le jeu vidéo, quoi qu'on veuille en penser, ça reste tout d'abord d'appuyer sur des boutons.

C'est pourquoi, quand on voit débarquer Enslaved, nouveau jeu du studio, et que les mêmes reproches fusent, quoique moins nombreux quand même, on peut se poser la question suivante : Pourquoi donc l'idée que se fait Ninja Theory du jeu vidéo est-elle aussi incomprise ? Les développeurs proposent un travail artistique que je trouve pour ma part sublime, un univers futuriste unique, de robots inspirés, et j'ose même dire, un parfum poétique rare. Ils offrent aussi une histoire intéressante, des personnages dont la complicité s'étoffe au fil du jeu, et une musique magnifique. Certes, mais ce n'est pas ce qu'attendent les joueurs, qui butent sur le gameplay sans surprise, l'imprécision des commandes et autres défauts présents oui, mais loin d'être importants aux yeux d'un studio qui a toujours travaillé en priorité la forme et la narration plutôt que la jouabilité.

CONCLUSION

Ninja Theory, développeur jeune, sans conteste talentueux, développant ses propres licences originales, s'appuie sur des budgets conséquents et un marketing avantageux. Une force pour un studio qui tente de créer selon sa propre vision du jeu, bien plus proche du cinéma que du jeu tel qu'on le conçoit traditionellement. Au point d'en oublier le jeu lui même ? Certainement pas, mais jouer à Enslaved, ou Heavenly Sword, c'est accepter de jouer non pas pour le jeu, mais pour découvrir une histoire et un univers. Personnellement, ça me semble être une raison plus que suffisante pour tenter l'aventure, quitte à devenir amateur des productions de ces conteurs de belles histoires brittaniques...

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

tojraf
Signaler
tojraf
Remarque, pour la première fois, ce n'est pas une licence inédite mais un jeu de commande : peut être l'objectif du jeu n'est pas le même... A voir néanmoins !
Jeuxvideo Import
Signaler
Jeuxvideo Import
Je n'ai jamais joué à un de leur jeux mais force est de constaté qu'il arrive à séduire un public "assez conséquent" ce qui leur permet de développer un autre jeu. Comme tu le soulignes, ce studio crée de nouvelles licences et ne se contentent pas de faire des suites sans saveurs. J'ai hâte de voir les futurs tests et ventes du prochain Devil May Cry qui fait polémique.

Ce fut sympa de lire ton post !
tojraf
Signaler
tojraf
Oui effectivement je ne vois pas comment tu pourrais les aimer ! ^^

Mais c'est cool que mon article fasse autant polémique, les commentaires risquent d'être intéressants !
Kolia07
Signaler
Kolia07
Pour ma part, je les trouve horiblement mauvais dans la mise en scéne, dans l'histoire et les personnages de leurs jeux, alors pense tu il ne reste pas grand chose pour me satisfaire. Heavenly Sword avait des moments tellement ridicule que j'avais honte pendant la cinématique, c'est dire. Andy Serkis ou pas, c'est pas en faisant de la série B qui passe sur la TNT qu'on est un "incompris"
tojraf
Signaler
tojraf
Non bien sûr, certains jeux sont un régal manette en main et proposent des histoires intéressantes ou des personnages attachants.

Mais par exemple, j'aime FF 13 parce qu'il crée un univers travaillé, des personnages détaillés, des cinématiques et des graphismes de folie. Pourtant, le jeu est trop linéaire, mais j'arrive à passer outre car quand je joue à ce genre de jeu, ce qui m'importe, c'est dans prendre plein les yeux et les oreilles, et suivre une aventure bien mise en scène, sans vraiment prendre garde au gameplay pur. C'est pour cela que j'ai eu du mal à être d'accord avec de nombreux tests de FF 13 qui taillaient le jeu...
Kokoro
Signaler
Kokoro
J'adore quand un jeu me raconte une belle histoire, mais cela doit il forcément se faire au détriment du reste? Dans ton article, on a l'impression qu'une bonne histoire et un bon gameplay sont deux éléments qu'on ne peut retrouver dans un même jeu, hors, ce n'est pas le cas! Il y a des jeux qui ont un scénario et un univers vraiment bons, et qui sont également très agréables manette en main. A un moment tu parles des "panoramas" de cartes postales, mais le truc c'est que maintenant de nombreux jeux nous proposent des vues et des paysages époustouflants, mais ces jeux ne reposent pas que sur ca, au contraire c'est juste un petit plus.
De plus, quand on mise tout sur l'histoire, il vaut mieux ne pas se rater (je trouve le twist final d'Enslaved totalement raté personnellement). Je pense que le problème de Ninja Theory c'est peut être un manque de finition, et d'ambition en tant que jeu (je dis bien en tant que jeu).
yogibeard
Signaler
yogibeard
Complètement d'accord avec toi ! Je suis toujours sur Enslaved et malgré les défauts je ne peux m'empêcher d'être complètement sous le charme de l'univers et de l'histoire. J'attends avec impatience leurs prochaines productions. Quant à Heavenly Sword, pas testé : je suis sur 360. Mais les critiques m'avaient fait renoncé à l'achat de la PS3 car cette exclu me faisait vraiment envie .

Édito

EDITO

Tojraf Paddle prépare son come-back, accumule les bouteilles d'encre et affute les plumes. Il se pourrait bien que vous entendiez parler de nous d'ici Noël. Quel plus beau cadeau pour moi que revenir sur cet espace d'expression ?

Archives

Catégories

Favoris