L'Antre de la Mort

L'Antre de la Mort

Par The-reaper Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 02/02/12 à 09h51

La Mort vous va si bien.

Ajouter aux favoris
Signaler
Mémoires d'un gamer

Après un peu de retard à cause d'un agenda assez rempli ces dernières semaines qui m'a empêché de tenir à jour mon blog, voici la suite de ma rubrique :

 

L'entrée en 4e pour un adolescent est toujours un cap : c'est la véritable entrée dans la puberté, les cours deviennent un peu plus intenses, les liens que l'on a crée pendant les deux premières années de collège tiennent ou se défont, les parents et les professeurs deviennent de plus en plus exigeants avec lui... Et puis, il y a les filles (ou les garçons, pour les quelques gameuses qui daigneraient me lire). Ce sont les premières confrontations sérieuses avec le sexe opposé et la découverte des corps. Sauf que le mien, personne n'avait vraiment envie de le découvrir. Donc j'ai dû me blottir dans les bras de mon amour du collège, qui a des boutons sur la face, même sur les côtés, qui se laisse tripoter sans trop rechigner et qui m'a apporté des moments d'extase. Je veux bien sûr parler de la Super Nintendo, bande de vicieux! Comme je n'ai malheureusement pas de détails croustillants à vous raconter sur ma vie sexuelle (plus plate que la fille du fond de la classe dont personne ne veut), je vais donc vous raconter ma vie trépidante avec les jeux vidéo (Heureusement que vous êtes là pour ça, sinon vous risqueriez d'avoir perdu une part considérable de votre précieux temps). Donc comme je l'ai raconté précédemment dans mon post de la semaine dernière, ma rencontre avec la SNES s'est faite dans un hypermarché du centre-ville de Châteauroux (on habite où on peut), après que mes parents ont vendu une petite moto cross que mon grand-père avait eu l'idée brillante de m'offrir, moi qui n'aimait pas vraiment les deux-roues. Bref, par un soir de novembre pluvieux (enfin, je ne m'en rappelle pas vraiment, mais j'imagine ; au mois de novembre, il y a de grandes chances que ça soit le cas, non?), le pack Mario All-Stars s'offrait à moi. Pour l'anecdote, mes parents m'avaient proposé de prendre un autre jeu pour accompagner la console, et moi, très raisonnable (très con, oui!), j'avais refusé, prétextant que Mario All-Stars me prendrait déjà pas mal de temps. Quand j'y repense, ce fut une de mes décisions parmi les plus idiotes que j'ai jamais prises de ma vie (avec sortir avec mon ex, mais on n'est pas là pour parler de ça). Et dire qu'à l'époque, le jeu Alien 3 m'avait fait un oeil certain...'

Enfin bon, tout ça pour dire que la Super Nintendo fut et reste un de mes plus grands moments vidéoludiques de toute ma vie. Tous les jeux sur lesquels j'ai passé du temps m'ont marqué à plus ou moins grande échelle. Même les jeux qui s'avéraient être de grosses daubes (comme le Home Alone qu'on m'avait « gentiment » prêté et grâce auquel j'ai découvert ce que voulait dire « navrant »). Pour la petite histoire, sachez que la Super Nintendo ne faillit jamais être mienne, puisque j'ai longtemps hésité avec la Megadrive, qui avait elle aussi des jeux fort sympathiques. Je pense surtout au fait qu'elle avait un Mortal Kombat non censuré, avec le sang, contrairement à la version Nintendo, qui s'était toujours fait une joie de prendre les gamins pour des idiots (et qui sortira Killer Instinct plus tard...). Et puis finalement, je me suis arrêté sur la Super Nintendo, parce que personne n'avait de Megadrive dans mon collège à l'époque, et qu'échanger des jeux était alors le meilleur moyen de jouer souvent (à 600 francs la cartouche, il valait mieux). Et finalement, je ne le regrette pas le moins du monde! Il y a eu tellement de jeux marquants sur cette console que je me suis donné pour objectif récent d'en récupérer une pour faire découvrir le jeu vidéo à mon fils. Je me rappelle presque chaque jeu que j'ai acheté, et de la façon dont c'est arrivé. Notamment l'achat de Secret of Mana juste avant la fermeture du magasin, et une fois dans la voiture, je me rends compte que la cartouche n'est pas dans la boîte! Habitant à 50 kilomètres de là, je revois ma mère courir comme une dératée pour récupérer mon bien alors que la patronne était en train de tirer le rideau!

Mais mon souvenir le plus marquant sera l'arrivée de Final Fantasy III chez moi. J'avais attendu ce jeu comme le Messie, ressassant de façon incantatoire son nom presque tous les soirs avant de me coucher, soûlant mes potes avec ce jeu venu de nulle part. Mes parents avaient eu l'opportunité de « monter à la capitale » pour aller à un concert, et ils avaient l'intention de faire les boutiques. Je les avais donc sommés d'aller Boulevard Voltaire, avec mes quelques deniers, pour m'acheter la cartouche tant désirée et un adaptateur AD29 (qui permettait à l'époque de lire les cartouches étrangères sur une console PAL). Je leur avais donné l'adresse, le plan de Paris et tout! Et donc, quand ils sont revenus le dimanche soir, je trépignais d'impatience autour d'eux, et ils avaient décidé de me faire tourner en bourrique. Ainsi, après plusieurs longues minutes de « il est où mon jeu? Il est où mon jeu?il est où mon jeu? », mon père finit par abdiquer et me donner un sac plastique qui contenait... uniquement l'adaptateur! Mes parents m'expliquèrent alors qu'ils avaient fait plusieurs boutiques et qu'ils n'avaient trouvé que ça, le jeu n'étant pas disponible. C'est après avoir profité pendant un certain temps de ma mine déconfite que mon père sortit de sous son manteau la cartouche sacrée! J'ai un peu honte aujourd'hui mais je crois que je n'avais jamais été aussi heureux de ma vie. Ce jeu m'a tellement marqué qu'il fallait absolument que tous mes potes y jouent. J'avais même carrément crée ma propre soluce sur un cahier (fortement inspirée de celle de Super Power quand même, la bible des fans de Nintendo à l'époque). Sa notice était tellement belle, le petit poster qui accompagnait le jeu est d'ailleurs toujours en ma possession, complètement rafistolé à base de morceaux de scotch, mais m'a suivi dans tous mes déménagements. Il ne me manque que la cartouche, que j'ai filée à un de mes potes le jour où ma Super Nintendo a rendu l'âme....

Car en effet, un jour d'août 1996, ma Super Nintendo a décidé de rejoindre le paradis des consoles mythiques. Mon petit cousin de 7 ans à l'époque était en vacances et avait voulu jouer à la console alors que je dormais encore. Et la résistance a grillé... Il faut savoir qu'à l'époque, mon cousin avait le pouvoir de casser tout ce qu'il touchait, et donc du coup, je lui en ai beaucoup voulu. Pour l'anecdote, c'est la seule console que j'ai eue qui a rendu l'âme, jusqu'à ma PS3 l'été dernier. On décrète souvent la solidité des consoles Nintendo, mais ma PS1 et ma PS2 fonctionnent toujours...

Je comptais la faire réparer, mais l'entretien de la console en SAV coûtant pratiquement aussi cher que d'en acheter une neuve, je préférais garder mes deniers pour acheter une console plus récente, car la Playstation venait de sortir en Europe, et elle avait déjà un capital séduction certain pour le gamer moyen... surtout un certain Resident Evil 1, qui avait atterri en France quelques semaines auparavant...

Mais ceci sera pour une prochaine fois...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Bienvenue dans le repère de Reaper!

La Mort vous invite cordialement à partager ses goûts, ses plaisirs, ses délires, ses coups de coeur ou de gueule.Ainsi que, dans la mesure du possible, mes écrits personnels.

Plein de trucs un peu débiles, des infos nostalgiques sur le rétrogaming ou sur mes chansons préférées!

 

 

 

Archives

Favoris