Butcher's Blog

Butcher's Blog

Par SerialButcher Blog créé le 04/01/10 Mis à jour le 18/11/16 à 10h36

"Tu vois, le monde se divise en deux catégories, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi tu creuses."

"Je mets les pieds où je veux Little John... Et c'est souvent dans la gueule..."

Ajouter aux favoris
Signaler
SOUVENIRS DE GAMER

 

Elvira : Mistress of the Dark, « Point and click, RPG, aventure, action » avec des notions de survival, que je découvris sur Amiga l'année de sa sortie appartient à cette catégorie de jeu dont on se souvient encore des années plus tard... Le terme de "survival" peut sembler anachronique ici puisque ce genre n'existait pas encore en 1990 mais il me semble tout de même particulièrement bien approprié pour ce jeu. En effet, Elvira : Mistress of the Dark, parvenait à mixer tous les ingrédients d'un bon survival : horreur, difficulté, unité de lieu, violence et énigmes à résoudre.

Elvira est un personnage atypique qui ne parlera qu'aux plus vieux d'entre nous et dont le décolleté plongeant aura marqué la mémoire de tous les ados que nous étions...
Cassandra Peterson incarna le personnage fictif d'Elvira durant de nombreuses années. Sorte de créature de la nuit ou de gardienne de la Crypte, vétue de noir, fortement inspiré par une autre créature gothique, Vampira ou encore Morticia... Ce personnage d'Elvira, issu d'une série TV et fort de son succès, servi de point de départ à la création d'un premier jeu mettant en scène la miss, à savoir : Elvira : Mistress of the Dark. Un second jeu verra le jour en 1992: Elvira II : The Jaws of Cerberus...

L'histoire est somme toute assez simple. Elvira venant d'hériter du château de son oncle défunt, fait appel à nos services de chasseur de monstres. Mais pourquoi nous engage-t-elle ? Pas pour lui masser les pieds, le dos ou toute autre partie de son anatomie, mais bien pour débarrasser le château Killbragant de tous les monstres revenus d'outre-tombe qui hantent les lieux... Et par la même occasion, libérer Elvira de ses geôliers démoniaques... La récompense nous sera dévoilée en toute fin de jeu via un screen noir et quelques lignes explicites. Pour sauver la belle (oui les goûts et les couleurs) vous deviez récupérer 6 clés dispersées dans tout le domaine afin d'ouvrir un coffre dans lequel se trouvent deux artefacts vous permettant d'éliminer l'entité maléfique à l'origine de tous les phénomènes étranges, dangereux et démoniaques...

Le domaine est tout simplement immense. Entre les tours, les dongeons, les souterrains, les catacombes, les jardins et même un labyrinthe, vous aviez de quoi faire, de quoi vous égarer, vous perdre et errer telle une âme en peine dans ce lieu tombé aux mains de l'Enfer et de ses sbires...

 

Le jeu se jouait à la souris. Pour avancer vous deviez cliquer sur les flèches correspondant aux directions souhaitées. Ces phases se déroulaient en vue à la première personne... Rien de fluide dans les déplacements, mais juste un enchainement de screens fixes, un peu comme dans le jeu Myst. Lors des combats, on se trouvait face à notre ennemi, et nous ne pouvions que cliquer sur « bloquer » ou « parer » puis « frapper » ou « tailler »... Autant vous dire que cela participait grandement à la difficulté du jeu... Combien de fois je me suis fait démonté lors de ces combats et affrontements...

Comme tout bon « survival-action-aventure-point-and-click », on pouvait récolter de très nombreux items, qui nous permettaient d'élaborer potions et armes enchantées... Les affrontements devenaient alors plus simples...

Le bestiaire infernal regroupait tous les clichés des monstres maléfiques : Loups-garous, Goules, Vampires ou encore sorciers et sorcières. Les confrontations avec les gardes de base ne posaient plus trop de problèmes à partir du moment où vous aviez une épée solide et quelques potions pour vous aider.

En revanche pour les ennemis que je qualifierais de "mini-boss", c'était quitte ou double. Je m'explique. Par exemple, au détour d'une haie vous tombiez nez à nez avec un fauconnier et son faucon. Celui-ci ordonnait à son rapace de vous attaquer. Si par malheur vous n'aviez pas préalablement découvert une arbalète et des carreaux, vous n'aviez aucune chance de vous en sortir. Cette saloperie d'oiseau vous arrachait les yeux et vous n'aviez plus que vos yeux pour pleurer... Euh, enfin non, plus que vos orbites pour pleurer... Pour les vampires c'était la même chose, pas de pieu ni de maillet et vous pouviez dire adieu à votre petite vie bien fragile... Etc...

 

Ce qui me conduit à vous parler ici des morts atroces et explicites qui à l'époque me choquèrent pas mal... Vous trouverez ci-dessous de nombreuses variantes de morts plus ou moins atroces que ces foutus mini-boss vous réservaient. L'image de la tête flottant dans une marmite de soupe et baignant dans des petits pois resta gravé en moi pendant très longtemps. Je crois que si je devais résumer ce jeu par une seule image ce serait celle-ci...

 

Graphiquement Elvira : Mistress of the Dark sur Amiga tenait vraiment la route et était vraiment sublime. Sans parler des musiques fantastiques et envoûtantes. Les ennemis profitaient de bruitages qui leur étaient propres et vraiment convaincants. Un très bon cru 1990.

Après de très nombreuses heures passées à mourir de multiples manières, plus horribles les unes que les autres, après avoir errer dans les catacombes sordides de ce château, après avoir affronter l'Enfer et ses familiers et après m'être débarrassé de cette pute de sorcière d'Emelda, venait enfin la récompense tant attendue... Un screen animé d'Elvira haletante nous faisant signe d'approcher, un clin d'oeil, la bouche en coeur, puis apparaissait le screen de fin pour ultime récompense, dont je vous laisse découvrir le contenu prometteur ci-dessous...

 

Pour conclure je dirai que Elvira : Mistress of the Dark fait partie de ces jeux qui m'auront marqué par son ambiance unique et son atmosphère moite, violente, glauque, impitoyable et flippante à souhait. Mais ce furent bien évidemment les morts plus qu'atroces qui marquèrent au fer rouge ma mémoire de joueur...

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Commentaires

Poumpoumtchak
Signaler
Poumpoumtchak
Haaaa miga......et un bon eye of the beholder dans le meme genre
amiga69
Signaler
amiga69
Que de souvenirs !
Ashura@ttack
Signaler
[email protected]
Elvira ELVIRA que de pulsion sexuelle de jeune jouvenceau que j'étais à l'époque en voyant Elvira à la TV en pub papier etc.... Que de partie endiablé j'ai eu en me frottant sur le flipper Elvira.
SerialButcher
Signaler
SerialButcher
Excellent et bien gore, dans la lignée d'Elvira ;) Merci pour la découverte!
Melkiok
Signaler
Melkiok
Niveau jeu bien glauque niveau "Morts du joueur" il y avait aussi Waxworks :)

http://www.abandonwa..._jeu.php?id=537

Nonostanovich
Signaler
Nonostanovich
La coupe de cheveu "brosse à récurer les chiottes", ça m'a toujours plutôt fait marrer. Même quand j'étais gosse. Haaa les années 80.
pixelficker
Signaler
pixelficker
ben c´est comme le manoir de mortevielle! La tête dans la soupe, que de souvenirs oui.
cedric64
Signaler
cedric64
lecture agreable et nostalgique :)
Fred0978
Signaler
Fred0978
Je n'ai jamais joué au jeu mais ce que j'ai pu voir le film quand j'étais ado.
Vithia
Signaler
Vithia
Je n'ai jamais joué au jeu, mais je me souviens des pubs dans les magazines (Tilt de mémoire), je n'ai jamais osé demandé à mes parents d'acheter ce jeu... :lol:
Ariakkan
Signaler
Ariakkan
Il y a du avoir pas mal d'achat jaquette à l'époque :P
Fumble
Signaler
Fumble
Qu'est ce que j'ai pu crever dans ce jeu...
Retromag
Signaler
Retromag
ah ! mes premiers émois !! :D
Mikadotwix
Signaler
Mikadotwix
Je me souviens également de la tête dans la marmite.
Curieusement de ce que je retiens d'Elvira (à par ses ... Attributs), c'est son excellent flipper :)
SerialButcher
Signaler
SerialButcher
@Locutus: merci pour la découverte :)

@Le Gamer aux Mains Carrees: Merci. Moi aussi je préfère... Mais par manque de temps et toujours cette envie de partager le travail d'autres artistes font que je n'écris pas autant que je le souhaiterais... :)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Elle & Vire (ahhhh)... une envie vraie.

Mais pourquoi j'écris ça, moi ?

Plein de souvenirs remontent, merci.
Je préfère définitivement quand tu écris. :)
Locutus
Signaler
Locutus
Nom de Zeus ! La tête baignant dans la marmite ! Souvenirs... N'ayant pas encore mon Amiga à l'époque, je n'y ai joué que chez un pote. Curieusement, je ne l'ai jamais eu sur mon ST. J'avais beaucoup joué à Personal Nightmare, produit par la même boite en 1989. Un excellent souvenir également.



L'intro était terrible à l'époque avec cette musique flippante :)

Et puis, Elvira quoi... <3
SerialButcher
Signaler
SerialButcher
;)
Kaos
Signaler
Kaos
Merci pour cette découverte, ne connaissant que très très peu l'amiga, c'est toujours sympa d'avoir une rétrospective d'un joueur sur un bon jeu de l'époque ^^

Édito


Archives

Favoris