CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Tests

Les screenshots proviennent de JV.com (je joue pas avec une rousse à tresses moi!). J'ai joué au jeu sur Xbox360, installé sur le disque dur; les commentaires sur la partie technique sont relatifs à ce support.

Quelle est longue (that's what she said) cette attente pour Grand Theft Auto V. Dur de patienter quand on sait qu'on est sur le point d'avoir un des jeux de sa vie, dans quelques mois. Avec ma DeLorean en panne, impossible de m'épargner tant de frustration qui fait forcément partie du jeu. Du coup plutôt que de me ronger les sangs, j'ai décidé de m'essayer à quelque produit de substitution. Alors je sais ce que vous allez me dire. Mais qu'ai-je été faire dans cette galère ? Moi qui ait testé et désapprouvé Saints Row The Third (je reviendrais sur celui-ci d'ailleurs) que me suis-je aventuré à acheter le second opus ? Il se trouve simplement que j'en avais entendu globalement du bien et en particulier de la part des détracteurs du troisième opus dont je suis. De toute façon à 10€, je ne risquais que peu de déception. 56 heures de jeu plus tard me voilà content de mon achat et pour cause, Saints Row 2 c'est de la bonne.

Le premier volet avait deux choses pour lui : l'utilisation du moteur physique Havoc qui pour le moment de sa sortie envoyait très méchamment, avec des effets de ragdoll et des particules très réussies sur les explosions notamment et tout simplement l'absence de concurrence sur le marché. Après moins d'un an d'existence, la Xbox360 n'avait encore aucun autre GTA-like urbain et deux années après avoir essoré San Andreas, ce premier volet a été un plaisir. Seulement désormais, le ragdoll on connaît et GTAIV est apparu. À l'heure où je m'y suis lancé on trouvait en face de SR2 aussi bien du Sleeping Dogs, du Crackdown que d'autres titres en monde ouvert d'une manière générale et pourtant, je le retiendrais particulièrement.

Ça ne sera certainement pas pour la partie graphique ou artistique cependant. Visuellement Saints Row 2 n'est pas le jeu qui laisse une trace quelconque. Techniquement, le titre souffre au choix de tearing ou de chute de framerate. Pourquoi au choix ? Parce qu'il est possible dans les options d'activer ou non la synchronisation verticale, ce qui bloque le tearing, en revanche la contrepartie est un framerate moins stable quand beaucoup d'éléments ou d'effets sont à afficher. Je passerais cependant sur le reste : les modélisations ne sont pas immondes, pas plus que les animations. La lumière est un peu trop quelconque mais les effets de pluie ne sont pas trop mal foutu mais très plat. Seule ombre véritable au tableau, les cheveux qui ne ressemblent à rien, ce qui pose un léger problème, mais je vais y revenir.

Si on n'active pas la Vsynch dans les options, le tearing est juste omniprésent. Si on l'active, c'est le framerate qui en pâtit.

Côté artistique, le jeu oscille entre les choses absolument pas mémorables, comme le design de la ville d'un quelconque absolu et les fulgurances dans le n'importe quoi comme le héros ou, en ce qui me concerne, l'héroïne incarnée. Le terrain de jeu, la ville de Still Water, est le même que celui du premier opus à quelques quartiers près. Certaines zones sont reconnaissables si on a déjà parcouru le premier opus et même si quelques immeubles apportent un cachet un peu plus moderne à l'ensemble de la map, on se retrouve globalement dans un truc américain générique. C'est d'ailleurs avec Saints Row qu'on se rend compte que Rockstar est mille fois meilleur pour créer un environnement palpable, même dans un style visuel que l'on connaît via l'avalanche de pop-culture américaine que l'on mange tout le temps. Il y a un manque de recherche artistique sur les enseignes, les immeubles, les magasins et le tout souffre en plus de bugs de trafic routier et parfois d'une absence de voiture dans les rues qui cassent le délire. Quant au héros, il sera designé par le joueur mais agira comme un taré fini pendant toutes les cinématiques. Je pense qu'au niveau de la psychose profonde, on a rarement joué quelqu'un comme ça.

Saints Row 2 n'a aucune règle de la vie réelle. C'est un bordel sans nom. On passe son temps à détruire des voitures, tirer sur des gens qui n'ont rien demandé (pas forcément de manière volontaire) et agresser la police sans raison. Pour une fois, le jeu est au moins cohérent entre le scénario et le gameplay puisque dans les cinématiques, le personnage qu'on a créé fait les pires saloperies que l'on puisse imaginer : remplacer de l'encre de tatoueur par un produit radioactif, brûler la main d'un guitariste pour lui faire avouer quelque chose (qu'il avait déjà avoué avant qu'on lui brûle la main) ou encore enfermer un mec dans cercueil alors qu'il est encore vivant. Si le tout est censé faire dans le grand-guignolesque sur l'ensemble du scénario qui consiste juste à contrôler la map complète en battant trois gangs, il reste que certaines situations sont tout de même un peu dérangeantes parce que le ton global n'est pas forcément à l'autodérision, mais plutôt au « ouesh c'est cool de foutre le bordel ! ». Quand le jeu me demande de tuer des clochards et de casser leur bidonville pour m'installer, personnellement je trouve ça d'un mauvais goût assez prononcé. De l'humour de supporter du PSG en somme.

 

Ici, il est question d'asperger des immeubles de caca pour faire baisser le prix de l'imobilier dans le quartier. Au-delà de cet humour scatologique se cache parfois des séquences d'un mauvais goût encore plus absolu tourné dans la violence crasse.

Du coup si je n'ai pas été emballé par ce que raconte le jeu ou par l'aspect technique, c'est le reste qui a scotché mes mains à la manette. Saints Row 2 est avant tout un jeu personnalisable à l'envie et ça, c'est parfaitement dans mes cordes. Son avatar est designé au choix au début : sexe, ethnie, masse corporelle, âge et toute sorte sorte de modifications pour le visage ou les cheveux. Il y a de quoi se créer un personnage que l'on va apprécier diriger. Alors deux bémols cependant. La création des visages est assez complexe et il est assez dur d'obtenir un visage que l'on souhaite. J'ai personnellement joué à Saints Row The 3rd avant et forcément en comparaison, le second opus fait grise mine. Autre problème, les coiffures sont globalement moches (en terme de coupe) et sont en plus mal modélisées. PIRE ! Le blond est juste dégueulasse. J'ai du mettre toute ma conviction d'adorateur de blonde pour ne pas faire une rousse ou une brune...et ça, ça coûte déjà une étoile au titre.

Plus sérieusement, le jeu a en fait troqué une personnalité contre celle que le joueur voudra lui mettre. En plus du personnage que l'on créé et habille à l'envie, les voitures peuvent être bolidées et les planques jouissent même de la possibilité d'être redécorées. Le choix des armes est également assez vaste et Saints Row 2 est l'un des titres où il est le plus jouissif de faire exploser des trucs. Même si on atteint jamais le délire d'un autre jeu Volition, le sous-estimé Red Faction Guerilla, il y a déjà de quoi se faire plaisir. Pour finir sur la partie customisation, comme dans tout bon GTA-like urbain, on a le droit à une radio plutôt bien fournie. Je conseille personnellement The Mix, la radio dédiée à la musique des années 80. Rien de tel qu'une poursuite sous la pluie en écoutant Land Down Under de Men At Work.

Cette partie personnalisation, Saints Row 3 l'a et en plus solide puisque le jeu est plus récent donc plus jolie et un peu plus fourni : pourtant je m'y étais ennuyé au possible, arrêtant la partie après une vingtaine d'heures à jouer à la poupée avec mon personnage trop sex. Saints Row 2 au contraire croule sous le nombre de trucs à faire. Le jeu est divisé en trois couches : les missions principales pour trois gangs différents, les activités secondaires et les diversions.

Il y a toujours un truc à faire dans Saints Row 2!

Les missions principales suivent la lutte du gang des Saints, les violets dont on est le nouveau chef et à qui ont doit redorer le blason, contre trois autres gangs. Les missions oscillent entre les traditionnelles escortes, courses, séquences de tirs etc. mais y ajoutent quelques moments avec des délires particuliers en terme de contexte ou de gameplay comme ce moment mémorable, hommage à Tarantino (enfin c'est moi qui lui rend hommage en habillant mon personnage pour l'occasion). Il reste que globalement, soit on tire, soit on conduit, soit on fait les deux en même temps. Seules originalités, des boss de temps à autres ; pas bien compliqués mais rafraîchissants dans le genre.

Les activités secondaires prennent un peu plus le parti de la variété de gameplay. Les arnaques à l'assurance par exemple, déjà présentes dans le premier volet, propose au joueur de se laisser tomber comme une poupée de chiffon au milieu du trafic routier pour se faire le plus mal possible ; plus on prend de dégâts et plus cela rapporte de l'argent et il y a une somme palier à atteindre pour réussir l'objectif. Dans un autre genre, les fightclubs proposent des combats à mains nues en arène, de 3 à 7 combattants ; le système de combat n'a rien de très précis et n'offre pas vraiment de progression, mais c'est assez jouissif d'avoir à gérer les espaces et s'occuper les ennemis un par un pour ne pas être submergé. Autre changement de gameplay bienvenu, l'activité Gros Bras ; on cherchera ici à maintenir en état de signer des autographes une célébrité pas forcément appréciée pendant un certain temps ; pour se débarrasser des assaillants, on pourra les taper assez bêtement où les balancer vers leur mort (un réacteur d'avion, le capot d'une voiture, un élagueur avec une tronçonneuse etc...). Ce sont principalement ces activités variées et assez nombreuses qui permettent au jeu de rester amusant sur du long terme, d'autant plus que chacune a 6 niveaux de difficulté.

Enfin, les diversions sont des minis activités qui s'ajoutent aux autres un peu plus conséquentes. Des choses très courtes comme atterrir sur le toit d'une voiture après un saut en parachute ou pratiquer un QTE sexoual dans les toilettes d'un liquor-store. Ou des choses un peu plus longues comme faire le taxi, la dépanneuse ou l'ambulance. Mise à part la dépanneuse qui demande beaucoup de maîtrise de ses nerfs pour parvenir à la fin, la plupart de ces activités manquent de challenge ou d'un peu plus d'élaboration pour être réellement divertissantes. L'ambulance demande par exemple de se déplacer sur le lieux d'un accident et de réanimer une personne ou plusieurs avec un QTE. Le temps donné est trop long et le QTE trop facile à exécuter et on finit donc très rapidement les dix étapes de l'activité. Avec ne serait-ce qu'un peu de variété dans la même activité, comme devoir emmener la personne à l'hôpital après réanimation pour l'ambulance, ou devoir sortir une personne d'un bâtiment en feu dans l'activité pompier) on aurait vraiment eu beaucoup plus de fun sur cette dernière couche de choses à faire.

L'ensemble de ces activités trouvent cependant un petit aspect encore plus plaisant quand on repense à la personnalisation du personnage. Il est très facile de se prendre encore plus au jeu et même aux mini-jeux quand on est habillé pour la circonstance. Il est possible de trouver de quoi se déguiser en pompier, en braqueur, en combattant de MMA ou en docteur et cela rajoute un peu de roleplay à l'ensemble.

 

Les possibilités de s'habiller dans le costume adequat permettent de jouer comme un gamin qui se créé ses aventures.

Finalement, c'est ce que je retiendrais essentiellement de ce Saints Row 2. C'est un jeu/jouet. Pas au sens Nintendo du terme, mais au sens Lego, Playmobil ou ActionMan du terme. On ne joue pas vraiment à un jeu mais à plein de petits agglutinés dans un seul. Impossible de jouer au jeu pour la partie scénaristique tant elle est idiote et d'un mauvais goût sans nom par moment, malgré une ou deux scènes bien vues. Impossible d'y jouer pour le dépaysement, puisque la ville est générique au possible et manque de la variété d'un San Andreas par exemple. Par contre, on peut parvenir à passer outre la débilité crasse de certains propos du jeu (j'en reviens pas qu'on me demande de tabasser des clochards et de brûler un bidonville) pour ne prendre que la partie roleplay du titre qui là s'en sort pas mal du tout. J'y ai beaucoup joué, par petites ou grandes sessions et toujours avec un certain plaisir. C'est déjà pas si mal !

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Commentaires

Zinzolin
Signaler
Zinzolin
Hum... Je vais me tenir loin de ce genre de titre déjà je n'aime pas les open-world xD
BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Quand tu vois qu'après avoir fait tuer la copine du chef de gang, le perso dit "Je suis fan de ce que je fais" en mode j'ai la classe...perso je trouve ça plus que con.


Moi aussi ça m'avait dérangé.
Pedrof
Signaler
Pedrof

@Pedrof: c'est pas le propos mais la façon dont il est délivré. T'as plein de moments où le personnage monte d'un cran dans la violence et le seul truc qui est censé le séparer d'être un psychopathe fini, c'est qu'il en rigole. Déjà le perso défonce les gangs un à un alors qu'il sort de nul part. Il tue la moitié des rouges par exemple, et quand le mec réplique, il fout un composant radioactif dans l'encre de tatouage, brule la main de son bras droit (qui est donc bassiste en fait pas guitariste) et enferme sa copine qui pour le coup n'a rien demandé dans le coffre d'une voiture pour que le chef de gang en question la tue par accident avec son Monstertruck. Dans l'absolu, les accès de violence comme ça, ça me dérange pas si ça sert à quelque chose dans l'histoire. En l'occurrence, la seule impression que ça donne c'est que "la violence c'est cool". Quand tu vois qu'après avoir fait tuer la copine du chef de gang, le perso dit "Je suis fan de ce que je fais" en mode j'ai la classe...perso je trouve ça plus que con.


Le coup de la copine dans le coffre c'est une vengeance, non ?

Franchement j'ai pas été choqué, c'est tellement gros. Puis t'as les coupures de journal qui ramènent régulièrement et avec humour à l'absurdité de toutes nos actions.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Pedrof: c'est pas le propos mais la façon dont il est délivré. T'as plein de moments où le personnage monte d'un cran dans la violence et le seul truc qui est censé le séparer d'être un psychopathe fini, c'est qu'il en rigole. Déjà le perso défonce les gangs un à un alors qu'il sort de nul part. Il tue la moitié des rouges par exemple, et quand le mec réplique, il fout un composant radioactif dans l'encre de tatouage, brule la main de son bras droit (qui est donc bassiste en fait pas guitariste) et enferme sa copine qui pour le coup n'a rien demandé dans le coffre d'une voiture pour que le chef de gang en question la tue par accident avec son Monstertruck. Dans l'absolu, les accès de violence comme ça, ça me dérange pas si ça sert à quelque chose dans l'histoire. En l'occurrence, la seule impression que ça donne c'est que "la violence c'est cool". Quand tu vois qu'après avoir fait tuer la copine du chef de gang, le perso dit "Je suis fan de ce que je fais" en mode j'ai la classe...perso je trouve ça plus que con.
Pedrof
Signaler
Pedrof
J'ai pas été choqué par le propos du jeu en ce qui me concerne.
Cinemax
Signaler
Cinemax
Exactement comme Kahnettan, le jeu ne me tente pas même en sachant qu'il est mieux que le 3 (faut qu'on avance d'ailleurs Kahn !).
J'attend GTA V parce qu'il a l'air assez génial, mais je n'ai pas besoin d'un Gta like en attendant. :)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@inFy, Yaden et ladanette: faut voir que SR3 a BEAUCOUP moins de trucs à faire au final et a gardé la plupart des activités pas marrantes à jouer (escorte ou la récup de prostituées...) et a zappé les trucs vraiment rigolo (les fightclubs, les trucs de métiers, le bodyguard etc...). En fait le troisième mise sur la mise en scène du scénario. Le problème c'est que certaines fois c'est à peu près drôle en terme de contexte à la con, mais ce que tu joues c'est banal pour un GTA-like. Alors que le second alternait plein de trucs différents.

@Kahn: j'ai remis la version sans la zik de Kill Bill pour faire plaisir à Youtube.

@Vince: j'adore cette mission XD j'ai trop ragé au début parce que je ne captais pas comment faire pour contrer, mais une fois qu'on connait c'est vraiment rigolo.
NakedVince
Signaler
NakedVince
Un That's what she said dès le début du post, insta-like.
La mission dans la vidéo est tellement épique :D
Kahnettan
Signaler
Kahnettan
Ta vidéo est déjà bloquée :/

Je fais le 3 pour le moment, qui est le seul SR auquel j'ai touché du coup. Et comme je l'ai déjà dit, autant en coop avec Cinémax, le jeu est fun, mais en solo il est chiant à mourir.
En faire un autre me tente pas plus que ça, en sachant que GTA V sort bientôt, et que je peux me passer d'un GTA-like jusque la, et puis de toute façon j'ai toujours Vice city Story dans la PS2 que je relance régulièrement... C'est vraiment de la bombe ce jeu.
Yaden
Signaler
Yaden
J'ai eu le 2 gratuitement sur le PSN à la faveur d'une erreur de chez Sony (il semblerait) mais je n'y ai jamais touché. Perso je me suis beaucoup amusé sur Saints Row 3 et ennuyé comme un rat mort dans GTA 4, donc je pense jeter un oeil rapidement sur ce 2ème épisode.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
C'est dingue y'a pas du tout cet aspect roleplay dans le 3.
Ca me rappelle un peu le multijoueurs de San Andreas, y'avait plein de serveurs roleplay qui rappellent un peu ce que tu décris, mais en multi.
winston
Signaler
winston
J'avais bien accroché au 1, que j'ai presque retourné dans tout les sens. Par contre j'ai jamais fait le 2. Ton test me donne envie de me trouver un exemplaire ;)
inFy
Signaler
inFy
Je m'étais fait un pur Joker dans SR2, et j'en ai d'ailleurs refait un dans SR3 (mais je le trouve moins fun que le 2, pour je ne sais quelle raison :o)

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris