CARIBOU: Scholarship Edition

CARIBOU: Scholarship Edition

Par seblecaribou Blog créé le 05/02/10 Mis à jour le 22/11/13 à 06h02

Le quotidien d'un gamer, nanardeur, cinéphile, blondophile...

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

Vous savez....je ne suis pas trop du genre à envoyer des gnons dans la tronche de la presse. J'ai fait un article très court récemment qui est une introduction pour un autre qui se voudra plus large sur la situation de la presse de jeu vidéo. Je tiens donc immédiatement à mettre quelque chose en grand ici : JE NE VISE PERSONNE. Les exemples que je vais prendre seront tirés de Gameblog.fr parce que c'est le site que je connais le mieux (je lis le contenu, j'écoute les podcasts, je regarde les vidéos-tests ou interviews etc...) et que ça parlera forcément plus à tout le monde que si je prenais n'importe quel autre site. Donc, de grâce épargnez le troll facile sur le dos de Gameblog en particulier. Mon but n'est absolument pas de pointer l'équipe du doigt. Je préférais prévenir.

Tout a commencé il y a un mois. Dans un forum de Gameblog, je suis retombé sur une vidéo de AngryJoe, une sorte d'AVGN post-retrogaming. Ce youtubeur de grand talent a mis un point d'honneur à être le porte parole des joueurs et un contrepoint à une presse (américaine en l'occurrence) qu'on peut juger uniformisée. Il n'est pas rare de voir, dans un épisode du Angry Joe Show, une complainte hurlée passionnément sur une politique éditoriale douteuse ou une finition de jeu au ras des pâquerettes. Contrairement à ce que ses interviews ou sa notation pourrait laisser penser, Joe n'est jamais agressif sans raison. Il fait simplement le travail que devrait faire normalement un journaliste (ce qu'il n'est pas) à savoir poser des questions qui fâchent. Quand il part à la rencontre du lead-designer de Fable et Fable II pour parler de Fable III, sa première question est : « Will coop-mode suck ? » (« Est-ce que le mode coop va craindre ? ») sous-entendu comme celui du second épisode. Bref, loin de moi l'idée de chanter ad nauseam les louanges de ce gars que je trouve tout simplement formidable, je voudrais surtout soulever ici un point qui, de plus en plus, m'apparaît. Certains d'entre vous auront déjà réagit depuis longtemps et diront qu'il est temps de se réveiller. C'est ce que je fais par l'intermédiaire de ce billet.

À force de parcourir l'ensemble des vidéos de Joe que j'ai loupé depuis pratiquement trois ans, j'ai fini par m'attarder sur une vidéo en particulier qui est l'exposition flagrante d'un manque aberrant de la presse vidéoludique. Cette vidéo est la suivante :

Dans cette vidéo, Angry Joe s'écorche les cordes vocales à propos de Ultimate Marvel VS Capcom 3. Pas plus que d'habitude quand il tombe sur un mauvais jeu, cependant. Pour remettre le contexte, il faut dire qu'à la sortie de la première version de MVC3, il y avait eu un vaste débat autour de la présence de contenu ingame déjà présent sur le disque mais ne pouvant être débloqué que via un paiement d'un ou plusieurs ''DLC'', chers qui plus est. Je met des guillemets à DLC, parce que pour le coup, il n'y a rien à télécharger et qu'il ne s'agit donc pas à proprement parler de DownLoadable Content. Capcom était déjà coutumier du fait puisque Resident Evil 5 avait déjà subit cette politique éditoriale pour le moins dégueulasse ; le jeu s'était retrouvé avec un double débat, à la fois sur sa qualité intrinsèque et sur son enrobage et son merchandising.

Il y a une chose vraiment importante dans la vidéo. À 6:48, il dit : « DON'T LET THEM DO THIS !!! Do NOT buy Ultimate Marvel VS Capcom 3 ! ». Précision importante, cette vidéo n'est pas une Angry Review, c'est-à-dire un test comme Joe les appelle. Non, il s'agit d'une vidéo-blog de rant que l'on pourrait traduire par diatribe. Pourtant, alors qu'il ne teste pas le jeu, Joe dit de manière explicite « N'achetez pas le jeu ! » et ce pour la simple raison que la politique éditoriale est honteuse et que la nouvelle mouture, incluant 12 nouveaux personnages (dont une partie qui ne sert à rien), un rééquilibrage (qui aurait pu être fait par patch) et un mode de jeu (qui devait arriver en DLC gratuit pour la première version) n'en vaut pas la peine surtout à 40$. Dans une autre vidéo de diatribe dédiée à Street Fighter X Tekken, Joe revient encore sur cette politique éditoriale de Capcom en signalant tous les mensonges purs et simple que la compagnie a pu faire aux joueurs : principalement, la version 360 qui n'a pas de mode Tag local (deux joueurs sur la même console) jouable online, alors que la version PS3 a ce mode et que dans le même temps Mortal Kombat propose la feature sur les deux consoles ; également une version Vita avec 12 personnages en plus que les versions de salon et pour 20$ de moins (sans explication quelconque).

Ce qui m'importe ici, ce n'est pas le fait que Joe s'énerve (légitimement) sur cette politique. On trouve tous que c'est absolument dégueulasse et il est bien normal de s'en préoccuper. Si un youtubeur (influent ou pas) porte sa voix contre ce genre de pratique, c'est toujours une personne de plus pour sommer les éditeurs de ne plus nous prendre à ce point là pour des cons. En revanche, ce qui me préoccupe, c'est que PERSONNE de la presse (française en tout cas) n'a déconseillé à l'achat de manière claire ni de MVC3, ni sa version Ultimate, en tout cas pas pour des raisons "militantes". Et surtout, les notes restent très élevées...

 

GAMEBLOG


Le test fait mention des DLCs abusifs mais la note reste de 4/5 et le texte est globalement élogieux. En revanche on note que Mimic fait une contrindication: "Mais de là à passer à la caisse encore une fois, franchement, la réponse est non". Ce qui me pose problème ici, c'est que la contrindication est plus pour éviter aux joueurs de perdre de l'argent (ce qui est parfaitement louable) mais pas vraiment pour dénoncer la politique éditoriale en elle-même et surtout la répétition de cette politique.

 

JEUXVIDEO.COM

Un autre test dans le même genre. On confirme que c'est la meilleure version, mais que ceux qui possèdent déjà l'ancienne n'ont pas besoin de l'acheter. En revanche on ne contrindique pas le jeu pour des raisons militantes.

 

GAMEKULT.FR

Idem que les deux précédents, en plus mou si j'ose dire. Le test indique même que "cette mouture Ultimate vaut clairement le détour (...)"

 

JEUXVIDEO.FR

Seul site à baisser la note en conséquence pour le possesseur de la mouture précédente, le test reste assez modéré face à la politique de Capcom sur le jeu.

Il est toujours sous-entendu ou dit que le jeu manque de contenu, que les DLC sont trop nombreux ou trop chers. Par contre, il n'existe à ma connaissance aucun gros site de jeu vidéo qui est clairement dit que la version Ultimate de MVC3 ne devait pas être achetée, quand bien même son contenu est famélique et surtout aurait pu être apporté via des patchs ou DLC gratuits du titre, en particulier le rééquilibrage. Pour être parfaitement honnête, TigerSuplex qui a réalisé le test et le vidéo-test (en compagnie de Mimic) pour le premier MVC3, note dans les points négatifs que les DLC sont un problème et surtout mentionne vraiment le fait que la politique de Capcom envers le contenu du jeu est un argument rédhibitoire potentiel. À vrai dire, il le signale à l'envers, dans le vidéo-test notamment, en disant : « Si ça ne vous pose pas de problème de payer cher les DLCs, allez-y ».

Dans un autre genre, les podcasts sont l'occasion de vider un peu plus son sac (encore que) et souvent, on entendra la rédaction se plaindre de telle ou telle pratique ou relayer les complaintes de joueurs qui font le buzz, comme par exemple le placement très douteux des missions de Catwoman dans Batman Arkham City. Cependant, il n'y a jamais de réel appel au boycott ou inversement au soutien de certains titres et ça, c'est très problématique. Pourtant, il n'est pas rare d'entendre JulienC clamer que personne ne tranche dans le jeu vidéo (quand il défend David Cage ou Warren Spector, c'est un argument qui revient). Où sont donc les journalistes de jeu vidéo quand on aurait besoin qu'ils clament leur désaccord au côté des joueurs?

L'argument principal pour expliquer cet état de fait serait le suivant : la presse vidéoludique n'a pas vocation à dire « achetez » ou « n'achetez pas » tel ou tel jeu, simplement elle donne un avis critique sur le jeu avec plus ou moins d'objectivité ou de subjectivité selon la ligne éditoriale. Ce qui est jugé c'est le jeu, ce qu'il est, ses mécaniques, son fonctionnement, l'expérience qu'il procure et pas l'enrobage qui va autour ou la façon dont il est vendu. Et là je dis « DE LA MERDE! ».

À partir du moment où une politique éditoriale va à l'encontre de l'expérience de jeu, la dégrade ou l'améliore, elle fait partie intégrante de l'appréciation du jeu et elle doit s'en ressentir sur la note. Que Bethesda ait proposé un DLC de cheval en armure payant pour Oblivion, c'était ridicule mais en soit, ça ne changeait pas le contenu gargantuesque du jeu au moment de sa sortie. Par contre, quand Capcom propose un UMVC3 avec un ensemble de personnages inférieur en terme de taille à MVC2, le tout en n'intégrant même pas deux personnages qui étaient disponibles en DLC pour la première version du jeu, c'est simplement scandaleux et le jeu ne doit pas être conseillé à part pour les fans de niche qui ne jouent qu'à ce jeu et qui, contre mauvaise fortune bon coeur, bénéficieront du rééquilibrage.

Vous savez que le pire dans cette histoire, c'est que MVC3 ou UMVC3, j'en ai juste rien à faire. Je ne joue pratiquement pas aux jeux de combats. Ce que je ne comprends pas, c'est que la presse, qui a tout de même un rôle de sanction (si la note est basse, ça freine les ventes pour une partie du public), laissent passer ce genre d'action lors du test du jeu. C'est très bien d'en parler après coup, de faire des éditos pour dénoncer l'erreur 37. Mais quand le jeu, à sa sortie, est buggué et/ou inaccessible pour le joueur, ou que par un miracle éditorial, la moitié du contenu est passé à la trappe pour apparaître vraiment dans une version Game of the Year moins d'un an après, le jeu ne devrait pas avoir seulement un test élogieux parce que ludiquement, quand il marche, il est bon. La note et le texte devraient souffrir de ce genre d'attitudes.

C'est au moment des ventes du jeu que la presse devrait vraiment l'ouvrir! Pas des semaines ou mois après quand le jeu marche enfin. Ça devrait être interdit de mettre une note au dessus de la moyenne à un jeu que beaucoup ont payé mais auquel ils n'ont pas pu jouer immédiatement après achat.

JulienC nous rabâche les oreilles avec « l'achat est un acte militant ». Je suis entièrement d'accord. Seulement si la presse vidéoludique refuse de prendre sa responsabilité en mettant de manière VISIBLE un vrai signe que le jeu doit ou non être acheté et à quel prix idéalement, alors elle est responsable à moitié des achats de jeux qui favorisent ou confortent les éditeurs dans leurs pratiques honteuses. Si la presse échoue à cette tâche qui est la sienne au même titre que l'information, cette tâche d'empêcher l'achat de mauvais jeux, qu'ils le soient intrinsèquement ou à cause d'une politique éditoriale putassière, alors elle n'a vraiment pas d'intérêt pour le public. Personnellement, à partir de maintenant, si je dois faire une critique d'un jeu et que j'estime que la politique éditoriale est un frein (comme pour UMVC3) ou un moteur (comme avec les DLC gratuit de Burnout Paradise) à l'achat d'un jeu, j'en ferais mention dans mes propres critiques amateurs. Et je préciserais aussi si le jeu vaut le prix moyen demandé...ce n'est rien dans l'absolu parce que je n'ai aucun pouvoir décisionnaire sur personne, mais au moins j'aurais l'impression d'aller dans le bon sens. Capcom a fait un pas en arrière en promettant de changer sa politique concernant les DLCs. Ce n'est pas grâce à la presse et j'aimerais beaucoup que la prochaine fois, ça le soit.

Ajouter à mes favoris Commenter (36)

Commentaires

KR Nolween
Signaler
KR Nolween
Si on supprime la note il faudrait que TOUT les tests ne contiennent pas de spoiler.
N3o
Signaler
N3o
C'est en parti pour ces raisons que les petits blogs explosent (y compris les blogs de gameblog), car on peut y lire des tests subjectifs et des retours d'expérience sans langue de bois (c'est plutôt le contraire). Ca manque sur les "gros" sites.
Kanakou92
Signaler
Kanakou92
Les éditeurs tiennent par les couilles les sites de jv ... "ah tiens t'as pas assez bien noté notre jeu, ben tu sais quoi ? Moins d'argent des pubs pour toi voire plus du tout "
Oh t'es un bon toi, t'aimes nos jeux, tu les notes bien, nos pubs passent bien chez vous et votre communauté AIME nos pubs déguisées en cliquant sur des news qui concernent ce dernier .. tiens un susucre, ah tu veux interviewer, voyager pour aller a des convs, voir un jeu en avant première, pas de problème... toi t'auras une belle et longue carrière !

L'argent ne dort pas auprès de n'importe quel arbre mais près des chênes, du gland !

J.Chièze, j'ai bien lorsqu'il a dit "oh nous on é treau des rebelles .... qu'est-ce que vous avez fait ? "Ben on a osé comment sera le prochain COD et on nous avait interdit tout contact maintenant tout va bien, tout va bien maintenant "dsl pour tout mossieur hacktivision, ils sont si "jeunes" si insouciants".
Bulbi
Signaler
Bulbi
Je dirais que cela rejoint un débat qui revient souvent, c'est celui de Test conso/critique. Pour moi ce qui caractérise la presse vidéoludique, c'est une forme de cul entre deux chaises. On peut voir de la même manière les rapports qu'entretient la presse entre les éditeurs et le public.
Cette distinction apparaît bien entre deux articles que tu as fait, celui-ci et celui sur le jeu vidéo devrait rester une sous culture. Qui tout en s'opposant montrent les points de convergence sur lesquels se retrouve la presse vidéoludique.
Bon après, on parle souvent de la presse, moi perso a part CPC, quand je viens sur gameblog je clique directement sur communauté, mais je trouve que dans l'exemple de cet article, effectivement, la presse pourrait porter ses "balls" un peu ^^
N3o
Signaler
N3o
C'est le problème de tous les tests que ce soit de JV ou de tech ou de n'importe quoi. Dès que les sites sont un minimum "influents" les tests deviennent "politiquement corrects" avec peu d'avis perso et conclusion basée sur les faits.
mathew600
Signaler
mathew600

Merci d'avoir soulevé ce problème capital.

D'abord, il est clair que la presse se cherche elle-même et qu'elle a peur de décider si elle donne juste son avis ou une recommantion d'achat. Je voudrais revenir à une affaire qui me tient à coeur, à savoir Hyperdimension Neptune V. Sur un site concurrent bien connu, le testeur (Anagund), avec qui je converse à chaque sortie d'un JRPG déclare la chose suivante "Si mon avis personnel s'est attardé sur le manque de variation dans les situations, tournant souvent autour des mêmes concepts et des mêmes synergies prévisibles entre les protagonistes, d'autres en seront peut-être friands. Vous pouvez donc ajouter le nombre de points qu'il faudra selon vos goûts personnels en la matière. Ou en retirer." Il nous dit en substance que sa note n'a pas vraiment d'importance, que ceux qui aiment le genre peuvent l'acheter et que les autres peuvent passer leur chemin. La note est inutile puisque qu'il recommande à chaque lecteur de faire la sienne. Si l'on se penche sur la fiche du jeu sur GB, on voit que M. Suplex le considère irréfutablement mauvais (sans le justifier, mais ça c'est un autre problème), ceci étant présenté non pas comme un avis mais comme une vérité immuable.

Ceci n'est qu'un petit exemple qui montre combien la presse est en ordre dispersé quand il s'agit de juger de la qualité d'un jeu. Chaque journaliste a sa propre conception de ce que doit être son métier, de comment il doit promouvoir ou déconseiller. La presse manque donc cruellement de guidelines, d'un code éthique qui permettrai au lecteur de s'y retrouver et d'éviter toutes les incohérences qui diminuent considérablement la crédibilité des journalistes. Prenons par exemple FIFA 13 sur PSVita. jv.com dénonce clairement la réactualisation simpliste de cette moutoure, mais cette arnaque n'a pas été abordée sur GB ou jv.fr, où FIFA13 a une (excellente) note globale pour toutes les machines. On se demande aussi pourquoi cette série à 19/20 chaque année alors que les "nouveautés" sont de l'ordre d'un gros DLC voire d'une màj gratuite... Là encore et c'est encore plus flagrant que pour UMVC3, la volonté politique ainsi que la déontologie font défaut.

Il existe 2 solutions très simples pour remédier à ces imperfections :

1) Supprimer la note. Comme ça le lecteur ira enfin lire l'argumentaire et pourra décider en conscience si le jeu est fait pour lui ou non.
2) La double notation quand elle est nécessaire. Il serait très simple de mettre deux cases de notation genre "si vous avez le jeu précédent/si vous êtes un fan du genre/etc, chose qui est implicitement évoquée dans la conclusion de Neptunia que j'ai citée ou dans les avis sur UMCV3. Cela aurait l'avantage d'être plus clair et de respecter tous les points de vue. Cela serait à la fois éthique et cela apaiserait le climat social.

La presse doit décider une fois pour toutes si elle du côté des lecteurs ou des éditeurs, si elle est professionnelle ou promotionnelle, au lieu de faire une synthèse molle qui conduit au pourrissement du monde du jv.


c'est exactement ce que je pense.
perso il y à un jeu qui y à eu 10/20 sur jeux video.com mais j'ai adorer le jeu :genre: .
ryuzaki57
Signaler
ryuzaki57
Merci d'avoir soulevé ce problème capital.

D'abord, il est clair que la presse se cherche elle-même et qu'elle a peur de décider si elle donne juste son avis ou une recommantion d'achat. Je voudrais revenir à une affaire qui me tient à coeur, à savoir Hyperdimension Neptune V. Sur un site concurrent bien connu, le testeur (Anagund), avec qui je converse à chaque sortie d'un JRPG déclare la chose suivante "Si mon avis personnel s'est attardé sur le manque de variation dans les situations, tournant souvent autour des mêmes concepts et des mêmes synergies prévisibles entre les protagonistes, d'autres en seront peut-être friands. Vous pouvez donc ajouter le nombre de points qu'il faudra selon vos goûts personnels en la matière. Ou en retirer." Il nous dit en substance que sa note n'a pas vraiment d'importance, que ceux qui aiment le genre peuvent l'acheter et que les autres peuvent passer leur chemin. La note est inutile puisque qu'il recommande à chaque lecteur de faire la sienne. Si l'on se penche sur la fiche du jeu sur GB, on voit que M. Suplex le considère irréfutablement mauvais (sans le justifier, mais ça c'est un autre problème), ceci étant présenté non pas comme un avis mais comme une vérité immuable.

Ceci n'est qu'un petit exemple qui montre combien la presse est en ordre dispersé quand il s'agit de juger de la qualité d'un jeu. Chaque journaliste a sa propre conception de ce que doit être son métier, de comment il doit promouvoir ou déconseiller. La presse manque donc cruellement de guidelines, d'un code éthique qui permettrai au lecteur de s'y retrouver et d'éviter toutes les incohérences qui diminuent considérablement la crédibilité des journalistes. Prenons par exemple FIFA 13 sur PSVita. jv.com dénonce clairement la réactualisation simpliste de cette moutoure, mais cette arnaque n'a pas été abordée sur GB ou jv.fr, où FIFA13 a une (excellente) note globale pour toutes les machines. On se demande aussi pourquoi cette série à 19/20 chaque année alors que les "nouveautés" sont de l'ordre d'un gros DLC voire d'une màj gratuite... Là encore et c'est encore plus flagrant que pour UMVC3, la volonté politique ainsi que la déontologie font défaut.

Il existe 2 solutions très simples pour remédier à ces imperfections :

1) Supprimer la note. Comme ça le lecteur ira enfin lire l'argumentaire et pourra décider en conscience si le jeu est fait pour lui ou non.
2) La double notation quand elle est nécessaire. Il serait très simple de mettre deux cases de notation genre "si vous avez le jeu précédent/si vous êtes un fan du genre/etc, chose qui est implicitement évoquée dans la conclusion de Neptunia que j'ai citée ou dans les avis sur UMCV3. Cela aurait l'avantage d'être plus clair et de respecter tous les points de vue. Cela serait à la fois éthique et cela apaiserait le climat social.

La presse doit décider une fois pour toutes si elle du côté des lecteurs ou des éditeurs, si elle est professionnelle ou promotionnelle, au lieu de faire une synthèse molle qui conduit au pourrissement du monde du jv.
mimix
Signaler
mimix
si la presse pouvait prendre note de tout ça, bah là ouai on aurait un grand pas en avant... mais à mon avis c'est pas demain la veille !
MagicFireMusic
Signaler
MagicFireMusic
Je te rejoins à 100% et je rajouterai que nous avons le même souci avec la musique ! Réédition moins d'un an après avec un cd de plus (ne contenant bien évidemment que de l'inutile), version I-thune agrémenté d'un titre (ou plus) etc... Nous sommes des Pigeons, vous êtes des Pigeons...
Joniwan
Signaler
Joniwan
toi, tu vas avoir des problèmes xD
Non, masi sans déconner, si ce genre de schéma se reproduit sur DOA5 alors que j'ai claqué 120 boules pour avoir un full set VITA-PS3, je vais bien rager sur les tests xD
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
En fait le souci de ton article c'est de faire tourner ça autour des DLCs. Le problème est plus global, on nous vend des daubes.

Assassin's Creed où chaque année on nous promet des nouveautés, et où les journalistes jouent le jeu en transformant un nouvel accessoire bidon en nouvelle mécanique de gameplay qui va révolutionner l'expérience. Hitman Absolution où ils ont tous lourdement insisté pour dire que c'était un vrai Hitman.

Les DLCs c'est limite un faux problème parce que généralement ils sont dispensables, même si la manoeuvre reste douteuse et que certains cas sont bien pourris, comme LittleBig Planet 2 avec zéro costume intéressant si tu passes pas par la case payante.

Le gros souci c'est que depuis probablement toujours, la presse jv fait pas son boulot. Et quand on repense aux heures de gloire de la presse papier, c'est du vent, ça a jamais existé, ils racontaient déjà n'importe quoi à cette époque. Aujourd'hui ça se voit plus parce qu'ils sont mieux payés, ça brasse tellement de fric en marketing qu'on peut utiliser des sommes pour que Toto aille essayer une démo de 20 minutes à Londres dans un 5 étoiles, bouffer des hamburgers au saumon dans une soirée VIP en matant des babes, se faire offrir consoles et jeux gratuits, et venir dire ensuite 5/5 en indépendance.

Ils sont plus connectés au réel ces gens-là, ils vivent leur trip, et ils savent très bien que ça s'arrêtera le jour où ils diront ce qu'ils pensent vraiment, donc ils le font pas. Après t'as les hypocrites discrets et profil bas à la Poischich, et t'as ceux qui assument comme JulienC, mais ils font le même boulot ; répéter le message des éditeurs quand ça vaut le coût, dire de temps en temps du bien d'un jeu indé pour se sentir légitime et authentique, et descendre des jeux pas si mauvais quand ils peuvent se le permettre.
ipiip
Signaler
ipiip

@Wanda: je te parle pas de Super Street 4 purée! Je te parle de la politique des DLC qui a trouvé un aboutissement avec MVC3. Le jeu aurait été beaucoup plus riche initialement si cette politique n'avait pas été testée avec succès d'abord. Essaye pas de me faire croire que c'est pour des limitations technique que le rooster de base passe de 56 dans MVC2 à 38 dans MVC3 (38 dont deux qu'il faut acheter en plus) pour étrangement remonter avec la version Ultimate.


sauf que dans mvc2, les 3/4 des personnages avaient deja été créés en amont, c'était du recyclage. dans mvc3 TOUS les personnages ont étés crées specialement pour le jeu.
trouve moi un jeu de baston avec 36 personngaes créés pour l'occasion. bon courage

et les persos en dlc c'est pas du tout mvc3 qui les as inventés, capcom fait même partie des editeurs les plus respectueux à ce niveau. de plus dans un jeu de baston, si tu veux ajouter des persos ils faut qu'ils soient pensés en amont pour ne pas desequilibrer le jeu.
Cinemax
Signaler
Cinemax
Dans ce cas là, puisque je comprend ton raisonnement, les journalistes devraient faire des tests uniquement sur la version de base sans mentionner la question du prix et ensuite quand un dlc ou une version "ultimate" sort comme pour MVC3 faire une rubrique "conseil d'achat" et non pas refaire un test puisqu'à chaque fois ce test finira par "c'est un peu cher compte tenu du peu de nouveautés mais le jeu de base reste bon donc il mérite quand même une bonne note/bon avis."
Donc au final je pense que je te rejoins, mais je pense que ces dlc/nouvelle version ne doivent pas être testé normalement.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Wanda: je te parle pas de Super Street 4 purée! Je te parle de la politique des DLC qui a trouvé un aboutissement avec MVC3. Le jeu aurait été beaucoup plus riche initialement si cette politique n'avait pas été testée avec succès d'abord. Essaye pas de me faire croire que c'est pour des limitations technique que le rooster de base passe de 56 dans MVC2 à 38 dans MVC3 (38 dont deux qu'il faut acheter en plus) pour étrangement remonter avec la version Ultimate.

Et encore une fois c'est pas parce que tous les autres font de la merde que c'est moins de la merde. Pour les Fifa, t'as un jeu sur deux (en gros) qui ne bouge pas. Par contre tous les deux ans, il y a des vrais variations dans le moteur ou dans façon dont jeu gère le ballon. Et ben tous les deux ans, on devrait avoir juste un patch et à la rigueur pour les transferts et les trois pauvres modifs de gameplay parce que effectivement à 70€ c'est n'importe quoi.

Donc je suis pas en train de pointer du doigt Capcom en particulier, d'autant plus que quand ils font un bon jeu (ce qui arrive très régulièrement malgré leur politique de merde) je l'achète. J'ai pas oublié que c'est eux derrière Dead Rising, Lost Planet, Dragon's Dogma ou RE6 qui sont des jeux que j'adore. Je suis en train de dire que c'est pas normal (A MON SENS) que la presse fasse l'eau tiède à ce point là quand le sujet déborde vraiment. Ils ont tous une vanne sur le cheval en armure de Skyrim, mais quand il faudrait largement (LARGEMENT) dire à quel point c'est l'abus d'acheter un jeu et qu'il ne fonctionne pas en solo à la sortie parce qu'on peut pas se connecter aux réseaux de l'éditeur, ils se contentent collégialement de mettre un vague "Dans les moins: -la connexion permanente".

Personnellement quand la politique de DLC ou de l'éditeur d'une manière générale empiète sur comment le joueur joue à la fin, ça a un sens et ça doit rejoindre la critique au même titre que le reste des problèmes techniques. Et pour les conseils d'achat, c'est déjà ce que fait la presse...qu'ils le fassent bien c'est tout. Je l'ai déjà dit en répondant à Celim, je préférerais qu'ils s'occupent de traiter les jeux avec beaucoup plus d'attention à ce qu'ils veulent dire...mais dans les faits c'est pas le cas.
MajorBob
Signaler
MajorBob
Réflexion intéressante. Mais comme tu le dis, c'est le joueur qui fait un achat militant, le journaliste doit juste lui donner les éléments lui permettant de se faire son propre avis, en restant le plus objectif, sans faire de "test militant".

Ayant beaucoup joué à MvC 3 sur XBox, j'ai acheté la version Ultimate sur PS3 et Vita, je ne me suis pas senti lésé tant les améliorations sont nombreuses, à part que les DLC sortis entre les deux n'étaient pas inclus.

La politique de DLC est scandaleuse, on doit être informés précisément à ce sujet avant l'achat, mais si la qualité intrinsèque du jeu n'en est pas changé, il n'y a pas de raison de baisser la note.
WandaNoOrchestra
Signaler
WandaNoOrchestra

@Wanda: Attends je parle pas juste de rééquilibrage qui (pour la millième fois) pourrait être fait par voie de PATCH.


Mais tu plaisantes ? c'est déja le cas. Combien de patchs de rééquilibrage ya t'il eu sur Street IV, sur Super Street ou sur arcade edition ? un autre est en préparation depuis des mois chez Capcom, et d'ailleurs la communauté Capcom Unity participe activement a recueillir les avis des joueurs comme ceux des pro-gamers. Ces patchs ne sont pas payants et ne l'on jamais été.

Super Street IV a rajouté 10 persos, 6 Stages, des modes en lignes, une chaine replay super bien foutue, une ULTRA supplémentaire pour chaque personnages, et cela pour 29 €uros. (encore moins si on compte la revente du Street Original). Alors, il y a un moment donné faut arrêter la mauvaise foi quand même. Ca arrve un an après, ces versions sont demandées, autant que les réeditions de n'importe quel jeux de sport annuels (et leurs fabuleux pass), sauf qu'eux, ils sont vendus 69€. T'a vu du monde gueuler sur FIFA13 toi ? XD

Quant aux DLC de MVC3, c'est pareil pour 90% des jeux, sauf que Capcom n'a pas eu la présence d'esprit de ne pas les retirer du disque... regarde un peu la somme de DLC qui apparaissent pour quasi chaque jeux du marché dans les 15 jours qui suivent leurs commercialisation... matte les MAJ PSN/Xbox/Steam, c'est juste la folie.

Dernier exemple en date, les DLC de tomb raider, qui offrent des fonctions que l'on débloque naturellement en parcourant l'aventure, et c'est loin d’être un cas unique, tous les jeux de caisses par EA font de même, les FPS et leurs "Unlock" de classe etc... La tu fait juste l'inspecteur des travaux finis cher caribou, ca fait 5 ans que l'industrie fonctionne ainsi, et Capcom fait comme les autres... autre exemple qui me fait toujours bien marrer, tout le monde a gueulé sur les costumes SF4 vendus en DLC, la ou personne ne pipe un mot sur Dead Or Alive qui en propose 10 fois plus, en 10 fois moins de temps et vendu plus chers... et c'est la même chose chez tous les éditeurs. (Tecmo qui ne s'est pas privé pour faire un DOA5+ sur Vita et qui a annoncé une nouvelle version a venir)

Donc tout ça pour dire que je pense que tu mélanges un peu tout. "Critiques"," conseil d'achats" et "politique de DLC". Ce sont 3 choses bien distinctes selon moi.
ipiip
Signaler
ipiip
j'ai pas pris le temps de lire tous les comms mais il est evident que umvc3 etait necessaire et bienvenu.

mvc3 etait un excellent jeu qui a un casting monstrueux de personnages "from scratch" (c'est a dire pas de sprites recyclés d'autres jeux). la version ultimate rajoute des persos et surtout equilibre le jeu en apportant des mecaniques de gameplay : presque tous les persos ont étés modifiés.
de plus umvc3 est sorti a bas prix, ce qui est quand même plutot classe.

Comme beaucoup d'autres qui jouent "competitif" je prefere avoir la possibilité de prendre un cédé avec tout dessus sans mise a jour. les changements sont suffisants pour justifier d'une nouvelle version.
mvc3 et umvc3, c'est pas le même jeu.

tu compares avec l'excellent mvc2, mais faut voir que ce dernier utilisait enormement de recyclage des anciens jeux cps2. Il y a eu de façon evidente bien plus de travail sur mvc3...

pour street X tekken la version vita est tres bonne, mais reste inferieure a ses grandes soeurs de salon, de plus elle est sortie presque un an apres, le prix inferieur est là encore justifié.

je suis d'accord avec le fond de l'article, mais tu ne prends pas les bons exemples. les jeux capcom que tu cites sont bons et se suffisent a eux même.
apres les persos en dlc dans les jeux de baston c'est un gros probleme mais c'est pas capcom qui a généralisé le truc, c'est namco.

(même si historiquement le premier perso dlc c'est thanos, sur mvc2 dreamcast)
Yaden
Signaler
Yaden
Je pense que la presse doit me donner tous les éléments pour me permettre de faire mon choix, mais pas le faire à ma place:

- Pour Diablo III elle dirait: "Il est impossible de jouer à ce jeu sans connexion Internet et pour l'instant l'accès au jeu est impossible car les serveurs sont surchargés". Après à moi de décider si la connexion obligatoire me dérange, et si j'achète le jeu day-one au prix fort.

- Pour UMVC3: "Il y a tant de persos dans le jeu de base, tant d'autres dispos ou prévus en DLC, et quasiment aucun contenu solo". Si j'accepte d'acheter le jeu à petit prix et à l'améliorer en achetant les DLC qui m'intéressent, pour au final arriver au prix d'un jeu neuf classique, j'aimerais qu'on respecte mon choix.

Personnellement je trouve la connexion obligatoire dans les jeux tout simplement rédhibitoire, mais j'accepte d'acheter parfois des DLC que je juge intéressants (ceux de Borderlands par exemple) alors que d'autres ont une politique anti-DLC ou anti-démat'. La presse (pas que dans le JV) doit se contenter d'énoncer les faits et les replacer dans leur contexte, elle n'est en théorie pas là pour dire au lecteur ce qu'il doit penser. Chacun doit se faire son avis ensuite selon ses convictions ou ses goûts, après avoir reçu toutes les infos nécessaires.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Wanda: Attends je parle pas juste de rééquilibrage qui (pour la millième fois) pourrait être fait par voie de PATCH. Je te parle de personnages, dans SFXT notamment, 12 pour être précis qui sont sur le disque mais qu'on doit débloquer en PAYANT pour les avoir, alors qu'ils sont gratuits et aussi présents sur la SD sur la version Vita à 20$ de moins (je dis ça c'était en Juillet 2012). Je te parle d'une version Ultimate qui n'inclue pas tous les personnages des DLC de la première version. Je te parle de MVC3 qui à la base avait un rooster VOLONTAIREMENT réduit pour fournir des personnages à 5EUROS (CINQ EUROS!!!) pour augmenter ce qui fait précisément l'attrait de ce jeu là dans le domaine du VS fighting à savoir la diversité des personnages.

Donc que t'y vois pas de problème et que t'estime qu'avoir une version avec plus de trucs moins d'un an après et à moins cher c'est bien, okay c'est une chose. Ça n'empêche que si le jeu n'avait pas été fait et soutenu (à la fois par l'achat des DLC de perso de la part des joueurs acharnés et à la fois par des reviews ne faisant finalement que peu de cas du contenu somme toute volontairement maigre dans leur test) il serait probablement sorti avec l'ensemble du contenu Ultimate dès la première version.

J'ai rien contre le fait de rajouter de choses après coup. Je suis le premier à avoir payé pour Deus Ex HR le chainon manquant, Lost and Damned et TBOGT pour GTAIV ou Undead Nightmare de RDR, mais seulement parce que les jeux en eux-même, sans ces DLCs étaient bons et plein sans cette impression de manque.

@Celim: tu sais, je suis partagé entre mon côté idéaliste, qui voudrait que la composante économique n'entre jamais en jeu, et la partie pratique qui se rend bien compte que ça ne ferait pas de mal que la presse surveille un peu les arrières de ses lecteurs...après personnellement, je n'ai rien contre les notes.
Spades
Signaler
Spades

Oui et non.

Même si je jeu fonctionne tout seul et est a peu près complet, c'est quand même vouloir faire doublement casquer les joueurs.

Mais s'ils casquent c'est qu'ils le font volontairement. Je ne peux pas m'exprimer sur le cas de Bioshock Infinite et son season pass vu que je n'ai toujours pas acheté le jeu (pas envie d'y jouer en ce moment), mais dans le même ordre d'idées, en prenant pour exemple le cas des DLC de dishonored, j'ai put faire le jeu, l'apprecier et le juger être un jeu très correct. Les DLC, dont je n'ai absolument aucune envie, ne m'ont géné à aucun moment de par leur absence.
Si certains on voulus prolonger leur expérience de jeu en achetant les DLC, c'est eux que ça regarde, moi ça ne m'interresse pas. Si certains ont voulus acheter un season pass pour Bioshock infinite, c'est à dire payer d'avance pour des DLC qui n'existent pas encore, c'est pareil, c'est les acheteurs que ça regardent. Le tout c'est que même en l'absence des ces derniers le jeu reste un bon jeu (parait-il... comme dit plus haut je n'y ait pas joué).

Après oui, je suis d'accord avec toi avec la politique de DLC, de Season pass ou encore de la mode des Pay-To-Win, les éditeurs prennent les joueurs pour des cons. Le problème vient peut être du fait que les joueurs leur prouvent qu'ils ont raison.
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Ah, le discours.
Je suis d'accord, tu l'as déjà lu quelque part, je crois. Héhé.

Cela dit, il y a l'affaire de la collusion entre les journalistes qui parlent des jeux vidéo (ménestrels inclus) et les maisons d'éditions qui entre en jeu. L'honnêteté du journaliste également. Ses propres conflits d'intérêts, etc.

Pas d'accord sur une chose, cependant. La presse devrait justement sortir de ce discours prescriptif et reprendre un rôle d'information claire, nette et précise. Je suis contre les notes, les étoiles, etc. Ce n'est que de la poudre aux yeux. Par contre, une information sur le jeu, dans ces défauts et qualités, sans faire exclusion du ressenti du journaliste, est quelque chose d'attendu.

Celim.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Zhibou: comme dit Spades. Le season pass te retire pas la qualité du jeu. Et comme toujours, que les joueurs écoutent ou pas (comme le dit LIEHD) c'est à leur appréciation. Par contre que la presse soit pratiquement muette, je trouve ça hyper malsain. Et d'ailleurs, je tiens à préciser que si un journaliste trouve que ce que fait Capcom est une bonne chose (pour une raison X ou Y qui m'échapperait) il ou elle est en droit de le dire et de soutenir l'éditeur dans sa démarche. Ça marche dans les deux sens. Ce qui est important c'est juste que ça passe pas comme une lettre à LaPoste quand t'as ce genre de comportement qui se manifeste.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
@Cinemax et ladanette: qu'on se comprenne bien; idéalement pour moi, le jeu vidéo devrait être jugé sur ce qu'il contient de propos et tous les jeux devraient être jugés sur un pied d'égalité. C'est d'ailleurs quelque chose que je reproche à AngryJoe, c'est quand il parle de "value" par rapport à un prix. Sur sa review de Magicka, il dit que pour 10$ c'est un jeu avec beaucoup de "value", de contenu, de chose à faire, de durée de vie. Moi c'est pas ça que je dis. Ce que je voudrais et qui me semblerait logique, c'est:
1- Juger les jeux au-delà de la technique en fonction de ce qu'il raconte aussi. Au moins en parler et dire si c'est important ou pas dans l'expérience de jeu. Un shmup, t'as pas besoin de savoir si c'est le scénario du siècle. Par contre si ça véhicule quelque chose de raciste, de propagandiste ou autre, pour moi ça doit être intégré à la critique, même si ludiquement le jeu est bon.
2- Ne pas juger un jeu en fonction d'un rapport qualité prix effectivement. Là je parle essentiellement de la tendance à minimiser les défauts d'un jeu indé parce qu'il est indé.
3- Si le jeu dans la façon dont il est vendu va à l'encontre de l'expérience de joueur à partir du moment de sa sortie, en déconseiller FERMEMENT l'achat. Évidement faut mettre des degrés là-dedans, tu peux avoir des politiques un peu pérave au niveau DLC mais dont le jeu est quand même valable sans (typiquement Dragon's Dogma).Je suis pas en train de dire qu'il faut être catégorique et renfermé dès qu'on appelle des DLCs. Par contre quand des gars font les supra cake comme les trucs SUR LE DVD mais qu'on doit débloqué avec un code payant, là la presse doit faire barage et dire "Attention, n'achetez pas ça c'est une arnaque".

Je parle de valider dans cet ordre: -est-ce que le jeu est bon (selon des critères qui seront propre au site encore une fois pas simplement cantonné à la technique)? Oui.
-Pour quel public (fan du genre uniquement, pour tout le monde, pour les acharnés etc)? Tel public.
-Est-ce que l'enrobage pousse à l'achat ou non? Oui (le jeu est riche et il aura du soutien) Non (il est amputé d'une bonne partie du contenu pour le revendre après).

Ce que j'essaye de dire, c'est que tu peux dire que le jeu est bon autant que tu veux, mais si la politique de l'éditeur est merdique, ça doit être un GROS FREIN, un stop mis de la part de la presse. Ça doit pas être un vague "ouais les DLC c'est pas top". Ça doit être un logo ou un truc qui indique clairement "le jeu est bon mais l'éditeur vous prend pour un con". Après effectivement, je pense qu'au stade où on en est, autant carrément que ce logo soit un "Achète" ou "N'achète pas" parce que c'est déjà ce que sous-entendent les tests. Dans l'idéal c'est en surimpression du test, mais tout aussi visible que la critique. Et encore une fois je parle de mesure exceptionnelle, de DLC abusifs, de connections permanentes etc...je parle pas de foutre ce logo "Achète/Achète pas" sur tous les tests. Mais il y a depuis des années, une recrudescence de jeux dont les éditeurs mériteraient une vraie sanction de la presse...quitte à se fâcher avec.
Spades
Signaler
Spades
Est-ce que le season pass empèche le jeu d'être bon ?
zhibou
Signaler
zhibou
Ne pas conseiller l'achat d'un jeu reste un point sensible.
Le boycott culturel est plus cruel pour celui qui se prive du plaisir de jeu que de l'éditeur/développeur.
Un fan de Bioshock va-t-il passer à coté d'Infinite car il abhorre les season pass?

Édito

Suivez moi sur:

Archives

Favoris