Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
jeu video rétro
C'était en 2002, leur rapprochement avait été parfaitement orchestré. Tomber dans le giron de Microsoft signifiait pour Rare tirer avantage de la puissance financière du numéro un mondial de l'informatique. Mais également d'être enfin libéré du carcan moralisateur de Nintendo. Les deux conditions nécessaires à son épanouissement étaient ainsi levées, le talent du studio britannique pouvait donc s'exprimer pleinement.
 
 
Erreur de casting ! Studio survendu, vociférèrent les adversaires de cette entente. Les méventes sur consoles Microsoft et succès sur formats de poche de Nintendo nourrissaient doublement ce ressentiment. Au sein de l'état-major du groupe américain, cette question a été débattue en dépit des dénégations officielles : le statut de Rare était sur la sellette. Fallait-il procéder à une liquidation pure et simple du studio comme il est d'usage dans l'industrie (business as usual comme le consacre l'expression anglo-saxonne) ? Assurément. Cependant, l'image de Rare dans l'imaginaire collectif des joueurs est étonnamment vive. Dissoudre ce studio dans ce contexte équivaut à prendre le risque de s'attirer les foudres de tout un pan du marché. Alors que faire ?
 
La solution viendra du périphérique Kinect, pensent-on en haut lieu. La grave crise de créativité que traverse cette ancienne perle serait corrigée grâce aux promesses ludiques de cet appareil capable de capturer les mouvements corporels du joueur. Et qui mieux comme ambassadeur pour promouvoir de son excellence l'accessoire ? Même si Phil Spencer, responsable de Microsoft Game Studios, s'en défend la main sur le coeur dans les colonnes du site Ign.com, ces cinq dernières années les productions de Rare sont étroitement liées à Kinect. Et quand bien même, le studio souhaite revisiter certaines de ses franchises, le périphérique revient constamment dans le discours de ses représentants.
 
 
"Je vous l'affirme avec force, bien que des personnes en doute : en aucune façon je n'oblige Rare à développer exclusivement pour Kinect" s'étrangle Phil Spencer. Il en veut pour preuve Killer Instinct sur Xbox One, fruit d'une collaboration entre les studios Double Helix et Rare, mais qui d'un point de vue marketing "n'a pas eu un impact positif" lors de l'annonce du jeu l'été dernier. Le responsable de MGS souhaite au moins que cette pièce maîtresse du portfolio appartenant au studio anglais "pousse les joueurs à réviser leur jugement" sur la présumée spécialisation éditoriale de Rare.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Retromag
Signaler
Retromag
La mésentente n'était pas à sens unique. Rare était de moins en moins prolifique chez Nintendo et a beaucoup souffert de la concurrence d'autres studios (Retro Studio...).
Rafik
Signaler
Rafik

@Rafik : Tu as une belle méconnaissance des circonstances de l'époque. Rare en avait marre d'être sous le giron de Nintendo et voulait passer à autre chose, être plus libre. D'ailleurs, certains de chez Rare étaient déjà parti pour fonder Free Radical Design. S'acharner à les garder sous leur girons n'aurait rien donné de bon, si ce n'est une fuite des cerveaux et c'est sûrement ce qui les a poussé à vendre leur part de Rare. Car le risque, avec le temps, c'est de se retrouver avec une belle boîte vide.

Ça sert à rien de vouloir racheter une boîte à 100% si les gens qui y sont ont plus envie de bosser avec toi.

Ils pensaient avoir une plus grande liberté chez Microsoft mais cela a été la désillusion finalement et Rare s'est tout de même vidé de sa substance. Certains diront que Rare s'est loupé après avoir quitter Nintendo, d'autres diront plutôt que Microsoft n'a pas employé ce studio à sa juste valeur.


Je n'étais pas au courant de la situation interne et qu'ils en avait marre de bosser pour Nintendo.
Par contre, je suis pas sur que ce soit aussi leur rêve de faire des jeux Kinect, surtout avec les pépites qu'ils ont pu faire dans les années 90 :/
Jayetbobfr
Signaler
Jayetbobfr
@Rafik : Tu as une belle méconnaissance des circonstances de l'époque. Rare en avait marre d'être sous le giron de Nintendo et voulait passer à autre chose, être plus libre. D'ailleurs, certains de chez Rare étaient déjà parti pour fonder Free Radical Design. S'acharner à les garder sous leur girons n'aurait rien donné de bon, si ce n'est une fuite des cerveaux et c'est sûrement ce qui les a poussé à vendre leur part de Rare. Car le risque, avec le temps, c'est de se retrouver avec une belle boîte vide.

Ça sert à rien de vouloir racheter une boîte à 100% si les gens qui y sont ont plus envie de bosser avec toi.

Ils pensaient avoir une plus grande liberté chez Microsoft mais cela a été la désillusion finalement et Rare s'est tout de même vidé de sa substance. Certains diront que Rare s'est loupé après avoir quitter Nintendo, d'autres diront plutôt que Microsoft n'a pas employé ce studio à sa juste valeur.
Donald87
Signaler
Donald87
Rare a commencé une mort lente dés le départ de chez Nintendo.
S H A D O W
Signaler
S H A D O W
On le sait depuis longtemps les quelques grosses têtes sont partis depuis un certain temps dans d'autres studios et très dernièrement le compositeur habituel. Pas une coquille vide mais le rareware d'aujourd'hui est différent c un peu comme double helix qui est un mix entre shiny et the collective.

Le problème du dernier banjo c que tout le monde attendait un jeu de plate forme pas une simulation de lego.
Rafik
Signaler
Rafik
Nintendo a vraiment déconné de ne pas avoir acheté ce studio à 100%, je pense qu'il serait pas dans la situation de recyclage de grosse licence comme la meilleure époque pour moi avec Nintendo, c'était quand il y avait des jeux à la fois de Rare et de Nintendo, le meilleur combo que j'ai connu et qui a malheureusement disparu ...

R.I.P. pour mon ancien studio préféré avec qui j'ai commencé le jeu vidéo ...
C'est vraiment du gâchis. :/
Lapino
Signaler
Lapino
Dommage aussi que le public ait boudé Banjo-Kazooïe Nuts & Bolts. Un jeu rafraichaissant, drôle, hyper riche et très original. Entre Banjo et Viva Pinata, Rare était peut-être finalement l'un des rares (arf!) développeurs à prendre des risques sur cette génération de consoles...

Ce que tout le monde semble demander, mais que personne n'encourage réellement. Dommage oui...
johan26
Signaler
johan26
Sympa comme Article.

Kameo et Viva Pinata étaient de bons jeux , si personne n'en a voulu eh bien tant pis pour eux , Rare fera des merveilles pour d'autres.
MagicPie
Signaler
MagicPie
Rare est mort depuis un bail de toute façon :(
dre_skull
Signaler
dre_skull
fucking business

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris