Indé, Néo, Rétro...

Indé, Néo, Rétro...

Par Retromag Blog créé le 28/10/11 Mis à jour le 04/07/15 à 10h26

Toute nouvelle publication sur le rétrogaming !

Ajouter aux favoris
Signaler
La Sega Pico ne représente pas la première tentative du fabricant à s'attaquer à ce format hybride. Lancé presque simultanément avec le Mark III (future Master System) au Japon, la société proposa le Terebi Oekaki au prix de 8800 Yens (70€). Plus connue sous la désignation Sega Graphic Board, la machine est une planche à dessin numérique branchée au téléviseur. Compatible avec les SC-3000, SG-1000 et Mark III, cette tablette graphique se compose du board, d'une cartouche ainsi que d'un stylo en plastique. Une fenêtre en plastique transparent sert d'interface depuis laquelle le stylo est détecté.
 
 
La cartouche se branche sur la machine. Elle contient le logiciel de dessin basé sur le (médiocre) signal vidéo des formats hybrides SG-1000/SC-3000. L'utilisateur a le choix entre 15 couleurs, mais en raison des faiblesses techniques du mode vidéo, seules deux couleurs peuvent être associées à l'intérieur d'un même pixel. Le stylo électronique dispose de trois tailles de tracé différent et d'un effaceur. Le fond d'écran peut être coloré, selon les désirs du dessinateur en herbe. Malheureusement, les dessins sont éphémères, aucune sauvegarde n'existe pour conserver ses créations.
 
 
La fenêtre plastique transparente offre l'avantage de pouvoir placer une image papier en dessous afin de faciliter les reproductions d'artistes confirmés. Toutefois, la détection de la pointe du stylo est défaillante, il faut appuyer fortement sur la planche de plastique au risque de l'abîmer. Pour manipuler correctement le stylo, la pression exercée doit être ferme, mais non brutale. La technologie rudimentaire du SGB le destine davantage à un divertissement apprécié des enfants plutôt qu'assignée aux projets avancés de professionnels de l'image.
 
 
En 1985, Sega cherchait désespérement un positionnement heureux à toutes les machines qu'il a commercialisées sans grand succès jusque là. Cette tablette graphique passera quasiment inaperçue au Japon. Elle devait être lancée en Europe, cependant devant le fiasco du produit sur le marché domestique, Sega décida très tôt d'arrêter sa promotion. Assurément, cette machine méconnue représente une pièce de collection dont la cote doit atteindre des sommets vertigineux.
 
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

ipiip
Signaler
ipiip
si tu fais des brocantes, ca peut se trouver, faut farfouiller dans les bacs de jouets pour jeunes enfants.

Si ya pas les cables, pas de soucis c'est les mêmes cables que la Megadrive 2 :)

bon apres c'est pas ultra "gamer" comme machine c'est c'est sympa quand même !
Retromag
Signaler
Retromag
Les infos sont tellement rares sur cet appareil...
ipiip
Signaler
ipiip
j'ai la chance de posseder une pico et la technologie est tres etrange ! ya même pas vraiment besoin de poser le crayon sur la tablette, ça doit etre un genre de truc magnetique.
je connaissais pas cet accesoire,jolie trouvaille :)
Retromag
Signaler
Retromag
J'avais pas fait le rapprochement mais oui, beaucoup de similitudes au niveau du concept et des ventes ! ;)
Conk3r
Signaler
Conk3r
L'ancêtre de UDraw ! D'ailleurs je pense que leurs nombres de ventes doivent être assez proches :lol:

Édito

L'exercice est tellement délicat lorsqu'il s'agit d'écrire son premier édito ! Comme le nom l'indique, Retromag est une nouvelle publication sur le rétrogaming dont je suis le responsable. Je vous présenterai ici, le magazine en cours de création. J'espère de tout coeur vous savoir nombreux à me suivre et à partager vos (vieux) souvenirs !

 

Archives

Favoris