Édito

Bonjour à tous, bienvenue sur mon troisième blog, celui-ci parlant de jeux vidéo (sans blague, t'es sur gameblog, et tu parles de jeux vidéo... So original...).

Comme indiqué dans la description, au programme, il y aura des tests, des coups de gueule, des coups de coeur, des divagations, et un peu de tout et n'importe quoi qui touche de près ou de loin à ma passion.

J'espère que j'arriverai à vous faire comprendre mes opinions parfois un peu en décalage avec le monde, pouvant paraître de temps en temps complètement axé fan-boy d'une marque (mon naturel compréhensif m'oblige à prendre la défense de tous les studios, sauf les plus indéfendables... N'est-ce pas, EA ? :p ).

Pour information, ce seront surtout des jeux sur console Sony (PSP, PS2, PS3, peut-être PS Vita), à la limite Nintendo (mais ce serait plus du SNES, un peu de NES et peut-être de la Wii [U]), et enfin PC (inconditionnel de Steam, avec un intérêt grandissant pour Desura et surtout les studios indies).

Le ton est donné, comme dirait le plombier : LET'S GO !

Archives

Favoris

Renkineko : Chroniques d'un passionné

Par Renkineko Blog créé le 29/06/12 Mis à jour le 27/04/13 à 18h18

Joueur invétéré depuis ses 5 ans, grammar nazi depuis ses 18, écrivain en herbe depuis ses 21, il n'en fallait pas plus pour vouloir faire un blog sur les jeux vidéos. Au programme : tests, coups de gueule, coups de coeur, et divagations.

Ajouter aux favoris
Signaler
Divagations

Récemment, je me suis lamenté sur l'ennui que provoquait le platine de Ni No Kuni, avec son farm bête et méchant pour l'alchimie. Ce à quoi, des gens très censés que je ne citerai pas car j'ai oublié leurs pseudos (mais pour faire plus poli, je vais dire que c'est pour préserver l'anonymat des propos tout ça, de toute manière ils se reconnaîtront et si vous voulez vraiment savoir qui, regardez mes statuts, je les change pas souvent, et sinon la curiosité est un vilain défaut...) m'ont répondu (attention, ceci est une retranscription avec mes mots à moi, ils ont été beaucoup plus gentils) : "Non mais tête de gland, t'es vraiment trop con de t'acharner sur un jeu qui te plaît pas, arrête de te prendre le chou et GET A LIFE !".

Et je n'ai pas su quoi répondre.

C'est vrai, que dire devant tant de réalisme, de pragmatisme ? Je suis en total accord avec ces gens. Pourquoi, POURQUOI je me flagelle ? Pourquoi je m'acharne sur des jeux qui n'en valent pas la peine ? Pourquoi suis-je aussi maso ? J'y ai un peu réfléchi, pas beaucoup car soyons honnête je me fous un peu quand même de répondre à toutes ces questions. Et voici ce que je pense. Bien sûr, tout ce plaidoyer est ici à titre purement personnel et n'engage que moi, si je fais des généralités ce sera plus pour des effets de styles ou de manches que de véritables pensées que j'ai sur le monde qui m'entoure. J'espère que je suis assez clair, sinon, tant pis.

Les trophées partent d'une bonne intention

Comme l'enfer en est pavé, les trophées, les achievements, les succès, appelez ça comme vous voulez mais ils seront regroupés sous le terme TAS à présent dans cet article, ces TAS sont à la base un moyen de montrer son kiki (ou son bonnet de soutif) entre joueurs/ses. Mais si, vous savez, dans la cour d'école, on était toujours super fier de dire à ses potes "hier j'ai battu l'Arme Emeraude trop facilement huhu et j'avais même pas l'équipe à fond...", et y a TOUJOURS un putain d'enfoiré pour te gâcher le plaisir en disant "Ahahah, non mais c'est trop has been quoi l'Arme Emeraude, moi maintenant je la tue sans même la matéria sous-marine, juste pour le kiff...". Vous remarquerez que cette phrase est construire avec un énorme mélange de blablatage générationnel, c'est une astuce pour que tous puissent s'identifier à un exemple. Malin, n'est-ce pas ? Revenons-en à notre jeune Cloud1984 en puissance, humilié par Sephi_du_34. Quelques années plus tard est apparu le réseautage social en ligne. Et là, faut dire ce qui est, c'était chiant de se montrer la kékètte en disant "ahahah j'ai fini le jeu en étant niveau 6 en faisant toutes les quêtes annexes et sans materias" à chaque nouvel ami. Et beaucoup de joueurs répugnaient à ouvrir un blog, à cause de l'image skyblog très kikoololifique.

C'est alors que les TAS sont apparus. Et oui, comment dire à chaque nouvel ami qu'on a bien torché un jeu ? En faisant les TAS. Et c'était bien. Les joueurs prenaient du plaisir à faire des trucs un peu wtf, genre tabasser de l'ennemi avec un réverbère alors qu'on est pas censé pouvoir, finir le jeu de façon totalement sournoise ou au contraire en mode rambo, bref que du bonheur. Mais voilà, le problème des TAS, c'est qu'ils dépendent de la perfidie des créateurs. Et qu'ils jouent sur le besoin de reconnaissance du joueur. Quand je parle du joueur, je parle pas du casual qui s'en fout de son score. Je parle de celui qui a une fierté, mal placée certes mais une fierté quand même. Celui pour qui faire un jeu sans avoir retourné chaque pierre, sans avoir ouvert chaque coffre, sans avoir exploré chaque dialogue n'est juste pas concevable. Et ce sont eux les plus malheureux.

Je fais légèrement parti de cette branche de joueur un peu psychorigide, un peu névrosé sur les bords. Du genre à lire tout le générique au cas où y aurait de l'easter egg, du genre à jamais appuyer sur aucun bouton pendant ce même générique au cas où ça couperait aussi la possible cinématique en sus à la fin... Celui qui guette le 100% dans le journal du jeu. Je dis que j'en fais légèrement parti car si je suis assez fier d'avoir platiné Bayonetta ou NieR, mais je n'ai aucun scrupule à abandonner un jeu que je trouve vraiment merdique sans le platiner, comme pour les Soul Calibur etc...

Et j'en souffre. Mais c'est difficile d'aller voir son médecin pour lui dire "voilà, j'ai besoin de platiner certains jeux car j'en fais une affaire personnelle"... C'est un peu du grand n'importe quoi. Je n'assume pas d'être con. Mais revenons-en aux TAS. Là où le système est perfide, c'est qu'il ment énormément. Ce n'est pas parce que tu as platiné un jeu que tu as vraiment fini un jeu à 100%. Le dernier exemple réel en date est Ni No Kuni pour ma part : impossible d'avoir un bestiaire à 100%, des heures et des heures de farm naze pour avoir 100% en alchimie, mais les éditeurs ont quand même laissé la possibilité d'avoir le platine, en ne faisant "que 90%" pour l'alchimie, en n'ayant qu'environ 85% du bestiaire dompté... Ce qui fait que d'un côté, c'est extrêmement sympathique de leur part, car ça permet à tout un chacun de réussir le platine s'il le veut vraiment (il est pas difficile à obtenir, juste longuet). Mais là où c'est perfide, c'est que ça dévalorise énormément le TAS et la valeur qu'il a. Une personne n'ayant fait le jeu "qu'à" 90% est autant récompensée que le cintré qui a vraiment fini le jeu à 100% (encore que comme je disais, pour Ni No Kuni, je crois pas qu'on puisse finir le bestiaire à 100% réel, merci de m'indiquer si je me trompe...).

Mais d'un autre côté, en faisant des TAS trop difficiles, ça risque de rebuter le joueur. Les TAS en ligne sont aussi une des grandes arnaques de ces dernières années. Quand je parle de "en ligne", je parle sur les maps généralement "multijoueur". Alors OK, quand le jeu est un jeu multijoueur de base, soit, admettons. Mais quand y a des campagnes solo, comme pour Assassin's Creed, je vois pas ce que le TAS online vient foutre là : le gars peut ne rien en avoir à péter du multi, mais sa névrose le fera quand même jouer, et s'emmerder en ligne... Tout ça pour atteindre le niveau 50 et essayer de chopper 15 PUTAINS de bonus en une seule session (oui AC Brotherhood, je parle de toi !). Le genre de TAS qui demande d'avoir des vrais gens avec qui jouer, qu'on connaît, pour pouvoir le débloquer. Et il faut une certaine organisation derrière attention... Bref, c'est vraiment chiant.

Mais dans ce cas, pourquoi continuer à jouer ? Si un jeu n'amuse plus, il perd sa fonction première. Et c'est là où je suis en total accord avec vous, chers lecteurs : pourquoi ? Je crois qu'il peut y avoir plusieurs raisons, en dehors de la névrose susmentionné.

Premièrement, il y a un côté libérateur dans le platine. C'est encore plus vrai lorsqu'on joue à un jeu qui ne nous amuse pas en terme de chasseur de TAS (oui car quand on n'aime pas un jeu dès le début et qu'on s'obstine, là ça dépasse encore plus les troubles précités). Lorsqu'on voit poper cette petite notification disant "c'est bon, aux yeux du monde, tu es un PGM, va te coucher et retire la galette car t'as plus rien à y foutre", ça fait un bien fou. Pour faire une analogie scolaire, c'est un peu comme rendre sa copie lors d'un contrôle en ayant répondu à toutes les questions de façon bien argumentée, en sachant parfaitement qu'on a tout juste : on en a chié, on a eu mal au poignet à force d'écrire vite, on s'est appliqué, on a réfléchi à toute berzingue, mais on sait qu'il y aura un 20 au final.

La seconde chose, c'est la notion de pingre/radin. C'est le sentiment que merde, j'ai payé un jeu une blinde, c'est pas pour le finir en 30h car ça fait du 2€ de l'heure et à ce prix-là je vais m'amuser à la borne avec des potes, à l'époque ma bonne dame on payait un jeu 400 F et il nous faisait plus de120h, soit 3F de l'heure, soit 0.5€ (à une vache près) de l'heure, faut arrêter la déconne, y a plus d'saison et blablabla. Donc je vais l'utiliser jusqu'à la lie. Et tant pis si le reste ne m'intéresse pas des masses, j'ai payé je le fais. Je pars du principe qu'un bon jeu fait environ du 1€ de l'heure, au-dessus c'est de l'arnaque, en-dessous c'est du bonus. Oui, on est d'accord que les vieux FF à ce compte-là aurait coûté très cher, mais ça compte pas car c'est du multi-CD, et c'est une excuse foireuse mais bon j'ai jamais dit que c'était une science exacte : mes règles, mes ajustements.

La dernière chose, assez liée à la précédente, c'est l'envie de respecter un peu le studio de développement, même si ces derniers parfois se torchent avec votre respect (les DLC tout ça... On va pas jeter de l'huile sur le feu, mais faudrait penser à se souvenir que tant qu'on achète les DLC, ils en feront...). C'est vrai, y a un clampin qui a imaginé une solution pour passer tout le niveau sans tuer un garde, c'est qu'il doit bien y avoir un moyen de le réussir, peut-être même qu'à la base on était obligé de tuer le premier méchant mais qu'il a décidé d'introduire un hack contre sa direction pour passer malgré tout sans le tuer, le pauvre designer s'est fait virer, il est peut-être sous les ponts, la moindre des choses c'est de réaliser son rêve, puis merde c'est pas la mer à boire de passer à travers un niveau rempli de laser et de caméra et de gardes avec des rondes aléatoires, tout ça pour faire plaisir à un monsieur dans la rue. J'exagère volontairement vous l'aurez remarqué, mais si une équipe s'emmerde à créer un passage alternatif possible, j'estime que la moindre des choses c'est de le prendre. Si une équipe s'emmerde à créer un boss optionnel super dur, l'intérêt c'est de lui défoncer sa race.

Ce sont ces trois raisons (en plus de mon désordre psychologique évident me faisant aimer les jeux vidéo et par conséquent crâmer les récoltes et bousiller les vaches) qui font que j'ai tendance à me faire violence. Disons plutôt que ce sont les raisons "nobles". Les moins nobles, c'est que j'ai pas de fric pour m'acheter de nouveaux jeux, y a rien le soir à la télé ce qui fait que je m'emmerde grave, et ça m'occupe assez pour attendre le moment d'aller me coucher...

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Renkineko
Signaler
Renkineko
@kiluuna : Je me cassais déjà le cul à l'époque de la playstation, sur Spyro ou sur Crash Bandicoot, pour avoir le fameux "110%" dans le menu. Le truc complètement en dehors des réalités, mais rigolo. Je pense que la plupart des chasseurs de TAS sont justement des joueurs qui ont connu ce sentiment de fierté en finissant un jeu à "110%". Ça veut juste rien dire, finir un jeu à 110%... Et à l'époque, on s'en vantait devant les potes (bon, pas sur Spyro car c'était super facile, mais sur FF VII comme je l'indiquais dans l'article). Et si on nous croyait pas, on faisait une aprèm "play" où on montrait nos sauvegardes, et parfois on faisait de la merde et on remplaçait la sauvegarde ultime par une sauvegarde bousique (c'est du vécu, j'en ai eu mal au cul pendant des semaines...).

De plus, ce que tu indiques est aussi le cas des jeux Wii et compagnie. Le truc, c'est que je pense que certains jeux passeraient carrément à la trappe. Par exemple, lorsqu'un Platine demande juste de la patience (et un ennui mortel) comme dans Ni No Kuni, en offline j'aurais sans doute viré l'envie du TAS car je m'en foutais de l'alchimie et donc du farm d'ingrédients. Par contre, dans le cas de NieR où la difficulté n'est pas énorme non plus, mais où il faut farmer, j'y ai réagi autrement... Le platine a été une excuse pour me remettre sur le jeu après quelques mois oubliés dans mon classeur.. Et j'ai été content d'y rejouer, même pour farmer du matériel de forge... Je pense donc que beaucoup de joueurs continueraient à chasser les TAS, mais l'intérêt serait augmenté : dans le plaisir, et non plus dans la compétition. Un retour aux sources en somme.

Il y a un côté énigmatique à ce besoin de compétition... Peut-être que ces gens sont comme moi des personnes n'ayant jamais vraiment pu briller en sport ou autre à l'école, et du coup le TAS devient un moyen de revanche sur ces années à être "inférieur" aux sportifs. Après, je suis contre l'idée du geek chétif inadapté sportif et mal reçu dans sa classe donc je peux pas donner cette excuse pour tous les acharnés du TAS...

Ma réponse a été un peu plus longue que prévue... ^^'
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
Moi je n'ai aucun soucis avec les trophées. Je ne platine que les jeux qui me plaisent et dont je considère le platine faisable. (Par exemple là je doute que je vais platiner Duke Nukem Forever car autant j'aime bien ce jeu, autant le dernier niveau de difficulté est hyper frustrant et je me vois mal passer des heures sur le flipper pour obtenir le high-score... Suis mauvais au flipper en vrai, alors dans un jeu...)

Néanmoins je suis d'accord sur la perfectibilité du système. Les trophées multi quand le jeu est avant tout solo, c'est relou. Les platines trop faciles, c'est relou. Mais le pire reste les trophées pas tellement intéressants qui demandent juste d'être patient. Dark Souls par exemple, ça ne demande que de la patience et du temps pour le platiner alors qu'un tel jeu pourrait avoir des trophées de dingue comme "Finir le jeu sans monter de niveau", "Tuer Gwyn sans se faire toucher", "Atteindre Anor Londo en moins de deux heures"... J'ai eu le même genre de frustration sur RE4 HD où les trophées sont débiles alors que le jeu se prête très bien à des défis en tout genre. (D'ailleurs RE Code Veronica X HD lui a un trophée dont on peut vraiment être fier quand on l'a : celui du lance-roquette illimité... car pour l'avoir les conditions sont juste dingues!)

Et enfin ça manque de récompense (Et des vraies ingame, pas les fond d'écran de FF XIII). Pour l'instant on fait surtout ça pour le plaisir de le faire, mais jadis on y gagnait des bonus. Les DLC étant maintenant bien installés, rares sont les jeux qui proposent des choses à débloquer... Et d'ailleurs ça a beau être l'un des rois du DLC, mais Capcom fait partie des derniers à encore inclure des tonnes de choses à débloquer dans leurs jeux.

Enfin voila, et je ne pense pas souffrir de psychorigidité. J'aime juste jouer, et les trophées sont l'incarnation "moderne" de ce que je fais déjà avant : finir les jeux que j'aime à fond :P

Je pose une question (je fais partie des gens qui s'en foutent des trophées) : si le trophée était au sein du jeu, est-ce que les "chasseurs de trophées" comme on dit se casseraient le cul à les faire ?

Je ne comprendrais jamais ce besoin d'avoir les trophées, de platiner (et l'excuse de faire le jeu à fond est à mon sens ridicule, n'y voyez rien de méchant la dedans hein) mais je me pose vraiment cette question, si c'était pas un truc si visible (gamertag, profil et cie) est-ce que ça marcherait ?
Si c'était juste un truc visible juste dans le jeu, genre dans un menu avec la liste par exemple.


Pour certains, ceux qui sont avant tout attirer par le côté "concours de bite" des trophées seraient peut être rebutés. Cela dit les gens n'ont pas attendu les trophées pour réaliser ce genre de défi, pour plier un jeu dans tous les sens et même pour s'en vanter comme le rappelle justement l'auteur de l'article.

Moi en tout cas ça ne m'empêcherait pas de les faire. Je n'ai pas fait Xenoblade à fond (Car le trop plein de quêtes annexes a fini par m'ennuyer) mais j'ai pas mal rempli son "menu trophées". Idem pour Resident Evil Revelations sur 3DS (Que je pourrai bien refaire en version HD, quitte à refaire tous les défis). D'autant que dans le cas de ce dernier, les trophées donnent lieu à récompense (En points, costumes etc...)
Skel
Signaler
Skel
Je suis assez d'accord avec ton article. Tu résume assez bien mon sentiment vis à vis des TAS.
kiluuna
Signaler
kiluuna
Je pose une question (je fais partie des gens qui s'en foutent des trophées) : si le trophée était au sein du jeu, est-ce que les "chasseurs de trophées" comme on dit se casseraient le cul à les faire ?

Je ne comprendrais jamais ce besoin d'avoir les trophées, de platiner (et l'excuse de faire le jeu à fond est à mon sens ridicule, n'y voyez rien de méchant la dedans hein) mais je me pose vraiment cette question, si c'était pas un truc si visible (gamertag, profil et cie) est-ce que ça marcherait ?
Si c'était juste un truc visible juste dans le jeu, genre dans un menu avec la liste par exemple.
cbTaizzz
Signaler
cbTaizzz
Bel argumentaire !

Visiblement, différentes populations de joueurs se retrouvent dans ce système de trophées. Pour ma part, chercher le platine découle de l'envie d'explorer à fond des univers qui me plaise ( je n'achète jamais un jeu de merde pour le platine ) tout en relevant un challenge.

Dans tous les aspects de ma personnalité, la recherche du challenge est prépondérante. Et c'est bien pour ça qu'en rentrant du boulot si j'ai le temps ou le week-end, je profite de notre média pour tester ma résistance mentale ^^

Les trophées quand on y pense, c'est comme les unlock secret de metal gear solid 1 de notre enfance, ça nous pousse à aller plus en avant. Durée de vie artificielle diront certains. Pour moi, elle est bien là !

Linsk
Signaler
Linsk
Ton avant dernier paragraphe est de trop mais l'idée est là. ^^

Ne pas finir un travail, un livre, un film ou un jeu pour le cas présent, donne une étrange sensation de frustration, et les fameux trophées valorisent justement les détails qui font partie d'un jeu/que les dév' ont pensé à intégrer..
Pour certains joueurs c'est souvent prétexte a du Replay Value, à une notion de challenge et parfois (dans ton et mon cas) ça fait aussi appel a besoin de "classifier" les choses même si c'est laborieux puisque paradoxalement la finalité est une jouissance.

En fait, nous vivons dans l'illusion d'une non linéarité mais notre vie est guidée par la répétitivité (du levé au couché, du petit déj' au diner), il en est de même pour nos loisirs dont les jeux vidéo font partie.
Les trophées c'est le jusqu'au boutisme de la répétitivité ornée du cachet "ludique", il suffit d’être un minimum adepte de cette philosophie pour comprendre tout l’intérêt du concept.
Pedrof
Signaler
Pedrof
Trop de digression tu m'as perdu.