ALT+TAB, un blog par Pyram

Par Pyram Blog créé le 25/02/10 Mis à jour le 01/11/10 à 09h41

ALT+TAB sera consacré à une série de billets d'opinion centrés sur l'univers du gaming : ces articles auront pour but de présenter différents points de vue et d'inciter à la discussion sur des sujets qui nous seront familiers.
Etes-vous prêts à faire chauffer vos claviers ? Alors on y va...

Ajouter aux favoris
Signaler
Hardcore !

Non, non, non, je ne vais pas vous parler de pornographie - réservons cela pour un autre temps et un autre lieu, voulez-vous ? Là, je vais plutôt vous parler de ces êtres étranges que l'on appelle les Hardcore Gamers. L'opposition entre Hardcore et Casual Players, comme disent les anglophones, est revenue à la mode récemment, aussi en profiterai-je pour me pencher un peu sur cette frange de notre population.



De fait, le retour en force de Nintendo après des années de perte de vitesse grâce à la DS et maintenant la Wii s'est appuyé sur un changement majeur du discours marketing : désormais, on s'adresse à la masse du grand public, aux plus jeunes, aux plus vieux, aux parents, le tout en proposant des jeux aux concepts simples et à la prise en main rapide. Et avec cet élargissement de l'audience du jeu vidéo, voilà qu'arrive ce que beaucoup craignent avec horreur : la déferlante des joueurs occasionnels, (les "casual players").

Ou plutôt, pour être précis, ce qui fait le plus peur ici, ce ne sont pas ces nouveaux joueurs en tant que tels, c'est plutôt la direction que risque de prendre le marché du jeu vidéo face à ce nouveau public. Le raisonnement est économique : si l'essentiel du public est désormais orienté Casual, les éditeurs vont donc s'orienter vers le développement de titres adaptés à ce segment du marché. Les éditeurs font comme tout le monde : ils vont là où il y a le fric.

Et c'est là qu'est la plus grande crainte pour le public initial du jeu vidéo - ceux dont la frange la plus bruyante se désigne sous le terme nébuleux de Hardcore Players : doivent-ils s'attendre à voir disparaître les styles et genres de jeux qu'ils prisent tant ? Sont-ils condamnés à devenir une niche, là où auparavant il n'y en avait que pour eux ? Mais qui sont-ils, d'abord, ces soi-disant hardcore ? Et qu'est-ce que cela signifie vraiment, d'être un hardcore player ?

* * *



Je serai franc avec vous : il n'y a aucune définition établie de ce qu'est un Hardcore Player.

L'expression est utilisée par un peu tout le monde pour désigner un peu n'importe quoi, aussi prendrai-je le parti de vous donner ma version des faits : à vous de réagir ensuite et de vous faire votre propre opinion. Evidemment, un Hardcore Player est avant tout un joueur de jeu vidéo, mais qu'est-ce qui le distingue du joueur moyen ?

Voici une définition classique, qui est que le Hardcore est celui qui consacrera le plus de temps et de pratique à son loisir, contrairement au Casual. Beaucoup se prétendent Hardcore sur la simple base qu'ils connaissent et maîtrisent jusqu'au niveau de l'excellence un jeu ou un genre de jeu particulier.

Mais dans ce cas, si la principale caractéristique définissant un Hardcore doit être le temps passé, alors les Casual peuvent tout à fait y prétendre eux aussi après tout : est-ce que vous savez le temps que peut passer un gamin à jouer à Pokemon ou Nintendogs sans jamais vraiment les maîtriser ? Que diable, il y a même des gens qui peuvent passer leurs journées à jouer au Démineur, c'est vous dire le temps que les Casual peuvent aussi consacrer à ce loisir...

Ou peut-être que les seuls vrais Hardcore sont les joueurs qui ont élevé leur loisir au rang d'une activité professionnelle ? Après tout, passer 14 heures devant son écran chaque jour en vue de s'entraîner pour le prochain tournoi, n'est ce pas Hardcore ? Et les journalistes ? Eux passent leurs journées à tester des jeux et à écrire sur leur passion : peut-on être plus Hardcore qu'eux ?

Quelque soit la définition que vous choisirez, vous omettrez toujours quelqu'un qui mérite le titre de "Hardcore". Cependant, je ne pense pas qu'il faille accepter une définition au cas par cas - ce serait beaucoup trop facile, vous ne trouvez pas ?



Revenons à la perception commune de l'expression. Apparemment, un Hardcore, c'est quelqu'un qui passe beaucoup de temps à jouer, quelqu'un qui ne s'intéresse que peu à ce qui ne concerne pas directement sa passion, quelqu'un qui peut être extrêmement protecteur vis à vis des jeux qu'il aime et les défendra becs et ongles face à n'importe qui. A vrai dire, si cette définition est proche de la vérité, je ne pense pas qu'elle corresponde à ces individus qui passent 18 heures par jour devant leur jeu et ne se consacrent à rien d'autre. Ceux-là, je les appellerai joueurs "compulsifs" plutôt que "hardcore" - le genre de personnes qui ne connaissent que très peu les autres genres de jeux et souvent même sont complètement intolérantes vis à vis d'eux : le joueur de FPS qui ne jurent que par son compteur de frags et crache sur les amateurs de MMORPGs. Les passionnés de MMORPGs qui persifflent sur les amateurs de RPGs sur consoles. Les passionnés de RPGs console qui méprisent les amateurs de jeux de course. Vous voyez le genre.

Bien heureusement, ces joueurs "compulsifs" ne sont pas la majorité d'entre nous ni même des Hardcore Players.

Bon alors, c'est quoi un Hardcore ? A mon humble avis, ce qui fera de vous un Hardcore Player, ce n'est pas le genre de jeu auquel vous vous dédierez, ce n'est pas l'énorme quantité de temps que vous passerez sur un jeu, ni même le talent avec lequel vous pratiquerez. Non, ce qui fera de vous un véritable Hardcore, c'est le regard que vous porterez sur le jeu, en particulier et en général.

De la même façon qu'un fan de foot peut se plaindre de la tactique employée lors du dernier match de son équipe, qu'il connaîtra la meilleure façon de contrer tel ou tel équipe adverse, qu'il comprendra les règles du football au point de les avoir toujours à l'esprit, voilà ce qu'est un Hardcore Player : un joueur qui saura après une ou deux parties si un jeu est déséquilibré, qui comprendra les raisons pour lesquelles les développeurs ont choisi d'implémenter telle ou telle mécanique de jeu, un joueur qui saisira et comprendra les mécanismes du jeu ainsi que ce que les développeurs ont voulu faire avec afin d'en tirer partie, à la fois pour améliorer sa compréhension et sa maîtrise du jeu en tant que tel, mais aussi le plaisir qu'il pourra en tirer.

En bref, pour être un Hardcore, vous n'avez pas à passer votre journée devant un jeu, avoir le meilleur score possible ou connaître le moindre détail du monde vidéoludique - non, tout ce dont vous avez besoin, c'est de comprendre ce à quoi vous jouez.

Et là, vous comprendrez que la prétendue opposition entre Hardcore et Casual est profondément futile.
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

SocioPads
Signaler
SocioPads
J'apprécie beaucoup que tu insistes sur le fait de "comprendre" un jeu. Je suis avide de jeux de combat et l'on voit tout de suite la différence entre quelqu'un qui cherche à comprendre les mécanismes, sincère avec lui même et son adversaire et celui qui prend juste des automatisme et râle à la moindre "surprise". Et pourtant le second passe sans doute plus de temps sur le pad ^^

Édito

Bonjour à tous ! 

ALT+TAB sera consacré à une série de billets d'opinion centrés sur l'univers du gaming : ces articles auront pour but de présenter différents points de vue et d'inciter à la discussion sur des sujets qui nous seront familiers. 
Etes-vous prêts à faire chauffer vos claviers ? Alors on y va...

Pourquoi Alt+Tab ? Parce que c'est l'un des gestes que le gamer doit faire le plus sur son PC : switcher entre l'univers ingame et le reste (web, MSN, youporn...).

Le principe : des billets d'opinion, de type blog, seront postés régulièrement à raison d'au moins un par semaine, avec des sujets portant sur l'actualité ou la culture du jeu vidéo. Ces billets seront forcément des opinions tranchées et inciteront au débat : pas de compte-rendus fades, pas de textes mous et consensuels. Cependant, une certaine exigence sera toujours demandée au niveau de la qualité de l'argumentation et le fanboyisme reste à proscrire.

Archives