The Farthest Land

The Farthest Land

Par Onink Blog créé le 21/01/11 Mis à jour le 19/04/14 à 18h30

Ajouter aux favoris
Signaler
Critiques

 

Je continue ma session de rattrapages jeux indés, que j'ai trop longtemps négligé, avec To The Moon, sorti il y a déjà 2 ans et dispo en téléchargement ou en version boite (je viens de l'apprendre). Jeu développé avec le logiciel RPG Maker, il aura pas mal fait parler de lui à l'époque, à la fois critiqué pour son absence de "vrai" gameplay mais également encensé pour la profondeur de son scénario.
Le pitch est d'ailleurs assez intéressant : les docteurs Rosalene et Watts travaillent à Sigmund Corp, une agence qui propose un service assez spécial : réaliser l'ultime voeu d'un patient sur le point de mourir. Pour ce faire, nos deux scientifiques doivent explorer les souvenirs de ce patient, les modifier de manière à crééer de faux souvenirs, dans le but de lui faire croire que son voeu a bien été réalisé. Le patient de ce premier jeu (car il y en aura d'autres, mettant en scène nos deux héros avec d'autres clients) est John, un vieillard dont le regret dans la vie est de ne pas avoir été sur la Lune. Rosalene et Watts vont donc ainsi explorer la mémoire de John, et vont de ce fait "revivre" sa vie, de la mort jusqu'à l'enfance, dans l'objectif de réaliser virtuellement son rêve.

Comme mentionné plus haut, le gameplay n'est pas vraiment le point fort du jeu. C'est une sorte de sous jeu d'aventure en 2D, on avance dans les environnements, on clique sur certains objets, on parle aux pnj, et basta. Sur un jeu lambda, ce système de jeu ne serait clairement pas passé. Mais ici, j'ai envie de dire qu'on s'en fout. C'est comme un bon livre : on veut toujours y revenir pour connaitre la suite, et ce qu'importe le gameplay.
C'est bien là la force du jeu : son histoire. Une histoire maitrisée de bout en bout, avec des révélations distillées au compte goute de niveau en niveau, le joueur voguant ainsi de surprise en surprise, qui changent sa vision des personnages.
Car les personnages ne sont pas de vulgaires pantins sans âme, comme on a l'habitude d'en voir, mais sont vraiment touchants et vous paraitrons bien humains. L'évolution des rapports entre ces personnages, notamment entre John et sa femme, River, sont des plus réussies et surtout des plus crédibles, et ce grace à une écriture sans fioriture, efficace et pas niaise pour un sou.
Autour de ces personnages va donc s'articuler une histoire au départ simple, mais de plus en plus complexe au fil de votre voyage dans le temps. Vous allez en apprendre de plus en plus, comprendre que tout n'est pas rose. De nombreuses  thématiques peu fréquentes dans le jeu vidéo seront abordées avec beaucoup de justesse, comme le handicap, la vieillesse,  ou même tout simplement l'amour. C'est pas lourd, et on ne nous déblatère pas de tirades faussements philosophiques, un piège dans lequel tombent souvent les développeurs qui tentent de faire des jeux "intelligents".

Un des atouts de ce scénario, c'est le fait que le joueur et les héros (les docteurs) possèdent exactement le même point de vue sur l'histoire : un point de vue extérieur. Au départ, les deux protagonistes, comme nous, ne savent absolument rien sur John et River, et nous allons tout découvrir en même temps qu'eux. C'est une astuce scénaristique qui fonctionne parfaitement : elle nous permet de mieux nous identifier aux personnages, d'avoir les mêmes réactions qu'eux lors des différentes péripéties du jeu.
La temporatilé du jeu vient d'ailleurs renforcer ce sentiment : on suit le parcours de Rosalene et Watts sans interruption, du début à la fin. On reste toujours avec eux, le lien ne peut être que plus fort et le joueur est plus impliqué que jamais.
Il existe une seconde temporalité en parallèle, qui concerne la vie de John que nous allons voir défiler en entier. Le simple fait de suivre ce personnage si longtemps fait que l'on s'y attache énormément, à lui comme à son entourage, River en tête.
Ces petits détails font que la narration est maitrisée, simple et reserve son lot d'émotion. Mais pas d'émotions artificielles : ici, point de personnage qui décède avec une mise en scène grandiloquante couplée à du violon pour bien appuyer sur le caractère tragique de l'évenement. Non, dans To The Moon, on vibre du début à la fin. Il n'a a pas une scène culte, une scène coup de poing : le jeu doit être considéré dans son ensemble pour être apprécié et pour vous toucher. Et ça, c'est un principe que peu de développeurs ont compris.
 

Il est de ces jeux, malheureusement trop rares, capables de vous toucher, de vous émouvoir, à tel point qu'il en devient difficile de passer à un autre jeu ensuite. Tout le reste de la production vidéoludique vous parait fade, presque dénué d'interet à côté. To The Moon est de ceux là.
Il ne fait aucun doute que ce jeu fait partie de mes expériences ludiques les plus marquantes de ces derniers mois : un titre marquant, frais, qui fait du bien et qui laisse augurer du bon pour l'avenir de l'industrie du jeu. Pas de monde à sauver, pas de méchant à tuer : seulement l'histoire d'un homme hanté par le regret.


To The Moon : For River (Sarah and Tommy's version) 

Sur ce, on se quitte avec un extrait de la splendide bande son, composée par Ken Gao, également créateur du jeu. Une ost simple mais d'une beauté saisissante (comme le jeu, d'ailleurs), presque intégralement au piano. 
A noter que la musique joue un rôle important dans le scénario, et plus particulièrement le thème que je vous propose d'écouter, For River. A la prochaine!

Voir aussi

Jeux : 
To the Moon
Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Commentaires

Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
J'ai fini le jeu. Alors oui, niveau gameplay c'est au ras des pâquerettes, mais l'histoire est touchante et surtout, véhicule des émotions sans avoir besoin de centaines de milliers de polygones, n'en déplaise à l'homme en Cage.
Onink
Signaler
Onink
Merci Gourguech :) L'ost est vraiment très bien, le thème de fin notamment est excellent!
Gourguech
Signaler
Gourguech
Magnifique le thème musical que tu nous proposes ! :)
J'ai beaucoup aimé ton post surtout ta conclusion qui témoigne de tes sentiments envers ce titre !
Onink
Signaler
Onink
@Cinemax Ouais pareil. En général, quand on me dit "tu verras tu vas chialer et tout", il se passe rien. Dernier exemple en date, Le Tombeau des Lucioles, que j'ai bien apprécié mais qui ne m'a pas ému autant que je ne le pensais. Pour To The Moon par contre, ça a marché (pas pleuré mais très ému ^^). Et tu fais bien de souligner l'aspect comique. Le duo de docteurs est juste énorme, et c'est bourré de références. La scène de baston de RPG m'a bien fait rire notamment!

@Nimmegil : Tu as totalement raison. Le gameplay est simple mais paradoxalement le joueur est plus impliqué que sur n'importe quel autre jeu. Une autre forme d'interactivité en somme, plus subtile. Et merci :)

@Liehd : Je confirme, il faut absolument que tu le fasses. Je pense que tu devrais aimer. En tout cas il se termine en 4 heures à tout casser, en deux trois sessions c'est fait!

@Ariakkan Oui, c'est vrai que c'est assez adulte, ça contraste bien avec le visuel. Pas besoin d'ultra réalisme pour faire passer des émotions. Comme dit a Cinemax, l'humour vient alléger le tout sans nuire au propos pour autant.
Ariakkan
Signaler
Ariakkan
Ce jeu est vraiment merveilleux, c'est d'ailleurs le seul qui ait réussi à me faire y aller de ma petite larme à plusieurs moments. Et puis au delà de cet aspect émotionnel fort bien traité, j'ai trouvé l'humour du jeu vraiment pertinent. Je pense particulièrement aux vannes que s'envoient les deux docs qui sont particulièrement savoureuses. Contrairement à ce que le visuel laisse penser, j'ai au final trouvé ce jeu très adulte dans son propos. Comme le dit Onink, pas de big boss à tuer et de monde à sauver, seulement une histoire humaine.

Encore une fois, c'est une vrai merveille.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Depuis le temps que je l'ai sur mon disque dur (avec la BO et tout)... je crois que Steam n'existait même pas, quand je l'ai téléchargé. Il faut ABSOLUMENT que je trouve le temps d'aller au-delà de l'accident de la route du début. :)
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
@ Onink : en fait je pense que je vais avancer plutôt dans Deadly Premonition pour pouvoir me bloquer un temps pour ne faire que le jeu.
Nimmegil
Signaler
Nimmegil
Clairement To the moon est un bijou ! Et je pense personnellement que l’émotion ressenti est amplifié par le fait qu'on ne regarde pas l'action mais on la vie, on la vie de l’intérieur, on peut explorer les souvenir a notre guise et discuter avec les personnages dont a souvenir John, et mine de rien c'est parce que c'est un jeu vidéo qu'on parvient a un tel niveau d'implication.
ça peut être de la branlette intellectuel ce que je dis mais ma main a couper qu'on en ressortirai pas de la même manière en tant que simple spectateur, et c'est ça qui est géniale, de voir ainsi un procédé exploité pour ce qu'il peut apporter, sans chercher a être ce qu'on pourrai qualifier de jeu-vidéo exceptionnel.
C'est pour ça aussi que j'aime To the Moon pour son paradoxe !

Bel hommage ton article :) !
Cinemax
Signaler
Cinemax
Une expérience très marquante pour ma part ce jeu.
Je lisais partout "jeu qui fait pleurer, c'est sur vous allez pleurer" et du coup je me disais que ça n'allais pas marcher sur moi. Mais en fait non seulement j'ai été très ému mais j'ai eu plein d'autres émotions dont le rire parce que ce n'est pas simplement une histoire à l'eau de rose.
Onink
Signaler
Onink
Yep. L'OST tient une place très importante dans un jeu, mais ce qui fait aussi la différence c'est l'ambiance, l'implication du joueur dans l'histoire... Que des jeux au top à ce niveau là (Braid entre dans cette même catégorie, je ne peux que te le conseiller. Le premier Bioshock aussi un peu).
Akisuki
Signaler
Akisuki
Exactement les mêmes que toi (a part Braid, je n'y ai pas encore joué) :)
Je pense aussi que ça vient de la BO de ces jeux là, qui sont particulièrement exceptionnelles et de plus en plus émouvantes ... (Kaine's Theme <3)
Onink
Signaler
Onink
@Samizo : Enjoy :)

@Akisuki : Yep, pareil. Ce jeu m'a autant marqué que Journey, Braid, Shadow of the Colossus ou encore Nier. Les rares jeux qui ont su réellement m'émouvoir. D'ailleurs ce sont des jeux récents, preuve que le jeu vidéo évolue et s'améliore...
Akisuki
Signaler
Akisuki
Aaah For River, dès que j'ai entendu cette musique, j'ai chialé. Cette BO est juste parfaite.
Ce jeu fait aussi parti des jeux qui m'ont marqué depuis ces dernières années avec Journey, je veux voir la suite !
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Je l'avais acheté lors de soldes steam mais je n'ai jamais pu le lancer à cause d'un problème de fichier Flash, mais là je viens de le relancer et ça a l'air de marcher. Je vais me faire ça ce week-end ! :-)
_Mrrockpsy95_
Signaler
_Mrrockpsy95_
Des que les soldes steam arrivent, je le prend.
Mais cette BO :wub:

Édito

Yo!

Bienvenue dans mon antre, faites comme chez vous!

Je me suis lancé il y a environ deux ans avec ma rubrique principale "Ma sélection musicale". C'est en quelques sortes le fil rouge de mon blog, les articles qui arriveront le plus fréquemment, même si, ayant déjà passé les 100 articles de cette catégorie, je vais un peu baisser la cadance et m'essayer à d'autres types d'articles, que ce soient des critiques, des sélections d'artwork ou des articles plus personnels.
Bref, faites comme chez vous, et n'hésitez pas à donner votre avis!

_______________________________

Au passage, allez écouter le podcast mensuel ORIGINAL SOUND BLOGGERS, consacré aux musiques de jeux vidéo, animé par  Poulpyblast, Vicporc et moi-même. Le podcast est également disponible sur Itunes, n'hesitez pas à vous abonner et à donner votre avis!

_______________________________




PSN :
Onink
Steam : Onink
Guild Wars 2 : Onink - Asura Envoûteur - Place Vizunah


  

 

  

Top 10 :

1. Final Fantasy XII
2. Shadow of the Colossus
3. The Legend of Zelda : The Wind Waker
4. Nier
5. Journey
6. The Elder Scrolls IV : Oblivion 
7. Braid
8. Final Fantasy IX
9. Bioshock
10. To the Moon


Top 5 - 2013 :
 

Jeux terminés en 2013 :
Journey, Dragon Quest VIII : L'Odyssée du Roi Maudit, Final Fantasy VI, Hitman Absolution, Dear Esther, El Shaddai, World of Goo, To the Moon, Bioshock Infinite, The Unfinished Swan, The Last Story, Thomas Was Alone, The Witcher, The Secret of Monkey Island, Enslaved : Odyssey to the West, Cave Story, Spec Ops : The Line, GTA V.

Jeux terminés en 2014 :
C'est le néant ma bonne dame! 

_______________________________
 

Wishlist :
Catherine, The Walking Dead, LA Noire, 999, Max Payne 3, Resonance of Fate, Tales of Xillia, Fragile, Lost Odyssey, Alan Wake, Castlevania Lord of Shadow...

Wishlist retro :
Silent Hill 2 à 4, Xenogears, FF IV, Tactics Ogre, FF Tactics, The Void, Metal Gear Solid (1 à 4), In Memoriam, Flashback, Persona 3, SystemShock 2...

Raptr Forum Signature

Archives

Favoris