Numericity
Signaler
Articles
 

NOTE : L'article a été rédigé par bleubleubleu initialement pour Numericity.fr

 


Lors de ma courte expérience d'internaute j'ai souvent eu l'occasion de m'emporter sur les fora consacrés au jeu. Pour des raisons diverses et variées, l'impression de ne pas être compris, l'impression d'être pris pour un imbécile, en réponse à des insultes, en réaction à des discours biaisés prétendument objectifs mais racistes ou partisans, gratuitement parfois parce qu'on ne se défait jamais soi-même d'une part de bêtise.
Il ne m'était encore jamais arrivé de ne pas pouvoir m'emporter! C'est arrivé dernièrement suite à la sortie japonaise de Final Fantasy XIII le 17 décembre dernier; le nombre et la violence des attaques portées au titre de Square-Enix par une majorité de personnes n'y ayant pas seulement joué m'aura laissé incrédule et interdit sur mon siège. Le phénomène mérite bien une petite analyse.

Annoncé en 2006 avant même la sortie occidentale de son prédécesseur, Final Fantasy XIII se sera fait attendre. Sur une période de promotion qui a donc duré quatre ans, en parallèle de sa production, le jeu fut montré tour à tour comme le symbole de la fuite des exclusivités Sony vers la concurrence et de la généralisation du développement multi-plateformes chez les développeurs tiers, le plus grand espoir des rôlistes (et des boutiques import), l'exemple de la démesure tentaculaire de son éditeur, l'image d'un certain retard de l'industrie japonaise et son contraire, le symbole d'un retour de Sony aux affaires en 2009... Bref Final Fantasy XIII a su faire parler de lui.
Rien de comparable toutefois avec le nombre et l'importance des commentaires laissés par les joueurs sur les fora suite aux premiers retours, globalement négatifs, des journalistes professionnels. Le fil du jeu sur NeoGaf compte plus de 6000 messages, plus de 2000 commentaires chez Gamekult, plusieurs centaines de posts sur Kotaku; plusieurs dizaines de milliers de réactions sur les sites occidentaux quand la sortie japonaise du titre de Square-Enix ne concerne effectivement qu'une population de joueurs extrêmement minoritaires capables de payer le prix fort pour un jeu dans une langue qu'ils ne comprennent que partiellement et qui finalement, participent rarement à ces discussions sur la toile. La grande majorité des participants sont donc des joueurs qui réagissent non pas à leur expérience de jeu mais aux textes des professionnels sur lesquels ils se sont jetés en masse pour savoir enfin de Final Fantasy XIII, ce qu'il vaut.

On se serait certes attendu à des commentaires négatifs et en nombre, la série a toujours divisé les joueurs, mais pas à ce que la majorité des commentaires soient négatifs ni à ce qu'ils prennent une forme si radicale. Il est légitime de comparer ce qu'on lit d'un titre à sa propre expérience de la série. Chaque joueur a son (ou ses) Final Fantasy favori et attend du suivant des plaisirs comparables. Mais ce que l'on a pu lire par milliers sur le net ce ne sont pas des fantasmes de joueurs. On ne lit pas "ça ne me plaira probablement pas". On écrit "Final Fantasy XIII est un mauvais jeu de rôle", on porte un jugement de valeur sans avoir joué, on tente de l'inscrire dans une historiographie du jeu vidéo avant même qu'il soit sorti. Cela prend des formes différentes.

Il y a bien sûr l'éternel joueur PC élevé au grain des Baldur's Gates et à qui l'homonymie des deux genres, le jeu de rôle japonais et le jeu de rôle occidental, provoque de graves réactions urticantes sous prétexte que "Dans jeu de rôle il y a rôle. Dans les Final il n'y a pas de character building donc ce ne sont pas des jeux de rôle."
Il y a ensuite la victime de la mode ou "l'anti-Nomura" dont la moindre allocution contiendra nécessairement au moins une fois les mots gel ou lotion: "Non mais comment tu veux faire un scénario cohérent avec une héroïne aux cheveux "blond-rose"? De toute façon, ils ont tous le cerveau figé dans le gel de coiffure."
Ces deux personnages et leurs critiques nous sont familiers, presque sympathiques. Mais si leur discours ne manque pas de nous faire rire (car dénué de logique) il révèle un effet pervers du web. Si sur Internet tout le monde peut parler de tout, très rapidement on ne sait plus qui est celui qui parle. Et ces détracteurs là contribuent effectivement à construire l'image d'un jeu et d'un genre qu'ils ne connaissent pas ou qu'ils n'apprécient pas. L'un et l'autre perçoivent le jeu et le présentent, à tort, comme pauvre en contenu ou superficiel. A les lire, on se croirait revenu à l'époque des années 90 où le jeu de rôle japonais était présenté comme des jeux d'aventures rébarbatifs et compliqués par une presse qui n'y connaissait rien.

Il y a ensuite le joueur hardcore qui ne saurait se satisfaire d'un jeu diffusé à plus de 25 000 exemplaires dans le monde. Trop de promiscuité avec la plèbe gâcherait manifestement son plaisir. De lui on peut lire "FF XIII est une belle merde, ça étonne quelqu'un? Vous auriez mieux fait de tester Demon's Soul au lieu de me faire perdre mon temps bande de caves."
On peut d'ailleurs s'étonner du succès franc que rencontre le D-RPG de From Software dans les fora, en tant que contre-exemple, alors qu'il n'eut intéressé que très peu de joueurs il y a quelques années. Probablement parce que le joueur hardcore est accompagné d'un rémora dont le grand plaisir semble être de tirer à boulet rouge sur les licences les plus commerciales, pour le style ("Final Fantasy, c'est pour les moutons! Hinhinhinhin!"). Ces deux personnages ci n'ont aucun problème avec Final Fantasy XIII. Le premier n'y jouera même pas d'ailleurs, tandis que le second y jouera suffisamment pour pouvoir clamer partout qu'il n'a pas dépassé tel point tellement il s'ennuyait. Ils ont un problème d'image. Les uns regrettent qu'une telle réputation d'excellence soit apposée à une titre mainstream quand les jeux qui les occupent, également excellents, ne bénéficient pas d'une couverture médiatique similaire. Les autres se soucient d'avantage de leur propre image que de jeu vidéo.

Il y a encore l'historien et le documentaliste qui depuis 1987 se sont efforcés de disséquer chaque titre de la série et d'en ranger les membres dans leurs casiers, soigneusement emballés et étiquetés, afin d'en évaluer objectivement les mérites et les faiblesses. Le documentaliste vient en premier, qui se charge de décréter (littéralement, l'infaillibilité de son jugement fait foi) ce qu'est Final Fantasy XIII: "RPG in rails, A-RPG, roman interactif, RPG cinématique, D-RPG, RPG couloir...". L'historien est le gardien du temple, sa charge lui impose de dégager les grandes tendances esthétiques et narratives de la série et de les hiérarchiser. Entre autres choses savantes et merveilleuses, l'historien peut écrire "qu'un joueur qui aime FFVI ne peut pas aimer FF XIII".
Ces deux personnages sont réellement représentatifs des débats qui se sont relancés autour de la sortie du jeu. Tous deux, avec un degré d'intolérance relatif, regrettent, reprochent ou refusent que Final Fantasy XIII s'écarte de leur vision personnelle de la série. Les moins hermétiques concèdent que le jeu pourrait être bon malgré tout et qu'ils pourraient même y prendre du plaisir. Mais il leur faut pourtant refuser catégoriquement de l'inscrire dans l'évolution naturelle du genre. "Ce n'est pas un bon Final Fantasy mais je le prendrais bien comme un Beat'em all ou comme un jeu d'aventure." Il leur faut savoir précisément la nature du plaisir qu'ils éprouveront à jouer au jeu avant même de l'éprouver; comme s'il était absolument essentiel de définir et de maîtriser le cadre dans lequel on joue, dans quel but, à quelles conditions (et à quel prix).

La qualité d'un débat dépend en premier lieu de celui qui l'introduit. En témoignent les innombrables news inutiles et racoleuses que produisent les sites professionnels et les flamewars qu'elles provoquent. Ici on peut se contenter de se moquer gentiment des commentateurs et montrer l'inanité de leurs critiques ou tenter de comprendre le pourquoi d'une telle vague d'intolérance.
Il est difficile de ne pas voir le lien entre ces sites qui se disent vouloir guider le consommateur dans ses achats et l'obsession du pattern de leurs lecteurs. A une époque où le jeu parvient laborieusement à se faire une place dans le paysage culturel, il est absurde de tenter d'en évaluer l'intérêt à l'aide du test traditionnel. En premier lieu parce que cela suppose qu'il existe un socle de qualités communes à chaque représentant d'un même genre, et plus largement à chaque jeu vidéo, sur lesquels il est susceptible d'être jugé. C'est ce que l'on fait en reprochant à Final Fantasy XIII sa grande linéarité. C'est ce que fait Gamekult en persistant à noter un jeu sur des critères datant des années 90, graphs, maniabilité, bande-son etc...

Si l'on considère que la liberté d'action est un critère constitutif d'un (bon) jeu de rôle, pourquoi Vagrant Story, également dénué de villes et de personnages non-joueurs, lui aussi composé de couloirs dans lesquels le joueur évolue d'une scène à une autre, serait-il meilleur que le dernier Final? Heavy Rain dont on sait déjà (c'est dire l'intérêt du système de notation) qu'il récoltera une très mauvaise note "en maniabilité" doit-il être considéré (déjà) comme "mauvais"? La critique du jeu vidéo telle que la pratiquent les sites généralistes est probablement la seule qui se propose d'évaluer la valeur d'un objet culturel, qui plus est sur des critères arbitraires et hermétiques plutôt qu'au regard de ce que l'œuvre se propose d'accomplir. C'est évidemment un problème parce que cela mène à l'incompréhension de l'œuvre dans un premier temps, puis parce que l'image donnée du jeu sera nécessairement biaisée, enfin parce que cela amène une uniformisation de l'image du médium, les meilleurs jeux distingués par les meilleures notes étant ceux qui correspondent le mieux au crible.


 

En marge de cette objectivation consumériste du jeu vidéo, certains sites pratiquent le relativisme. Une bonne critique est une critique passionnée, d'ailleurs le test ne reflète que l'appréciation de son auteur; fondée sur des critères évidemment subjectifs, elle ne souffre aucune contradiction. C'est pourquoi lorsqu'un lecteur tente d'émettre un avis contraire en questionnant le raisonnement d'un journaliste, il est rapidement prié de s'abstenir sous prétexte que "ce n'est que son avis et que cela ne mérite pas d'en débattre". Peu importe que ce que l'on écrive d'un titre soit juste ou pertinent pourvu que cela nous plaise de l'écrire et que cela agrée à notre communauté de sympathisants.
Il résulte de ce raisonnement une vision étouffée du jeu vidéo, volontiers clanique et qui n'a finalement plus grand chose à voir avec du journalisme. C'est également un problème parce que cela conduit toute une population de joueur à oublier que le jeu est en premier lieu une affaire de plaisir, en défendant mordicus leur vision personnelle face à une industrie qu'ils jugent agressive, invasive et parce que cela conduit là encore à une certaine intolérance.

Entre les deux il doit exister une place pour une critique et un public qui ne considèrerait pas que les attentes des uns et les jugements des autres font ou sont le jeu vidéo. Une critique capable de saisir le médium dans son ensemble et qui si elle se propose de parler de valeur (champ d'étude dont il reste à déterminer l'intérêt), ne fasse pas l'impasse de déterminer les intentions de l'objet dont elle parle avant d'en proposer une lecture quelconque.

 

bleubleubleu

Numericity.fr

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy XIII
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
Pff, je joue pas des persos comme ça moi! ;-)
bleubleubleu
Signaler
bleubleubleu
Ca n'a rien à voir à cet article qui de toute façon ne m'intéresse que très médiocrement, mais regardez le drapé que forme la cape de Lightning, c'est ravissant! Ca me donne envie de m'y remettre...
Numerimaniac
Signaler
Numerimaniac
Comme ce n'est pas moi qui ait écrit cet article, je me permets de dire que je l'ai beaucoup aimé et que j'aime beaucoup la critique plus large sur la critique de ce médium justement. Hadzooks est un bon exemple je crois.
Iron-Tom
Signaler
Iron-Tom
Pour ma part je commence ce FF XIII. JE ne suis pas un fan hardcore de FF, juste j'aime les jeux avec une histoire un background bien développé, et surtout des jeux qui durent un temps dans la console... J'ai mis du temps à m'y mettre parce que j'attendais que le prix baisse, puis surtout à force d'entendre que le jeu était nul, j'avais un doute. Finalement au bout de 5h de jeu, je le trouve pour l'instant plutôt sympa... Bon a part les personnages qu'on a l'impression que c'est toujours le meme genre de caractère (un timide, un fonceur, un sombre et un marrant...). En tout cas excellent article. Je comprends pourquoi le FF couloir, mais ça n'est pas plus gênant que ça... de là à rester fixer sur le fait qu'on est moins libre qu'avant et ne pas vouloir s'attarder sur le reste... Je comprends ce que tu veux dire !
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
@ guilman

Sérieusement, y'a des personnes qui ont très mal vu cette incursion marketing avec FF.

Le début de la fin pour beaucoup: cette pub était vu comme l'arrivée du fric bien loin de la fantaisie finale,
Sakaguchi étant pointé du doigt pour avoir ruiné Squaresoft à cause de "FF les créatures de l'esprit".
Cette pub fut réellement percu comme de la prostitution pour renflouer les caisses,ca a continué avec le X, puis le X-2 (la pompe à fric absolue pour beaucoup)
Sirocco
Signaler
Sirocco
J'aime, j'aime !
Je pense aussi que les joueurs s'attendaient à qq chose de très différent de ce FFXIII, et vu leur déception première, ils ont décrété que ce n'était pas bon.

J'ai terminé le jeu, j'ai fait de très nombreuses quêtes, et j'ai vraiment adoré ce FF, et pourtant, j'ai joué à tout ses prédécesseurs. Les gens ont dès le début enterrer le titre, dès l'apparition de la démo, étant persuadés que cela ne serait pas bon.

Bien qu'il ne soit pas parfait, c sûr, je trouve que ce FF remplit amplement sa mission, et par la suite, la formule devrait être encore meilleure. Pas de raison de s'inquiéter donc.
Hadzooks
Signaler
Hadzooks
On peut dire que depuis sa sortie FFXIII aura fait couler beaucoup d'encre.
Tellement qu'on critique la critique d'FFXIII aujourd'hui ^^

Article intéressant.

Je fais partie de la minorité qui a fini le jeu en jap, par fanboyisme, qui l'a apprécié sans pour autant ne rien comprendre à cette langue (enfin juste ce qu'il faut pour s'en sortir et le terminer), et qui ne s'est manifesté sur aucun forum...

La critique est hyper utile lorsque celui qui la lit est responsable et sait la recevoir avec les pincettes de rigueur. Il s'agit de toujours se poser la question du "oui mais pourquoi il se dit ça ? est-ce que je vais vraiment être de son avis ?"

J'ai terminé Enslaved récemment. Je l'ai acheté sur le net puis dans la foulée, je suis tombé sur l'appréciation "mitigée" de Gameblog. J'ai démarré le jeu sans grandes convictions, et l'ai terminé. Si mon appréciation était objectivement la même que celle du site (framerate inégal, durée de vie faible et faible re-play value) je n'ai pas trouvé la fin aussi absurde qu'ils le soulignaient, et n'aurait pas donné une appréciation aussi sévère. Si je m'étais contenté de l'appréciation, pourtant bien faite de Gameblog, je n'aurais sûrement jamais acheté ce jeu et serais passé à côté d'une expérience agréable.

Mais je suis allé voir et continuerai à scruter les "tests" et critiques de jeux. Déjà parce que dans le lot, s'il y a une grosse merde, j'ai bien le droit de savoir ! Ensuite, que celui qui y a joué a trouvé que c'était un chef d'oeuvre ou un jeu avec des défauts, c'est intéressant également.
guilman
Signaler
guilman
"Il n'y a qu'a voir comment la pub Coca de FF IX a soulever un taulé de détestation contre ce jeu en Occident."
Heuuu nan je crois pas. Détesté FF IX à cause de la pub avec une boisson gazeuse... LOL.

Quand à FFXIII, est-ce que c'est permis de ne pas avoir aimé le jeu sans avoir sa petite "'Anti-Squarenite aïgue" ? Bon article cependant.
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Ma critique préférée sur FF XIII restera: "Ca fait 75 h que j'y joue, et vraiment, ce jeu est tout pourri!"

Bravo d'avoir diagnostiquer l'Anti-Squarenite aïgue, nouvelle maladie qui fait des ravages depuis 2006.
Le public attendait vraiment trop de ce jeu alors qu'il n'avait rien promis du tout.

Square a tenté pour la première fois avec cet opus de nous faire percevoir FF comme il est au Japon, c'est à dire une série ultra-populaire connue (au moins de nom) par le plus grand nombre.
Cependant, c'était ignorer que le public occidental déteste que le RPG soit tirer au grand jour et accessible a tous.
Par voie de conséquence, et selon une règle immuable, toute chose "popularisée" se doit d'être détestée. FF XIII n'y a pas échappé et c'est pas Leona Lewis qui allait arranger les choses.

Il n'y a qu'a voir comment la pub Coca de FF IX a soulever un taulé de détestation contre ce jeu en Occident.

Bravo pour l'article en tout cas.

Numericity

Par Numerimaniac Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 11/02/12 à 21h04

N'hésitez par à venir visiter Numericity.fr, le quartier libre du jeu vidéo. Pas de tests, pas de notes, mais des réflexions, des impressions, des dossiers.

Ajouter aux favoris

Édito

Numericity.fr est un site web indépendant traitant du jeu vidéo, composé en cinq parties :

- A coeur ouvert

- Focus

- Dossier

- Blogue

- Brèves

 

A bientôt sur Numericity!

Archives

Favoris