Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 09/12/16 à 15h47

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

C'est en plein coeur de l'été que Nintendo se décide à sortir le troisième opus de Pikmin, franchise qui avait su très largement séduire les joueurs voici une dizaine d'années. Bonne nouvelle : les petites créatures industrieuses n'ont rien perdu de leur sex-appeal, et voilà un titre majeur pour une console qui en avait cruellement besoin. Enfin !

 

En difficulté car peu prisée des joueurs depuis sa sortie, la Wii U souffre principalement d'un embarrassant manque de jeux exclusifs et exploitant son originale interface, le fameux Wii U Gamepad sur lequel la firme au plombier avait tant communiqué lors du lancement de la machine à l'hiver dernier. La longue période de disette des joueurs, depuis la commercialisation du hardware, commence cependant doucement à s'estomper, une nouvelle salve de jeux s'apprêtant à débarquer dans les rayons dans les prochaines semaines. Le premier d'entre eux, Pikmin 3, n'a d'ailleurs pas attendu la fin des grandes vacances pour poser ses valises dans les foyers.

Troisième opus d'une franchise qui avait fait les beaux jours de la Gamecube, le Pikmin Wii U reste très fidèle à ses prédécesseurs et se pose d'emblée comme un jeu d'aventure mâtiné de réflexion et de stratégie. Que l'on ne s'y trompe pas, ainsi : en dépit de son design mignon et presque enfantin, le titre présente une difficulté conséquente, à défaut d'être insurmontable, ce qui le rend peu accessible aux plus jeunes joueurs. Les autres, en revanche, risquent fort d'être vite conquis par ce monde enchanteur: loin, très loin au fin fond de l'univers, le vaisseau spatial d'Alph, Britanny et Charlie est victime d'une avarie. Heureusement, la panne survient sur une petite planète pleine de surprises  : non seulement la nature y a pris des proportions gargantuesques, mais de drôles de petites créatures, pacifiques et très serviables, y ont élu domicile. L'aide des Pikmins sera précieuse pour rassembler l'équipage et récupérer les morceaux dispersés du vaisseau spatial... 

Un gameplay bien rodé

La recette est immuable. Le joueur est ici invité à donner des ordres aux Pikmins en fonction de leurs capacités. C'est ici que réside, d'ailleurs, toute la subtilité du titre : chaque couleur de Pikmin renvoie à une compétence spécifique. Les rouges sont particulièrement aptes au combat et résistants au feu, tandis que les noirs peuvent briser le cristal, d'autres ayant la possibilité d'évoluer sous l'eau, ou même de voler... Au total, cinq races feront progressivement leur apparition dans le jeu, et charge au joueur de les exploiter au mieux, en prenant bien soin de choisir la bonne espèce en fonction du casse-tête à résoudre ou du défi à relever.

Ces cinq races sont au service des trois spationautes, qui ont pour particularité dans cet opus de pouvoir être contrôlés simultanément, le joueur pouvant passer de l'un à l'autre d'une simple pression sur un bouton. Evidemment, l'innovation n'a rien d'anodin en termes de gameplay, puisqu'elle induit rapidement la nécessité de réaliser trois actions distinctes en même temps. Tandis qu'Alph explore les environs, Britanny peut ainsi se charger de détruire un mur et Charlie de partir à la recherche de fruits, indispensables pour la survie du groupe - il faut en trouver un par jour au minimum, sous peine de voir apparaître un triste game over une fois les réserves épuisées.

Le découpage du jeu en journées, marque de fabrique de la franchise, est conservé dans ce troisième opus, quoiqu'apportant son lot de nouveautés. La plus importante tient sans doute à ce que le succès du joueur ne soit plus conditionné à une deadline (jusqu'ici, le joueur avait un certain nombre de jours pour boucler l'aventure), mais soumis à un système de gestion des ressources nettement plus souple, via la recherche de fruits dont la transformation en rations permet d'approvisionner ses réserves - et donc son temps de jeu alloué. Mais dans les grandes lignes, les fondamentaux sont malgré tout respectés : le cycle jour-nuit impose toujours de réaliser les missions que l'on s'est fixées dans le délai imparti - une journée dure une vingtaine de minutes - avant de retourner vers le vaisseau et « l'oignon » des Pikmin (leur abri volant) : rester sur la planète la nuit est strictement prohibé, des créatures gigantesques y dévorant tout sur leur passage sitôt venue l'obscurité.

 

Lumineux, le concept de Pikmin 3 pourrait à lui seul justifier l'acquisition de cette production Nintendo. Et cela, c'est sans même compter la réalisation globale du titre, remarquable en tous points. Non que la partition technique y soit particulièrement brillante, mais parce que les développeurs sont parvenus, à travers une esthétique léchée, à faire de cette aventure un pur régal pour les yeux. Dans ce monde où tout semble gigantesque, c'est un bonheur de prendre son temps pour apprécier les mille et un petits détails qui font de cet écosystème un ensemble cohérent, vivant, chatoyant. Au passage, l'on a tout de même la confirmation que le hardware Wii U n'a rien à envier aux concurrentes Xbox 360 et PS3 : superbes effets de transparence de l'eau, absence totale d'aliasing, gestion impeccable des textures et des flous de la profondeur de champ... La machine en a visiblement sous le pied, au point qu'elle pourrait bien surprendre son monde au gré de quelques annonces savamment distillées de titres exploitant de la même manière le hardware, en fin d'année. Ceci, alors que la concurrence passera à son tour à une nouvelle génération de hardware, et qu'il s'agira, pour la firme au plombier, de marquer les esprits pour espérer faire son trou, enfin, sur le marché. Si d'autres titres du gabarit de Pikmin 3 pointent le bout de leur nez, c'est un pari que la Wii U pourrait bien remporter...

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Méfie-toi, Seb, c'est une drogue ;o)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
JE VEUX CE JEU :wub:
Noiraude
Signaler
Noiraude
@ Koreana : ceci s'appelle un inter, non mais :lol:
Noiraude
Signaler
Noiraude
Mici Célim, je trouvais pas ^^
Koreana_
Signaler
Koreana_
Pas mal, mais il a une sale impression d'être un test non fini , surement le titre en gras à la fin qui donne l'impression d'être parti pour un nouveau paragraphe. Continue quand même, j'aime bien lire les critiques de jeux auxquels je ne pourrai surement jouer ;)
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Hop !

"un système de gestion des ressources nettement plus souple, via la recherche de fruits dont la transformation en rations permet d'abonder ses réserves..." Dernier paragraphe avant la dernière image.

Celim.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Abonder ses réserves ? Dans mon texte, t'es sûr ? Je vois paaaaaas ^^
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Huhu.
Une remarque, de connard à gens bien : "abonder ses réserves" ne veut pas dire grand chose. "Faire abonder" par contre, même si maladroit, signifie un truc.

Cela dit, excellent article, comme d'habitude !

Celim, sale con.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

 

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 

Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67

 

Archives

Favoris