Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 14/05/17 à 18h00

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Actualités

ATTENTION, CETTE CHRONIQUE CONTIENT DES SPOILERS

Hello tous,

L'an dernier, à la même époque, j'avais le plaisir de vous présenter Person of Interest, une nouvelle série fonctionnant très largement sur le thème du trauma post-11 Septembre et sur le concept d'un "Big Brother" technologique. Je ne m'étais pas trompé: il s'agit bel et bien d'un drama majeur, qu'il serait criminel de ne pas découvrir d'urgence.

Car cette première saison n'aura quasiment jamais déçu. POI a certes très largement fonctionné sur des épisodes one-shot, d'ailleurs d'excellente facture. Mais l'écriture de Jonathan Nolan, comme je le pressentais, a également fait surgir peu à peu des enjeux plus vastes. L'on s'est ainsi retrouvé, petit à petit, à suivre la série sur trois niveaux: l'enquête formant le coeur de l'épisode, le combat contre le bad guy de la saison Elias, et l'intrigue mainstream de la série qui a doucement pris forme. L'enjeu ? la machine elle-même. Elle devient un personnage central, intrigue de plus en plus. Dans les derniers épisodes de la première saison, l'on découvre même qu'elle est douée d'autonomie, capable d'agir comme bon lui semble. Une intelligence articielle totalement aboutie ? Une nouvelle forme de vie ? C'est la question qui commence à se profiler à l'horizon.

La saison s'est bouclée fin mai sur un climax remarquable. Finch (Michael Emerson) a été enlevé par la mystérieuse Root, hackeuse de génie sans la moindre once de sens moral et bien décidée à prendre le contrôle de la machine. Reese (l'excellent Jim Caviezel), lui, entre en contact direct avec la machine dans les dernières images de l'ultime épisode. Un ultimatum, et le spectateur est abandonné bouche bée: la machine semble alors vouloir entrer en contact avec Reese. Pour négocier.

Aller au coeur du complot ?

La saison démarre exactement là où s'arrête la première. Et pose d'emblée une nouvelle orientation pour la série. Désormais, Finch ne fait en effet plus nécessairement l'intermédiaire, ce qui ouvre un champ de possibles intéressant pour la suite. Les deux premiers épisodes de la nouvelle saison explorent d'ailleurs les conséquences de cette nouvelle relation. Reese part à la recherche de Finch avec l'aide de la machine, tandis que l'on découvre, en quelques flashbacks, l'omniscience de cette dernière. Pour l'heure, elle se contente certes d'observer, de surveiller, d'analyser. Mais capable de prendre le contrôle de n'importe quel objet connecté à la toile, elle semble aussi disposer d'un potentiel d'action pour l'heure délibérément bridé. Est-ce à dire que c'est ce pouvoir latent que Root veut libérer ?

A l'inverse de la saison 1 et selon une évolution somme toute logique, la saison 2 semble vouloir s'intéresser de plus près aux conséquences de l'existence d'une telle technologie dans le monde. Dans les épisodes précédents, nous découvrions surtout comment ses facultés étaient exploitées par deux hommes oeuvrant en sous-marin pour venir en aide à des anonymes. Désormais, Person of Interest semble vouloir approfondir la situation mise en place et aborder la question  de la réaction de l'homme face à la révélation d'un tel instrument de prédiction, mais aussi de contrôle des masses. Certains seront prêts à tuer pour en cacher l'existence, d'autres seront prêts à torturer, tuer pour au contraire le mettre au grand jour... ou se l'approprier. Le plus grand nombre, lui, sera hébété devant les implications philosophiques et éthiques de la machine. Car cela aussi, les deux premiers épisodes de la nouvelle saison le dessinent, discrètement, à travers les interactions de Reese avec la machine... devant un témoin incrédule.

Bref, le potentiel est là, et le duo Nolan-Abrams semble bien parti pour l'exploiter comme il se doit. D'autant que, de plus en plus complexe et dense, sans jamais perdre une once de clarté narrative, la série semble également gagné en maturité, ses personnages principaux étant de mieux en mieux caractérisés. La relation Fusco-Carter, ainsi, apporte une ouverture intéressante à l'intrigue générale, sans jamais empiéter cependant sur la place prééminente de la relation Reese-Finch. Les personnages antagonistes échappent également au manichéisme, ce qui achève de faire de la série une sorte de balade en clair-obscur, où tout n'est que nuances de gris. La ravissante mais redoutable Root l'a bien compris...

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

Cinemax
Signaler
Cinemax
J'avais trouvé la saison 1 sympathique et j'avais beaucoup aimé le final. Le premier épisode de cette saison 2 m'a aussi beaucoup plu mais alors le deuxieme me conforte dans l'idée que cette saison 2 va être géniale !
Noiraude
Signaler
Noiraude
Sandman, à mon avis c'est toi qui n'a pas été assez persévérant...
Zyp
Signaler
Zyp
J'adore cette série, une sorte de Punisher moderne et "gentil"...

Elle s'étoffe au fur et à mesure de la saison 1, d'ailleurs je vais commencer la saison 2 cette après midi hop ..
Sandman78
Signaler
Sandman78
j'avais commencé à voir la saison 1 mais j'avais trouvé ca bof. Mais ce que tu dis semble prometteur. Mais dire que c'est la meilleur série des 2 dernieres années, c'est avoir loupé des perles.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Arf, je peux pas comparer, je n'ai pas regardé Awake: le pitch ne me branchait pas. En revanche, j'ai trouvé Once upon a Time assez intéressante pour son approche psychanalytique des contes. La partie réelle est très réussie, la partie féerique beaucoup moins.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
De plus en plus tentant... :)

La question est : quid de Awake ou de Once Upon a Time, dans la comparaison ?
Noiraude
Signaler
Noiraude
Pour moi, c'est clairement la meilleure série des deux dernières années. Sobre, sans jamais trop en faire, une sorte de force tranquille qui rend l'intrigue prenante même quand il ne se passe pas grand-chose... C'est le signe des plus grandes sagas, ça ;o)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
J'attendais le meilleur de cette série, je craignais le pire...
J'adore Emerson et Caveziel. Je déteste cordialement Abrahms.
Mais j'avoue que tu m'as mis l'eau à la bouche. Va falloir que je teste ça.

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris