NewGameMachine
Signaler
Dernières infos et rumeurs (Jeu vidéo)
 
Une déclaration sommaire comme aveu. Après des années passées à truster les meilleurs places du podium mondial, Sony semble se résoudre à plus de réalisme. Sur un bilan discutable, la première console de poche aura bon an mal assuré au géant japonais d'avoir ouvert une brèche dans le précarré férocement défendu par Nintendo. Las, la PSVita ne profitera (peut être) pas de ce prérequis pour s'imposer face à une 3DS triomphante.
 
"Un élément qui est plus que surprenant et décevant pour nous, c'est l'absence de soutien des éditeurs tiers immédiatement après le lancement de la Vita" concède sur le ton de la lucidité Shuhei Yoshida, président de la toute puissante Sony Wordlwide Studios. La raison de cette désafection ne tiendrait pas dans le concept de la console de poche jugée "meilleur matériel pour apporter une expérience très immersive du jeu en situation de mobilité" mais plutôt par l'environnement concurrentiel. Celui-ci serait devenu plus âpre et diversifié : "les jeux sur smartphone et réseaux sociaux ont grignoté le potentiel de la PS Vita, regrette Yoshida. Il y a tellement d'opportunités offertes aux éditeurs."
 
Ce n'est pourtant pas faute d'avoir mené ces derniers temps une politique intense de sensibilisation auprès des géants de l'édition : "nous avons procédé à une importante stratégie de lobbying avec notre département Relations Editeurs afin de garantir un contenu abondant" sans toutefois convaincre.
 
Véritable couteau suisse en plus d'être un concentré de puissance graphique hors-norme, la PS Vita souffrirait d'un positionnement commercial flou reconnaît l'homme fort de SWS : "elle deviendra attractive une fois que nous serons en mesure de définir l'identité de notre console." Une déclaration surprenante alors que cette question est normalement débattue en amont de la production d'un produit. Mais ce cadre de haut rang précise immédiatement sa pensée. Sony aura ainsi pour tâche de déblayer le marché "afin de montrer aux éditeurs quel(s) type(s) de jeux vidéo les joueurs achètent sur Vita".
 
Et ce rôle de défricheur ne s'arrête pas là : "nous créons notre propre contenu également disponible pour les éditeurs susceptible d'évangéliser certaines fonctionnalités" de leur titre. Un soutien sans précédent car d'ordinaire, les constructeurs privilégient leur propre force éditoriale dans le but de conserver des parts de marché sur leur console.
 
Pour l'instant, Sony se refuse à sacrifier le positionnement tarifaire de la PS Vita pourtant jugé excessif. Elle consent néanmoins à pratiquer des opérations de promotion ponctuelles afin de ne pas dévaloriser aux yeux du consommateur la plus value technologique du format de poche du groupe japonais par rapport aux smartphones qui lui opposent pour la première fois une concurrence par le haut, iPhone 5 et Samsung Galaxy 3 en tête. La période des fêtes sera déterminante pour Sony. En cas d'échec de sa politique tarifaire élitiste, elle devra se résoudre comme Nintendo en son temps avec la 3DS, à réduire le prix de la PS Vita.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Birdkiller
Signaler
Birdkiller
Ouai, j'suis d'accord avec ce que dit Ash_Barret. La PS Vita pourrait être considérer comme un appareil à part entière si seulement l'OS permettaient d'étendre plus ses fonctionnalités. Un navigateur web qui tient la route, proposer un kit de développement à toutes les sociétés qui développent déjà sur smart phone afin que l'acheteur puisse s'y retrouver avec sa liste pour ses courses, l'appli de son blog préféré, l'appli pour avoir les résultats de sport ou bien même le journal ou des retouches photo. Ceci couplé à la possibilité de faire tourner des jeux d'une qualité incroyable, je pense que Sony en aurait vendu plus. Même à 300€.
Ash_Barrett
Signaler
Ash_Barrett
Le loupé c'est de ne pas avoir sorti le chéquier pour s'assurer l'exclu au moins temporaire de Monster Hunter 4. S'imposer sur un marché sans sortir le chéquier c'est impossible.Sony a perdu énormément de fric avec sa PS3 mais a finalement imposé le blu-ray (qui était mal parti) comme standard. Ils ont manqué d'agressivité dans leur stratégie en laissant les choses se faire naturellement.

Le loupé c'est de ne pas avoir travaillé avec les tiers pour qu'ils switchent en amont leur développement PSP en développement Vita. Voir encore des jeux PSP dans le top 10 au Japon est complétement aberrant à mes yeux.

Autre loupé possible,c'est peut-être d'avoir voulu sortir un OS dédié à la machine, limitant drastiquement le nombre d'appli autre que le jeu. Si le problème sont les tablettes/mobiles qui viennent chasser sur les plates-bandes des consoles portables, alors il faut pour se défendre offrir un minimum de fonctions qui permettraient de s'en passer. Le Hardware de la Vita permettrait d'en faire une vrai mini tablette... Pas son OS.

Je ne sais pas où va la Vita, mais perso, je suis inquiet.
Rafik
Signaler
Rafik
Il faut juste espérer que Sony développe des jeux de qualité pouvant attirer des joueurs, et si la console se vend auprès des joueurs, il y aura toujours une chance d'un succès.

Tout dépends des joueurs et des développeurs tiers, en gros, c'est mal parti vu la mauvaise image et préjugé qu'a la Vita de personne qui connait la console que via des on-dit ou via des podcasts.
Donald87
Signaler
Donald87
Un loupé, c'est sur ...

NewGameMachine

Par newgamemachine Blog créé le 06/01/12 Mis à jour le 11/09/15 à 11h19

La high-tech du jeu vidéo

Ajouter aux favoris

Édito

Blog spécialisé dans la réalité virtuelle, la réalité augmentée et la projection holographique.

Bonne lecture !

 

Archives

Favoris