Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

                                     Cars 2 affiche

Pour être tout à fait honnête, quand je suis allé voir le premier Cars, il y a de cela cinq ans, je suis resté presque sans voix tant j'avais adoré. Les studios Pixar avait encore frappé, avec ces voitures plus vraies que nature et leur univers extrêmement riche. Et avec un succès pareil, il fallait s'attendre à une suite qui a tout d'abord pris la forme de direct to DVD où, déjà, Martin la dépanneuse prenait la vedette dans une série de courts métrages. Autant vous dire que ce n'était pas top. Aussi avais-je très peur pour Cars 2 qui, dans mon esprit, prenait la même direction. Les studios Pixar vont-ils réussir un nouvel exploit?

 

Quelques années après les événements du premier Cars, Flash McQueen va prendre des vacances bien méritées à Radiator Springs, son village au bord de la Route 66 où il fait bon vivre au milieu de toutes ces voitures souriantes. Mais c'est sans compter l'appel de la compétition qui reprend le bon Flash en plein repos : le World Grand Prix propose à tous les plus grands bolides du monde de participer aux courses les plus mythiques en roulant avec un nouveau carburant, l'Allinol, censé révolutionner l'industrie automobile. Mais une organisation de voitures pas très nettes en a décidé autrement et fait tout son possible pour faire capoter l'opération...

Oui, je suis d'accord, le scénario de Cars 2 n'a pas grand chose à voir avec celui de l'épisode originel. En effet, ici, on est plus dans le domaine du film d'espionnage, comme on peut le voir dans les différentes bandes-annonce du film. Au fur et à mesure, un drôle de complot se met à jour et, bien évidemment, Flash et Martin vont se retrouver plongés dedans sans le savoir. Si bien que l'accent est beaucoup moins mis sur les courses que sur tout ce qui se passe à côté, ce qui, d'une certaine manière, peut apparaître comme un déni de l'héritage du premier épisode et fera donc grogner les puristes...

Cars-2-image-01.jpgCars-2-image-02.jpg

En revanche, il faut bien avouer que, chez Pixar, on s'est lâché dans cette suite qui multiplie les effets visuels impressionnants, notamment au début du film. Les grands enfants du studio d'animation s'en donnent à coeur joie. Mais c'est vrai que l'éclairage du film est radicalement différent et le focus se concentre sur Martin qui est la véritable vedette de Cars 2 là où il n'était que simple side-kick de Flash il y a cinq ans. Et on en viendrait presque à se dire que Flash ne sert pas à grand chose dans cet épisode qui le relègue au rang de simple coureur automobile sans véritable texture autre que celle qu'on lui connaît déjà : susceptible et un peu brutal en amitié.

A l'inverse, l'intrigue de Martin prend part à la véritable histoire : celle du complot d'espionnage. A cette occasion, la dépanneuse la plus rouillée du monde va se révéler être un agent secret malgré lui tout à fait correct. Mais il faut tout de même noter que le film part dans une direction un peu plus complexe que son prédécesseur qui se concentrait sur des thèmes beaucoup plus universel. Le complot semble difficile à saisir pour les plus jeunes qui, au bout de près de deux heures de film, fatiguent un peu.

En revanche, l'enrobage esthétique du film est toujours aussi génial, avec cette réécriture du monde en forme de boulons et de capots de voitures. Les nouveaux personnages sont esthétiquement réussis à défaut d'être passionnants sur le plan narratif. Côté doublage français, c'est tout à fait correct avec un Guillaume Canet toujours dans son rôle et un Gilles Lellouche qui reprend le flambeau de Martin avec brio.

 

Au final, Cars 2 n'est certes pas un désastre mais le tout laisse une impression de différent que les puristes considèreront comme une trahison. Il est vrai que varier un peu l'intrigue du film était très audacieux mais les plus jeunes auront du mal à suivre tous les détails. Dommage donc pour Cars 2 qui est donc un film relativement moyen mais qui jouit tout de même d'une aura assez sympathiques.

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note critique - Bobomb mitigée

J'adore Cars, j'apprécie la volonté de varier la franchise avec Cars 2mais cette suite me laisse un arrière goût un peu amer. Tout simplement parce que Martin n'est pas spécialement mon personnage préféré et que j'aimerais voir, par la suite, la série revenir aux fondamentaux.

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris