Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

                                        Le-Moine-affiche.jpg

  Dès le départ, Le Moine avait tout du film intriguant, que l'on ne sait pas vraiment catégoriser, qui sort du lot par lui-même. Il faut dire, aussi, qu'on nous l'a vendu comme un film à suspens voire un film d'horreur (dans certains magazines qui vont vite en besogne). Signalons aussi que le film est l'adaptation du roman gothique éponyme de Matthew G. Lewis. Malgré tout ce qu'on a pu en dire, le résultat est bien plus banal qu'il n'y paraît.

Dans l'Espagne de l'Inquisition, le couvent des Capucins recueille un bébé marqué d'une tâche de naissance peu engageante. Très vite, les frères vont mettre de côté leurs craintes et adopter cet enfant qui sera formé selon les principes stricts de l'ordre. Des années après, frère Ambrosio est devenu un modèle pour tous, un prêcheur hors pair dont les sermons sont admirés par toute la région. Mais des signes apparaissent, quelque chose rôde autour du couvent...

Dissipons tout de suite le charme du marketing, Le Moine n'a rien d'un film d'épouvante ou même d'un film à suspens. C'est un drame, tout simplement. Le film retrace le long chemin vers le parjure, sans jamais donner de frissons ou quoi que ce soit d'autre. C'est dommage pour une adaptation d'un roman gothique, dont le propre est précisément de faire ressentir une très forte empathie pour les personnages en proie à l'adversité... Tout se concentre autour d'une tragédie qui fonctionne en deux temps, la mise en place puis la chute vertigineuse vers un final pas vraiment bouleversant mais qui a le mérite d'aller jusqu'au bout.

Le-Moine-image-01.jpgLe-Moine-image-02.jpg

D'ailleurs, il faut bien dire que les rouages du scénario sont relativement entendus. Il n'y a jamais de moments où l'on reste bouche bée face à des surprises incroyables. A tel point que certains « twists » sont presque téléphonés. C'est bien dommage quand on sait que le but est évidemment de nous surprendre quelque peu.

En revanche, on notera la performance remarquable de Vincent Cassel qui prend le rôle à bras le corps et hisse le film vers le haut. Une fois de plus, Cassel arrive là où on ne l'attendait pas et signe un très bon rôle malgré le caractère moyen du film. Les acteurs qui gravitent autour de lui ne jurent pas trop, tout comme les actrices qui, par leur fragilité, n'en deviennent que plus crédibles.

Au final, il reste difficile de cerner Le Moine, même après l'avoir vu. Le film ne rend pas honneur au style gothique et ses frissons comme on s'y attendait. Au contraire, il préfère s'embourber dans un drame aux rouages téléphonés. Seul lumière sur le tableau, un Vincent Cassel excellent mais qui, malheureusement, ne peut pas cacher la pauvreté de l'ensemble du film. Il n'y a vraiment qu'un mot qui restera de ce film. Dommage.

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note-critique---Bobomb-fachee.jpg

Pour être tout à fait honnête, je ne pensais pas vraiment aller voir Le Moine mais il s'est trouvé que j'ai pu y aller donc je ne me suis pas privé. Je ne dirais pas que j'ai perdu mon temps, ça serait trop sévère, mais le film ne remplit pas son contrat et même si le drame est bien orchestré, on ne pourra que lui reprocher son caractère trop prévisible. En revanche, Vincent Cassel livre ici un des meilleurs rôles de sa carrière.


Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris