Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

                               Switch affiche

Depuis quelque temps, le cinéma français se réconcilie avec le thriller. Avec des gens comme Fred Cavayé (Pour Elle,  A Bout Portant ) pour montrer l'exemple, de plus en plus de films de genre français sortent en salles, pour notre plus grand plaisir. Cette semaine, c'est Switch qui vient reprendre le flambeau avec un nouveau thriller français qui n'a pas à rougir face à la concurrence américaine.

 

Sophie Malaterre est une jeune québécoise un peu déprimée par la routine de sa vie. Un jour, elle entend parler d'un site internet, switch.com, qui met en relation des personnes qui veulent faire un échange de maison. En quelques jours, elle se retrouve à Paris, dans l'appartement de Bénédicte Serteaux. Le lendemain, la police criminelle entre chez elle et l'emprisonne pour le meurtre sordide d'un homme dont le corps décapité git dans la chambre d'à côté...

Le scénario de Switch est intéressant. Il se construit autour du personnage de Sophie qui se retrouve en pleine tourmente dans un endroit inconnu. Très vite, de plus grandes complications vont s'installer pour se resserrer toujours plus autour de Sophie. C'est là que le scénario révèle toute sa force, dans l'empathie toujours plus grande que le spectateur lie avec le personnage. On voit bien que le maître du suspense Jean-Christophe Grangé (Les Rivières Pourpres, Le Concile de Pierre) est aux commandes.

              Switch-image-01.jpgSwitch-image-02.jpg

Et Frédéric Schoendoerffer montre qu'il a les capacités pour faire honneur au scénario sur lequel il a travaillé avec Grangé. Les scènes d'action sont haletantes et on entre très rapidement en empathie avec Karine Vanasse, qui se surpasse dans un rôle extrêmement difficile physiquement et émotionnellement. Si bien qu'il y a souvent des moments où l'on reste accroché à son siège, sous la tension qui traverse l'écran.

Au final, Switch se place clairement dans le haut du panier des thrillers français. Peut-être un peu en dessous de A Bout Portant et La Proie, mais pas loin derrière pour autant. Une ambiance sous tension, des acteurs bien dans leur rôle (même Cantona) et un scénario qui tient la longueur. Bref, un film que je vous conseille vraiment d'aller voir.

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note-critique---Bobomb-joyeuse.jpg

Les français montrent une fois de plus qu'ils en ont dans le ventre avec ce thriller qui n'a pas à rougir face à la concurrence. Vraiment, un bon film que je vous recommande.

  Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris