Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

                                   Une folle envie affiche

Je vous avais parlé de Une Folle Envie la semaine de sa sortie en salle en vous le décrivant comme un film dont la bande-annonce vendait plutôt bien le produit : un film qui s'annonçait comme prenant à contre-pied un sujet souvent géré de façon assez sérieuse. Je m'attendais donc à une jolie comédie romantique, pas un film inégal...



Yann et Rose sont ensemble depuis deux ans et c'est l'amour fou. Ils décident, d'un commun accord, d'essayer d'avoir un enfant ensemble. Le souci c'est que Rose tarde à tomber enceinte et que le doute commence sérieusement à s'installer quant à la capacité de notre petit couple à réaliser leur rêve parental. Ajoutez à cela des parents qui n'arrêtent pas de parler de cela voire qui essaient d'aider le couple tant bien que mal et vous comprendrez que la situation soit quelque peu tendue...

Le sujet de Une Folle Envie m'intéressait vraiment, je me disais qu'il y avait quelque chose à faire avec un traitement comique d'une situation grave. Et je dois dire que le film ne s'en sort pas spécialement bien. En effet, le film de Bernard Jeanjean est, certes, drôle de temps en temps mais pas assez et tend vers le sérieux en cours de route. Finalement, Une Folle Envie reste assis entre deux chaises : le sérieux ou le comique, sans vraiment savoir quelle pente choisir.

Une-folle-envie-image-01.jpgUne-folle-envie-image-02.jpg

C'est bien dommage parce qu'il y avait du potentiel dans cette idée. Mais le tout n'est pas assez bien mis en oeuvre pour sortir son épingle du jeu. Si Olivia Bonamy est plutôt bien dans son rôle de femme impatiente d'avoir un bébé, Clovis Cornillac est plutôt inégal dans son jeu d'acteur. De plus, le film souffre de quelques lourdeurs qui, malgré le fait que le film dure une heure vingt, rallonge le film qui pêche par manque de rythme.

Finalement, Une Folle Envie ne tient pas réellement ses promesses. Le film de Bernard Jeanjean reste trop indécis quant au choix narratif et n'arrive pas à choisir entre le sérieux et le comique, si bien que le public non plus ne sait pas trop où se placer. De plus, un sentiment de longueur est difficilement acceptable pour un film aussi court. Bref, c'est plutôt décevant, malgré le potentiel de l'idée qui se trouvait derrière le film...

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note-critique---Bobomb-fachee.jpg

La Bobomb fâchée est peut-être sévère, je vous l'accorde, mais j'ai été déçu par
Une Folle Envie, j'en attendais un peu plus de rire et un peu moins de longueur. C'est bien dommage.

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris