Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

 


                                        Stone affiche

Mardi dernier, je ne vous cachais pas mon coup de coeur pour la bande-annonce de Stone, ce film où Robert de Niro fait face et s'oppose à Edward Norton à propos de sa libération conditionnelle. Tout change lorsque la femme du prisonnier vient s'en mêler. Le seul souci c'est que la bande-annonce m'aurait presque suffi...




Jack Mabry est employé dans une prison. Il évalue les dossiers des différents prisonniers dans l'objectif de faciliter leur réinsertion. Bien entendu, bon nombre d'entre eux ne verront jamais le premier jour de leur conditionnel. Mais Gerald Kreeson, dit Stone, semble différent. Tantôt sanguin, tantôt résigné, le délinquant inculpé pour avoir mis le feu à une maison intéresse Mabry, qui va bientôt prendre sa retraite. C'est sans compter les efforts de Lucetta, la femme de Stone, qui va tenter par tous les moyens d'amener cet officier à réévaluer le dossier de son mari...

Sur le papier, le scénario de Stone est propice à de bonnes choses. Du moins c'est ce que je m'étais dit en voyant la bande-annonce assez rythmée du film. Malheureusement, le film manque cruellement de rythme, car le scénario ne lui ménage pas vraiment de scènes qui sortent du lot, au milieu de certaines scènes qui, au contraire, restent franchement plates. De manière générale, Stone est plutôt lent, ce qui va à l'encontre de ce qu'on veut bien nous faire voir dans la bande-annonce. On a l'habitude...

Mais là où
Stone m'a surpris, c'est dans le profond mysticisme qui, selon moi, parasite le film. Parce que, au fond, le film de John Curran se veut intelligent et semble essayer de nous questionner sur notre spiritualité. La femme de Jack Mabry est une Bible vivante alors que lui-même ne sait pas trop quoi faire à l'église tandis qu'il tente d'évaluer le changement des prisonniers sur des critères religieux. Lorsque Stone comprend ceci, il va tenter de progresser et lire de nombreux livres religieux et va se prendre à son propre piège et accéder à une spiritualité plus développée.

Stone-image-01.jpgStone-image-02.jpg

Si cet aspect est plutôt surprenant, surtout par son traitement sonore plus que visuel (d'ailleurs, j'ai trouvé la bande-son très pénible) on n'arrivera tout de même pas à se détacher de l'idée que c'est tout de même vain. L'idée est bonne, évidemment, mais il manque un plus pour faire de
Stone un film vraiment intelligent. Ce n'est pas parce qu'on nous balance des phrases d'évangile qu'un film est bon. En effet, le film de John Curran nous noie dans cette spiritualité, en pleine contradiction avec l'univers carcéral, sans pour autant laisser apparaître un vrai sens.

C'est bien dommage car le trio d'acteurs est vraiment bon. Edward Norton est toujours aussi bon caméléon, Robert de Niro toujours imposant et l'on découvre une certaine candeur que l'on ne connaissait pas dans la sensualité de Milla Jovovich. Stone reste toutefois un film décevant du fait de son rythme trop monotone et de son étalage vain de spiritualité. Il y avait mieux à faire, j'en suis persuadé.

L'appréciation de la Bobomb :

Note critique - Bobomb mitigée

Vous avez évidemment remarqué que j'ai été déçu par
Stone, dont j'attendais beaucoup cette semaine. C'est bien dommage que tout ce potentiel ait été gâché par un refus du rythme et ce mysticisme obsédant et pénible à la longue...

Source vidéo et photos : Allociné

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris