Swimming With The PIRANHAS !

Swimming With The PIRANHAS !

Par Mesrine15 Blog créé le 26/05/10 Mis à jour le 14/08/12 à 16h47

Bienvenue dans mon univers ! J'y partage avec vous mes passions, le jeu vidéo bien sûr, le football, le cinéma, les comics...

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma-TV

Quentin Tarantino, l'un des meilleurs (si ce n'est LE) realisateurs dans la catégorie des films déjantés, trash et completement délirants... Alors bien sur ce n'est pas le meilleur realisateur de tout les temps, car (pour moi) on ne peut pas les classer, il y en a tellement qui font, et ont fait, des chef d'oeuvre, mais c'est trés certainement l'un des plus doués de sa génération et un réalisateur ultra culte.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, et j'espere (^^) et je pense, que vous n'etes pas nombreux, Quentin Tarantino est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur américain connu pour des films a la narration postmoderne et non linéaire ainsi que pour ses scènes hautement esthétiques mais d'une violence extrême inspirées de films obscurs. Mais si vous ne connaissait pas Tarantino, il me paraît impossible que vous ne connaissiez pas certains de ses films, car Tarantino, c'est ça : Pulp Fiction, Reservoir Dog, Kill Bill, Jacky Brown, Le Boulevard de la Mort,  et plus récemment Inglourious Basterds.


C'est surtout grâce à son style bien a lui qu'on reconnait les films de Tarantino.
Féru de cinéma, Quentin Tarantino a créé un univers d'une violence extrême qu'il stylise et magnifie pour composer une esthétique sophistiquée, faisant de nombreuses références plus ou moins visibles au cinéma d'action de différents pays (en particulier, les films asiatiques comme lesfilms de sabre japonais, comme de nombreuses références ont lieu dans Kill Bill ). Tarantino est empreint d'une grande culture cinématographique, car il est fervent admirateur entre autres de Sergio Leone (La Trilogie du Dollar... ), Brian De Palma (Scarface...), Martin Scorsese (Taxi Driver, Les Affranchis, Shutter Island...) , Jean-Luc Godard (A Bout de Souffle...) et Howard Hawks
(Les Hommes préférent les Blondes, Rio Bravo...). Ses films préférés sont d'ailleurs Blow Out de Brian De Palma, Rio Bravo de Howard Hanks et Taxi Driver de Martin Scorsese. Il est aussi un fervent amateur de films d'horreur tel que The Thing, La Derniere Maison sur la Gauche, ou encore Massacre a la Tronçonneuse.

Il porte aussi une attention trés soutenue au choix des musiques qui soutiennent l'action, c'est pour ça que les bandes-sons de Pulp Fiction et de Kill Bill ont remporté un grand succès en dehors du film. Son style se caractérise aussi par l'utilisation récurrente dans ses films du Mexican standoff, c'est à dire une confrontation ou personne ne peut gagner, comme par exemple la scène du bar à Paris dans Inglourious Basterds.

Ses films renvoient tous à une mythologie du cinéma, revisitant les archétypes du western, film noir, film de gangsters, film de sabre ou encore film de guerre pour jouer sur les codes de la représentation cinématographique. Ce procédé, qui rompt avec tout effet de vraisemblance, renvoie l'exercice de réalisation à sa nature de spectacle et d'illusion. Tarantino revendique ainsi la puissance libératrice du septième art comme recréation du monde et de l'histoire (Par exemple, dans Inglourious Basterds il décide de faire mourrir Hitler a la fin et de faire terminer la Seconde Guerre Mondiale ). Par ce biais il rend aussi plusieurs hommages à ceux qui ont motivé son désir d'être cinéaste, que ce soient des metteurs en scène ambitieux ou des objets de culture populaire (polars, bandes dessinées, série B...). On remarque également chez lui un goût prononcé pour l'art pop ainsi que pour l'humour noir, le décalage, l'absurde et le parodique. Il s'amuse souvent à alterner des actions spectaculaires, particulièrement sanguinolentes et des discussions volontairement longues, banales et crues, marquées par l'utilisation de l'argot et l'apparition progressive d'une menace sourde.

Tarantino s'amuse aussi beaucoup avec les identités visuelles du cinéma, alternant par exemple le noir et blanc et la couleur ou faisant appel au split screen, comme dans le premier volet de Kill Bill. Aussi, fait-il souvent référence aux défauts de production des films à petit budget comme ceux de la Blacksploitation par l'utilisation de faux raccords, de sauts de pellicule ou de parasites sur image comme dans Boulevard de la mort. D'innombrables clins d'oeil apparaissent dans ses films, comme par exemple dans Kill Bill Volume 1, quand Uma Thurman alias Black Mamba entre dans la grande salle japonaise, on la voit marcher sur un fond en verre, puis la camera apparait sous ses pieds, et sur chaque semelle est écrit un gros "Fuck" en supplement au nombre de fois que le mot est dit dans ses films ^^

Je finirais cet article par le clin d'oeil que nous fais Tarantino a la fin d'Inglourious Basterds, quand Brad Pitt le conclut avec un "Tu vois, ça pourrait bien être mon chef d'oeuvre ça ", on sent bien que c'est Tarantino qui parle a travers Brad Pitt (qui est d'ailleurs incroyable dans le film ) car il est fier du résultat, fier de son film. Moi je pense qu'Aldo l'Apache a raison, ce film est un chef d'oeuvre, et Tarantino, un artiste.


 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Mesrine15
Signaler
Mesrine15
Oui mais un illustre inconnu n'aurait pas fait le film comme il est, mais c'est vrai que beaucoup le trouve génial parce que c'est Tarantino qui l'as fait... Mais attention je n'ai jamais dit pour autant qu'il était génial, pour moi c'est un bon film, mais c'est vrai que je ne l'aurais peut etre jamais regardé si ce n'était pas Tarantino... Mais ça ça marche avec beaucoup de films, plus le réalisateur est connu, plus tu est tenté d'aller voir son dernier film.
MrPomme
Signaler
MrPomme
Je dis pas le contraire mais soyons honnête : un illustre inconnu aurait sorti Boulevard de la Mort tout le monde aurait chié sur le film. Là parce que c'est Tarantino on dit que c'est génial. C'est en tout cas mon impression. Perso j'ai payé pour ce film je regrette et jamais je ne lui donnerai une seconde chance.
Mesrine15
Signaler
Mesrine15
Mais c'est justement ça, Le Boulevard de la Mort est completement le style de Tarantino, avec des longs dialogues qui ne menent strictement a rien, des scenes trés longues et pas obligatoires, et puis d'un coup, l'action démarre et sa va vite, trés vite, ce qui fait qu'on veut revoir ce qui s'est passé.. Et puis dans le film, tout est fait de sorte a rappeler l'univers du cinéma des années 70, avec beaucoup d'images de mauvaises qualités, en noir et blanc... C'est du Tarantino quoi, completement.
MrPomme
Signaler
MrPomme
Je n'ai jamais compris l'engouement pour Boulevard de la mort. On aurait sorti le film sans y associer Tarantino et tout le monde aurait chié dessus tant il est creux : des nanas qui parlent de cul autour d'une table pendant les 3/4 du film, un gugusse en grosse voiture. Point. Je n'ai même pas souvenir que les dialogues soient bons.
Mesrine15
Signaler
Mesrine15
C'est sur que le meilleur dans ses films, c'est quand les personnages ont une très longue discussion, qui s’enchaine avec une énorme scène d'action, et on savait déjà presque tous lors de la discussion que ça finirait mal... L'art du Mexican Standoff. Mais tu as raison, le plus grand talent de Tarantino c'est ses scénarios incroyables, et évidemment le choix du casting, a chaque fois on a l'impression que le personnage a été fait pour l'acteur... Par contre je ne pourrait pas te dire non plus le nom de ce mec, parce que je n'avais encore jamais entendu ça, mais ce critique a pas tort !
Spades
Signaler
Spades
J'adore Tarentino, j'adore ses films comme j'adore les films qu'il a scénarisé avant de passer derrière la caméra (ben tueurs né, quand même), pourtant en terme de réalisation pur je le trouve d'un banal affligeant. Sa véritable force, pour moi, passe par un talent monstrueux de scénariste, un véritable génie du dialogue, un choix judicieux en terme de casting et de direction d'acteurs. Et surtout une connaissance encyclopédique du cinéma, quelque soit le genre de cinéma, qui lui permet de faire des films utlra référencés et jouissifs, mais j'ai l'impression que toutes ses idées "originales" de réalisation sont, à l'instar du fameux split screen que tu cite dans ton article, une vulgaire repompe de grands réalisateurs (là, en l'occurence, la repompe/hommage à Brian De Palma est quand même violente).
Sinon pour finir, lorsqu'il a sortit Kill Bill, alors qu'il commençait à avoir une hype "d'artiste du cinéma" grace a Pulp fiction et Jackie Brown et que donc il s'était corrompu en sortant "une merde commerciale et japoniaisante" (selon certains critiques de cinéma d'auteurs -_-' ), un critique français a sortit la plus belle phrase du monde sur Tarentino pour expliquer ce grand écart de genre: "Etant jeune, il a travaillé dans un vidéoclub ou il regardait énormement de films. Une fois qu'il a vu tous les bons films, il a regardé tous les mauvais. Et c'est la que réside tous son génie!"
Me rappelle plus du mec qui avait dit ça, mais ça phrase m'avait marqué...

Édito

Passionné depuis ma tendre enfance de bandes dessinées, et surtout de comics, je suis un grand collectionneur de BD de toutes sortes ( j'en posséde aujourd'hui plus de 5000) et j'aime (merci OSS117) partager mes passions, la deuxieme etant bien sur le jeu video, ainsi que le cinema et la télévision. Ici pas de prise de tête..

 

 

 

Archives

Favoris