Des souris et des jeux

Par Mellorine Blog créé le 28/05/12 Mis à jour le 15/07/12 à 15h14

Mon univers PC d'hier et d'aujourd'hui, sans prétention mais avec émotion !

Ajouter aux favoris

Édito

Une enfance sans jeu vidéo, cela a existé. Chez moi. Un vieil Amstrad CPC6128+ moisissant dans un coin faute de jeux, deux ou trois Game & Watch éventuellement, mais aucune console.

Puis, un jour, un PC débarque à la maison. Quelque part en 1994 il me semble. Et là, les CD de démos offerts par les magazines de jeux vidéo s'amoncellent, et même parfois des jeux complets ! C'est l'engrenage.

Me voilà en 2012, à bientôt 30 ans, et toujours aussi accro. Bien sûr, depuis, les consoles sont entrées dans ma vie et je prends beaucoup de plaisir à rattraper le temps perdu, mais je reste toujours plus à l'aise avec mon clavier et ma souris...

C'est cette histoire, que certains d'entre vous ont peut-être partagée, que je vais vous raconter.

Archives

Signaler
Tests

Il n'est pas possible de taire mes découvertes plus longtemps. Je les sens derrière la porte branlante, à peine obstruée par les barricades de fortune que j'ai dressées à la hâte en découvrant que j'étais prisonnière d'un grenier sans autre issue. J'entends leurs gargouillements abjectes et leur marche poisseuse se rapprocher imperturbablement de mon seul rempart à un rythme aussi hypnotique qu'effrayant. Je suis perdue, et si ce n'est pas la mort qui m'attend lorsqu'ils me captureront, c'est la folie qui assurément s'emparera de moi et me privera de mes facultés mentales pour le restant de mes jours. C'est pourquoi je dois profiter de ces dernières minutes, de ces dernières secondes, pour noter dans ce carnet le résultat de mes recherches sur le responsable de cette horreur sans nom, en espérant qu'un jour un homme plus téméraire, ou plutôt une armée, s'engouffrera à son tour dans cette demeure hantée, non par la mort, mais par une vie inconnue et impie, et trouvera le fruit de mon travail, l'oeuvre de ma vie, la cause de ma disparition.

Mon nom de code est Mellorine ; quant à ma véritable identité, elle doit demeurer inconnue afin de préserver mes sources. J'ai été engagée il y a quelques semaines par un obscur professeur de la Miskatonic University, soucieux d'étudier les différentes adaptations vidéoludiques de l'oeuvre interdite de l'américain dément, Howard Philip Lovecraft.

Pièce à conviction n°1 : un homme manifestement dérangé...

 

Cet écrivain légendaire, né en 1890 dans la ville de Providence, avait voué sa vie à l'invention d'univers concrets et formidablement précis, avant de mourir en 1937 dans l'anonymat et la pauvreté. Parmi ses créations originales, on comptait Les Contrées du Rêve, monde parallèle onirique et absurde visité au cours de nombreux romans et nouvelles ; mais c'est surtout grâce au Mythe de Cthulhu que Lovecraft avait créé le fossé qui le séparait des autres auteurs de littérature fantastique. Néanmoins, le Mythe, constitué d'un ensemble de nouvelles édifiantes contant les incursions sur notre planète de races cosmiques coincées dans l'outre-espace, était si détaillé que certains chercheurs parmi les plus brillants doutaient de son caractère fictif. Mon employeur était de ceux-ci.

Après m'avoir permis de compulser l'anthologie de l'auteur tout en veillant à ce que je n'approche pas des ouvrages ésotériques interdits qui trônaient dans les pièces secrètes de sa bibliothèque, il me mit rapidement en garde sur les dangers de mon enquête, qui devait me conduire aux portes de l'alliénation, et me congédia sans me donner plus de piste que ce conseil énigmatique : "Une des réponses se trouve à l'ombre de la comète". N'y comprenant goutte, je rentrai à mon appartement, précédée par la sourde angoisse qu'avaient fait naître mes lectures et qu'accentuait le claquement sonore de mes talons sur les pavés mouillés d'Arkham. Je passai la nuit accoudée au rebord de ma fenêtre, en proie à un mélange de réflexion intense et d'observation astronomique. Ce n'est que le lendemain matin que l'évidence vint frapper mon esprit de sa lumière salvatrice : l'ombre de la comète... Shadow of the Comet, bien sûr !

Aussitôt, je fonçai en direction du grand fatras de cartons renfermant les trésors que j'entassais depuis mon enfance, à la recherche de ces mots que ma mémoire soutenait avoir déjà vus. Je trouvai bientôt le CD du jeu en question, que j'installai à l'aide de DOSBox sur mon ordinateur personnel. Voici le rapport d'enquête, je n'ai hélas pas le temps de le commenter. Ils arrivent, je peux voir leurs appendices spongieux sonder l'entrebaillement de la porte...


Pièce à conviction n°2 : Shadow of the Comet, offert en jeu complet par le magazine Gen4 en 1998. Des adorateurs du Mythe ? Une enquête s'impose...




RAPPORT D'ENQUÊTE

Pièce à conviction n°2 : CD de Shadow of the Comet
Sorti en : 1993
Développé par : Chaosium
Edité par : Infogrames
Genre : aventure point&click

Les faits : En 1834, Lord Boleskine, un savant passionné de cultes anciens, se rend à Illsmouth (Nouvelle Angleterre) afin de photographier le passage de la comète de Halley. En effet, l'étrange bourgade est connue des scientifiques pour la qualité de son ciel nocturne, duquel les étoiles paraissent si proches qu'elles frôlent presque la terre. Hélas, Boleskine sombre dans la démence suite à cette nuit d'observation, sans pouvoir révéler au monde le fruit de ses recherches qui semblent dépasser le cadre de l'astronomie. Interné dans un hôpital psychiatrique, il meurt dans de troublantes circonstances en emportant son secret dans une ultime crise de délire.
Bien des années plus tard, le jeune John T. Parker, photographe scientifique émérite, s'intéresse à cette sombre histoire à l'occasion du nouveau passage de la comète. En 1910, il part donc pour Illsmouth, fermement décidé à prendre le meilleur cliché de l'astre vagabond et à découvrir le mystère qui a emporté la raison de Boleskine. A son arrivée, il aura trois jours pour préparer sa photo avant le passage de la comète, trois jours pour découvrir un culte effrayant. Trois jours pour sauver notre monde.

Photographie de Parker à son arrivée à Illsmouth. Un visage plus vrai que nature, un décor détaillé et réaliste : difficile d'imaginer que cette image soit intégralement falsifiée. Des recherches sont menées pour retrouver l'emplacement exact de ce port mystérieux.



Expertise technique

La première impression donnée par le jeu est plus qu'excellente : les graphismes sont très soignés (notamment au niveau des personnages qui ont tous un visage fort expressif), l'interface est simple et intuitive, le jeu bénéficie en outre d'un doublage anglophone intégral de très bonne facture (et d'un sous-titrage en français qui n'a rien à lui envier), quant aux musiques, elles participent activement au climat oppressant de l'oeuvre (bien qu'elles se répètent assez rapidement puisque l'OST se compose de... 2 titres qui alternent en boucle).

Un point intéressant concerne les objets. Dans tout point&click qui se respecte, le personnage ramasse des objets qu'il va par la suite utiliser pour résoudre des énigmes. Il convient de noter que dans cet opus, les objets en évidence pour le personnage le sont aussi pour le joueur, grâce à une ligne pointillée qui relie le regard du personnage à l'objet le plus proche. Il est donc quasiment impossible de rater un objet et d'être coincé dans le jeu à cause d'un pixel activable que l'on n'aurait pas vu. De nombreux jeux devraient s'inspirer de ce système au lieu d'utiliser cette technique pour augmenter leur durée de vie et leur niveau de difficulté (Runaway ?).



Shadow of the Comet n'a pas besoin de cet artifice grossier pour être un jeu assez ardu et plutôt long, nécessitant au bas mot une trentaine d'heures de jeu aussi prenantes pour les méninges que stressantes pour les nerfs. Bien que l'enquête soit régie par un enchaînement de scripts linéaire, le compte-à-rebours des trois jours avant le passage de la comète distille une tension permanente, entretenue par des dialogues à choix multiples qui ont une véritable importance dans le déroulement du scénario. [Note de l'expert : attention d'ailleurs aux dead ends qui peuvent survenir au terme de certains dialogues. Il est possible de se retrouver bloqué de façon permanente si l'on ne dit pas ce que son interlocuteur veut entendre : il convient donc d'être vigilent et d'utiliser plusieurs sauvegardes.]

En terme de jouabilité, le jeu montre encore des qualités surprenantes, telles que l'utilisation automatique d'un objet lorsqu'il est sélectionné dans l'inventaire et qu'on approche de sa zone d'utilité. Hélas, les limites sont atteintes dans les quelques scènes d'action qui parsèment le titre, où la lenteur du personnage ainsi que sa maniabilité toute relative mènent par trop fréquemment à la mort de ce pauvre Parker. [Note de l'expert : il existe de très nombreuses façons de mourir dans ce jeu, qui peuvent conduire à l'exaspération, voire à l'abandon du joueur. Il est nécessaire de rester focalisé sur l'enquête afin de ne pas céder à des pulsions de violence.]

L'écran de Game Over, que l'on verra souvent au cours de l'aventure. Une expertise par interpolation numérique est en cours afin de déterminer l'identité des personnages apparaissant dans la lentille de l'appareil.



Expertise mythologique

Trois des plus grands occultistes de notre temps se sont penchés sur l'oeuvre et ont unanimement reconnu son caractère résolument lovecraftien. Le scénario, bien sûr, se penche sur des cultes impies tels qu'on les trouve dans Le Cauchemar d'Innsmouth, d'ailleurs il va jusqu'à évoquer l'existence de Dagon, ainsi que celles de Cthulhu et de Yog Sothoth. Plus troublant : les formules rituelles prononcées à plusieurs reprises dans le jeu ont été consignées dans plusieurs ouvrages interdits faisant référence aux cérémonies incantatoires des Grands Anciens...

Mais la plus grande source d'interrogation concernant Shadow of the Comet réside dans l'ambiance du jeu. Une ville étrange peuplée de gens inquiétants auxquels il est difficile de faire confiance, une cité vivante dont les habitants se croisent, échangent des secrets et rentrent se calfeutrer chez eux (à moins qu'ils ne sortent pratiquer de sombres croyances dans des cercles de pierre, au fond de la forêt), des conversations hermétiques remplies de symboles à décoder, des échanges de regards torves dans lesquels on décèle la folie ou la volonté de tuer... Le réalisme d'Illsmouth est tel que la tension du scénario est exacerbée à chaque instant par l'atmosphère oppressante de la bourgade côtière pourtant ensoleillée.

Toute personne aperçue à Illsmouth, et même cette jeune fille et sa grand tante inocemment assises sur un banc, cache de lourds secrets et instille un climat inquiétant. Parker ne peut avoir confiance en personne...



Pour les spécialistes du Mythe consultés, il ne fait guère de doute que Shadow of the Comet repose sur des faits réels et constitue une nouvelle preuve de l'existence des Grands Anciens et des cultes qui tentent de les ramener sur Terre. La filliation avec l'oeuvre de Lovecraft est indubitable, mais le jeu donne de nouvelles pistes de recherche encore inexploitées (la comète de Halley, les cercles de pierre indiens, des renseignements supplémentaires sur la localisation de R'lyeh, etc).

Les verdoyantes forêts d'Illsmouth sont le théâtre de rites obscurs. L'étude de la végétation est en cours, afin de déterminer la zone géographique de ces lieux.

 

Sur la conclusion que Shadow of the Comet apporte de nouveaux éléments défendant la thèse de l'existence du Mythe, une enquête approfondie a été réclamée et sera diligentée par un parapsychologue renommé. Une dépêche vient justement de nous parvenir, mentionnant un certain "prisonnier des glaces".

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Narga
Signaler
Narga
Excellent article, si tu as joué à Gabriel Knight "sins of the fathers" et que cette série t'inspire, ce serai sympa de faire un article du même acabit.
Mellorine
Signaler
Mellorine
Merci beaucoup =) Shadow of the Comet est un jeu qui inspire forcément ! J'espère que de nombreux lecteurs de ce blog le (re)découvriront !
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
C'est vraiment, vraiment super cool !
On sent celui qui connait le jeu de bout en bout, et la façon d'écrire est extra !

En plus je découvre un jeu, c'est tout bénef' :D
Locutus
Signaler
Locutus
J'adore vraiment ton article, je n'en dirais pas plus de peur d'être repéré et traqué à mon tour.

Je vais essayer de me replonger dans Shadow of the Comet discrètement. Je sois encore avoir l'édition disquette en boite cartonnée au milieu de mes archives secrètes.

J'ai entendu des rumeurs sur le "prisonnier", vivement la suite. Mais chuuuut....
Mellorine
Signaler
Mellorine
Je vais essayer en tout cas ! Là je suis en congés donc j'ai du temps, mais lundi je démarre un nouveau boulot alors j'espère que ma production ne va pas trop ralentir. Et puis il faut que je continue à jouer quand même =)
Adramel
Signaler
Adramel
Pas mal. Tu comptes en ouvrir beaucoup des séries d'articles dans le genre ?