La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 02/12/16 à 12h53

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris
Signaler
Oldies, but goodies. (Jeu vidéo)

Salut à vous les p'tits loubards goguenards et adeptes des jeux de mots pourris ! Ça fait longtemps que je n'ai pas testé un jeu digne de ce nom, une perle vidéoludique, un truc frais et génial... Alors, voici un jeu d'aventure super sympathique mettant en scène le pire des humoristes pour mariage râté...

 

HELLO, MY NAME IS...

Tout commence sur la terrasse d'un café parisien tranquille, avec vue sur une rue en travaux. Georges Stobbart, un américain en vacances, fait de l'oeil à la serveuse qui à l'air aussi belle qu'inintéressante intellectuellement. Le blondinet est tellement absorbé par cette femme qu'il remarque à peine le clown passant à ses côtés, accordéon à la main et distribuant des ballons de baudruche aux passants. Sans l'air de rien, ce dernier se dirige vers le café, y entre précipitamment et en ressort en courant, comme s'il avait été effrayé. S'en suit une formidable explosion qui détruit l'établissement et laisse un homme en costume sans vie...

Se dégageant avec force et difficulté d'un parassol, notre ami se précipite dans les ruines fumantes du café pour voir s'il peut aider en quoi que ce soit... Et c'est une serveuse dans les pommes qu'il trouve affalée par terre. Réussissant à la réveiller, elle s'asseoit, terrorisée, et commence à répondre aux premières questions de notre enquêteur en herbe. Qui est la victime ? Y'a t'il beaucoup de clowns dans les environs ? Veut-elle boire un petit remontant ? Un vrai inquisiteur ce Georgeounet...et pas indiscret pour deux sous en plus...

Voilà où commencent vos pérégrinations... Ce n'est peut-être pas le moment de lire ton horoscope, mon gars...

 

Voulant mener sa propre enquête, tel un fin limier digne d'une série américaine des années 80, le nouveau héros tente de questionner le travailleur en voirie dans la rue adjacente, mais ce retrouve confronté à la maréchaussée, et à un flic très...parisien... De retour au café, et devant un officier de police plus que zélé, c'est à lui de répondre aux questions, et ainsi, de faire l'objet d'accusations très peu construites (c'est ça quand on est étranger, m'sieur). D'ailleurs, certaines questions sont pour le moins déplacées, voire irrationnelles, la faute à un enquêteur prônant des méthodes d'investigations dites modernes (Madame Irma, c'est vous ?)...

 

BONJOUR, MON NOM EST...

Après quelques pérégrinations âprements intellectuelles, Georges peut enfin sortir de l'établissement, et fera la rencontre qui va changer sa vie...Nicole Collart. Journaliste talentueuse mais sans le sou et sous-exploitée, elle est (bizarrement) la seule reporter sur les lieux...pour le moment du moins. Apercevant le blondinet à l'accent très capitaliste, elle s'y mettra à son tour à poser des questions pertinentes. Sous le charme de la jolie brune, l'amerloque adepte des calembours vaseux s'associera rapidement avec elle pour mener une enquête approfondie, notamment commencer à comprendre comment le clown a pu disparaître aussi rapidement...par les égouts bien-sûr... 

Ce flic est tout simplement bizarre, avec ses méthodes d'investigations très particulières...

 

Ramassant des indices aussi improbables que loufoques, recueillant le moindre propos ridicule au sujet des événements, posant toutes les questions indiscrètes possibles, et surtout, expliquant sa présence dans des lieux plus burlesques les uns que les autres, notre jeune héros va voyager et en voir du paysage...encore pire qu'un touriste en mal de photos...

Heureusement, l'appartement de Nicole sera un quartier général parfait pour y rassembler les objets, y élaborer les théories fumeuses, y discuter des prochains lieux à visiter, y faire quelques séances de drague... Bref, il en a de la chance le Georges...

 

PARLE MOI

L'essentiel de l'aventure, vous l'aurez compris, sera de discuter avec tout le monde de tous les sujets possibles et inimaginables...enfin presque, car vous n'aurez le choix qu'entre ce qui vous intéresse sur le moment... Et justement, c'est lors de ces investigations que vous comprendrez le ton volontairement ridicule et burlesque du titre. Georges sort des calembours en veux-tu en voilà, ne perdant jamais l'occasion de se moquer de ses interlocuteurs, plus ou moins ouvertement. Et, même si la plupart des vannes tombent à plat, force est de constater que c'est drôle tout de même, ne serait-ce que par la force des jeux de mots pourris... Non, franchement, on se bidonne bien...

Vous serez amener à résoudre des énigmes rapidement, quelquefois...

 

Il vous faudra aussi résoudre des énigmes bien tarabiscotées. Si combiner deux objets de l'inventaire, c'est facile, comprendre comment accéder à un endroit en utilisant des items complètement loufoques sera une autre paire de manches. De plus, quelquefois, il faudra être rapide pour ramasser quelque chose, qui sera bloqué par un personnage ou un élément du décor...et la précision peu évidente du soft vous fera rapidement pester...heureusement, vous pouvez avoir recours à la souris qui, même si elle n'est pas très précise non-plus, sera plus simple d'accès que la manette de base...

Pour ouvrir l'inventaire, il faut presser un bouton, et diriger le curseur avec la croix directionnelle (les sticks analogiques n'étant pris en compte, le jeu n'est pas assez récent). Et la lenteur du curseur est chiante, malgré qu'on puisse l'accélérer via une touche...et du coup, ce dernier est encore moins précis, un comble pour un jeu de ce genre...

 

EN AVANT, MARCHE !

Graphiquement, voici un jeu de toute beauté. C'est fin, c'est coloré, ça fait presque dessin-animé même... Les différentes et nombreuses animations du décors sont propres, mais on tendance à faire ramer la console. De plus, elles sont relativement simples et proposent peu de trames d'animations...dommage... Mais bon, c'est un détail, car les personnages, quant à eux, sont très bien animés, et possèdent des gimmiques et mimmiques propres. Seul véritable ombre au tableau, serait la lenteur du personnage principal, qui marche à deux à l'heure. Alors, certes, ça renforce énormément l'impression de réalisme de l'ensemble, mais quand il doit traverser une scène sans s'arrêter, ça devient rapidement chiant...Et long... Ajoutez à cela le scrolling qui rame allègrement dans la joie et la bonne humeur, à cause des animations du décors, et là, notre patience est mise à rude épreuve... Fort heureusement, de la patience, c'est bien ce qui nous faut pour ce genre de jeu... Ah oui, à noter que quelques scènes animées seront aussi de la partie. Courtes, elles seront tout de même très stylisées...

Quand je dis que, graphiquement, ça a de la gueule...même encore de nos jours...

 

La jouabilité, bien que lente elle aussi, sera simple d'assimilation. Peu intuitive au départ, vous comprendrez rapidement les ficelles pour pouvoir jouer dans les meilleures conditions...et justement, les raccourcis qui sont censés vous aider, peuvent également vous desservir dans certaines situations délicates... Donc, attention de ne pas trop en abuser... Sinon, préférez la gestion à la souris, si vous le pouvez, mais cela vous enlèvera imanquablement quelques raccourcis manette, forcément...comme le bouton qui déplace le curseur en haut ou en bas, directement...pour l'inventaire...

Côté bande sonore, on ne peut que saluer le travail accompli. Les voix sont exclusivement en français et doublées de fort belle manière. C'est de l'excellent boulot, et les vannes, pourtant toutes américaines soient-elles, seront très bien retranscrites dans notre belle langue. Par contre, au niveau sonore, elles sont crachotantes à souhait, on est loin d'être en Dolby Surround...mais ça ne fait rien, ça fait vintage... De plus, et au cas où vous ne comprendriez pas trop les dialogues, chacun d'entre eux est écrit, au dessus du personnage le prononçant, et de différentes couleurs pour les dissocier plus aisément... Options paramétrables qui plus est, c'est cool ça... Et puis, bien que discrètes, les musiques sont très sympathiques. Jaillissantes aux bons moments, en général lorsque vous trouvez quelque chose d'intéressant ou que vous faîtes une deduction importantes, elles accompagnent idéalement le cours de l'aventure... Toutefois, il aurait été plus judicieux d'en disposer de plus amples diversités, car elles se ressembleront toutes assez... Mais, là encore, je chipotte légèrement...

Si, au départ, le scénario ne casse des briques en béton armé, l'histoire s'étoffera rapidement, jusquà partir sur le complot international. Si l'aventure est d'abord très drôle (enfin, façon de parler, il y a quand-même un mort dans l'introduction), elle partira doucement mais sûrement vers une intrigue plus mature, mais sans perdre de vue un certain côté burlesque, surtout lors des caricatures de protagonistes. Le touriste américain qui est bien débile, gras et que rien ne choque en est un parfait exemple...Et non, je ne parle pas de Georges, là... Par contre, certains clichés pourront déranger, et je pense même que de nos jours, ils ne passeront pas aussi facilement... Le vendeur de kebab qui se sert d'une brosse à chiottes pour couper sa viande...c'est limite...

La traduction française est parfaite, rien à dire de ce côté là...

 

Et puis, si l'aventure n'est pas très longue, il est vrai, elle reste dans la bonne lignée des productions du genre. Comptez une bonne dizaine d'heures environ, si vous faîtes ce jeu sans aide et en épuisant tous les sujets avec tous les personnages... Et puis, la rejouabilité, bien que peu intéressante au final, est tout de même présente, ne serait-ce que pour se fendre la pêche face aux calembours merdiques à souhait de notre Georges adoré...

------------------------------------------------------

Du fun à l'état brut, du bon scénario bien construit, de beaux graphismes, qu'est-ce qui pourrait nous empâcher de jouer aux enquêteurs en herbe avec Georges Stobbart... Rien à priori, même la lourdeur de l'interface. De plus, le genre était assez peu représenté à l'époque sur console, sachant que c'était un peu la folie emmergeante du moment sur PC. Pour une adaptation, c'est réussi, et seul les temps de chargement, quelquefois un peu trop longuet, pourront rebuter les moins patients d'entre-vous... Mais bon, on a vu bien pire sur la même machine...

 

Calembours : graphismes réussis, bande-son au top, de belles voix et une belle localisation française, un scénario digne d'un bon film, des situations rocambolesques et loufoques à souhait, l'humour de Georges...

Jeu de mots laids : ...l'humour de Georges, interface lourde et peu intuitive pour console, ça rame sec...

 

Graphismes : 18/20

Sons : 16/20

Jouabilité : 13/20

Scénario : 18/20

Durée de vie : 16/20

Sentence

17/20

 

Machines : Playstation, Saturn, PC.

Genre : Point and click.

Sortie : septembre 1996.

Développeur : Revolution Software.

Editeur : Sony/Ubi Soft.

PEGI : tout public.

Difficulté : pas vraiment.

Prix : une quinzaine d'euros, tout au plus.

Qui se ressemble : tous les point'n click du moment...

 

Et comme je suis sympa, ou presque, voici l'introduction du jeu...

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Merci à tous pour ces commentaires, et surtout à KingTeDdY pour avoir mis le doigt sur mon erreur impardonnable...mais remplaçable...
Donald87
Signaler
Donald87
Excellent jeu ... Que dis-je ? Incontournable.
_XYX_
Signaler
_XYX_
Paris en automne, les derniers mois de l'année. Cette ville évoque en moi des souvenirs de café, de music, et de mort.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Je suggère "L'immonde Raymonde", la chèvre. :D

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Bon, ben je vais trouver une autre image qui illustre bien le commentaire...
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Nope, c'est dans le second. George découvre que la compagnie par laquelle le professeur Oubier importe les artéfacts Maya qu'il fait exposer à Paris a un entrepôt sur le port de Marseille. Il s'y rend donc en pleine nuit et est stoppé à la grille d'entrée par le gardien ventripotent et son molosse.

 

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Ah, je me souviens de cette énigme comme étant dans le premier...
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Pardon, je voulais dire troisième screen. Celui avec le gardien du port. :P

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Euh, non, la rencontre avec le flic visionnaire, c'est dans le premier...
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
Un excellent jeu d'aventure. :)

(Dit en passant ton second screenshot vient du second opus : Les Boucliers de Quetzalcoatl)

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris