Signaler
Avis à chaud




Image IPB

Citation

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l'Utah.
Il est seul et n'a prévenu personne de son excursion. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région.
Pourtant, au fin fond d'un canyon reculé, l'impensable survient : au-dessus de lui un rocher se détache et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de déshydratation et d'hypothermie, en proie à des hallucinations...
Il parle à son ex petite amie, sa famille, et se demande si les deux filles qu'il a rencontrées dans le canyon juste avant son accident seront les dernières.
Cinq jours plus tard, comprenant que les secours n'arriveront pas, il va devoir prendre la plus grave décision de son existence...



Aron Ralston :

Image IPB

Aron Ralston & James Franco :

Image IPB


"Plus fort q'un roc" le livre d'Aron Ralston

Image IPB


Citation

"127 Heures n'est pas un simple film d'aventures. Il décrit certes la manière dont un jeune homme se sort d'une situation périlleuse - son bras est coincé sous un rocher alors qu'il pratique la spéléo -, mais je le définirais plutôt comme un récit à portée presque philosophique, expliquant combien la vie est précieuse, surtout quand on la partage avec des proches. C'est l'essence même de 127 Heures: montrer que même dans les moments où l'on se sent le plus isolé, c'est toujours notre rapport aux autres qui nous aide à sortir des situations les plus scabreuses. D'une manière générale, il faut croire que j'adore les gens qui n'ont a priori aucune chance de s'en sortir à la base puisque La plage, Slumdog Millionaire ou 127 Heures partagent tous la même préoccupation."

Danny boyle



Introduction :

Danny Boyle sait tout faire, c'est un fait. De la comédie, du drame (Trainspotting ; Millions ; Slumdog millionaire...), de l'horreur (la franchise 28 x plus tard) en passant par la SF (Sunshine) et maintenant le film d'aventure. Après son toujours controversé « La plage », Danny Boyle est bel et bien un réalisateur « couteau suisse ». Le monsieur anglais a pour ainsi dire sillonné quasiment tous les genres cinématographiques avec sa petite touche, son savoir faire indéniable qui fait que l'on reconnaît son style dès les premières secondes. « 127 heures » est l'histoire d'Aron Ralston, jeune aventurier américain (forcément) qui durant un road trip dans les gorges de l'Utah se retrouve coincé, dans une crevasse et contre un rocher, durant 127 heures. Un nouveau projet, juste parfait pour Boyle, car comme un sportif de haut niveau, c'est avec des scripts toujours plus ambitieux que le réalisateur de 54 ans peut arriver à se réinventer, se surpasser grâce à sa patte unique.

« Boyle Touch » :
Unique, car en vérité, c'est comme si Aronofsky fusionnait avec Tony scott (calmé sous morphine durant la fusion, évidemment). Le premier pour son rapport à l'Homme, à sa psychologie, son corps et à sa détérioration (souffrances physique et organique) et le second pour son style visuel exubérant, pas toujours fin mais unique, lui aussi et toujours diablement efficace. Là où Boyle apporte son savoir faire, c'est dans sa mise en scène pesante, dure et violente. Mêlant image léchée, effets de mises en scènes soignés mais parfois un peu cheap, le plus souvent en DV ; c'est un peu tout ça, la « Boyle touch ». On pardonne toujours à la fin, parce-que ça claque, ça en jette mais surtout parce que l'on ressent toujours la souffrance physique et psychologique qu'il aime infliger à ses personnages, plus qu'aucun autre réalisateur de cinéma. Imaginer qu'un type comme Danny Boyle puisse s'attaquer à un tel projet laisse rêveur car le bonhomme a ici toutes une pléiades de possibilités. Déjà, pour sa mise en scène, mais aussi et surtout pour exploiter au mieux le thème de la survie. Le pari de Boyle ? Comment réussir à instaurer un rythme et varier sa mise en scène quand l'histoire raconte celle d'un type (dont toute empathie envers lui semble quasi-impossible) qui reste coincé dans une crevasse ?

L'histoire, tout le monde la connaît déjà puisque que c'est une « Extraordinary true story » ; la fin également ; alors, que reste t-il à « 127 heures » pour susciter notre attention ?

« Don't give up Aron » :
A l'image du personnage d'Aron, remarquablement interprété par James Franco, l'introduction de « 127 heures » démarre à toute berzingue. Seulement 15 minutes pour poser l'ambiance et le train de vie mené par ces hommes décidément pas comme les autres. Dans l'esprit, Aron Ralston ressemble véritablement au regretté Christopher McCandless dont Sean Penn avait lui aussi rendu hommage avec « Into the wild ». Des personnes qui ne trouvent une manière de s'épanouir qu'aux travers de parcours toujours plus dangereux pour l'Homme, en mettant leurs mentales et leurs physiques à rudes épreuves. Des épreuves qui les aident à trouver une plénitude, certains préférant les vivres dans la solitude, laissant derrière eux femmes, familles, amis... DONC, une fois l'introduction terminée (que certains jugerons, à juste titre, quelque peu « clipesque ») et le personnage principal instauré, c'est maintenant le moment pour notre réalisateur britannique de créer une sorte de rupture. Rupture avec ses effets à outrances, ruptures avec ses split-screen qu'il adore. Désormais, place au cauchemar, le vrai, vécu et véridique d'Aron Ralston. La réalisation de Danny Boyle se retrouve donc plus posée, exploitant ainsi au maximum chaque angle qui lui est possible d'utiliser, mais toujours en adéquation avec ce que voit le personnage d'Aron dans la crevasse. Dans une telle situation, Boyle choisit de montrer par quelles étapes son personnage va devoir passer avant de prendre la décision de se « libérer ». C'est l'axe principal de « 127 heures » et c'est aussi celui qu'a choisit Aron pour réussir à trouver la force de passer à l'acte et de s'en sortir. Passant d'un être individualiste insouciant à un homme complètement désemparé, laissant place à une terrible résignation, Aron tombe peu à peu dans la folie, tout en gardant l'espoir qu'il puisse encore trouver un moyen de s'en tirer. Avertissement pour les âmes sensibles, les étapes psychologique et physique qu'Aron va devoir traverser sont toute plus difficiles les unes que les autres. Certains éléments que le vraie Ralston a subit ont été volontairement sacrifiés pour que le film puisse conserver son label « tout public avec avertissement ».

"Do not give up Aron" :
En homme parfait de la situation, Danny boyle y va tout de même Franco (facile ^^) et orchestre une savante confrontation entre Aron et la grande faucheuse. En restant toujours au plus proche de son personnage, Boyle s'amuse à nous titiller là où ça fait mal, à travers les épreuves d'Aron que nous prendrons soins de ne pas vous dévoiler. Grâce à l'utilisation de sa petite caméra visant à immortaliser les moments de son quotidien sportif qui n'intéressent que lui, Aron va se retrouver à engager avec lui-même une vraie remise en question sur sa nature et son existence, aux travers de moments clefs liés à sa petite vie. A cet instant, Boyle choisit de nous faire vivre une sorte de testament vivant ! Peut-être que certaines personnes reprocheront à « 127 heures » son côté onirique, certes quelque peu semblable à « Millions » mais en homme intelligent, Boyle n'oublie pas l'essentiel et ne s'écarte jamais vraiment de son sujet. La performance de James Franco est juste éblouissante, l'acteur passant par toutes les étapes psychologiques de son personnage. Il faut voir le visage et son expression, juste après qu'il se soit retrouvé coincé ! Littéralement tétanisant et bluffant de sincérité, Franco laisse petit à petit une grande place à l'improvisation. La prouesse est surtout qu'il arrive à varier son jeu physique dans un environnement plus que restreins, faisant irrémédiablement penser à la situation, assez similaire, de Ryan Reynolds qu'il à lui même vécu dans l'excellent Buried de Rodrigo Cortés.

Conclusion :
Danny Boyle confirme avec « 127 heures » qu'il peut VRAIMENT tout faire. La véritable prouesse du réalisateur, c'est de nous avoir fait, une fois de plus, vivre une expérience physique viscérale et psychologiquement intense. Boyle double la mise en évitant de faire le forcing afin de provoquer l'empathie chez les spectateurs pour ce qu'a vécu ce pauvre Aron. Il l'évite car il fait justement preuve d'intelligence et de justesse dans sa mise en scène. Quelques effets superflus auraient pu être évités ici et là, mais le tout reste assez bien équilibré, avec un final absolument magnifique et assez terrifiant, porté par un James Franco habité et qui mérite grandement sa nomination aux Oscars
Le message parfaitement clair et limpide derrière le « Based on the extraordinary true story » que l'on se bouffe à toutes les sauces dans le cinéma hollywoodien prend ici un véritable sens avec « 127 heures ». Ce qui est arrivé à Aron Ralston sert indéniablement de leçon, et Danny Boyle profite de « l'occasion » pour nous donner une bonne claque dans la tronche. Une vraie leçon de vie et de survie qui viens nous rappeler que la grande faucheuse n'est jamais très loin et que le plus important, le jour où nous « tomberons », avant d'arriver au bout de ce fameux tunnel, aura été l'amour et l'attention que l'on aura porté aux êtres qui nous sont chers et qu'on laissera surement derrière soi. Leçon retenue Mr Boyle !

Par Vincent N.Van du groupe Madealone.



Image IPB

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

greedo54
Signaler
greedo54
J'ai adoré, du grand Danny Boyle qui va à 100 à l'heure! Il arrive à faire un film exceptionnel sur un sujet très peu cinématographique. C'est un sujet intéressant pour le JT de 20 heures, mais pour un film d'1h30, c'est super casse-gueule, mais on reste scotché du début à la fin. Pour moi c'est la marque des grands. Fincher avait réussi aussi le pari avec "the social network".
Mention spéciale pour James Franco, qui arrive à nous transmettre toute une palette d'émotions avec son visage filmé en gros plan.
WandaNoOrchestra
Signaler
WandaNoOrchestra
Et bien écoute, faites un article consacré à un ou plusieurs de vos courts métrages, et je viendrais te dire ce que j'en pense avec plaisir (sans langue de bois évidemment).

EDIT; Ha et bien je vois que tu en a déjà posté un certain nombre sur le blog. Je viendrais voir tout ça tout bientôt. @+
Madealone
Signaler
Madealone
Merci vieux c'est vraiment sympa.
Je veux pas te prendre plus de temps mais à l'occase si tu as un moment à toi nous serions curieux d'avoir ton avis franc, direct et sans langue de bois sur l'un de nos courts (So long, Memory...). Sa vaut aussi bien évidemment pour tous le monde, étant jeune sur gameblog c'est un peu notre baptême du feu alors allez-y franco !

Maxouuu ^^
WandaNoOrchestra
Signaler
WandaNoOrchestra
Oups ninja edit de ma part ! (qui aura du mal a passer inaperçu ^^) Bein écoute, c'est un plaisir également pour moi, vous gagnez à vous faire connaitre les gars, c'est pour cela que vous filez directement dans mes favoris. (-; @+
Maxouuu
Signaler
Maxouuu
Article vraiment très agréable à lire, bien écrit et argumenté, merci beaucoup pour cette critique.
Encore plus hâte de le voir à sa sortie du coup.
WandaNoOrchestra
Signaler
WandaNoOrchestra
Oui c'est moi. Pourquoi ça ?

L'orientation de mon blog va changer très prochainement. (-; En tout cas je suis allé mater quelque-unes de tes vidéos sur dailymotion, il y a des court-métrages sympathiques. bravo.
Madealone
Signaler
Madealone
Mais bien sûr,
C'est avec un immense plaisir que l'on t'invite sur notre blog. Merci pour ton commentaire et d'avoir pris le temps de lire notre papier sur 127 heures. C'est avec des blogs de passionnés comme le tiens que ça nous pousse à être encore plus exigeant avec notre travail.
Continue comme ça et n'hésite pas à nous donner ton avis sur nos travaux personnels.

N.Van
Madealone
Signaler
Madealone
WandaNoOrchestra du blog Gran turismo ?
WandaNoOrchestra
Signaler
WandaNoOrchestra
J'ai dévoré ta critique. Plume agréable avec à la clef de belles références, into the wild (un de mes films cultes) ou encore The others. (sympa aussi les diverses références wiki) Bref j'avais déjà bien envie de voir le film, tu n'as fait que renforcer cette envie. Merci.

N.VAN (pour les passionnés de cinéma, avis à chaud, critiques, dossiers...)

Par Madealone Blog créé le 08/02/11 Mis à jour le 17/04/14 à 21h29

A travers notre blog vous découvrirez nos "avis à chaud" sur les sorties cinés ainsi que différents dossiers toujours plus complets et rédigés avec passion.

Ajouter aux favoris

Édito

 

Archives

Favoris