Le Blog de Leobiwan, ou l'Eloge de l'Interactivité Emotionnelle
Signaler
Fumito Ueda - Récit d'un Poète Maudit

FUMITO UEDA RECIT D'UN POETE MAUDIT

 

Sommaire :

-Introduction 
-La genèse
-"Main dans la main, ils fuient vers leur liberté"
-L'émergence
-"Affligé par la perte de son amour, ce petit homme cavale à son ingrat fatum"
-Les chefs d'oeuvre naissent toujours dans la douleur
-"Tendrement, inoffensivité et férocité s'unissent en une amitié"
-Cet homme a tout compris
-Le spleen de Tokyo
-Epilogue

 

INTRODUCTION

En ce XXIème siècle embouteillé par ce semi oxymore qu'est la "culture de consommation", qu'est-ce que l'art ? En ce siècle souillé par moult usurpateurs qui prétendent sans honte faire de leurs selles des oeuvres admirables, qu'est devenu ce qui fut jadis la respectabilité par excellence, la noblesse spirituelle, la quasi seule progéniture dont l'Homme puisse légitimement se vanter auprès de ses dieux ? N'est-il par révoltant de constater qu'aujourd'hui, l'art n'est plus qu'un mot insignifiant, qui désire tout dire tout en ne disant rien ?

Le temps passe, et peintres, sculpteurs, musiciens et poètes se voient prendre des rides, quand ce ne sont pas les traces d'érosion qui gravent leur cercueil. Il faut se rendre à l'évidence : désormais, les formes traditionnelles de l'art appartiennent à une autre époque. A présent, créativité, esthétisme et émotions s'expriment au travers de tous les matériaux possibles et imaginables. Les arts plastiques, la télévision, le web, le cinéma... On assiste à une véritable explosion d'amalgames artistiques, où toutes les formes d'expression se mélangent pour donner vie à des solutés drôlement bâtards, ce toujours histoire de faire avancer le schmilblick, empiriquement néanmoins. Car force est de constater que chacune de ces oeuvres nées d'unions souvent absurdes et folkloriques, s'en trouvent être disparates pour ne pas dire approximatives. Le problème étant que personne ne se fixe vraiment de limite, exception faite de celle de l'avancée technologique desdits médias, ou de celle de la folie humaine... Dénué d'apparence, privé de définition précise, l'art se fait trimballer ici et là. Il est improvisé, clamé, revendiqué, car il rassure. En un mot, l'art d'aujourd'hui se cherche encore.

Le jeu vidéo, puisque c'est ce sur quoi porte cet article, a toujours eu une certaine affinité obsessionnelle avec le monde de l'art. Déjà désireux depuis ses débuts de rompre avec son statut de "sous-culture", ce n'est véritablement qu'à partir des années 2000, lorsque l'avènement de l'ère Playstation 2 fait grimper son chiffre d'affaire au-dessus de celui du cinéma, que poussé par l'orgueil de son public de longue date, le jeu vidéo ne s'accepte plus en tant que simple divertissement. Alors commence la fameuse "quête de sens" à laquelle tant de créateurs contribuent au fil des générations qui suivent cette période. Qu'il s'agisse de Keiichiro Toyama, Hideo Kojima, Tetsuya Mizuguchi, Suda Goichi, David Cage ou même d'Arnt Jensen, Jenova Chen et Jonathan Blow pour les plus récents, tous ont le même but. Donner du sens au jeu vidéo, et s'en servir pour véhiculer des émotions, une histoire. Cet élan fait-il du jeu vidéo un art à part entière ? Beaucoup se sont posé cette question mais peu y ont répondu puisqu'elle fut tantôt jugée trop vaste, tantôt considérée comme carrément inutile parce que sans but précis. Bien sûr, il serait fort lâche de tenir cette dernière opinion car il est évident que les enjeux qu'implique ce débat sont bien plus profonds qu'un piteux caprice piaulant seulement pour l'appellation d'"art".

 Depuis des lustres, tout joueur passionné tient à juste titre le même discours : "le jeu vidéo est un média sectaire et bourré de complexes". Cela est on ne peut plus vrai ! Emprisonné dans ses propres codes et la connotation historiquement enfantine ou adolescente qu'induit sa dénomination de "jeu", le jeu vidéo ne parvient pas à s'assumer comme tel, et demeure cloitré dans une honteuse autarcie, un horrible cocon d'immaturité qui pour le coup, fait effectivement preuve d'inintelligence. Pour qu'ouverture aux profanes il y ait, il faut au contraire prendre ses racines à bras le corps et les brandir fièrement ! Il faut conter les périples vidéoludiques qui ont forgé cet art de demain, vanter les mérites de tous les auteurs sans qui ô grand jamais ne pourrait être comblé ce besoin vital d'être reconnu à sa juste valeur ! Alors certes, le jeu vidéo est ce qu'il est, à savoir un "presqu'art", un fils renié par ses influences et un goujat parmi les formes d'expression artistique contemporaines. Mais cela ne l'empêche pourtant pas de couver des oeuvres qui elles, sont d'une puissance et d'une pensée sans commune mesure. C'est pourquoi l'exposition, le partage, la transmission voire la propagande, sont des impératifs si l'on veut un tant soit peu ne pas être trop irrévérencieux envers ceux qui, en dépit d'un matériau prosaïque dans lequel sculpter qui les surplombent, usent de tout leur être pour donner vie à des émotions et des poésies d'une beauté nouvelle.

Fumito Ueda, game designer, auteur de Ico, Shadow of the Colossus et The Last Guardian, est de ces hommes qui ont fait de leur romantisme un sacerdoce. Son histoire, aussi jolie qu'elle est injuste, vous la découvrirez dans cet écrit qui se destine à toute personne douée d'émotivité, et qui s'octroie la noble tâche de dévoiler en prose un monument du game design, et un des artistes les plus marquants de ce début de siècle. Voici un portrait, une biographie, une analyse mais avant tout un témoignage qui, sous la forme d'un recueil de trois fables qui traduisent les expériences interactives de Ueda en la langue de la poésie littéraire, se veut être un combat pour la reconnaissance de cet homme qui a eu la malchance mais aussi le courage d'exprimer son art à travers ce qui n'est qu'une sous-culture pour beaucoup.

 

Voir aussi

Jeux : 
ICO
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Leobiwan
Signaler
Leobiwan
onix4man : J'ai essayé non pas MAJ-ENTREE mais SHIFT-ENTREE et ça marche ! Merci ;)
fremen73
Signaler
fremen73
moi non plus je ne suis pas du tout d'accord sur la définition de l'art...
onix4man
Signaler
onix4man
Essaye "MAJ-ENTREE" pour aller à la ligne sans en sauter une, ça fonctionne dans pas mal d'éditeurs. ;)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
ça y est ! Je ne sais pas si tu as bidouillé ou si c'est juste mon PC qui est moins contrariant, mais pour moi, tout est rentré dans l'ordre. C'était principalement au niveau du sommaire qu'il y avait un bins... Là, tout est OK !
Leobiwan
Signaler
Leobiwan
Je crois que c'est arrangé. Comme je le pensais, le coupable c'est bien l'outil de mise en page de GB. Une horreur tout simplement. Et puis pourquoi on peut pas aller à la ligne sans en sauter une ? Ca n'a aucun sens...
Leobiwan
Signaler
Leobiwan
Le Gamer aux Mains Carrées : C'est vrai ? Ca déconne comment exactement ? Vu que je fais la mise en page sur un pauvre netbook minuscule, peut-être qu'elle ne m'apparais pas dans les même dimensions. J'ai dû rajouter des tonnes d'espaces manuellement pour aller à la ligne sans sauter d'espace (satané outil GB), et du coup peut-être que ça fout un bordel pas possible pour certaines personnes. Et j'ai mis une image aussi. Mais je ne peux pas m'en rendre compte à partir de mon netbook :/ Si quelqu'un d'autre voit l'article bizarrement, peut-il me le dire ? Merci
JUJUSAN
Signaler
JUJUSAN
Un génie J AIME CET HOMME !

Je prie pour THE LAST GARDIAN !
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Joli. Très joli.
Bon, je ne suis pas d'accord, au sujet de l'art, mais c'est une question à part entière, qui mériterait son (ses) ouvrage(s) à elle seule, donc ce n'est pas important. Tu revendiques le caractère personnel de ton travail, donc on ne peut que t'accorder ta définition personnelle de l'art et se concentrer sur le plus important : le sujet-même de ton travail. Vivement la suite, donc.

Niveau bémol, il faudrait juste revoir la présentation (à moins que ça ne cafouille que sur mon ordi ?), voire inclure une image pour appâter un peu. :)
jinuzuki
Signaler
jinuzuki
Marrant comme article.

Le Blog de Leobiwan, ou l'Eloge de l'Interactivité Emotionnelle

Par Leobiwan Blog créé le 10/01/12 Mis à jour le 22/07/13 à 11h40

Quand Art, Philosophie, Psychologie, Musique, Humour et Emotions se rencontrent, moi j'ai qu'une envie, c'est de l'écrire !

Ajouter aux favoris

Édito

En espérant ne pas trop bousculer les plus conservateurs des gamers, je tenterai à travers ce blog de véhiculer ma vision du jeu vidéo. En témoignant de toutes les monstruosités artistiques que l'on peut trouver dans le média, ainsi que des émotions les plus débordantes de puissance que j'y eusse ressenti, je ferai tout mon possible pour que le nom d' "Expériences Interactives" s'adjoigne à celui de "Jeux Vidéo".

 

Archives