Premium
Lands of the Geek

Lands of the Geek

Par Waylander&Kevane Blog créé le 02/01/12 Mis à jour le 09/02/14 à 19h12

Bienvenue à tous sur notre blog, nous sommes Waylander&Kevane. Deux geeks qui ont en commun une passion : les Jeux Vidéo. Ici vous trouverez tout ce qui composent nos univers, jeux, films, mangas, musiques, objets collectors ou non. Enjoy the ride ! Peace.

Ajouter aux favoris

Édito

 
 
Rejoignez nous sur Facebook
 
________________________________
 
    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Image IPB

 
 
 
___________________________________
 
 
 
 
 

 
___________________________________
 
 
Nos machines de Geek :
 
 
Master System
MegaDrive
3DO
 
N64
Playstation
 
Playstation 2
 
Playstation 3
Xbox 360
 
PS Vita
Nintendo 3DS
 
Wii U
Playstation 4
 
 
 
___________________________________
 

Archives

Favoris

Signaler
Critiques

A l'ère de la dématérialisation, acheter un petit jeu pour 5 euros c'est tout à fait courant. Payer le même prix pour un jeu en boîte, même s'il est d'occasion, c'est déjà un peu plus louche, mais après tout il faut parfois fouiller un peu pour trouver des perles. Mais quand je pense que CE jeu à été vendu plus de 10 euros, j'ai mal pour celles et ceux qui l'ont achetés neuf !

 Supremacy M.M.A (2011 de 505 games)

 

Avant tout, je dois prêcher pour ma paroisse et dire que j'aime le M.M.A, que je lenpratique avec les moyens que j'ai et surtout que je suis pour la démocratisation et la légalisation de ce sport.

Ceci étant dit, passons au jeu.

 

Histoire :

Car oui il y a une histoire ! Étonnant pour un jeu de sport/simulation, mais cela aurais pu être sa plus grande force. Le jeu faute d'avoir accès à des grandes licences comme l'UFC, le M1 ou le STRIKEFORCE, doit se rabattre sur des combattants moins connus, car ne faisant pas partie de ces organisations. On pourra suivre 10 personnages (soit 10 fois moins que chez les concurrents de ce jeu) de l'origines de leurs carrières à leurs fulgurantes ascensions. Fulgurante est le terme ! La carrière se plie en une dizaine de combats, dans des caves ou des cages barbelées. Là chose aurait pu être très intéressante, si elle desservait le jeu, par exemple un tutorial (inexistant ici) qui nous aurait fait incarner le personnage dans son enfance pendant ses premières leçons de boxe ou de judo. A l'inverse, l'historie des personnages sert juste de vague prétexte pour habiller les interludes entre deux combats, avec des crayonnés sur fond jaune à la manière d'un max payne du tiers monde. Le tout bien sûr mal joué, mal doublé et mal sous-titré. C'est d'autant plus dommage que certaines histoires sont au demeurant intéressantes : familles brisés, des parents autoritaires et enfances malheureuses. Bref tout pour plaire à vos copines messieurs !


 

Gameplay :

Allons-y directement. C'est mauvais, incontrôlable, frustrant et totalement inadapté. En 37 secondes et 10 coups votre adversaire vous à déjà cassé 2 membres et fait perdre un hectolitre de sang, alors que vous avez.... ah non, sa barre d'énergie n'est pas descendu. C'est trop difficile et punitif pour une simulation, et bien trop incontrôlable pour un jeu axé arcade. A vouloir faire du neuf en mélangeant réalisme et arcade les développeurs nous ont sorti un truc boiteux.  Exemple, alors que l'on est bien dans un jeu en trois dimensions, il faut une combinaison de bouton pour faire bouger latéralement son personnage, ça vous donne une bonne idée de l'ergonomie du soft. Pour finir je dirais que j'ai pris plus de plaisir dans les phases de combat de Sleeping Dog, qui lui est un excellant jeux !

 

 Tous debout devant un tel réalisme

 

Les restes :

Que dire encore ? Ah oui, les graphismes transpirent ce côté fini vite fait, ou avec peu de moyens. On dirait vraiment un jeu fais par un petit éditeur spécialisé dans le dématérialisé : Il y a de bonnes idées, de la bonne volonté, mais un manque évident de moyens. Et encore, certains développeurs nous livre de vrai perles dans le domaine du dématérialisé, qui a dis Walking Dead ? La bande-son est vraiment passable mais à surement permis à de nombreux groupes de métal inconnu d'acheter de la bière pendant un an de plus. Les personnages sont vraiment peu connu, même pour des amateurs de ce sport, à l'exception bien-sur de Jerome Lebanner aussi appeler le "cyborgs de combat" au Japon et qui est l'unique raison (en plus du prix dérisoire) qui m'a fait acquérir ce jeu. J'ai vu sa tête sur la boite et j'ai crié "Cocorico, mont-joie saint Denis que trépasse si je faiblis" et j'ai jeté une bourse à la vendeuse avant de repartir sur mon destrier blanc. Dernière petite anecdote, c'est le seul jeu du genre à proposer des combattantes, et c'est suffisamment exceptionnel pour le signaler, mais à part ça...

 

Si, si ce sont des femmes. Méfiez vous de celle à votre droite dans le canapé

 

Conclusion

Ca reste une bonne blague à 5 euros, le plus triste étant que le jeu part d'une super idée, se recentrer sur l'historie du personnage, plutôt que sur l'exploitation de licences. Mais les développeurs ont été incapable de correctement exploiter la chose. Sur un plan personnel, je trouve que de surcroîts ce jeu donne une image vraiment glauque et péjorative d'un sport qui n'en a pas besoin, avec malheureusement dans le lot une grande figure du sport français. C'est triste, mais ce soft est resté suffisamment confidentiel pour être inoffensif, donc à tous les fans, achetez plutôt UFC undisputed, ou mieux allé vous acheter des gants.

 

 

Kevane

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires