Intrigue

Intrigue

Par Snake_in_a_box Blog créé le 14/12/10 Mis à jour le 18/10/16 à 17h43

Look up at The Sky...
There must be a fantasy.

Ajouter aux favoris
Signaler

Nous entrons dans la dernière ligne droite.
En ce lundi, voici une chanson qui apporte gaieté et longue vie à quiconque l’écoutera.
Ou pas.

Nous sommes en 1976 et ce que vous voyez en ce moment même, ce sont des anglais qui vont gagner l’Eurovision.

Avec un groupe baptisé "Brotherhood of Man", le Royaume-Uni nous offre un magnifique exemple de néo-colonialisme qui préfigure légèrement en avance l’Angleterre peu engageante de Margaret Tatcher.

En se présentant comme la "Fraternité de l’Humanité" (traduction du nom du groupe), représentée par deux hommes et deux femmes aux tronches plus anglaises que le jeu d’acteur gigotant de Matt Smith, Brotherhood of Man  nous annonce dans une prophétie Nostradamusienne, que "all your bases are belong to us"  et qu’il est vain de lutter contre la patrie du démoniaque Benedict Cumberbiacht qui naîtra en juillet de la même année (ça ne s’invente pas).

Avec un cynisme consommé et une ironie plus mordante que le dentier de Christopher Lee du temps où il jouait pour la Hammer, Brotherhood of Man  nous demande de "garder nos baisers" (save your kisses for me)  et nous dit "bye bye", préfigurant par la même l’extinction de toutes les cultures pour les plonger sous le cruel règne du Commonwealth (la  dangerosité de la mondialisation par les anglais a été parfaitement démontrée par  Code Geass, oeuvre visionnaire si il en est).

Leur chorégraphie primesautière achève le spectacle de la moquerie:
Cette gigue, équivalent pudique à un montrage fessier dans la plus pure tradition de William Wallace, est le dernier camouflet que nous inflige cette perfide Albion. 

Véritable démonstration de force à l’impact politique redoutable, l’Eurovision de 1976 est la preuve que le Royaume-Uni est prêt à  réformer ses structures étatiques par le biais d'un ultra-libéralisme brutal et par la même à reprendre sa conquête du monde.
Préfigurant la prise de pouvoir de Tatcher, la Guerre des Malouines, la naissance de l’AntechristSave your kisses  nous envoi un message digne des cruels supplices de Edward Longshanks.

Il faudra toute la puissance du pack et des arrières français, l’année suivante, pour stopper les velléités britanniques sur notre sol lors d’un Tournoi des Cinq Nations d’anthologie qui se terminera par un Grand Chelem français.

On a échappé de peu à la fin du monde. L’Eurovision nous avait prévenu…

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
1976, quelle grande année. :lol:
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
La même année, David Bowie devenait le Thin White Duke dans "Station to Station". Il se murmure qu'il a fuit à Berlin uniquement après avoir vu cette prestation.
Les artistes restés au pays, eux, se vêtirent de haillons et brisèrent leur guitares, donnant naissance au punk.

On ne répétera jamais assez l'importance de cet instant télévisuel dans l'histoire de la musique !
PoulpyBlast
Signaler
PoulpyBlast
Déjà, demain, demi-finale ! \o/

Édito

L'actualité trépidante du jeu vidéo oblige à la plus grande prudence.
Le but de ce blog est donc de proposer à tous les joueurs en quête de la vérité des news de qualité, vérifiées et objectives.
Mais la rigueur de ces articles n'empêche pas néanmoins d'exposer des avis affutés et des critiques constructives qui ne manqueront pas d'élargir l'esprit des gameblogueurs ouverts aux thèses le splus audacieuses.

Si ce blog reste un oasis d'où jailli une source intarrissable de savoir, il n'en reste pas moins un havre accueillant où les sens seront nourris d'illustrations de qualité, bien que portés plutôt sur un look en particulier.

Quand l'actualité (toujours trépidante, rappelons-le) me laissera quelque latitude, je parlerai aussi d'animation et de sujets autrement plus graves comme... Euh... Le jeu vidéo, tiens. Ou les mechas.... (c'est important les mechas, vu les  films de merde qui sortent en ce moment...)

Sur ce...

Il faut pardonner à ses ennemis mais pas avant de les avoir vu pendus. (Heinrich Heine)

Archives

Favoris