Le Sietch de Muad

Par fremen73 Blog créé le 21/02/12

Ajouter aux favoris
Signaler

Menacée par un soleil qui se transformera bientôt en nova, la Terre vit ses dernières années. Pour la plupart les hommes ont franchi l'Arc des Hypothétiques et se sont installés sur le Nouveau Monde, Equatoria, notamment dans sa capitale, Port Magellan. C'est à partir de cette agglomération tentaculaire, hétérogène telle l'humanité, que Lise Adams cherche son père, un scientifique qui a disparu depuis longtemps et avait peut-être découvert quelque chose sur l'énigme que représentent les Hypothétiques. Alors que Lise tient enfin une piste sérieuse, grâce à son ancien amant Turk Findley, d'étranges cendres se mettent à tomber sur le Nouveau Monde. Et si celui-ci, tout comme la Terre, était condamnée à brève échéance?

 

RCW est auteur capable du meilleur (Spin) comme du pire (le vaisseau des voyageurs). Toutefois, en sa qualité de suite à Spin j'étais plutôt confiant au moment d'aborder Axis. Et pourtant...
Le roman démarre doucement, sur Equatoria, la planète rendue accessible aux humains à la fin de Spin, et préparée pour eux par les Hypothétiques. On y suit les aventures de Turk, un pilote d'avion et de Lise Adams à la recherche de son père disparu, en parallèle de celles d'un groupe de Quatrièmes (humains ayant subi le traitement martien de longévité) qui cherche à créer un humain qui servirait d'interface entre l'humanité et les Hypothétiques. Alors que dans les romans cités plus haut les personnages et leurs rapports constituaient un des points forts, le constat est ici moins élogieux. Alors que je m'étais vraiment senti concerné par le sort des protagonistes deSpin, malgré (ou à cause?) de leurs côtés très normal, humain en fait, cela n'a absolument pas été le cas dans Spin. 
Mais au delà de ça le gros soucis du livre est un problème de rythme. Il faut attendre environ 400 pages avant de voir l'histoire véritablement décoller, devenir intéressante grâce à des révélations sur la nature (l'écologie serait plus juste) des Hypothétiques. Sur un bouquin qui en compte 470 c'est un peu problématique! C'est vraiment dommage tant l'univers mis en place par RCW est singulier.  Bref je me suis ennuyé pendant la majeure partie du livre. La fin, ouverte, sauve les meubles et me poussera probablement à lire la suite, Vortex (qui montrera parait-il le point de vue des Hypothétiques - ça peut être pas mal). N'empêche que j'ai le sentiment d'un beau gâchis tant j'avais aimé Spin.

 http://latavernedugeek.blogspot.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives

Favoris