Crito's Bizarre Adventures

Crito's Bizarre Adventures

Par Critobulle Blog créé le 15/07/11 Mis à jour le 25/09/15 à 00h06

Les portes de l'epicness se sont ouvertes ! Toi qui pénètre sur ce blog, abandonne toute logique.

Ajouter aux favoris
Signaler
Animés

 

Et non pas de « Jikaï » à la fin de l'épisode. Mon écran affiche un noir désespérant. Vingt-cinq épisodes se sont enchaînés sous mes yeux ravis, mais c'est terminé maintenant. Bien que j'avais commencé à ne regarder que d'un oeil « Darker than black », cette fourbe série à su me happer sans que je ne me rende compte de quoi que ce soit. Soyez maudits Bones et Yoko Kanno (enfin pas trop maudits quand même, je vous aime), votre brutale attaque intitulée « Cowboy bebop, le film » ne vous a pas fallu ? Darker than black, série seinen mêlant les genres fantastique et dramatique vit le jour en 2007. Une seconde saison fut diffusée deux ans après, mais n'ayant pas pu poser la patte dessus, je me garderai bien d'en parler. 

                        Darker than black est une série assez violente, à ne pas mettre devant tous les yeux.

                                             

                                                  Je le voyais pas comme ça The Mask...

Dix ans se sont écoulés depuis l'apparition de la Hell's Gate, un mystérieux phénomène dévastant une partie de Tokyo et changeant le ciel. Depuis l'apparition de cette zone, les étoiles furent remplacées par des substituts. Ces fausses étoiles correspondent à l'apparition d'un nouveau genre d'humains, les « contractants » des personnes qui ont hérité de pouvoirs surhumains. En contrepartie, ces contractants doivent se livrer méthodiquement à une action précise à chaque utilisation de leurs pouvoirs. Ces actions peuvent tout aussi bien être anodines (fumer une cigarette, boire de l'alcool, faire un bisou...) que franchement handicapantes (se casser les doigts, manger des clopes, vieillir prématurément...). Les contractants sont perçus comme des armes et utilisés en tant que telles par moult organisations gouvernementales, en raison de l'efficacité de ces individus qui en plus d'avoir des pouvoirs, ont la particularité de raisonner de façon totalement rationnelle, ne connaissant pas la peur ni aucune autre « faiblesse » morale exploitable par l'ennemi. En plus des contractants sont apparus les « dolls » des humains à l'air perdu, vides, mais qui sont des médiums capables de faire apparaître des spectres de surveillance. Ces dolls sont très prisés pour espionner. Hei (Lee Shang Shun étant son pseudo en tant que civil), le héros de l'histoire est un contractant qui travaille pour une mystérieuse organisation dont le nom est inconnu. Ses missions consistent souvent en divers assassinats, récupération de documents, protection...  En tant que contractant, il est recherché par la police qui le connaît sous le nom de code BK201. L'inspecteur Misaki Kirihara est obsédée à l'idée de lui mettre la main dessus... 

                     

                                Pour passer incognito, Hei se fait passer pour l'acteur Stephen Chow...

                                            Misaki Kirihara et la Section 9...enfin presque la Section 9...

Bon pour le résumé j'ai grossi le trait, il y a énormément d'informations à intégrer quand on regarde Darker than black. Mais celles-ci sont judicieusement distillées. La structure de la série est très intéressante. Les épisodes vont par paire (hormis les trois derniers), chaque paire se focalisant sur une affaire. Il y a bien un fil rouge qui apparaît en filigrane, mais au final, ce que la série présente, ce sont plusieurs intrigues plus ou moins indépendantes des autres. Pourtant, cela ne se fait pas au détriment de la cohérence. Les duos d'épisodes permettent de mettre en lumière de nombreux pans de l'univers sans pour autant que l'enchaînement ne paraisse artificiel. Comme l'indique le titre, la trame est nimbée de mystères et tous ne trouveront pas leur réponse même une fois le dernier épisode englouti. Une des plus grandes forces de Darker than black est cette ambiance si particulière, mêlant habilement conspirations et drames personnels. Les intrigues étant variées, on peut passer d'un double épisode mettant en scène une lutte contre les manigances de la CIA à un autre relatant une simple histoire de Yakuzas. Les informations sont distillées au compte-gouttes et parfois même, on est dans le flou le plus total, je le disais plus tôt, et cela ne concerne pas uniquement d'obscurs points du scénario. Quelle est l'organisation pour laquelle travaille Hei ? Quel but poursuit-elle ? Est-ce que Hei est dans le camp des « gentils » ? Autant de questions qui ne font que relever l'intérêt grandissant avec lequel on suit la série. 

                        

                                         La CIA, le MI6, les services secrets français... Tokyo nid d'espions...

                                                 

                            L'unité de Hei, au début, c'est pas l'esprit de franche camaraderie qui les étouffe.

Les personnages sont attachants pour beaucoup, bien que leur design fasse vraiment vu et revu. On retrouve quasiment tous les stéréotypes possibles de l'animation japonaise : beau gosse ténébreux aux cheveux sombres, Gothic Lolita au yeux vides et à la voix éteinte, beau gosse blond, belle gosse à lunettes, ado énergique adepte de moe, et j'en passe... Pour autant, cela ne signifie pas qu'ils soient inintéressants. Le fait que Darker than black ne fasse pas vraiment dans le manichéen donne une vraie saveur à ces personnages. Pas de nakama power et de discours ronflants sur l'amitié dans Darker than black. Hei a beau bosser avec une unité constituée de Huang un vieil ivrogne, Yin une jeune fille, et Mao un chat, leurs rapports ne débordent pas vraiment de chaleur humaine, et ils n'hésiteraient pas à s'entretuer si on leur en donnait l'ordre. La série à une esthétique très sombre, cependant, elle a l'intelligence de ne pas sombrer dans le tout dépressif qui l'aurait rendu caricaturale. Certains épisodes mettant en scène un détective et sa jeune assistante sont bien plus légers et sont autant de respirations dans l'univers lourd et sombre de Darker than black. De même, Huang, Hei/Lee et surtout Mao ont aussi des petites phases marrantes qui apportent une touche d'humanité et du relief à ces personnages. L'animation est de très bon aloi même si l'incrustation 3D de certains éléments (comme les voitures) sont assez grossières, et font tâche dans l'ensemble. En revanche, les combats sont très vifs et impressionnants, mêlant arts martiaux et utilisation de pouvoirs assez bien trouvés pour beaucoup...  

 

                                         On ne voit que très (trop?) peu Amber, mais on ne l'oubliera pas de sitôt.

                       Le pouvoir de Hei est le contrôle de l'électricité. Prends garde à tes miches Pikachu !

La musique est signée Yoko Kanno.

                               

                                                     Yoko Kanno aux commandes...'nuff said.

Quoi vous avez vraiment besoin d'un paragraphe pour vous expliquer que la BO est excellente ? Petit tuto pour l'avenir, quand dans le staff d'une série vous voyez les noms Yoko Kanno et Yuki Kajiura en tant que compositrices, vous pouvez dores et déjà vous jeter sur l'OST de la série (même si la série devait refouler du goulot).  

 

Donc je disais la musique est signée Yoko Kanno. Fin de ce paragraphe.

             

Darker than black est une excellente série animée, avec une ambiance délicieusement sombre et envoûtante et des personnages pour beaucoup mémorables. Pourtant j'étais assez dubitatif au début, persuadé que j'étais, de me retrouver face à une série sans prétention. C'est un anime qui mérite grandement qu'on lui laisse sa chance, car ceux qui poseront leurs yeux dessus seront assurés de passer un agréable moment. Et là, je suis déçu, je voulais finir en faisant une référence au titre, mais j'en trouve pas. Et du coup pour conclure, je me retrouve dans une m... plus sombre que le noir ! 

 

                                           Et en plus y a un chat qui parle ! UN CHAT QUI PARLE !

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Commentaires

Pedrof
Signaler
Pedrof

Je parle du pote au début par exemple : son avatar se fait démolir et là tu vois l'avatar du personnage-joueur qu'est en mode "wtf c'est affreux", qui, j'imagine, se veut le reflet de ce que le personnage-joueur ressent (parce que le fait que les émotions de l'avatar soient indépendantes du personnage-joueur serait encore plus wtf), alors que si t'es vraiment le joueur, tu n'es pas horrifié tu te dis juste "wow, balèze cet ennemi, il t'a bien mis la misère mon pote !"
J'espère que c'est clair ^^'


Dans mes souvenirs c'est aussi la façon dont c'est amené ; l'avatar d'Orca (le pote du héros) se fait pas démolir de manière classique mais vraiment déchirer presque littéralement, façon crucifixion bien mise en scène. Le contexte aussi joue : ils se retrouvent dans une zone cheloue où on peut se demander "mais c'est quoi ce jeu, est-ce que c'en est vraiment un ?" Et puis ouais, avec le parti pris des avatars qui expriment les émotions des joueurs, Kite voit quand même son pote souffrir et hurler je crois.

Enfin je suis pas sûr de tout ça, faudrait que je le refasse. D'ailleurs il est (aussi, après Dragon Quater) sur ma liste. À l'époque j'avais fait que le premier mais j'avais acheté les quatre, du coup j'ai prévu de reprendre depuis le début.
Kyalie
Signaler
Kyalie
Je parle du pote au début par exemple : son avatar se fait démolir et là tu vois l'avatar du personnage-joueur qu'est en mode "wtf c'est affreux", qui, j'imagine, se veut le reflet de ce que le personnage-joueur ressent (parce que le fait que les émotions de l'avatar soient indépendantes du personnage-joueur serait encore plus wtf), alors que si t'es vraiment le joueur, tu n'es pas horrifié tu te dis juste "wow, balèze cet ennemi, il t'a bien mis la misère mon pote !"
J'espère que c'est clair ^^'
Pedrof
Signaler
Pedrof

que les joueurs réagissent à la mort d'un perso in-game comme si c'était une vraie mort (je parle de .hack//infection là), dans un MMO, j'ai jamais réussi à accrocher.


Non non, ils réagissent pas à la mort d'un perso in-game mais au fait que suite à celle-ci le joueur qui le contrôlait tombe dans un profond coma.
Kyalie
Signaler
Kyalie
Pedrof> Noir... Noir a réussi à me dégoûter de Salva nos, ce qui est un une gageure en soi, mais franchement... C'est pas terrible visuellement, les persos sont inintéressants ("bouhouhou je chiale parce que je suis pas capable de ressentir d'émotions", les fillettes machines à tuer, Mireille (qui a bien le look et le nom corse d'ailleurs) ne sert à rien) c'est grandiloquent au possible (le côté on parle tranquillement comme si de rien n'était mais je te laisse aucune fenêtre de frappe parce qu'en fait j'ai une fourchette...).
Vraiment, j'en ai un mauvais souvenir.

Quant à .hack//Sign, pareil, dès le 1er épisode (moche) ils réussissent à gâcher The World en la mettant alors que le héros est complètement inactif, et en train de faire un monologue : mettre une piste chantée sur un monologue c'est vachement intelligent...
Pis bon, les .hack// (tout comme dans Summer Wars d'ailleurs) j'ai jamais réussi à passer le cap de la suspension d'incrédulité : le fait qu'il y ait une espèce de trame politique menée par des joueurs, que les joueurs réagissent à la mort d'un perso in-game comme si c'était une vraie mort (je parle de .hack//infection là), dans un MMO, j'ai jamais réussi à accrocher.
Strife
Signaler
Strife

Certains épisodes mettant en scène un détective et sa jeune assistante sont bien plus légers et sont autant de respirations dans l’univers lourd et sombre de Darker than black.

Et amputent un temps précieux en hors-sujet là où la série à déjà du mal à exploiter complètement son background...
Ils auraient dû faire un spin-off plutôt que de (mal) l'intègrer à la trame principale, mais ce n'est que mon avis.

Toutefois, quelques limites : on a parfois du mal à comprendre l'intrigue et l'histoire en général (comment let pourquoi a Gate est-elle apparue, comment devient-on Contractant, la fin etc.).

Reste hélas de gros bémols qui l'empêchent d'atteindre l'excellence d'un Cowboy Bebop, comme des intrigues trop convenues (bien que de qualité) et un sérieux qui est autant un atout qu'une entrave... Il y avait tant à faire, avec un tel background... et hélas, la série ne fait qu'effleurer celui-ci. Impossible de ne pas être conquis par une série de cette qualité, mais impossible de ne pas en ressortir frustré aussi (quant aux suites, mieux vaut faire comme si elles n'existaient pas).

Le grand problème de DTB de mon point de vue, excellente ambiance, plein de promesses, mais il s'attarde trop sur du superficiel, à faire deviner un background très riche au fil de mini-arcs scénaristiques qui occultent ce background pour développer la mini-intrigue du moment. Et arrivé à la fin, on est partagé entre le désir d'éclaircissement et l'acceptation de la fin telle qu'elle est.

Je ne savais même pas qu'il y'avait eu une seconde saison et des OAV mais à mon sens, l'intrigue de la première saison se suffit à elle-même bien qu'elle aurait dû être étalée sur deux saisons pour pouvoir développer pleinement tous les thèmes, les personnages, le background...

Reste un anime très plaisant à regarder. Faudra que je me le revoie d'ailleurs, ça va faire un moment et j'ai oublié pas mal de trucs.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Raaaaaaahhhhh ! Encore un excellent article sur un excellent animé, parfaitement bien "vendu" et mis en valeur par ta plume.
Darker than Black est un animé qui ne paie pas de mine, mais qui mérite qu'on lui donne sa chance. Ne serait-ce que pour l'un des personnages principaux les plus charismatiques du monde : Hei. <3
Reste hélas de gros bémols qui l'empêchent d'atteindre l'excellence d'un Cowboy Bebop, comme des intrigues trop convenues (bien que de qualité) et un sérieux qui est autant un atout qu'une entrave... Il y avait tant à faire, avec un tel background... et hélas, la série ne fait qu'effleurer celui-ci. Impossible de ne pas être conquis par une série de cette qualité, mais impossible de ne pas en ressortir frustré aussi (quant aux suites, mieux vaut faire comme si elles n'existaient pas).


@Kyalie :

Kajiura a signé les soundtracks des Garden of Sinners (qui frisent l'excellence). C'est déjà ça de pris.


@Pedrof :

Je ne défendrais pas Noir, je suis allergique à toutes ces séries mettant en scènes des "fillettes" assassins, ça fait trop fan service pour un vieux c*n comme moi.

Par contre, pour .Hack//Sign, je suis partagé entre l'amour inconditionnel (pour le projet .Hack dans son ensemble, le travail du scénariste principal, les musiques - Kajiura n'a pas su faire mieux depuis) et la colère la plus colérique et coléreuse, quand je pense à ce que ça aurait pu donner (peut-être bien le plus grand animé japonais de tous les temps), si seulement les scénaristes secondaires avaient été capables de gérer leur matériau d'origine.
Au final, on a une trame géniale, quelques épisodes d'une qualité hallucinante... et à côté de ça, des dialogues souvent aussi ineptes et inutiles qu'envahissant, une absence de dynamisme et de rythme dans la mise en scène qui défait tout ce que la musique pour faire en termes de miracles, des tâtonnements constants... Une déception, une honte, un crime, tout ce que tu veux, tant le matériau d'origine était riche. Kazunori Ito se fait trop rare pour qu'on puisse accepter un tel traitement de son travail. D'un autre côté, comme justement, il se fait trop rare, je suis bien contraint de chercher dans .Hack toutes les lueurs de génie que je pourrais bien trouver... même problème avec Liminality, qui le complète. L'épisode 3 est passionnant, mais c'est le seul des 4. Un comble.

Par contre, le long métrage Trilogy s'en sort avec les honneurs (même si visuellement, il est daté)... mais ce 'est plus Kajiiura aux musiques.
Pedrof
Signaler
Pedrof
Hein ? Noir et Hack Sign ineptes ? Ha, pas d'accord ! J'ai bien aimé ces deux séries en leur temps. Madlax par contre c'est vraiment pas terrible, c'est Noir en pas bien. El cazador de la bruja comme ça commençait comme Madlax (et il me semble même réal) je ne suis pas allé plus loin. D'elle à la musique j'ai aimé également Mai Hime, même beaucoup quand je l'ai vu.
Critobulle
Signaler
Critobulle
Kajiura a bossé sur Puella Magi Madoka Magica qui est un de mes coups de coeur de l'année 2012 qui est à la figure de la magical girl ce que Watchmen est à la figure du super héros.
Kyalie
Signaler
Kyalie
Mais du coup elle a bossé sur des bons trucs Kajiura ? XD Genre Madlax c'est bien ? Ou El cazador de la bruja ?
Parce que pour l'instant j'ai vu au mieux des trucs moyens (Le portrait de la petite Cosette - oui je corrige leur massacre de la langue française si je veux).
Critobulle
Signaler
Critobulle
@Subby je n'ai pas vu la saison 2, j'ai eu peur qu'elle ne soit pas à la hauteur, et puis je trouve la fin de la saison 1 parfaite comme elle est :)

@Kurokami Ben moi ca ne m'a pas du tout gêné ces zones d'ombres. Cela participe de l'ambiance de la série, ces phénomènes arrivent et on vit avec. C'est dommage que la suite semble si peu réussie, car c'est vraiment une très bonne série :)

@Kyalie Tout à fait ! :D on peut aussi citer Tsubasa ReserVOIR Chronicle (OST superbe, série inepte adaptée d'un shônen pourtant très bon)
Kyalie
Signaler
Kyalie
"Yuki Kajiura en tant que compositrices, vous pouvez d'ores et déjà vous jeter sur l’OST de la série (même si la série devait refouler du goulot)."
Ouai... Genre Noir ou .hack//Sign X_x
Kurokami
Signaler
Kurokami
Une série que j'affectionne tout particulièrement et que je viens de remater pour montrer à ma copine (qui a adoré malgré le côté bizarre de l'intrigue - ah les joies de l'histoire à la japonaise !). Sinon, tout est bon dedans. Au début, le scénario ne paie pas de mine mais très vite on se rend compte des enjeux et du lien qu'il y a entre chaque duo d'épisodes. Pourtant ce n'est pas clair dès le départ.
Les personnages sont tantôt attachants, charismatiques voire carrément horripilant (Huang au début). Mao la mascotte de la série nous fait rire et nous donne envie d'appeler notre chat ainsi (ce que j'ai failli faire ^^).
Les musiques sont excellentes, je vous conseille d'écouter l'OST !
Les graphismes alléchants, de même que les animations lors des combats : du BONES en somme !

Toutefois, quelques limites : on a parfois du mal à comprendre l'intrigue et l'histoire en général (comment let pourquoi a Gate est-elle apparue, comment devient-on Contractant, la fin etc.).

Mais le principal reproche qu'on peut faire à cette série - comme à tant d'autres (Kuroshitsuji/Black Butler par exemple) : c'est sa suite ! Les 4 OAV ne servent à rien, de même que la saison 2 qui est affreusement ennuyante (je ne parle même pas du traitement du héros) ! Certains apprécieront tout le travail de Bones, d'autres moins et j'en fais partie, preuve en-est : je ne sais plus du tout de quoi cela parle ni comment cela fini !

Sinon, grand merci à toi pour nous avoir partagé cet article :)
Subby kun
Signaler
Subby kun
J'aime beaucoup cette série. J'étais juste déçu par la saison 2 qui est bien moins bonne je trouve. A regarder avec beaucoup de plaisir :)

Édito

Bon j'ai eu un gros moment de flemmingite aigue, mais depuis Juillet en fait, ce blog est entré dans sa troisième saison. Mais comme là, j'ai un sursaut de motivation, on va faire comme si je n'avais pas lézardé comme un gros viandard depuis cet été.

 

Et n'oubliez pas de croire en mon brushing, car mon brushing croit en vous.

Ancien Prez Critomore,

pire éditorialiste de blog de ce coté de la Galaxie.

Archives

Favoris