Crito's Bizarre Adventures

Crito's Bizarre Adventures

Par Critobulle Blog créé le 15/07/11 Mis à jour le 25/09/15 à 00h06

Les portes de l'epicness se sont ouvertes ! Toi qui pénètre sur ce blog, abandonne toute logique.

Ajouter aux favoris
Signaler
Animés

L'anime Haruhi Suzumiya c'est un peu comme une petite amie au caractère bien trempé. Parfois, elle est complètement difficile à suivre, d'autres moments, elle énerve comme jamais, mais il y a aussi énormément de moments agréables...et quand ça se termine, on ressent un vide, une nostalgie. Et on se dit qu'on était bien, avec Haruhi. Mais qu'est ce que c'est que cette intro de psychopathe déviant ? Comparer un animé à une relation amoureuse ? Mais faut-il être fou ? Combien de hentaï ont-ils bien pu corrompre cet esprit malade ? Va donc te faire tentaculer ! Redescendons sur Terre voyons. Donc je vais vous parler aujourd'hui de La Mélancolie de Haruhi Suzumiya ! 

Suzumiya Haruhi no yuutsu, comme on l'appelle au Japon est une série animée en deux saisons, sorties en 2006 et 2009. Il s'agit là de l'adaptation de la série de romans Haruhi Suzumiya de Nagaru Tanigawa, dont le premier tome fut édité par Hachette en France. Seul le premier tome fut disponible dans nos contrées, le succès n'étant pas au rendez-vous (alors que les retours semblent pourtant positifs).  La Mélancolie de Haruhi Suzumiya est une Comédie fantastique dont l'histoire nous est narrée par un lycéen uniquement connu sous le surnom de Kyon. Très cartésien et finalement assez banal, il se retrouve pour la rentrée dans la même classe que Haruhi Suzumiya. Cette dernière est une jolie fille douée en sport et intelligente qui aurait pu être la star de sa classe si elle n'était pas complètement allumée. La jeune fille n'éprouve pas le moindre intérêt pour l'ordinaire, préférant s'intéresser au phénomènes paranormaux. Elle l'affirme, elle ne veut parler qu'à des extra-terrestres, des voyageurs temporels ou autres espers. Intrigué par cette étrange fille, Kyon va au cours de ses quelques discussions avec la belle lui donner l'idée de créer son propre club au lycée : La Brigade S.O.S (la Brigade de Suzumiya Haruhi pour Offrir au monde des Sensations fortes). Trois autres étudiants vont rejoindre le groupe. Alors que celui-ci semble être un simple groupe de glandeurs menés par leur charismatique et imbuvable cheftaine, Kyon découvre que le monde n'est finalement pas aussi banal qu'il le croyait et que les apparences sont trompeuses. 

                                              

                     Le roman tel qu'il est sorti par chez nous. Aujourd'hui quasi introuvable à moins d'y mettre le prix. 

Bon je sais, là pour le coup, ça ressemble tout à fait à n'importe quel anime se déroulant dans un lycée avec une pointe de magie. Et vous n'auriez pas tort de penser ainsi. Mais, Haruhi Suzumiya s'est faite une place confortable dans les coeurs de nombreux otakus et il y a bien une raison à cela ! Le moe de certains personnages ? Possible  ! Le fan-service ? Probable, bien que peu agressif finalement. Non ce qui démarque La Mélancolie de Haruhi Suzumiya des autres random animes estudiantins c'est sa construction et son ambiance particulière. Je m'explique car je ne suis même pas sûr de me comprendre moi-même. Tout d'abord il faut savoir que mon premier contact avec Haruhi fut extrêmement violent et que j'ai même abandonné un moment. Pourtant tout partait bien. Le premier épisode est même un nanar assumé (un fameux film tourné par la Brigade S.O.S).Aucun personnage n'était vraiment présenté puisqu'ils jouaient tous des rôles, quand à la fameuse Haruhi, elle ne faisait son entrée triomphale qu'à la toute fin de l'épisode. Soufflé par cette introduction particulière, je fus charmé. Deux épisodes de mise en place de l'intrigue plus tard, le premier choc ! Un épisode qui semblait perdu, peut être en désordre, peut-être une erreur. Le suivant aussi ! C'était l'épisode 10 ! Celui d'après était le treizième. N'y comprenant plus rien, je décide de quitter le navire. C'est en y revenant de nouveau quelques semaines plus tard que je découvris avec stupeur que les épisodes avaient étés diffusés dans le désordre à dessein. Un choix s'impose donc à celui qui a accès aux épisodes : tenter de suivre la série dans l'ordre chronologique des événements (bonne chance...prévoyez une soluce) ou se laisser porter. Étant flemmard, je me laissais porter. Et alors, on fait corps avec le pauvre Kyon. La série est aussi capricieuse que Haruhi, et nous autres pauvres spectateurs n'avons pas d'autre choix que de suivre. Au diable la cohérence. Et le plus étonnant, c'est que cela fonctionne parfaitement en vérité. Bien sûr le choc est brutal au début. Mais quand on fait confiance à la série, on ne le regrette pas. C'était un pari audacieux de la part des studios de Kyoto animation. Attendez, vous avez mal à la tête ? Ce n'est pas tout !

                        

                                      Haruhi a toujours un regard bien Zehef, même quand elle sourit...

   

                Kyon, le héros, peut être vu comme étant l'avatar du spectateur...vous allez autant en baver que lui.

Parce que la Mélancolie de Haruhi Suzumiya c'est une série en deux saisons, comme je le disais. La deuxième, sortie en 2009 a deux particularités. Tout d'abord son intrigue s'intègre en plein milieu de la première saison (alors si vous avez essayé de suivre la série en respectant un ordre précis, normalement vous devriez avoir arraché vos cheveux pour les brûler avant de les dévorer) et en plus elle est marquée par un arc qui fait frissonner de terreur tous ceux qui ont suivi la série : l'endless eight ! Un arc qui reprend le concept d'un jour sans fin avec Bill Murray, mais focalisé sur la dernière semaine de vacances d'Haruhi et ses potes. Là, sur le papier, ça sonne comme une idée géniale. Sauf que contrairement à Murray dans le film, les personnages NE SONT PAS CONSCIENTS qu'ils revivent la même période sans arrêt. Du moins pas au début. Si lors des trois premières occurrences, on trouve l'idée géniale, on en vient vite à souffrir au bout de quelques épisodes. Si la première manifestation est bon enfant, croyez-moi, cela devient vite très pesant. Vous n'avez jamais souffert devant un anime tant que vous ne vous êtes pas infligé l'endless eight ! Et là vous devez vous dire, ce doit être lourd. Et vous aurez raison...et bizarrement c'est ce qui est génial ! L'affect avec l'un des personnages (le seul à garder une mémoire intacte alors que pour lui la fameuse semaine se répète) est total. 

 

                                                        La brigade S.O.S au grand complet.

Suzumiya Haruhi no yuutsu c'est plus que du moe et des personnages à voix stridentes, c'est avant tout un véritable art de la mise en scène Bien que l'ambiance soit à la comédie, certains moments de tension sont extrêmement bien rendus. Les personnages sont charismatiques, même si on peut regretter que certains soient bien trop mis en retrait. Certains clins d'oeil à la pop culture nippone sont bien sympathiques à déceler, comme par exemple un épisode d'enquête rappelant Detective Conan, ou alors l'emprunt des mimiques de Phoenix Wright par Haruhi. 

   

                                                              Ace Attorney : Haruhi Suzumiya 

Si vous recherchez une atmosphère particulière, un genre de série un peu expérimentale, je ne peux que vous encourager à jeter un oeil à La Mélancolie de Haruhi Suzumiya. Sous ses dehors de série un peu simpliste se cache une véritable expérience à suivre. Le genre d'expérience qui ne fera pas l'unanimité, c'est une certitude. Mais ceux qui auront accroché ne regretteront pas leurs moments passés aux cotés de la Tsundere la plus allumée du PAJ (paysage audiovisuel japonais).

                        

                              Le générique de début du nanar réalisé par Haruhi...et si j'en faisais une critique ? 

Un dernier mot sur ce que l'on peut considérer comme étant la conclusion (pour le moment, croisons les doigts pour un retour, un jour) de la série animée : à savoir le film La disparition de Haruhi Suzumiya qui est un excellent film qui est à conseiller absolument. Un film au rythme lent mais feutré, au scénario bien plus alambiqué qu'on ne pourrait le croire et à la plastique irréprochable.

                       

Bon, maintenant que j'ai parlé de Haruhi, je vais pouvoir, la prochaine fois, vous parler de cette charmante personne... 

                       

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Voron
Signaler
Voron
@Critobulle: oui c'était du spoil :D

@Liedh : moi je le trouve pas si passif que ça mais c'est vrai que le film est long du coup ça étale pas mal l'histoire (à cause des lenteurs de certains passages, même si je pense que qu'elles ont un sens). [ SPOIL]c'est lui qui mène l'enquête, qui rassemble la brigade, qui fait le choix...[/ SPOIL] et c'est aussi le début d'autres arcs scénaristique et le début du changement de certains personnages. Le problème c'est que dans l'anime, on ne s'en rend pas vraiment compte, vu qu'il va pas plus long que La disparition.
Et oui c'est vrai que l'histoire étant raconté sous forme arcs qui ne se suivent pas tout le temps, et qui ont parfois peu de liens en commun, fait que ça part un peu dans tout les sens. En fait le problème surtout c'est que la plupart sont pauvre en révélations.

Mais bon perso je trouve l'univers fascinant et je suis archi-curieux d'avoir la réponse à cette question: comment ça va finir, où est ce que l’histoire nous mène?
P.Y.T.
Signaler
P.Y.T.
Crito, rassure-toi ! Je travaille sur un remède contre cette maladie, "le pavécommentairite"...
Quand je l'aurai trouvé, tu seras le deuxième sur la liste ! Le premier, tous savent qui c'est.... :D
Critobulle
Signaler
Critobulle
@Liehd Je vois ce que tu veux dire. La série divise j'ai mis du temps à savoir si j'avais aimé ou si ce fut une plaie (Au final, j'ai vraiment aimé pour ma part). Du coup je te comprends parfaitement. En ce qui concerne le film, que j'ai vraiment apprécié, je te l'accorde : les deux personnages principaux sont passifs (Haruhi qui n'apparaît que peu et Kyon qui finalement, n'agit que peu en général.) Mais en ce qui concerne la passivité de Kyon, elle est à mettre sur le compte du personnage en lui-même qui n'est que rarement acteur puisqu'il se laisse surtout embarquer (de gré ou non) dans les aventures de la brigade. Finalement le film relate tout simplement

[SPOIL ENFIN JE CROIS] le choix qui incombe à Kyon : préfère-t-il une vie banale, morne mais sûre offerte par Yuki, ou la vie fantasque que lui offre Haruhi. C'est aussi la question que nous pose le film, à nous spectateurs : aimez-vous notre série, l'univers que l'on dépeint et notre façon de le représenter, bien que vos habitudes soient sans arrêt bousculées par nous autres ? La réponse du spectateur est la même que celle de Kyon (s'il va au bout du film), tout du moins c'est ainsi que je l'interprête. [FIN DU SPOIL ENFIN JE CROIS QUE C'ETAIT DU SPOIL]

Je pense que la saison 2 te plaira un peu plus. Bien sûr je pense à l'endless eight qui devrait pas mal te plaire, mais aussi à quelques moments assez forts. :)

Crito, qui vient de publier son premier pavé en commentaire sur Gameblog B)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Mes sentiments sur cette série sont assez mitigés. Je suis vraiment tombé amoureux, sur les premiers épisodes. Complètement paummé avec le nanar (non mais ils m'ont vendu les épisodes dans le désordre, ou quoi ?), puis soufflé par le premier arc, sur le fond comme la forme : personnages haut en couleur, traités aux petits oignons, dialogues enlevés, monologues intello, montage expérimental, backgrpound aux antipodes des apparences, j'étais scotché. La série entrait direct dans mon top number one ex aequo, aux côtés d'Evangelion, Zettai Shonen, Noein et Baccano. Et puis... et puis tout est retombé comme un flan. Passé le premier acte, les auteurs semblent ne plus savoir quoi faire, ne plus maîtriser leur background, ne pas savoir quelle direction prendre. Du coup, ça part dans tous les sens sans arriver nulle part et, même si ça reste vraiment très sympa, réjouissant, enthousiasmant, je n'ai pu que pester devant un tel gâchis de potentialités. Si le premier arc n'avait pas été si bluffant, sans doute aurais-je été plus indulgent mais, là, non, pas question. Je n'ai pas vu la seconde saison, je suis passé directement au film, qui ne m'a pas convaincu non plus. L'idée d'une intrigue plus noire et plus mystérieuse était bonne, mais le personnage principal n'y est que passif, il subit les évènements comme le spectateur subit la narration et finalement, on ne reste qu'en surface de l'excellente idée de départ, et on devine hélas vite de quoi il retourne. Dans le genre, on est loin du film Beautiful Dreamer, d'Urusei Yatsura...

Mais bon, je râle, je râle, mais je regarderais la saison 2 avec plaisir, ne serait-ce que pour retrouver ces personnages si joliment déjantés, notamment Haruhi et Kyon, dans lesquels je me reconnais énormément. ;)
Et j'avoue que l'arc Endless Eight, je l'attends de pied ferme, ha ha.
Critobulle
Signaler
Critobulle
Merci à vous pour vos commentaires :)

@Kermit très franchement j'ai mis du temps à m'y mettre mais ça en valait la peine. Oui je l'aime d'amour cet anime, même s'il m'a malmené :wub:

@Voron Tu es une personne de goût :) Pour le fait de mettre les épisodes dans le désordre, je pense que c'est lié à l'excentricité d'Haruhi. Le fait de se laisser porter comme Kyon qui subit les évènements. Au début ça m'avait rebuté mais une fois que je m'y suis remis, et que j'ai laissé de coté toutes mes questions, j'ai juste surkiffé :)
Pour le prochain animé, que je présenterai je ne pouvais pas faire l'impasse sur Haruhi avant d'en parler. Et puis j'espère bien qu'il va l'apprécier, c'est son avatar qui m'avait hypnotisé au point de me lancer dans l'aventure :lol:

@Floco tout à fait :D

@Donald87 Celui-ci je te le conseille tout particulièrement ;)
Donald87
Signaler
Donald87
^^ Un de plus ... Mais où trouver le temps ?
Floco39
Signaler
Floco39
Un incontournable à ne pas manquer si on aime les anime
Voron
Signaler
Voron
Un de mes anime préféré :3 Je suis tellement devenu fan que je me suis mis à suivre les light novel (en anglais seulement...), le dernier à avoir été traduit (The Intrigues of Haruhi Suzumiya) et juste énormissime (le meilleur arc jusqu'ici, selon moi). J'attend avec impatience la traduction des tomes suivants, dont le pitch m'attire bien!

Mais c'est vrai que avant d'avoir été fan, j'étais assez dubitatif en regardant cet anime, au début j'avais pas compris que le 1er épisode était un nanard assumé... Et ce n'est que en regardant le film (La disparition de Haruhi) que j'ai commencé à vraiment kiffé l'univers. D'ailleurs j'ai jamais bien compris l’intérêt de livrer les épisode dans le désordre (chose curieuse au passage parmi le light novel, le manga et l'anime, il y en a aucun qui raconte l'histoire dans le même ordre xD).

Mais depuis je suis vraiment à fond dedans, j'ai re-regardé, re-lu, pour essayé de voir tout les détails de l'histoire. Donc faut surtout pas être effrayé par le coté un peu spéciale de l'oeuvre !

Bon article en tout cas ! Zig va apprécier le prochain :P
Kermit
Signaler
Kermit
Superbe article ! Un jour j'aurai le courage de le regarder cet anime :v

Édito

Bon j'ai eu un gros moment de flemmingite aigue, mais depuis Juillet en fait, ce blog est entré dans sa troisième saison. Mais comme là, j'ai un sursaut de motivation, on va faire comme si je n'avais pas lézardé comme un gros viandard depuis cet été.

 

Et n'oubliez pas de croire en mon brushing, car mon brushing croit en vous.

Ancien Prez Critomore,

pire éditorialiste de blog de ce coté de la Galaxie.

Archives

Favoris