Premium
Signaler
Articles

Le 11 mai 2010, la nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Electronic Arts annonce que ses jeux de la gamme EA Sports (FIFA, Madden, etc.) proposeraient désormais un code dans chaque boîte permettant d'activer les fonctionnalités en ligne de ces softs (et donc le jeu online). Les joueurs peu fortunés qui se procureraient ces titres d'occasion devront débourser 10$ pour racheter ce code, celui-ci étant à usage unique. En attendant, ils n'auront droit qu'à 7 jours de jeu online gratuit avant de devoir passer à la caisse pour poursuivre l'expérience. Le but est bien ici d'annihiler le marché de l'occasion, ou au moins de tenter d'en tirer du profit, et d'inciter tout le monde a payer plein pot. Ce nouveau programme démarrera le 8 juin prochain aux Etats-Unis avec la sortie de Tiger Woods PGA Tour 11. Autant dire demain.

Cette taxe réseau choisie par EA (et qui risque de faire très vite des émules) n'est en fait que le prolongement « logique » de l'opération Project 10$. Rappelons-en le principe : lorsque vous achetez un jeu EA, on vous offre en bonus un code permettant d'accéder à du contenu supplémentaire, et donc gratuit. Ces DLC sont de divers types (quêtes supplémentaires pour Dragon Age Origins, moyen d'introduire un peu de nudité dans The Saboteur) et sont utilisés par 70% des usagers. Déjà le débat se pose d'emblée : jusqu'à quel niveau peut-on imaginer que l'expérience de base a été bridé pour voir ce contenu supplémentaire offert « en plus » ? Les joueurs n'ayant pas leurs consoles raccordées à internet sont déjà perdant. Mais comme pour la taxe réseau, le but est ici d'inciter les joueurs ayant acheté le jeu d'occasion à payer 10$ pour s'offrir le dit contenu. Une stratégie attrayant pour un éditeur, Ubisoft, Sony et THQ ayant décidé de lui emboiter le pas. En attendant les autres...

Un scandale pour les joueurs
Les attaques envers le joueur se multiplient ces derniers temps, autant envers son porte-feuille que contre son confort de jeu. On peut citer rapidement les DRM ultra-restrictifs employés par Ubisoft ou EA, les Map Pack d'Activision qui proposent des nouveaux niveaux pour l'expérience multi de Modern Warfare 2 ou encore les DLC payants, souvent des codes chargés d'autoriser l'accès à des données pourtant déjà sur le disque (Bioshock 2, Street Fighter IV, etc.). Au final, et sous couvert de lutte contre le piratage et le marché de l'occasion, ces subterfuges sont surtout des moyens d'augmenter le prix de vente d'un jeu, plus proche aujourd'hui des 75€ que des 60€ de la génération précédente.

Comme d'habitude, les joueurs sont lésés et, puisqu'il faut bien le dire, pris pour des cons. Les éditeurs ont donc décidé de squizzer les revendeurs (pourtant centre névralgique du marché de l'occasion et qui se font des bénéfices incroyables en rachetant vos jeux une misère pour les revendre 50% plus chers en occasion) pour aller piocher directement dans nos poches. Soulignons donc le courage de nos enseignes qui se sucrent sur notre dos et qui marchent désormais la main dans la main avec les éditeurs (du contenu bonus offert à télécharger pour un jeu acheté dans telle ou telle enseigne) et qui vendent désormais des cartes prépayées permettant de s'acheter tous ces suppléments une fois connecté. Le seul perdant dans l'histoire est encore et toujours le joueur. L'occasion était l'un des seuls moyens légal pour lui de contourner le système et il n'est pas étonnant de voir que certains souhaitent sa mort à tout prix.

Vers un nouveau modèle économique ?
Si les politiques de DRM ou des DLC sont contestables, on ne peut nier que l'essor rapide du jeu en ligne sur consoles ces dernières années a forcément un coût pour l'éditeur. Il faut bien payer les serveurs et les équipes chargées de gérer tout cela. Pourtant, le jeu online s'est vite démocratisé comme gratuit (même sur Xbox ou l'abonnement n'offre qu'un accès global au jeu en ligne et qui ne revient donc pas dans la poche de l'éditeur). Une erreur cruciale qui a conditionné toute une frange de joueurs à cette expérience grisante et gratuite. Les projets d'EA posent la première pierre à un changement de cette mentalité. Cela est peut-être justifié mais, dans ce cas, c'est tout le modèle économique de l'industrie qui serait à revoir. Si la fin du online gratuit se profile et que l'expérience en ligne se pose comme une sorte de « jeu dans le jeu », indépendant financièrement, doit-on encore accepter de payer 70€ pour des expériences exclusivement solo de 5 heures (Modern Warfare, tu es directement visé...) ?

Et puis, si comme certains l'affirment, le marché de l'occasion est aujourd'hui le fléau numéro 1 de l'industrie, comment justifier toutes les mesures restrictives appliquées pour lutter contre le piratage, autrefois qualifié de problème prioritaire ? Et le plus grave dans tout cela, c'est qu'on prive les joueurs les moins fortunés d'une partie de l'expérience en amputant nos jeux de contenu censé être acquis, sans que cela ne soit répercuté sur leurs prix, en neuf ou en occasion. Un scandale !

CouCou

www.consolesyndrome.com 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

upselo
Signaler
upselo
Je ne partage pas cette vision. Déjà, comme tu le soulignes, la taxe réseau est "plus à l'avantage" du joueur que le projet 10$, parce que ça pénalise moins les joueurs qui n'ont pas le réseau (vu que ça ne concerne que le partie réseau justement, au contraire des DLC qui peuvent concerner le solo).
Ensuite, les éditeurs qui décident de viser directement nos poches, non. Disons qu'ils visent les poches de ceux qui ne sont pas leurs clients (ceux qui achètent d'occase). Ils prennent tout autant soin qu'avant de leur clients (sauf dans le cas de gens qui n'auraient pas le online pour récupérer un DLC solo).
Et pas sûr que ça ne fasse pas bouger les lignes au niveaux des tarifs de l'occase.
On commence déjà à voir les prix français baisser, du moins sur les boutiques en ligne, et chez certaines chaines de magasins comme Saturn.
Après, la question du DLC, je vais pas la refaire, mais on a ce pour quoi on paye. Donc que le contenu soit sur le disque ou pas, que le DLC ait été développé en même temps que le reste, pour moi, ça change strictement rien (le plus souvent, ça a été financé avec l'espérance de revenus supplémentaires).
Sinon, pour le modèle économique des prix à revoir, oui on peut se poser la question. Le fait est qu'aujourd'hui, indépendamment de leurs qualités, les jeux sont tous vendus au même prix. Tu te plains d'un solo de 5h à 70 euros, mais peux tu dire qu'un solo de 40h serait intrinsèquement méritant de cette somme ? La valeur qu'on accorde aux choses est éminemment subjective. Certains n'ont aucun problème à payer cher pour leurs jeux vidéo. Les éditeurs en profitent, et ça peut nuire à certains, mais j'ai du mal à y trouver à redire. Les gens dépensent leur argent comme ils veulent. Ils sont grands.
Flea
Signaler
Flea
Très bon article, bien écrit et très juste.
kitsune
Signaler
kitsune
Très bon article qui résume bien la situation
Ink
Signaler
Ink
Un article pertinent et bien écrit.

En effet, il n'est pas facile de se rendre compte, aujourd'hui, si ces coûts sont réellement mis au profit de notre expérience de jeu, ou juste pour les poches d'un éditeur.

Il y a sans doute du goût du profit derrière ça, et les joueurs ne sont pas prêts à se laisser berner... Ou pas.

Néanmoins, est-ce servir le jeu vidéo, tout simplement, que de faire de son expérience un luxe au prix trop élevé pour le commun des mortels ? Toujours la limite entre "nous avons besoin plus" et "Nous n'avons plus à donner" =/
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris