Premium
Signaler
Articles

Depuis toujours le jeu vidéo a fait partie de l'univers du palpable. Comme un plus indéniable à l'achat d'un jeu, son apparence, son attractivité, l'originalité de sa jaquette le faisait subsister dans les vastes rayonnages. Que son achat soit lié au hasard ou pas, le packaging d'un jeu (et de bien d'autres choses) est ce qui conforte en premier lieu notre achat.

Ainsi, comme dans une parade amoureuse, l'acquisition d'un nouveau jeu semblait depuis toujours être lié à ces quelques banalités : dévorer les images au dos du boitier en revenant chez soi, produire ces quelques pas d'impatience vers la télé, l'ouvrir, délicatement, ou l'arracher, violemment, pour mieux s'en saisir et le placer au centre de toutes les attentions : dans la console, dans le PC, devant nos yeux, entre nos mains. Et puis feuilleter le manuel, comme un livre de conte de fée, pour mieux s'immerger. Tout cela semblait devoir être figé dans le temps, comme un rituel rassurant. Au fil du temps les gens et les modes de consommation ont évolué, mais toujours il y avait cette perspective du bel objet, l'odeur de l'encre et du plastique mélangés, du livret à peine survolé ou dévoré des yeux.

Le packaging et la distribution du jeu vidéo

Pour rappel, le packaging, au même titre que le pressage, fait partie des charges variables. C'est à dire que le coût que tout cela va engendrer dépend en grande partie du nombre d'exemplaires qui seront distribués. Dans le cadre des jeux console ce sont les constructeurs qui prennent en charge cette dépense (et bénéficient ainsi d'une marge non négligeable sur le prix de vente). On aurait donc pu penser que la qualité très fluctuante du packaging, en particulier au niveau du livret et de l'habillage des galettes, était donc à mettre en compte d'intérêts financiers. En fait, pas complètement.

Si on jette un oeil sur les marchés américains et japonais, on s'aperçoit bien vite que la situation est tout autre. Le packaging est bien meilleur, et cela ne s'arrête pas qu'à une histoire de manuel en couleur, les boitiers sont aussi parfois plus solides et dotés de jaquettes plus recherchées, et ce quelque soit la console. Certains jeux japonais se voient même dotés de cartes de collections. En cause ? Une culture du bel objet qui fait défaut à l'Europe. La situation semblait devoir s'améliorer, surtout depuis que les éditeurs européens se sont mis en tête de proposer version collector sur version collector, mais la pérennité de la distribution classique risque une fois encore d'être remis en cause.

Du réel au virtuel

Dans le cadre de la dématérialisation, la question du packaging d'un jeu ne se pose plus. Les alternatives existent encore « en dur » mais déjà certains produits ne sont disponibles qu'en téléchargement, tels que la plupart des DLC et des jeux indépendants. Outre la difficulté de jouir d'un jeu à son entente que cela sous entend, le premier constat qu'on peut en tirer c'est la disparition du fameux manuel de jeu.

Ce dernier était d'ailleurs d'actualité il n'y a pas si longtemps, Ubisoft ayant annoncé la suppression des manuels des jeux PS3 et Xbox 360. Au fond, cette décision est la conséquence logique de leur baisse de qualité ces dernières années : de l'ordre de quelques pages dans les pires cas. Sur PC, la dématérialisation des biens est plus communément acceptée, et des manuels en PDF sont parfois proposés pour les jeux en téléchargement, comme par exemple dans le cas de Battlefield Bad Company 2. Mais lire sur un écran est vite fatiguant et les FPS ne sont sans doute pas la catégorie de jeu qui gagne le plus à avoir un manuel. En tout état de cause, l'accessibilité de la plupart des jeux de Ubisoft ne devraient pas avoir à en souffrir : la majorité de leurs titres sont résolument tout public, faciles à prendre en main et dotés d'explications plus que suffisantes. A l'inverse, des genres comme les jeux des gestion, de stratégie, de simulation ou encore les RPG sont généralement plus longs et plus complexes à appréhender, et les trois premiers d'entre eux se trouvent surtout sur PC. Reste que les jeux console implémentent quasi systématiquement des phases de jeux visant à se familiariser avec le gameplay. Si celles-ci sont les bienvenues, on regrettera tout de même qu'elles soient si souvent obligatoires.

En fait, si la notice n'a jamais été indispensable à l'appréhension des mécaniques de jeu, c'est que la majorité des jeux reposent sur des choses déjà faites, et que par la même occasion, personne ne s'est jamais donné la peine de « révolutionner » sa condition de simple manuel d'explication. Quelques jeux ont fait valoir des choses intéressantes, tels que Gears of War 2, avec un préface de Cliff Bleszinski, à l'image d'un livre, mais le manuel et le packaging en général restent généralement très consensuels. Heavy Rain, pourtant, vous invitait il y a peu à faire un origami le temps de l'installation sur le disque dur, une activité simple et amusante autour du titre. Et plutôt que de chercher de nouvelles manières de valoriser le contenu des jeux, les éditeurs ont semblé vouloir s'orienter vers de nouvelles habitudes : des éditions collector parfois difficilement justifiables et qui ne font qu'ajouter de contenu et des aides de jeu encore plus intrinsèquement lié au jeu. Ce qu'on observe, au fond, c'est une transposition du virtuel au réel. La disparition de la notice et les tutoriels intégrés sur Wii sont autant d'initiatives visant à s'éloigner des carcans habituels pour se diriger un peu plus vers une dématérialisation avancée. Même notre argent fait de même : carte bleue, points. Ce sont les premiers symptômes d'une « virtualisation » de l'activité de jeu transcendée par notre avatar.

Les jeux disponibles dans la distribution classique semblaient pourtant pouvoir jouir d'une vraie valeur ajoutée qui leur donneraient une place dans toute collection digne de ce nom. Au bas mot il serait au moins possible de les revendre. Mais des initiatives comme celle d'Ubisoft semblent vouloir soustraire ce qui forme encore aujourd'hui un plus à l'achat d'un jeu. C'est d'autant plus anachronique quand on considère que l'éditeur en question investit déjà de l'argent pour faire la chasse aux « pirates », quitte à pénaliser les acheteurs légaux. A terme ces nouvelles politiques risquent de créer des clivages toujours plus radicaux entre nouveaux joueurs et anciens : les uns, toujours plus émerveillés pour toutes les possibilités qu'offre aujourd'hui le jeu, les autres, réfractaires, comme pour mieux enlacer le bon vieux temps. A moins que vous ne soyiez entre les deux ?

Memento

 www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris