Signaler
(Jeu vidéo)

Si les sources d’inspiration ne manquent pas dans l’industrie vidéoludique, les références aux grands noms du cinéma se comptent par centaines.L’art de faire du jeu vidéo passe aussi par ces nombreux clins d'oeil aux acteurs et réalisateurs qui ont marqué les oeuvres cinématographiques. On pense tout de suite à l’esprit tortueux de Kojima, inspiré par le génie brutal d’un Stanley Kubrick ou encore par l’imagination délirante de Carpenter, notamment dans New-York 1997, film dont il reprendra tous les codes pour donner vie à l’emblématique Solid Snake héros de la saga Métal Gear Solid...

snake kurt

Mais c’est vers un tout autre univers que celui de ces deux metteurs en scène de renom que nous allons nous tourner. Regard d’acier, répliques empreints de cynisme, gâchette facile, tantôt dans la peau d’un chasseur de prime sans passé, tantôt dans celle d’un flic marginal,  je parle bien sûr de Clint Eastwood ! Le grand monsieur du cinéma aura sans doute été la personnalité qui aura le plus inspiré les scénaristes tant au cinéma que dans les ½uvres littéraires ou les jeux vidéo. Mais peu de jeux auront finalement rendu hommage à sa carrière... 

Il fut malgré tout très vite possible d’incarner Clint Eastwood sous les traits de l’inspecteur Harry Callahan, héros de la série de films “ Dirty Harry”. En 1990 la licence du même nom, débarque sur la sacro-sainte Nintendo. Dans ce jeu d’action édité par Mindscape, Callahan, armé de son célèbre 44 Magnum lutte contre le crime organisé et use de ses méthodes délicates pour “nettoyer” la ville de San Francisco… Classique.

dirty harry_front

Comme on dit, la copie vaut rarement l’original et le jeu passe quasiment inaperçu et même la petite intro reprenant le mythique “Make my day” n’arrive pas à faire oublier un gameplay rigide et des décors insipides. On apprécie malgré tout de retrouver Clint Eastwood dans sa console...

Mais les aventures de l’inspecteur aux manières douteuses, ne s’arrêtent pas là. En 2006 Warner Bros s’associe à la boite de productions d’Eastwood, Malpaso, et annonce la sortie de Dirty Harry sur Xbox 360 et PS3... A savoir que la voix de Callahan devait être doublée par Eastwood ; ce dernier projetait même de s’impliquer un maximum dans la conception du jeu à titre de consultant.

Selon ses propos recueillis à l’époque, il voyait là une merveilleuse occasion de prolonger les aventures de Callahan et de répondre ainsi aux attentes des fans d’inspecteur Harry. Le trailer de présentation du jeu nous faisait une belle promesse en termes de Gameplay façon GTA, avec un Clint Eastwood en 3D...Malheureusement la sortie fut annulée en 2007 par les équipes de développement de The collective Inc... Aucune info sur l’avortement de ce projet pourtant bien parti.

 

Malgré ces deux épisodes ratés, l’ombre de l’acteur légendaire est bien présente dans beaucoup de grosses licences du jeu vidéo. Les fans de Fallout se souviennent sûrement du boss de fin du second opus, qui se nomme Franck Horrigan et qui fait bien sur référence au personnage incarné par Eastwood dans le film “La ligne de mire”.

smith_wesson_44mag

Dans le troisième épisode de la série, il faudra accéder au contenu téléchargeable pour apprécier la révérence : en effet, il est possible de débloquer une arme spéciale, le magnum Callahan...Bel hommage ! Cette référence à l’arme du charismatique inspecteur sera d’ailleurs reprise dans Battlefield 3 où le 44 magnum de Smith et Wesson et décrite comme l’arme “la plus puissante au monde “ réplique piquée directement à Callahan…

Mais Dirty Harry n’est pas le seul à jouer les muses, Sergio Leone, l’inventeur des “Westerns Spaghettis” inspira lui aussi beaucoup d’autres scénarios de jeux vidéo, toujours grâce à la présence d’Eastwood, mais cette fois-ci sous les traits de l’énigmatique homme sans nom de la trilogie des dollars. Dans Red Dead Redemption, la ressemblance entre ce dernier et le protagoniste est plus que frappante. Clint Eastwood semble être le héros non avoué de ce blockbuster...

Red-Dead-Redemption_03

Enfin, outre le plaisir de retrouver le plus grand acteur d’Hollywood sur nos consoles, voyager dans les univers de films cultes est une plus-value évidente et devient l'ingrédient presque incontournable aujourd’hui pour faire un bon jeu… Finalement, c’est peut-être dans les esprits de cinéastes comme Spielberg, Carpenter ou Kubrick que sont nées nos plus belles histoires de jeux vidéo... Vive le 7e art :)


 Retrouvez-moi sur www.carolequintaine.com

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

BaNDiNi
Signaler
BaNDiNi
Comment ça, "le génie brutal de Kubrick" ? ^^ De plus, je ne savais pas que Kojima s'inspirait de Kubrick... Dans quelles mesures ? Kubrick n'est pas un réal que j'arrive à associer avec le monde du jeu vidéo...

Même si Leone est le réal italien le plus connu de ce sous-genre, il n'est pas pour autant l'inventeur du "western spaghetti". Il détestait d'ailleurs le terme qu'il jugeait péjoratif et insultant... Raciste, quoi.

Le Blog de Carole Quintaine

Par Carole Quintaine Blog créé le 05/01/14 Mis à jour le 22/07/15 à 11h21

Salut à tous,

Je partagerai ici, mes coups de coeur et impressions sur ma passion du jeu vidéo et du Japon.

A bientôt !

Ajouter aux favoris

Édito

Vous pouvez aussi me suivre sur www.carolequintaine.com

 

Archives

Favoris