Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Extrait

Le mouvement culturel que l'on nomme humanisme est en vérité difficile à cerner. Il est compliqué de donner un début et une fin à ce courant mais également de lister les personnes s'en réclamant. Toujours est-il que durant la Renaissance, plusieurs savants pensèrent qu'ils avaient un rôle à jouer sur le destin politique des nations.

Comment modifier le pouvoir politique  ? Une des possibilités fut d'instruire les puissants. Les humanistes pensaient qu'en inculquant le savoir aux princes et aux rois, le monde n'en serait que meilleur. On retrouvera cet optimisme au XVIIIème siècle avec les philosophes, comme Voltaire (qui n'en était pas vraiment un d'ailleurs), qui se rendaient aux tables des princes.

Mais revenons au XVIème siècle et à cet optimisme politique. Il est clair que cette belle idée n'en demeure pas moins fragile. En effet, la grande limite sur laquelle butèrent les humanistes demeure l'homme lui-même. Le roi instruit peut continuer à agir en despote. Au final, à part son propre savoir, quel est le frein de son expansion ? De plus, l'homme est un animal politique qui peut connaître mais non pas reconnaître. Le roi peut être un savant mais ne pas reconnaître comme lois supérieures des principes qui semblent pourtant vertueux.

Cette pratique postérieure ne doit pas faire oublier le grand travail des humanistes dans la rédaction de manuel. Certes, plusieurs principes sont aujourd'hui démodés (la médecine a fait des progrès par exemple) mais l'ensemble de ces bréviaires d'instruction demeurent le témoignage d'une grande et noble entreprise intellectuelle. Prenons ici l'exemple du Traité de civilité puérile d'Erasme. Voici quelques extraits de ce court traité. Certains individus, jeunes ou vieux, devraient en prendre de la graine.

portrait_d_Erasme

Tout d'abord le préambule :

"L'art d'instruire l'enfance consiste en plusieurs parties, dont la première et la principale est que l'esprit encore tendre reçoive les germes de la piété; la seconde, qu'il s'adonne aux belles-lettres et s'en pénètre à fond; la troisième, qu'il s'initie aux devoirs de la vie; la quatrième, qu'il s'habitue de bonne heure aux règles de la civilité."

Puis quelques extraits :

"Si le met ne convient pas à ton estomac...remercie en souriant : c'est la manière la plus polie de refuser"

"Enfin, si quelqu'un, par ignorance, commet une maladresse, il est mieux de ne pas le remarquer que d'en rire."

"Il est impoli d'interrompre quelqu'un avant qu'il ait achevé son propos."

"La modestie, voilà ce qui convient surtout aux enfants" (principe à répéter à tous les parents)

"Si l'on se mouche avec deux doigts et qu'il tombe de la morve par terre, il faut poser le pied dessus. Il n'est pas convenable de souffler bruyamment par les narines, ce qui dénote un tempérament bilieux."

"Le visage doit exprimer l'hilarité sans subir de déformation ni marquer un naturel corrompu"

Enfin plus drôle :

"Les dents propres...les laver avec de l'urine est une mode espagnole...sers-toi d'un brin de lentisque, d'une plume, ou de ces petits os qu'on retire de la patte des coqs et des poules.".

Traité de civilité puérile, Erasme

L'article d'origine : http://www.breviairedesvaincus.com/erasme-et-leducation/

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LeBreviaireDesVaincus

Suivez-nous sur twitter : https://twitter.com/breviairelitt

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

maitrenanar
Signaler
maitrenanar
Un classique, intéressant mais à remettre dans son contexte car cet éloge paradoxal de la folie se comprend par rapport à des objectifs de l'époque d'Erasme. Ce petit traité est une oeuvre mineure mais amusante pour voir les enseignements jugés bons pour les princes et rois à l'époque de la Renaissance.
X-K
Signaler
X-K
J'ai toujours l'Eloge de la folie sur mon étagère, qui attend patiemment son tour.

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives