Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Grâce au récent spectacle de Fabrice Luchini au théâtre de l'atelier, à Paris, le « grand public » découvre ou redécouvre la prose du regretté Philippe Muray. Pourfendeur de l'homo festivus, ou du « tout festif », anti-moderne par excellence, l'essayiste français savait, avec un style ciselé bien que maniéré parfois, un peu tricoteur sur les bords dans ses développements, s'attaquer aux vaches sacrées de son temps. La gauche incapable de régler les vrais problèmes économiques, les politiciens de face comme Ségolène Royal, la misère amoureuse de nos contemporaines, etc.
Relire Muray, c'est tirer à boulets rouges sur nos acquis, remettre en marche un cerveau larvé, ramolli par des certitudes construites par le temps et des mécaniques culturo-politiciennes. Bref, à la manière d'un Descartes mettant entre parenthèses son savoir afin d'accoucher du cogito ergo sum, mettre en suspens ces idées que l'on considère comme la normalité. L'extrait ci-dessous est tiré de son ouvrage, une vraie somme, Après l'Histoire. Quelques lignes pour résumer la vision de Muray à propos du festif.

« Le festif est une fiction sans antagoniste. Bientôt, il n'y aura même plus de langage pour le définir parce que le langage tout entier sera passé de son côté ; Il n'est déjà presque plus possible de raisonner autrement qu'en termes festifs. Même les plus sombres événements s'en trouvent modifiés. Il n'y a déjà pratiquement plus de catastrophes, ou d'accidents, que du loisir : des affaires de camping tragique, des fêtes en mer qui tournent mal et des histoires de neige qui tue. Et lorsque soixante-huit personnes se font massacrer à Louxor, tout ce que déclenche cette boucherie ce sont des réflexions sur la chute du tourisme en Egypte. Parce qu'il n'y a plus de personnes ; et que l'on ne peut déjà plus, où que ce soit, massacrer que des touristes. ».
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Lushlife_
Signaler
Lushlife_
Que du bonheur !

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives