Premium
Il était une histoire...

Il était une histoire...

Par BGSummoner Blog créé le 18/02/12 Mis à jour le 07/12/15 à 11h14

Des jeux, des séries, des films et pourquoi pas des livres, mais avant tout une histoire... Lorsque j'aurai le temps, j'essaierai de revenir sur une oeuvre qui aura fait voyagé mon imaginaire, parce que finalement le voyage est plus important que la destination...

Ajouter aux favoris

Édito

Mon Top 10 sur cette génération:

1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

8.

9.

=.

Archives

Favoris

Signaler

Si la génération actuelle de console, qui arrive à son terme, aura vu l'avènement  du casual gaming via la Wii (copiée par la suite par Microsoft et son Kinect et par Sony avec son PS move) mais aussi l'explosion du jeu sur Smartphone et tablette, elle aura aussi vu la création d'un système prévu à la base pour recompenser le joueur, ajouter un peu de challenge et de durée de vie aux jeux : les trophées (sur PS3) et les succès (sur xbox 360). Présenté au départ comme une récompense ponctuelle couronnant l'avancement du joueur dans le jeu mais aussi ajoutant quelques defis pour augmenter la replay value d'un jeu (ou rejouabilité pour les anglophobe), ce système a, au fil du temps, développé chez certains joueurs (dont moi-même, je dois bien l'avouer) une certaine addiction et de nombreux cotés pervers que je vais tenter de mettre en lumière à travers quelques exemples.

Une bonne idée, vite detournée...

Pour ceux qui n'auraient joué que sur la Wii lors de cette génération voici tout de même un petit rappel des faits... Les succès/trophées ont fait leur apparition au moment de la sortie de la xbox 360 de Microsoft. Sony se rendant compte de l'addiction créée par le système chez les joueurs, emboitera le pas de son concurrent quelques années plus tard. Son but ? Disons qu'à l' origine le but était de récompenser le joueur par des points (sur 360, des coupes sur PS3) tout au long de sa progression. Points qui s'accumulent et qui sont directement liés au gamertag (ou ID PSN) permettant par la suite de « comparer » sa performance ou son avancement dans le jeu avec ses camarades de live. Il suffit de se balader sur les forums de jeux video et de regarder les signatures de chaque post pour se rendre compte de l'importance que prennent les succès/trophées pour les joueurs de nos jours. Plus qu'une collectionnite comme pouvait l'être celle des vignettes panini de mon enfance, le système est très vite devenu une raison de relancer les concours de « celui qui a la plus grosse » ce qui a pour conséquence direct, la consommation, voir la surconsommation. Même si cela ressemble à un procès d'intention, difficile d'imaginer qu'au moment où Microsoft a mis en place ce système, ils n'aient pas pensé au fait, qu'à terme, si addiction il y avait, vouloir augmenter son gamerscore serait synonyme d'achat de nouveaux jeux... Afficher le gamerscore en même temps que les informations de base liées à un joueur, et pouvoir comparer ses succès très facilement prouve que l'idée été déjà là. Le système aurait pu s'arreter à une simple comparaison de score individuel pour chaque jeu, comme on pouvait comparer son skill sur un jeu à l'epoque ou le système de succès n'existait pas. Mais la ou l'invention est "maligne" c'est d'avoir rassemblé l'integralité des points ou coupes obtenus dans un seul et meme score, le but n'etant plus d'etre le meilleur sur un seul jeu, mais sur l'ensemble de la ludotèque de la console. Plus besoin d'être très fort sur un seul et même jeu, il suffit maintenant d'acheter beaucoup de jeu pour pouvoir "se la jouer"...

L'idée initiale était pourtant intéressante. Lorsque l'on connait le faible pourcentage de jeux finis à 100%, ne serait-ce que dans son mode histoire, récompenser la progression dans un jeu pour pousser le joueur à aller au bout permettait aux développeurs d'augmenter ses chances de voir les joueurs aller au bout de l'expérience, voir de lui donner une deuxième chance. Le système permet également de faire découvrir des mécaniques de gameplay que le joueur « de base » n'aurait pas appréhender de lui-même sans qu'on mette le doigt dessus via une récompense. Fifa par exemple, le fait très bien chaque année, mettant des succès plus nombreux pour les nouveautés ou points qu'ils veulent mettre en avant sur leur nouvel opus. Autre exemple, dans Mass Effect, les succès poussent à faire certaines combinaisons de pouvoir auquelles on n'aurait pas forcement pensé et qui peuvent finalement être plus efficaces.

Mais si l'on reconnait sans mal les cotés positifs du système, malheureusement celui-ci a été très vite détourné par des développeurs avec moins de scrupules et d'imagination. Certains, aillant bien compris l'addiction potentielle au système ont même fait en sorte d'être connu pour autre chose que la qualité intrinsèque de leur jeu : la facilité d'obtenir les 1000G ou de platiner le jeu. Si pour quelques uns l'excuse du manque d'imagination dans la liste des récompenses peut, à la rigueur, être pris en compte (King Kong ou il suffit de finir le mode histoire par exemple), pour d'autre la supercherie est évidente. Le meilleur exemple en date reste « Avatar le dernier maître de l'air » ou sans même avoir fini le premier niveau du jeu, vous pouvez déjà avoir « platiné » le jeu. Difficile de ne pas y voir une volonté d'attirer l'addict au succès, surtout vu la médiocrité du titre...

Ce système de récompense à aussi vu naître une certaine fainéantise de contenu. Je m'explique... La durée de vie d'un jeu est toujours importante lorsque l'on fait la démarche d'achat. Sa replay value également. Certains développeurs ont donc profité de ce système pour augmenter artificiellement la durée de vie d'un jeu. Les fans d'Assassin's Creed se souviendront longtemps du premier opus et ses incalculables drapeaux (devenus plumes, puis pages d'almanach, mais le système reste le même, il n'apporte rien d'un point de vue ludique ou contenu). Et que dire par exemple de Devil May Cry 4 qui après le premier run, oblige le joueur a refaire le jeu 2 ou 3 fois, dans des niveaux de difficultés différents, pour espérer dépasser les 200G (d'autant que les niveaux de difficultés élevés ne sont pas accessibles dès le départ). Epic Game, dans un style plus subtile avec sa série Gear Of War, sous couvert de récompenser les « vrais de vrais », s'assure la présence des chasseurs de succès pour plusieurs centaines d'heure sur le live avec des succès a chaque épisode plus inaccessibles les uns que les autres (« Sérieux 3.0 », ca vous rappelle rien ?). Et pour finir avec les exemples, parce que je pourrais y passer la nuit, Electronic Arts a qui on pourrait reprocher beaucoup de choses mais surement pas de perdre le nord, a carrément mis un succès au caractère complètement aléatoire (« obtenir un joueur de la semaine dans un pack ultimate team ») dans ses deux derniers Fifa. Dans quel but ? Faire acheter des packs via de vraies espèces sonantes et trébuchantes à force d'en avoir marre de jouer des heures pour quelques crédits virtuels et donc acheter plus vite des packs pour espérer avoir ce dernier succès. Sans commentaire...

Une addiction qui peut gâcher le plaisir...

Le gros problème avec les succès/trophées, c'est qu'ils nous poussent à appréhender un jeu selon les récompenses promises et non selon notre propre envie. Les jeux d'aujourd'hui tentent de plus en plus de travailler sur l'immersion, dans le but de nous faire oublier que l'on est devant notre console, une manette à la main. Certains jeux se suffisent donc a eux même dans un simple run unique, comme par exemple Heavy Rain que j'ai déjà abordé sur mon blog. L'intérêt de rejouer le jeu est faible, puisqu'il a tendance a désacraliser la mécanique de narration. Je suppose qu'il doit en être de même pour Walking Dead que je n'ai pas encore eu le plaisir de jouer. Mais si on se place en « chasseur de succès », on se retrouve dans l'obligation de rejouer le jeu une multitude de fois pour voir chaque embranchement ou presque. Le jeu, nous « oblige » tout simplement a faire ce que l'on avait pas, à première vue, envie de faire dans le seul but de voir la petite fenêtre de trophée s'afficher en haut à droite de l'écran. La récompense va donc a l'encontre totale de l'ambition première de David Cage de nous faire vivre une expérience unique. Qui a dit contradiction ? On retrouvera donc ce défaut conceptuel dans tous les jeux ou l'on doit faire un choix dans la personnalité de notre personnage, comme Mass Effect, ou encore Red Dead Redemption (pour ne citer qu'eux). Quel plaisir vais-je prendre a ficeler un passant aux rails d'un train si j'avais pour ambition de faire de mon John Marston un exemple de vertus ? En quoi ramasser des plumes a la pelle dans Assassin's Creed ou des thermos dans Alan Wake renforce l'immersion du jeu ? Réponse ? En rien... Ca à même tous simplement l'effet inverse !

De mon coté, la ou je ressens le pouvoir du gamerscore sur mon attitude de joueur, c'est lorsque je dois choisir la plateforme d'un de mes jeux. J'ai la chance d'avoir une multitude de console de jeu comme vous avez pu le voir sur mon blog, et j'ai donc l'embarras du choix lorsque je dois choisir la plateforme d'un jeu multi. Mais finalement, vu que ma console lead de la génération a été la 360, lorsqu'il a fallu choisir sur quelle console prendre le dernier Assassin's Creed, je l'ai pris sur 360. Bien sur je pourrais dire que c'est pour la manette, ou pour le mode multi vu que j'ai plus d'amis sur 360 que sur PS3, mais c'est aussi parce que je savais que je ferais le jeu dans son intégralité niveau succès et que la ou je suis intéressé par le gamerscore de la 360, celui de la PS3 m'intéresse peu puisque je n'ai que très peu de jeu dessus. La PS3 ayant l'exclusivité de certaines missions, gratuitement, le choix logique aurait dû être celui de la PS3, ce ne fut pas le cas... Bref même si la meilleure version du jeu est sur PS3, les succès deviennent un paramètre parmi d'autres qui me font choisir la version 360 alors que lorsque j'achete un jeu retro, je ne me demande qu'une seule chose : sur quelle plateforme il est le meilleur...

En discutant avec certains amis, j'en suis même arrivé à me demander si on jouait encore vraiment uniquement pour le plaisir du jeu, ou pour faire gonfler ce fameux gamerscore... Deux de mes amis il y a encore quelques mois s'étaient lancé un défi concernant ces fameux succès. Le délire était bon enfant, ils se tiraient la bourre et au final le résultat était positif puisque ca les obligeaient à retourner les jeux au maximum pour repasser devant, le portefeuille n'étant pas extensible. Puis l'un des deux a fini par acheter ces fameux jeux a succès faciles, juste pour repasser devant, inutile de vous dire que le délire était déjà beaucoup moins fun, ca n'avait plus aucun intérêt, ni pour leur défi, et encore moins pour le coté ludique de ces fameux jeux... Certains en arrivent même à truquer l'obtention de ces récompenses via des logiciels pirates. Mais pourquoi ? Tu penses vraiment obtenir une certaines reconnaissances ? Pathétique...

Pour finir ; parce qu'encore une fois j'ai été long, bien plus que je ne le voulais, mais avec cette désagréable impression que j'aurais pu l'être encore plus et que je n'ai pas pu développer tout ce que je voulais dire sur ce vaste sujet (parce que si je le suis plus, de toute façon, je ne serai pas lu, malheureusement...) ; je vais en venir à ce qui m'a finalement poussé a écrire cet article. L'anecdote ultime. L'histoire qui m'a fait dire à un moment donné qu'il fallait vraiment que je décroche de ce système addictif. J'ai un ami qui est vendeur de jeux vidéo dans une grande enseigne. Il a donc pu avoir la Wii U a prix très intéressant à sa sortie. Après moins d'un mois, il l'a revendu en faisant au passage une belle plus value. Je lui ai demandé pourquoi il l'avait revendu, si les jeux ne lui avaient pas plu. Et il m'a répondu que si, les jeux étaient bien, que Zombie U était un très bon jeu, mais que rien ne lui donnait envie de retourner y jouer sans la présence de succès. En gros il n'appréciait plus la progression simple dans un jeu si celle-ci n'est pas récompensée. Ca m'a choqué, je ne lui ai pas dit, mais j'ai trouvé ca triste. D'où cette réflexion qui m'a poussé à écrire ce roman qui en découragera plus d'un.

J'aurai encore pu parler des sites qui ont fait leur spécialité des guides de succès/trophées, ou encore une multitude d'anecdotes pour appuyer ma thèse selon laquelle l'addiction aux succès/trophées a fini par nuire au jeu en lui-même, au lieu de simplement l'aider à mettre en lumière des points de gameplay, ou augmenter intelligemment la durée de vie et la replay value ; mais ca n'aurait plus été un billet de blog! Loin de moi l'idée de diaboliser complètement le système, beaucoup d'entre vous n'ont surement pas appréhendé ces récompenses de façon addictive ou en ont même rien à faire, qui sait (surement même) et grand bien vous en fasse. Mais force est de constater que ce système recèle des cotés pervers aussi bien chez le joueur que chez les développeurs qui savent en profiter. Lorsque les succès deviennent un outil pour augmenter artificiellement la durée de vie famélique d'un jeu, ou que ceux-ci vont à l'encontre même de l'ambition d'immersion du jeu, ils deviennent un problème. Et que dire lorsque ceux-ci prennent le dessus chez le joueur, sur le simple plaisir de jeu...

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Commentaires

BGSummoner
Signaler
BGSummoner
Merci pour le lien et felicitation pour ton article dans un style different mais très agreable a lire :)
Alf15000
Signaler
Alf15000
Salut BGSummoner,

Comme promis, mon billet sur les trophées est en ligne :
http://www.neoeon.ne...hp?act=1&com=67

Bonne lecture !
BGSummoner
Signaler
BGSummoner
Et je t'en remercie, si on ecrit c'est toujours dans le but d'etre lu, que ce soit sur le moment, ou des mois/années après peu importe a vrai dire. Je te remercie pour ton retour et tes compliments sur mon style ;)
Impatient de lire ton article, hésite pas a venir mettre le lien en commentaire ici que je le loupe pas ;)
Alf15000
Signaler
Alf15000
Bon article, pas forcément long vu qu'il est bien écrit et sur un sujet qui m'intéresse (J'ai fait déjà fait pire sur mon blog !)

Je suis justement tombé sur cet article en faisant des recherches pour en écrire un similaire :-)
Je me suis retrouvé dans quelques situations décrites dans ce billet. On peut cependant nuancer certains propos car dans mon cas, j'ai découvert certaines licences de qualité grâce aux trophées. A l'inverse, je en me suis jamais "abaissé" à acheter des jeux médiocres pour ma "collection". Pour moi, un trophée doit récompenser le skill ou le fait d'avoir fini un jeu à 100%. Avoir des trophées pour avoir des trophées, aucun intérêt !
Reste que c'est effectivement addictif, et j'aurais du mal, moi aussi à "savourer" un jeu qui n'en a pas... Paradoxal ! Cela dit, auparavant, je gagnais l'admiration de mes amis en finissant tous mes jeux. La fin d'un jeu était le but ultime. Maintenant, c'est le trophée de platine (je joue sur PS3...)

Bref, comme tu dis, on pourrait en écrire des pages, et je suis toujours motivé à écrire mon article pour partager mon vécu de "chasseur addict" !

@+ (Encore un "déterrage" de billet, mais j'avais envie de commenter ;-) )
BGSummoner
Signaler
BGSummoner
Mais grave!
Vithia
Signaler
Vithia
Ce billet déterré... :lol:
Joniwan
Signaler
Joniwan
Vithia, sur PS3, tu peut choisir les jeux qui apparaissent ou pas pour tes amis ^^
Vithia
Signaler
Vithia
Même remarque que chez peb258 : je ne fais pas la course aux succès mais j'aimerai bien pouvoir choisir ceux qui sont affichés sur mon profil en ligne. Notamment ceux dont je suis particulièrement fier car réellement méritoire. ;)
BGSummoner
Signaler
BGSummoner
Ouep je sais bien mon Bibbo de fer, mais moi, un jeu c'est comme un film, quand je sort du ciné, meme si j'ai adoré, j'ai tout sauf envie de le revoir. J'suis pas un "rejoueur", j'aime pas ca... Quand j'ai fini le jeu, je le range, et comme pour un bon film, je le ressors, mais quelques années plus tard, pas la semaine d'après surtout si c pour faire des trucs imposés. Mais en même temps on a déjà dû avoir ce débat 10 fois :lol:
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
Aaah l'effet pervers des succès... Un coup ça me prend, et je remet des jeux dans la consoles, pour platiner, même du veux moche et mauvais. Et puis, j'en ai marre et je reprend une manière de jouer plus "classique".
Mais de toute façon j'ai toujours jouer mes jeu à fond, j'ai toujours apprécier finir à 101% mes jeux, même lorsque personne ne le voyait. Mais c'est vrai que depuis que ça débloque une petite image, sur 360, des jeux, des modes de jeux, que je n'aurais jamais pensé à jouer à fond avant, devenait parfois une obligation sur cette gen'.
C'est vrai que si les succès sont mal fait, ils gâchent profondément le plaisir de jeu ! (les succès en ligne sont une infamie par exemple, es succès qui ne font pas appel au skill, ou la recherchent, mais a la persévérance...)
Par contre d'autres jeux ont des succès qui permettent de profiter agréablement, plus longtemps du soft.

Par contre tu sais que moi je fais toujours mon premier run sans regarder/faire les succès exprès) souvent parce qu'il ous spoil en plus ! Heureusement que certains sont garder secret... mais ce n'est pas toujours le cas !
BGSummoner
Signaler
BGSummoner
@ladanettedu94, DrChevre: Je crois qu'on passe a coté du débat la... Je ne sais pas si l'accusation d'hypocrisie m’était destinée, mais je précise encore, que ce système ne m'a pas contaminé au point de privilégier le gamerscore au plaisir de jeu. En tout cas plus maintenant. J'ai retrouvé ce plaisir depuis que je me suis mis au retrogaming, et me suis rendu compte de "l'absurdité" de jouer aux jeux pour les platiner. (il reste malgré tout des sequels, aimant bien platiner mes Assassin's Creed je me suis un peu pourri le dernier a vouloir faire le jeu a 100% de synchro sur le premier run, ce qui m'a un peu gâché le plaisir de simplement suivre l'histoire) Mais vouloir jouer pour gonfler son gamerscore n'est pas plus ahurissant que de passer des heures sur des bornes d'arcades pour avoir son nom sur le scoring board pour fanfaronner devant son quartier si on y réfléchi 2s! Et toute personne de ma génération a connu ce phénomène... Donc balayer le problème en disant qu'il n'existe pas ou que les gens qui tombent dedans son juste stupide ou hypocrite, c'est comme dire qu'il faut pas incriminer la drogue pour les problèmes de drogués mais uniquement la volonté des drogués eux même. Idem pour les fumeurs, les alcooliques et tout autre type d'addiction. C'est une façon de voir la chose, mais ce n'est pas la mienne, voila pourquoi je voulais écrire cet article. (ou plus humblement ce billet de blog)

@Joniwan: dans un style diffèrent, ton article etait très agreable a lire, merci pour le lien. Ca permet de voir qu'on se rapproche beaucoup lorsque l'on traite des conséquences néfastes du système sur le gamer. (et dire que je trouvais mon article long :lol:)

@Kahnettan, Ariakkan et Yo11Yo: merci pour vos compliments et votre témoignage ;)

@peb258: je rejoins Ariakkan, la communauté est large, et il y a de la place pour tout le monde. Rien ne t’empêche d’écrire ton article même si le sujet a déjà été traité. Je le lirai avec grand plaisir en tout cas ;)

@Plume2Gamer: On est bien d'accord que c'est comme cela qu'il faut aborder les succès/trophée, il n'en reste pas moins que malheureusement tout le monde ne l'aborde pas comme cela...
DrChevre
Signaler
DrChevre
Aussi je me souviens qui avait un système similaire sur le premier Naruto sur ps2, où il fallait accomplir des objectifs à la con. C'est comme ça que j'ai atteints les 99heures de jeu, mais en récompenses on obtenait un fond d'écran de chargement plutôt sympa. ça rallongeais inutilement la durée de vie du jeu mais j'ai marché dedans. Des défis comme ça y'en a dans quasi tous les jeux. Le truc c'est que c'est maintenant lié à la console et visible publiquement.
DrChevre
Signaler
DrChevre
Pour moi, le système est plutôt une bonne chose. Le problème vient des joueurs pour qui ça en devient une obsession, il se sabote l'expérience eux-même. Je sais que l'attrait est fort mais jeter la faute sur ce système parce qu'on est pas capable de privilégié le plaisir de jeu, ça me semble un peu hypocrite.
Plume2Gamer
Signaler
Plume2Gamer
Comme pour Ariakkan ma première rencontre avec ce système de récompense "c'est bien tu as bien répondu tien voila une image" était avec world of warcraft et déjà a l'époque je n'accrochais pas l'idée. Je ne comprend pas l'intérêt si cela n'offre rien au jeu en lui même. Je veux dire par la admettons je platine un jeu on m'offre un contenu, genre un personnage une tenue épique, une épée légendaire, bref quelque chose de visible dans le jeu la j'avoue que je comprendrais et j'y réfléchirais déjà plus. Mais refaire un jeu X fois pour avoir des trophées qui ne serve à rien je ne comprend pas l'intérêt. D’ailleurs si vous regardez mon profil psn vous verrez que j'ai très peu de trophée d'or et aucun de platine tout simplement par ce que je ne cherche pas à les avoir je joue a un jeu pour son scenario son gameplay sa musique et surtout l’immersion et une fois fini dans la difficulté qui me convient souvent le mode normal mais des fois le mode facile, si j'ai adorer le jeu il finis dans ma collection et je le refais 2 ans plus tard pour retrouver les sensations, si il était moyen je le revend pour me prendre autre chose.
Ariakkan
Signaler
Ariakkan
Un plaisir de te lire. Sur ma PS3, je n'ai jamais chassé les trophées, même si je reconnais que je suis content lorsque j'en voie tomber. En revanche j'ai connu ce type d'addiction pendant plusieurs années avec les Hauts Faits (ou HF pour les intimes) sur World of Warcraft. J'en suis revenu mais c'est vrai que lorsque l'on commence à viser ce type d'objectif, on perd rapidement le simple plaisir de jouer.
Kahnettan
Signaler
Kahnettan
Peb, rien ne t'empêche de faire ton article ! Avoir des avis différents c'est bien aussi.
peb258
Signaler
peb258
Rahhh tu me coupes l'herbe sous le pied! je comptais justement faire un article là dessus parceque je souffre en ce moment de ma certaine addiction aux trophées. En tout cas chouette article, et je vais continuer d'essayer de me soigner et de parvenir à me détacher tout ça!
Yaden
Signaler
Yaden
Sur ps3 les trophées sont classés or, argent, bronze (ou platine). Du coup j'ai largement plus tendance à regarder le nombre de platines que le nombre de trophées total qui ne veut rien dire: comment différencier un joueur qui a plein de jeux de celui qui est perfectionniste ? Le système de points Xbox est mauvais pour moi à cause de ça.

Après ils peuvent motiver à faire un jeu différemment, pour découvrir un autre gameplay: utiliser une arme que l'on utilise jamais, jouer en multi, refaire le jeu en hard...

Après c'est au joueur à savoir ce qu'il fait: si un trophée me gonfle, je regarde sur le web s'il y a un moyen simple de l'avoir vite fait, sinon je passe outre. Ce n'est pas une finalité.
Fichi
Signaler
Fichi
@Deweyyatta : Il est beaucoup trop facile de modifier les gamertag et donc les succès pour voir apparaitre ce genre de récompense. C'est pas pour rien que les "cadeaux" selon son gamertag annoncé par Microsoft il y a pas si longtemps sont complètement ridicule.
Deweyyatta
Signaler
Deweyyatta
Les points G auraient pu être échangés contre des jeux dématérialisés produits par Microsoft ou Sony afin de récompenser les joueurs les plus "platineurs".
Ca aurait permis de donner une motivation saine à cette course aux points.
Kahnettan
Signaler
Kahnettan
J'ai aussi passe un temps, voulu faire grimper mon Gamertag, mais en fait ça m'a tellement gonflé que j'ai vite laissé tomber. La preuve, à l'heure actuelle, j'ai uniquement 3jeux "1000géifier" : AC I, Pac man (XBLA, succès ultra facile), et tekken tag 2 qui a aussi des succès facile, mais auquel je suis complètement accro.

J'ai aussi AC II, ou il me manque uniquement le ramassage de plumes (et le truc ou il faut se balader en ville avec la cape qu'on nous refile après avoir ramener toutes les plumes), je pourrai me motiver à le faire, mais je vois tellement pas l'interêt que je n'y retourne même plus.
En gros, les jeux que j'aime vraiment, je peux éventuellement les 1000géifier si les succès sont pas trop what the fuck (le genre de succès que tu n'aurais jamais fais si on ne t'avais pas indiquer de faire), et si le jeu a de la rejouabilité. Je me vois mal retourner chercher tout les souvenirs et les bouteilles dans Alice Madness Returns, juste parce que c'est mon GOTY 2011, il y a aucun intérêt.

Très bon article sinon ! :)
Joniwan
Signaler
Joniwan
J'avais écrit la dessus il y a longtemps. oui, les trophées/succès peuvent avoir un coté pervers :/

http://www.gameblog....que-d-un-succes
yo11yo
Signaler
yo11yo
Je pense pour ma part qu'il en faut pour tout type de gamer, moi personnellement j’atteins parfois l'orgasme lorsque sur une action involontaire dans un jeu, je vois apparaitre ce logo sur mon ecran m’annonçant un gain de point accompagné de se fameux son.

Et a coté de sa en se moment je retourne ma PS2 qui dépourvu de ses "récompenses" ne gâche en rien mon plaisir de jeux.

Mais malgres ceux que beaucoup diront le systeme de la console de microsoft est sur se point beaucoup plus attrayante que celui mis en place par sony.

Encore un bel article mon ami, tu devrai en pondre plus regulierement et je ne dois pas etre le seul a le penser.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Je pars du principe que si un truc est nul, tu le prends pas en compte. Sur PS3 il y a des jeux où il n'y avait pas de trophées, et je m'amuse pas plus dessus que sur les jeux où il y en a. Surtout que je crois bien que sur les deux consoles tu peux désactiver l'indicateur de trophée donc bon.