Be Awesome. Be a Geek.
Signaler
Débat

Version légèrement modifiée du précédent article, car je viens de me rendre compte que ce format qui ouvre le débat et qui vous donne entièrement la parole ferait une bonne rubrique récurrente !

Que veut dire la notion de "réalisateur" aujourd'hui ? Avec toutes les nouvelles technologies qui s'offrent au cinéma, le CGI notamment et plus récemment la 3D, ne pourrait-on pas ne voir qu'un chef informaticien dans le réalisateur ? Avec l'apparition du fond vert, plus besoin de battre la campagne à la recherche du panorama parfait. Avec la motion capture, le jeu d'acteur est même en train de disparaître ! D'autant plus depuis la face motion-capture inauguré avec James Cameron's Avatar (ne pas oublier le "James Cameron's" c'est important).

Certes, même s'il commande de moins en moins aux hommes, le réalisateur commande toujours. Il commande aux machines. Ce n'est donc peut-être pas ce changement qui lui fera perdre l'essence de son travail. Ce qui se perd par contre, dans mon opinion, est le parallèle entre la réalisation et l'aventure. Tout se passe en studio, les scènes d'extérieur se faisant de plus en plus rares. Tout peut-être corrigé sans que ce fait laisse plus de place à l'improvisation. Enfin, ce qui se perd le plus est certainement le goût de la débrouille qui faisait sans doute tout le charme et l'aventure donc de la réalisation.

Ce goût de la démerde qui avait conduit Georges Lucas en 1977 a réaliser une épopée spatiale magnifique en grande partie grâce à de simples maquettes, j'ai nommé Star Wars. Ce foisonnement de techniques artisanales a depuis été remplacé par... notre fameux fond vert !

Alors bien sûr, et il faut le mentionner, on peut voir toutes les techniques informatiques actuelles comme une nouvelles forme d'artisanat, et les animations 3D comme les maquettes de notre nouveau siècle. C'est un point de vue tout à fait acceptable et vers lequel mon coeur d'amoureux de la technologie balance de temps en temps. Mon amour pour le cinéma lui, me rappelle alors l'époque bénie où le réalisateur mettait les mains dans le cambouis.

Qu'en pensez-vous, le réalisateur a-t-il perdu de sa superbe, a-t-il perdu de son esprit aventurier et bricoleur, ou s'est-il simplement adapté à des nouveaux outils à sa disposition ?

Vidéoludiquement,

Arthur

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Conclusion superbe, je suis ému :D
JDestrier
Signaler
JDestrier
Très bon débat, en effet! Je ne rentrerai pas dans la question de la qualité du film en soit, parce qu'effectivement cela reposera toujours sur un scénario indépendant de la technologie.

Sur la technique par contre, je pense que cela a en effet changé le rôle du réalisateur, mais seulement en surface.
Arthur, tu dis que le réal dirige de moins en moins les hommes. Je pense que c'est justement le contraire. De plus en plus, le réal devient un chef d'entreprise, plus qu'un simple créa.
Par exemple, à l'époque, là où il fallait un mec pour faire un repérage de lieu de tournage, il en faut auj 50 pour le créer virtuellement. J'exagère mais c'est l'idée. Les tournages actuels peuvent compter jusqu'à 300 ou 400 personnes! Donc le management des hommes est toujours au c½ur du métier.

Maintenant, sur la question de l'aventure, il ne faut pas oublier qu'un effet, pour paraitre réel, doit s'inspirer de la réalité. Donc c'est peut être une autre forme d'aventure. D'autant plus que, bien qu'il y ait eu quelques films entièrement sur fond vert, bon nombre d'entre eux sont encore tournés en environnement réel pour augmenter le réalisme (cf transformers ou le seigneur des anneaux). A la vue des making of, ça ressemble quand même pas mal à de l'aventure ;)

Pour conclure, je dirai que si le métier de réal n'a pas fondamentalement changé, il faut quand même une nouvelle facette à la personnalité des metteurs en scène. Celle du geek.

Which is, en définitive, awesome.
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Moi ce qui m'a surtout choqué avec Avatar c'est à quel point le réalisateur n'arrive pas à sortir du manichéisme alors qu'il nous vendait un conte écologique et sociale qui effectivement doit être bien caché derrière les deux couches d'images.
chocolat
Signaler
chocolat
C'est vrai dans certains cas, le fait qu'il remplace le Jabba des années 70 par de la synthèse,lui permet de coller à l'image qu'il avait au départ!
Mais un film, c'est aussi une époque, des moyens techniques, de la débrouille pour compenser. Le problème de Lucas c'est de modifié ce qu'il avait déjà fait. Ce qui moi m'avait le plus choqué, c'est lors de la scène final de l'ep VI, Lucas a remplace le "fantôme d'Anakin! ( que cela me déplaise, peut venir du fait que je n'ai pas apprécié le jeu d'acteur de Christensen )

En même temps, une autre question peut se poser, lorsque une oeuvre est "offert" aux public, c'est à dire que l'auteur pense qu'ellel est fini, a t il le droit d'y retoucher par la suite? Ou alors une fois qu'elle a été montré, cet oeuvre "appartient elle" toujours à son auteur?

Et pour revenir à ton sujet, de l'intérêt de la technologie dans les oeuvres cinématographiques, je dirais que parfois elle sert de cache misère, et j'en reviens à Avatar, qui a couté 300 millions de dollars, alors que ce n'est qu'un far-west dans l'espace!
Beaucoup de choses n'ont pas été exploité tel que:
-La planète qui serait vivante!
-Le changement dans l'attitude du heros n'est pas très visible!
-Le fait que celui-ci profite de la mort de son frère pour vivre cette aventure, n'a l'air de lui poser aucun problème
-Le thème de l'expropriation n'est qu'à peine effleuré
-etc
Le problème de la technologie, c'est que dans le cas d'avatar, elle a vendu à elle seule le film, qui n'en est pas meilleur en 3D. Les gens ce sont attardés sur cette "révolution", et n'y ont rien vu d'autres!!
Iron-Tom
Signaler
Iron-Tom
Comme dit Chocolat, je pense que la meilleure des technologies ne fera jamais un excellent film, si le scénario ou la mise en scène sont pourries... Et puis ça se trouve dans 15 ans il y aura une nouvelle technologie et on sera nostalgique de nos fonds verts actuels !!
Rockolarea
Signaler
Rockolarea
Je trouve que ça casse un peu le charme d'époque notamment pour Star Wars qui a très bien vieilli. J'aime beaucoup me dire devant le film original de 1977 "et dire que c'est fait avec des maquettes".

Pour autant je trouve la remasterisation plutôt bien faite et elle ne change pas l'essence du film. Comme tu peux le voir, encore une fois mon coeur balance un peu. Je choisirai tout de même la version d'époque. Par contre, je suis un énorme fan des nouveaux Star Wars (notamment l'épisode II) et effectivement c'est vrai que c'est l'exemple parfait de ce que tu disais, les nouvelles technologies permettent de mettre en forme des parties de l'univers Star Wars qui étaient jusque là irréalisables.
chocolat
Signaler
chocolat
Il s'est sérieusement adapté à son époque, je dirais. La technologie permet de mettre en forme les idées parfois durement réalisable!
Mais malheureusement, toutes ces technologies ne donne rien si le film est moyen, et Avatar en est le parfait exemple!

Mais j'ai une question à te poser, tu donnes le parfait exemple de Lucas, mais que pense tu du fait que celui-ci modifie à chaque fois ces anciens films avec les nouvelles technologies, qui remplace ces maquettes par des images de synthèses,etc?

Be Awesome. Be a Geek.

Par Rockolarea Blog créé le 27/10/10 Mis à jour le 24/10/12 à 11h24

Ajouter aux favoris

Édito

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Après une première année chaotique, il était temps pour moi et pour le blog de passer à une deuxième étape qui, je l’espère, sera plus stable que ces premiers mois de vie du blog. Alternant entre périodes d’activité intense et mort cérébrale, cette première saison de Be Awesome Be a Geek est avant tout pour moi une leçon qui devrait me permettre de vous proposer pour cette deuxième saison un contenu plus régulier, plus travaillé et plus ressemblant à ce que je veux faire de cette modeste aventure.

 

A priori donc, plus de petits articles par-dessus la jambe, plus de périodes d’inactivité prolongées, mais des articles construits, fréquents et, si Dieu le veut, drôles et intéressants. Du sport, du jeu vidéo, de la gastronomie, de la mauvaise foi et des blagues grasses : la vie donc.

 

Archives

Favoris