Premium
The Bast-Cave

The Bast-Cave

Par Bast6 Blog créé le 21/08/10 Mis à jour le 25/03/17 à 21h16

Le blog d'un monteur vidéo ayant biberonné à grands coups de sprites et polygones.

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma (Cinéma)

« For the love of Pong ! »

Pays :
États-Unis
Genre :
Comédie, Aventure
Réalisation :
James Rolfe et Kevin Finn
Avec :
James Rolfe, Sarah Glendening, Stephen Mendel…
Durée :
1h55
Sortie :
21 Juillet 2014

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité de certains spectateurs.
Cette critique peut contenir des spoilers.

Synopsis :
Une légende urbaine raconte que des millions de copies du jeu Atari 2600 E.T. The Extra-Terrestrial, proclamé »pire jeu vidéo de tous les temps » et responsable de l’effondrement du marché en 1983, seraient enterrées dans le désert du Nouveau Mexique. Après avoir longtemps refusé d’en faire la critique en vidéo, l’Angry Video Game Nerd (The Nerd) cède à la pression de ses fans et se lance dans une quête visant à prouver qu’il n’y a rien d’enterré et que ce n’est qu’une légende. Cependant, lui et son équipe se retrouvent pourchassés par les autorités fédérales, menées par le maléfique Général Dark Onward, croyant qu’ils enquêtent sur la fameuse Zone 51 et sur les crashes présumés d’un OVNI.

Critique :
Pour ceux qui ne connaitraient pas James Rolfe, il incarne depuis 2004 l’Angry Video Game Nerd, sorte de Joueur du Grenier avant l’heure et avec un humour plus proche de South Park et plein de références cinématographiques. En effet, au-delà de cette web-série, Rolfe est surtout un diplômé d’une Université de Cinéma, passionné de films de genres et réalisateur de plusieurs centaines de courts-métrages indépendants. Après des années de gestation, un passage par le crowdfunding afin de s’assurer une totale indépendance, lui et son camarade de fac Kevin Finn ont lancé la production d’un long-métrage basé sur le personnage du Nerd. Véritable tour de force dans la sphère des YouTubers et des passionnés de cinéma bis, la production très low cost du film a duré plus de deux ans et fait appel à plusieurs centaines de personnes à travers le Monde.

Il était évident que le scénario du film tournerait autour du jeu E.T. (Eee-Tee dans le film afin d’éviter d’évidents problèmes juridiques avec Tonton Steven) et dériverait vers la Zone 51. En effet, James Rolfe est un fan de Godzilla et autres films de monstres et son scénario est le prétexte idéal pour s’adonner à sa passion pour les effets spéciaux réels et face caméra à l’ancienne. Mais plus que ça, les deux scénaristes et réalisateurs du projet ont réussi à accoucher d’une histoire d’aventure plutôt bien fichue avec un dosage plus que correct de clins d’½il, d’absurde et de private jokes que seuls les fans les plus hardcore de Cinemassacre (leur société de production) pourraient comprendre. Et de l’absurde il y en a. Entre un Général mi-homme mi-char miniature totalement maladroit et ô combien idiot (il se fait quand même sauter les deux bras à la grenade, avec un savoureux clin d’½il au Sacré Graal des Monty Python), un acolyte certes qui a envie de bien faire mais nom d’un goomba en short qu’il est maladroit, le tout saupoudré d’un zeste de complots, de trahisons et de monstres et vous en êtes pour un cocktail qui pourrait presque faire passer Austin Powers pour un numéro de Vivement Dimanche Prochain. Certains personnages toutefois mériteraient un peu plus de profondeur, car sous-développés, comme par exemple Mandi, l’employée de Cockburn Inc qui édite dans le film Eee-Tee 2 et qui souhaite monter un plan marketing en finançant l’expédition du Nerd qui devra en contre-partie tester (et défoncer) son jeu afin que ses fans achètent en masse  »un aussi mauvais jeu ». Ses motivations sont claires mais le personnage flotte un peu au milieu du casting et donne l’impression de n’être qu’un faire-valoir féminin d’autant que dans les trois quarts de l’aventure sa présence n’est finalement pas utile au déroulement du scénario. Les personnages secondaires sont nettement plus savoureux mais cela est probablement dû au fait qu’on les voit peu d’une part, et qu’ils ne font la plupart du temps que délivrer un gimmick comique. Cependant, le dernier quart du film vaut vraiment le détour. Tandis que le Nerd découvre un extraterrestre (en animatronic, s’il vous plait!), un monstre géant du nom de Death Mwauthzyx (et non ce n’est pas une faute de frappe !) se lance dans la destruction de l’univers tel qu’on le connaît ! Sa réalisation n’est d’ailleurs pas sans rappeler les glorieuses heures de notre enfance quand nous regardions Bioman et autres Power Rangers ou tout simplement les films de monstres classiques japonais.

C’est amusant et un vrai triomphe que l’équipe soit parvenue à créer de vrais enjeux avec un tel sujet, de tels personnages et une réalisation volontairement cheap là où il aurait été facile de perdre le public à cause d’un effet mal fait, d’une maquette trop visible ou d’un acteur un peu à côté de la plaque. Mais tout n’est à mon avis pas une réussite. En effet, pour des questions de moyens probablement mais aussi par une volonté propre aux réalisateurs, le film a été tourné avec une caméra numérique Panasonic AF100 qui pourrait être ce qui se fait de plus low cost dans le domaine (sans pour autant dire que c’est mal, au contraire c’est un très bon outil professionnel). Mais surtout, les vrais problèmes à mon avis, ce sont les optiques utilisées (photo, et pas forcément bonnes) ainsi qu’un étalonnage et/ou une lumière qui font trop ressortir la froideur de la vidéo numérique, là où avec le background des réalisateurs on aurait été en droit de s’attendre à quelque chose de plus organique, de plus proche de la pellicule. Mais leur faible budget (325 327$ c’est à dire rien du tout à l’échelle du cinéma américain) ne pouvait clairement pas leur permettre de tourner en pellicule. Autre souci : la mise en scène. C’est pas que c’est mauvais, c’est que c’est extrêmement plat et plan plan ! On a tellement l’impression de voir l’application à la lettre d’un cours de mise en scène lambda que ça en devient incompréhensible. Où sont passés les éclats de génie qui faisaient le succès des vidéos et courts-métrages de James Rolfe ? Aucune prise de risque, des cadrages mous, une utilisation de la profondeur de champ juste mais ramenarde et quelques erreurs basiques vis-à-vis de la Loi des 180 degrés. C’est dommage car avec de l’audace à la Troma la mise en scène aurait sublimé le film et ses effets visuels délicieusement en carton mais tellement chouettes, surtout en 2015. Ceci étant dit, la musique est à la rescousse. Et quelle bande-son mes enfants ! Composée par Bear McCreary (récompensé pour la B.O de Battlestar Galatica tout de même) elle colle parfaitement à l’action, à l’esprit (les chip tunes sont dans la place !) nerd du film et est un plaisir pour les oreilles. La chanson The Angry Video Game Nerd écrite et interprétée par Kyle Justin est évidemment de la partie.
Du coup, on a mine de rien affaire à un film très équilibré dans le sens où certains défauts sont compensés par des réussites. J’aurais tout de même aimé que tout soit réussite mais que voulez-vous. Par contre, mention spéciale pour la distribution du film. En effet, outre quelques salles américaines et des services de VOD (Vimeo, YouTube etc.), le film est édité en Blu-ray avec une quantité titanesque de bonus très intéressants. Il est  »all zones », sous-titré en français et trouvable chez Amazon en import U.S pour un prix plus que correct. Bref, c’est un Blu-ray plein d’une générosité qui force le respect, surtout comparé aux éditions de blockbusters qui coûtent pourtant plus de 600 fois plus cher !

NOTE : 7,5/10

Il faut aimer le cinéma bis pour apprécier ce film, c’est sûr. Et on passe un super bon moment pour peu que sa simplicité et ses défauts nous fassent l’effet d’un gros câlin de toute la pop culture de notre enfance. Cependant, il me semble très important de sanctionner ses défauts car le budget ou les conditions de tournage d’un film ne doivent pas influencer le ressenti que l’on a au visionnage… sinon Sharknado serait un film supportable. AVGN:The Movie reste un super premier long-métrage garantissant de grands moments de rigolade avec quelques caméos (dont l’inénarrable Lloyd Kaufman) alors ne boudez pas votre plaisir et foncez !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Tombé dans la marmite de pixels et le ragout de pellicule depuis tout petit, il a fait ses armes dans le milieu du film amateur avant de faire une école de cinéma et d'en ressortir monteur et étalonneur barbu ascendant scénariste réalisateur. Tendance à l'éclectisme même si c'est un sport fatigant, c'est avec une tendresse sévère qu'il brûlera de tout son cosmos pour transmettre ses passions à ses lecteurs. En temps normal, il ne parle pas de lui à la troisième personne non plus. Ne pas nourrir après minuit.

Indie Games Supporter

 

 

Archives

Favoris