Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Blog d'un cochon aviateur au nom hybride

Par Vicporc Blog créé le 29/04/12 Mis à jour le 31/12/14 à 16h33

Ajouter aux favoris
Signaler
Critiques et Découvertes (Jeu vidéo)

Jason Rohrer est un développeur indépendant fameux. Je vous en avait déjà parlé avec son troisième jeu, Passage, qui s'était fait connaitre en créant beaucoup de réactions dans le petit monde du jeu vidéo, et qui est revenu sur le devant de la scène avec son introduction dans la collection permanente du MOMA. Ayant adoré Passage, ainsi que l'épisode sur Rohrer dans l'extended edition d'Indie Game The Movie (Très bon film, allez le voir), je me suis penché sur les autres productions du bonhomme. Afin de ne pas vous spoiler, le lien pour jouer au jeu sera placé en début de texte. Et jouez y avant de lire, de préférence. Gravitation, c'est trois bouts de pixel, et un jeu qui dure 8 minutes. Mais 8 minutes qui méritent une attention.

Si vous ne voulez pas être spoilé, jouez a Gravitation. Tout de suite. Ou alors, ce n'est pas la peine de lire.

 

Rohrer, c'est lui.

Gravitation est indéniablement un jeu de Rohrer, on le remarque au premier coup d'oeil. Ce style graphique ultra pixelisé, fait sous Paint (True Story), est désormais assez affilié a la production de ce charmant monsieur. Vous contrôlez un petit personnage, et votre champ de vision, dont les limites sont symbolisées par des bandes noires, est assez restreint. Très vite, vous remarquez deux éléments dans votre décors. Une petite fille (ou garçon, probablement la seconde option d'ailleurs, Rohrer n'ayant que des fils) avec un ballon, et une cheminée. Ce garçon vous envoie la balle. En vous mettant dessous, vous lui renvoyez. Et un coeur apparait, votre champ de vision grandit. Parfois, votre tête s'enflammera. Très vite, vous remarquez une ouverture dans le plafond, dans laquelle vous pouvez sauter. Et un labyrinthe, qui s'étend vers le ciel. Dans ce labyrinthe, vous trouverez des étoiles bleues, alors, naturellement, vous tenterez d'en récupérer le maximum. Jusqu'a ne plus pouvoir sauter, et être forcé de redescendre. A votre retour sur terre, vous trouvez des blocs de glace, que vous pouvez pousser. Ceux ci, une fois dans la cheminée, rapportent des points. Et puis, vous continuez, pour aller chercher plus en plus d'étoiles, pousser de plus en plus de blocs de glace, jusqu'a une overdose de ceux ci, si vous avez été boulimique. Blocs de glace qu'il est d'autant plus difficile de pousser, en fonction de leur nombre. Et puis, la petite fille disparait. Votre champ de vision rétrécit. Vous ne pouvez plus auter pendant un long moment. Puis vous repreniez espoir, vous continuez, et la partie se termine. Fin. Retour a l'écran titre.

Vous l'aurez compris, Gravitation est un jeu extrêmement symbolique. Passage traitait de la vie, la mort, le couple et ses conséquences. Gravitation parle de créativité, de mélancolie, d'importance de l'autre. Le labyrinthe, c'est votre créativité. Les étoiles sont des idées, les blocs de glace leur matérialisation en projet, et la cheminée la réalisation de ces projets. La realtion a votre fils vous fait ouvrir les yeux, vous permet de rentrer dans un mode "on fire", comme le dit Rohrer, vous galvanise. Mais lors de son absence, il long moment passe sans n plus pouvoir faire de choses, comme si votre énergie s'était envolée avec son départ. Sa mort, ou le fait qu'il ai grandit, tout simplement. Les idées, si on les prend toutes d'un coup, son difficiles a pousser. Et il faut parfois se mesurer, et réaliser les étapes une par une, pour ne pas s'embourber dans sa création. Le propos est simple, voir simpliste. Mais il n'en est pas moins efficace.

Gravitation, comme tous les jeux de Rohrer, transmettent une vision intéressante, celle de ne raconter des histoires et de ne faire passer un message que par des mécaniques de jeux, et des règles. Passage, tout comme Gravitation, n'empreinte quasi jamais aux autres arts pour s'exprimer, utilisant de manière simpliste et minimaliste la musique et les graphismes, s'affranchissant de tout texte. A la différence d'un Limbo, Botanicula, Assassin's Creed ou je ne sais quoi qui font passer leur propos par d'autres formes d'art réadaptés, c'est a dire le graphisme et l'écriture. Et finalement, le jeu vidéo comme objet artistique est peux être celui qui se rapporche le plus de ce type d'expérience, c'est a dire un objet qui raconte par ses mécaniques et ce qui lui est propre. 

 

Enfin bref. Jouez a Gravitation. Une expérience enrichissante. Une ligne directrice. Ou non. A vous de voir.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Ah ben ce n'est pas le problème de savoir ce qu'est un jeu ! Je me contente de me dire que là je me suis un peu fait chier et que j'ai trouvé ça opaque à mort ! :lol:
Vicporc
Signaler
Vicporc
Oh non, pas encore cette foutue définition de ce qu'est un jeu....
Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Mouaismouaismouais. Autant toute ton explication ça va, autant je ne l'ai pas du tout ressenti en jouant au jeu lui-même. Enfin "jouer", c'e'st un bien grand mot !!

Édito

Toi qui entre ici, abandonne tout espoir. Tu rentres dans le domaine d'un cochon aviateur au nom hybride, dont le pseudo a été crée par l'esprit de la diabolique Metyst. On y parle de jeux flashs, de jeux indépendants, de jeux plus connus, ou pas. On y parle d'art, japonais, chinois, ou international. On y parle parfois de musique, et aussi de grosses conneries. A tes risques et périls, lecteur.

Avatar par Zachula

____

 

____

ORIGINAL SOUND BLOGGERS, podcast sur les musiques de jeu vidéo animé par Poulpyblast, Onink et moi-même. (Et parfois, on a des invités qui transmettent une classe colossale par la voix. Si si.)

Egalement disponible sur Itunes dans la catégorie Podcast > Jeux et Hobbies > Jeu video

_____

Anfawards 2013

 

Krystaward 2013 du "Meilleur Hipster" et "Meilleur faux départ" :3

Archives

Favoris